Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


L’histoire architecturale de Québec racontée par Pierre Thibault

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 4 avril 2019 3 commentaires

Radio-Canada
Aujourd’hui l’histoire

« Le plaisir de la déambulation à Québec, c’est moins les bâtiments que la présence de la nature », affirme l’architecte Pierre Thibault. Celui qui privilégie des constructions en symbiose avec les paysages propose une promenade architecturale dans la ville afin d’examiner comment la Vieille Capitale s’est transformée au fil du temps.

Le Vieux-Québec constitue le premier arrêt de Pierre Thibault. Si ce quartier est souvent associé à la colonisation française, il serait plus juste selon l’architecte de le rapprocher de la colonisation anglaise. Les principaux bâtiments ont en effet été construits au 19e siècle, à une époque où les échanges entre la ville portuaire et l’Empire britannique étaient nombreux. « Autour de 1850, il y avait jusqu’à 1500 navires [par année dans le port de Québec]. La Ville, qui avait alors 50 000 habitants, accueillait jusqu’à 25 000 marins par année », explique-t-il.

La reconstruction de la place Royale sous une esthétique française a été une erreur, selon lui, puisqu’elle renvoie « à une image idéalisée, donc romancée » du Vieux-Québec.

Le visage architectural bigarré de Québec

Le quartier industriel St-Roch a eu jusqu’à la fin des années 1960 une artère commerciale effervescente avec la rue Saint-Joseph. L’arrivée des centres commerciaux est toutefois venue mettre un terme à ce bouillonnement, et plusieurs bâtiments sont demeurés abandonnés pendant des années. Pierre Thibault, qui a lui-même occupé un bâtiment de Saint-Roch abandonné pendant 20 ans, vante l’éclectisme architectural du quartier, qui est le fruit des transformations économiques.

L’entrevue et la suite

Place Royale sur le site internet de la Ville de Québec

Voir aussi : Architecture urbaine, Québec La cité.


3 commentaires

  1. Marc Guy

    5 avril 2019 à 08 h 18

    Je m’amuse souvent a suivre la trace des beau immeubles facile a reconnaitre. Les immeubles abandonner par les banques qui sont un service au entreprise . Elle permetre de suivre l’activité économique de la ville, du secteur du port de quebec qui c’est déplacer vers la rue st Jean et st Joseph ensuite Limoilou et maitenant Lebourneuf et Bauport .Une banque fermer est la fin ou baisse de l’activité économique du secteur.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. Léonce Naud

    7 avril 2019 à 09 h 50

    Pierre Thibault reprend une antienne courante chez nos architectes, à savoir que la « reconstruction idéalisée de la Place Royale sous une esthétique française a été une erreur ». Tel n’est pas mon avis. A-t-on déjà entendu UNE seule personne, parmi les millions de Québécois et les autres millions de visiteurs et touristes, qui ait exprimé son désappointement à ce que l’endroit n’ait pas été livré à des « trips d’architectes » tel que ce fut le cas avec la façade du quartier portuaire de Québec ?
    Cf.: http://gensdebaignade.org/documents/Deterioration_front_fluvial_historique_Memoire_UNESCO_2018.pdf

    Signaler ce commentaire

     ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *