Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


«Encore trop facile de prendre son char»

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 22 décembre 2018 12 commentaires

François Bourque
Le Soleil

Pourrait-on imaginer la «gratuité» dans le transport en commun à Québec comme contrepoids à l’attractivité de l’auto?

L’Université Laval s’apprête à offrir cette gratuité à ses étudiants. D’autres villes, comme Boischatel, s’y intéressent.

J’ai posé la question (et bien d’autres) au président du Réseau de transport de la Capitale (RTC), Rémy Normand, dans une entrevue de fin d’année.

M. Normand n’a pas mâché ses mots. «À Québec, c’est encore trop facile de prendre son char».

Essence pas chère, stationnement pas cher, congestion relative. «Pourquoi je prendrais le transport en commun?» demande-t-il en se mettant dans la peau de l’automobiliste.

«Personne ne va s’en aller dans le transport en commun. À moins qu’ils soient congestionnés, que l’essence soit à 3 $ le litre ou que le stationnement soit à 250 $ par mois».

«Quand la pression est trop forte, les gens examinent les options». Sinon, c’est peine perdue.

M. Normand est conscient de caricaturer lorsqu’il pose l’enjeu de façon aussi extrême, mais c’est avec cette réalité que le RTC doit composer.

Il constate aussi que «les gens sous-estiment le coût» de l’auto. Surtout «si môman ou pôpa paye l’auto pour aller au cégep».

Cette réalité n’a rien d’unique à Québec.

Pour essayer de changer la donne, des Villes et administrations publiques se tournent vers la «gratuité». Gratuité pour l’usager s’entend, car dans les faits, aucun service public n’est jamais gratuit.

Boischatel a mis fin il y a quelques jours à son entente avec le RTC. À partir de l’été prochain, elle offrira son propre service local d’autobus avec des véhicules plus petits, plus fréquents et un accès gratuit.

Les usagers ne paieront plus pour prendre les circuits d’autobus locaux, puisque la facture sera assumée par tous les contribuables.

(…)

M. Normand concède que la gratuité est «peut-être une solution» pour le transport collectif. Mais il prévient : «À quelque part, il y a quelqu’un qui va payer».

Les citoyens de Québec assument actuellement 53 % du budget d’opération du RTC (224 M$ en 2019). Le ministère des Transports paie 15 % et les usagers, 32 %.

On est loin de la gratuité pour l’usager, mais ceux de Québec paient moins en proportion que ceux de Montréal (53 %) et moins que la moyenne canadienne (45 %).

(…)

Si gouvernement offrait à Québec de lui payer un métro, il dirait non. «Ce serait jeter de l’argent dans la fournaise», croit-il. «Même sur 100 ans, je ne suis pas convaincu qu’on pourrait récupérer ça».

Il avance trois arguments :

1) La surcapacité. «Juste ça, c’est suffisant pour moi». C’est six fois plus que les besoins de Québec.

«Ça donne rien de s’équiper avec des affaires ultra sophistiquées et ultra capacitaires. Qu’est-ce que les gens vont nous dire après? Quand les rames de métro vont passer vides. Faut voir la mesure de la chose». «Si on avait fait un amphithéâtre de 40 000 sièges, on nous aurait dit quoi?»

2) Les coûts. «Si on embarque les coûts, ça a plus de bon sens». Québec n’a jamais fait d’étude, mais «ça donne rien de faire des études». C’est dans l’ordre de 200 millions $/km, 250 millions $ ou 275 millions $. Une portion à Laval pourrait atteindre 675 millions $. Un tramway coûte environ 50 millions $/km.

3) L’aménagement. «Un tramway, ce n’est pas un petit train pour faire plaisir à tout le monde. On est dans un projet d’aménagement.

On peut pas faire ça avec un métro».

«Un tramway, c’est la capacité de devenir une ville du futur, avec des aménagements conviviaux, à échelle humaine».

La suite

*Voici une chronique qui demande vraiment à être lue en entier …

Voir aussi : Transport en commun.


12 commentaires

  1. michel desjardins

    22 décembre 2018 à 22 h 58

    Le financement du provincial (CAQ) est conditionnel à une connexion du réseau structurant à l’est via le futur 3e lien. Monsieur Normand le sait très bien. Il peut bien refuser d’aborder le sujet dans l’immédiat, il va devoir plier l’échine le moment venu. Et le financement nécessaire (de 100 à 200 millions de dollars) pour y prolonger la ligne de trambus va probablement provenir de l’enveloppe de 500 millions pour les contingences. He who pays the piper calls the tune.
    Enfin, le gouvernement Legault pourrait piger dans le fonds vert pour offrir le transport en commun gratuit à la grandeur du Québec. Si le Luxembourg y songe, pourquoi pas nous?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • laéR

      23 décembre 2018 à 09 h 02

      « une connexion du réseau structurant à l’est via le futur 3e lien »

      Que d’ineptie. Soit que vous avez échoué vos cours de géographie, soit que vous êtes un troll et je mord à l’hameçon. À part relever du fantasme, vous ne pouvez être sérieux en écrivant cela… Un détour en transport en commun de plus de 15 km à l’Est… c’est tout sauf efficace.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  2. jeand Utilisateur de Québec Urbain

    23 décembre 2018 à 09 h 37

    « encore trop facile de prendre son char »

    Le gars devrait être congédié point final, il alimente le cynisme de la population face à tout ce qui est TEC

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. Manu Dalton

    23 décembre 2018 à 17 h 14

    L’université Laval ne va pas du tout offrir un titre de transport collectif gratuitement comme le prétend l’article! Il s’agit plutôt de la mise en place de prélèvement à la source à la demande des membres associations étudiantes. Le tout a été approuvé par référendum cet automne.
    En gros les étudiants vont payer le titre de transport du RTC sur une facture unique en même temps que les frais de scolarité et autres frais administratif. Je parlerais plutôt de tarif préférentiel, parce que le projet de la CADEUL et de l’AELIÉS qui va être impanté à la session d’automne 2019 est clair, le service ne sera pas gratuit. Le détail de l’indexation des coûts pour les prochaine année étaient même inscrit dans la question référendaire.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. Pierre Tremblay

    24 décembre 2018 à 01 h 03

    Il faut vraiment que le gars soit culotté et déconnecté pour tenir de tel propos. Lui-même utilise sa voiture pour se déplacer donc il ne fait pas confiance au RTC. Lorsque je pars de St-Sacrement vers midi trante pour aller faire une commission sur Clémenceau à Beauport et je rentre chez moi vers 15 heures vous l’avez la réponse pourquoi les gens prennet leur voiture. Service inefficace. Et votre tramway ce moyen de transport du siècle dernier ne règlera pas la vitesse de déplacement.

    Moi je n’ai plus de voiture par choix car la plupart de mes déplacements sont de courte distance mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Il serait souhaitable que vous utilisiez votre réseau pendant une semaine complète pour vivre dans le même monde que nous tous.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      24 décembre 2018 à 02 h 15

      « faire une commission sur Clemenceau à Beauport »

      Se servir d’un Power Centre pour discréditer le TEC c’est vraiment impressionnant! En plus vous excluez le Power Centre qui est près d’un parcours Métrobus. Sûrement un hasard.

      Quelle est ls priorité des promoteurs qui construisent un Power Centre? Les piétons ou les automobilistes?

      « Et votre tramway ce moyen de transport du siècle dernier »

      Et le SLR existait au siècle dernier? Et le tramway au siècle dernier, il était en site propre avec préemption aux feux de circulation?

      Comme quoi on peut se débarrasser de sa voiture sans se débarrasser de ses ornières d’automobiliste!

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  5. Dede Utilisateur de Québec Urbain

    24 décembre 2018 à 06 h 15

    « encore trop facile de prendre son char »

    =

    Encore trop difficile de prendre le transport en commun.

    Peut-être ?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  6. Pierre Tremblay

    25 décembre 2018 à 01 h 54

    J’utilise le transport en commun depuis l’époque de Québec Autobus. Je dois donc connaître ça un peu. Pas autant que vous Insider mais juste un peu. J’ai eu une voiture pour la première fois à 30 ans et je m’en suis départie 19 ans plus tard. Pour le reste de ma vie j’ai utilisé le transport en commun. Suis-je un accroc de la voiture? Si vous me le confirmez je veux bien vous croire.

    Je souhaite que le transport en commun fonctionne à Québec pas mal plus qu’actuellement mais je constate qu’il n’est pas adapté pour la vie moderne sinon pourquoi les gens investiraient autant d’argent dans un véhicule. La vitesse de déplacement est beaucoup trop élevée et ce n’est pas le joujou de tramway qui va améliorer la situation. Ah c’est vrai ça nous en coûtera que 3 milliards. Bof.

    Et comment faites vous pour savoir où je vais sur Clémenceau? Il n’y a pas que des commerces sur cette artère. Ah mais oui Insider connait tout sait tout et demeure un très bon donneur de leçon comme plusieurs de nos dirigeants qui tiennent un discours du genre faîtes ce qu’on dit pas ce qu’on fait.

    Sapristi! Je m’étais promis de ne plus répondre aux anonymes qui se cachent derrière un pseudonyme et qui n’ont pas le COURAGE de dévoiler leur identité. Mais dans votre cas Insider je peux comprendre vous voulez partager vos grandes connaissances.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      25 décembre 2018 à 12 h 09

      Vous écrivez ceci:
      « faire une commission sur Clémenceau à Beauport »

      et concluez avec ceci:
      « Et comment faites vous pour savoir où je vais sur Clémenceau? Il n’y a pas que des commerces sur cette artère. »

      Vous allez faire une commission? Tant qu’à étaler votre vie dites-nous donc où vous êtes allé?

      « La vitesse de déplacement est beaucoup trop élevée et ce n’est pas le joujou de tramway qui va améliorer la situation. »

      Branchez-vous c’est trop lent ou trop rapide le SLR? ;-)

      « Sapristi! Je m’étais promis de ne plus répondre aux anonymes qui se cachent derrière un pseudonyme et qui n’ont pas le COURAGE de dévoiler leur identité. »

      Imaginez un instant ce que me feraient subir mes petits copains comme vous dans le cadre de mon travail s’il pouvait m’identifier! Dans un souci de nous épargner du gaspillage de salive je préfère demeurer anonyme. Libre à vous de ne pas me lire.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  7. Pierre Tremblay

    25 décembre 2018 à 15 h 07

    Ce n’est pas à vous personnellement que je m’en prends Insider mais à vos idées. Pour le triomphe de la liberté d’expression vaut mieux avoir un Insider sur le forum. Puis-je vous souhaiter de joyeuses fêtes.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      25 décembre 2018 à 20 h 18

      « Ce n’est pas à vous personnellement que je m’en prends Insider mais à vos idées. »

      Démontré de façon éloquente avec ce genre de propos? Plus vous en rajoutez, pire c’est. ;-)

      « n’ont pas le COURAGE de dévoiler leur identité »

      Sans rancune.

      Joyeuses fêtes!

      P.S. Majuscules
      Les phrases ou mots en lettres majuscules sont exclus de la culture Internet et donnent l’impression de crier. Il convient donc de limiter leur utilisation à une majuscule au début des phrases et au début des noms propres seulement. [ Wikipedia ]

      Signaler ce commentaire

       ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *