Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Troisième lien, une folie

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 4 juin 2019 20 commentaires

Karine Gagnon
Journal de Québec

Encore une fois, il fallait s’y attendre. Le gouvernement Legault s’est empressé de tuer dans l’œuf le projet de troisième lien central que proposait dans nos pages, hier, un spécialiste en grands projets.
La ministre responsable de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault, n’a pas tardé à enterrer le scénario de Michel Lainé, et ce, même s’il aurait été tout à fait justifié de le considérer.

Situé au centre des deux villes, ce tracé pourrait présenter l’avantage d’unir deux pôles très achalandés dans le but de maximiser les déplacements entre les rives. Des experts sérieux ont statué qu’il serait faisable.

On ne peut dire s’il pourrait s’agir du meilleur projet, faute d’expertise en la matière. Le seul moyen de se prononcer sur son bien-fondé impliquerait de l’inclure dans les travaux du bureau de projet du troisième lien.

Mais voilà, le problème, c’est que tous les scénarios situés ailleurs qu’à l’est sont écartés. Donc, on ne saura jamais. Peu après sa nomination comme ministre des Transports, François Bonnardel avait d’emblée annoncé que seule la possibilité d’un lien à l’est serait étudiée.

On le sait, le gouvernement Legault serait prêt à tout pour justifier sa décision incompréhensible et non étudiée d’implanter un troisième lien à l’est.

Il est très malaisant de voir qu’on jongle ainsi avec des milliards de dollars sans aucune justification autre qu’une promesse électoraliste qui, selon les avis scientifiques unanimes, ne remplira même pas ses objectifs.

Absurdités en série

Remarquez bien, M. Bonnardel n’en est pas à une absurdité près dans ce dossier. Il y a quelques semaines, il se disait conforté par les résultats de la plus récente Enquête origine-destination.

Pour justifier le projet à l’est, l’élu s’était affairé à inclure dans les déplacements de l’est vers l’est des endroits qui ne s’y trouvent manifestement pas, soit tout le territoire situé à l’est des ponts sur la rive sud et tous les secteurs de Québec sauf Sainte-Foy et La Haute-Saint-Charles. Il n’y a qu’à regarder sur une carte pour constater l’arnaque en quelques secondes.

De nombreux experts ont d’ailleurs effectué des sorties publiques pour contredire l’élu, constatant qu’un nombre infime de Lévisiens se déplacent vers Beauport et Charlesbourg pour se rendre au travail ou à l’école. Ils sont encore moins nombreux à se déplacer de l’est de Québec vers l’est de la Rive-Sud pour les mêmes raisons.

Ce sont d’ailleurs des résultats qui n’ont rien de surprenant et qui sont à peu près semblables aux précédents.

Je me demande bien où seront les Éric Caire, François Bonnardel et Geneviève Guilbault de ce monde, grands défenseurs du troisième lien, lorsqu’on constatera, dans de nombreuses années, qu’on a jeté des milliards par les fenêtres sans réduire la congestion routière.

Puis, où seront ces grands visionnaires quand l’étalement urbain s’avérera inévitable ?

Laissez-moi deviner : en fonction du nombre d’années qu’il faudra pour voir la couleur de ce troisième lien défiant toute logique, ils seront bien loin de l’Assemblée nationale et s’en laveront les mains, salies par cette onéreuse fausse promesse.

La suite

Voir aussi : Projet - Troisième lien, Tramway à Québec, Transport.


20 commentaires

  1. jeanduez

    4 juin 2019 à 14 h 48

    Il est clair que les journalistes sont contre le troisième lien à l’Est.
    Dieu merci, le gouvernement pense pour le long terme et l’importance de ré-équilibrer le développement de la région.
    On ne va quand même pas aligner les ponts les uns à côté des autres indéfiniment.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Vincent

      4 juin 2019 à 20 h 18

      « ré-équilibrer le développement de la région »
      C,est une autre façon de dire accentuer l’étalement urbain, ce qui n’est pas souhaitable.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • paradiso Utilisateur de Québec Urbain

        5 juin 2019 à 11 h 41

        Pas nécessairement accentuer l’étalement urbain, mais:

        1- redynamiser le centre-ville de Lévis (qui tend à se dédoubler à l’ouest)
        2 – connecter le cégep Lévis-Lauzon au réseau de transport structurant
        3 – densifier et réaménager le boulevard Sainte-Anne
        4 – compléter le projet d’écoquartier d’Estimauville
        5 – rendre le super-hôpital plus accessible pour les gens de la Rive-Sud
        6 – faciliter les transports régionaux de tout l’est du Québec

        Il y a moyen de tout faire ça en respectant le zonage agricole à Beaumont, mais ça prend de la volonté politique.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  2. "Le" lecteur assidu

    4 juin 2019 à 17 h 00

     » Brie-King-Niouze  »

    Un sondage me révèle qu’à ce jour aucun résident de l’Est ainsi qu’aucune entreprise ou SBNL de l’Est également sont passés par l’Île d’Orléans pour continuer soit à la nage, soit en bateau, afin de traverser le fleuve et atteindre la Rive-Sud, aux alentours de Lauzon.

    Conséquemment, il n’y a aucune justification pour un 3e lien,  » sti-vi-dent  » !

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. jeand Utilisateur de Québec Urbain

    4 juin 2019 à 17 h 04

    Karine Gagnon fait 2 articles en alternance depuis 3 ans, 1 contre le 3 ième lien avec 0 subtilité et un pour le tramway avec 0 subtilité, elle est la soeur spirituelle de Bourque du Soleil

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      5 juin 2019 à 07 h 15

      Prétendre que Bourque écrit avec zéro subtilité c’est un peu comme si le 45e président des USA reprochait aux autres d’être négatif, de diviser la population et de manquer de respect. C’est aussi comme si on justifiait le 3e lien avec la diminution de l’émission de GES et le transport en commun.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  4. Jp-Duval

    4 juin 2019 à 21 h 13

    Visiblement, le bon-peuple-qui-sait-ce-qui-est-bon-pour-lui a la mémoire courte….

    Il y a quelques années, il désirait un amphitheatre tout neuf….C’était, disait-il, nécessaire pour que notre chère ville puisse devenir une des plaques tournantes des grands évènements culturels et sportif qui ont lieu dans le reste du continent. Il était convaincu que grâce à cet édifice il nous saurait possible d’attirer les plus grandes vedettes et que la populace ferait la queue pendant des jours pour se procurer des billets.
    La suite fut tout autre…..

    Sommes-nous en train de revivre le même scénario…..À la différence que le jouet aujourd’hui demandé coute plus cher que les 400 millions du bel edifice blanc qui semble paitre dans un champ!!??

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • jeand Utilisateur de Québec Urbain

      5 juin 2019 à 10 h 56

      Le bon peuple se rend régulièrement voir plein de shows dans le bel amphithéâtre tout neuf, bon ce n’est pas de la culture avec un C majuscule comme au Palais Montcalm (combien de spectateurs aux violons) »Le diamant de Robert et au Grand Théâtre tous subventionnés à grands coûts. Le vieux devait être remplacé, pour le débat à savoir si on aurait du simplement faire plus petit style 10-14k au lieu de 18k pour la LNH, là je suis bien d’accord

      Et oui le bon peuple qui paye peut bien avoir ce qu’il veut de temps en temps

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Antoine

      6 juin 2019 à 09 h 31

      Effectivement il a la mémoire courte, mais il a aussi pas de discernement. Un bel amphithéatre tout neuf pour quelques shows par année était-ce nécessaire ? Voir même est-ce vraiment rentable d’avoir une équipe de hockey à Québec ou devrons nous payer indirectement pour cela au final. Non ce projet était encore une fois un projet electoraliste, mais poussé par des médias soucieux d’avoir des côtes d’écoute. Ces mêmes médias qui dénoncent les dépenses du gouvernement, les problèmes climatiques, le transport en commun.

      Bref là leur nouvelle bébelle c’est un troisième lien. Et là ou c’est encore plus aberrant c’est que TOUS les spécialistes disent que c’est une erreur, que rien ne sera réglé avec cela. C’est comme nos nouveaux autoroutes ( promesses d’élection comme dans l’temps ) qui s’engorgeront rapidement.

      Mais encore pire dans le cas du troisième lien c’Est ce que sont des bouffons qui prônent cela et qui ne connaissent rien au transport, et qu’on est à risque de s’endéter de 5 milliards pour rien, pour quoi 10 000 personnes qui ont décidé d’aller vivre plus loin des centres mais qui veulent le beurre et l’argent du beurre, ne pas payer de taxe, et arriver en 10 minutes au travail.
      Ce dossier est vraiment un joke… mais à Québec c’est notre spécialité, troisième lien, amphithéatre, phare… des exemples contemporains de notre ignorance du développement urbain, des exemples du mépris de nos spécialistes.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  5. PPdaoust

    4 juin 2019 à 21 h 15

    Vrai que ce texte est davantage une chronique d’humeur qu’autre chose.

    Il y a d’autres façons de parler du 3e pont que dans un spectre idéologique.

    On a deux liens routiers. Le premier est vieux et usé et l’autre a bientôt 50 ans. De plus, aucun lien existant actuellement ne peut satisfaire durablement les besoins en TEC inter-rive.

    Dans ce contexte, pourquoi le 3e pont (qui en remplacera un jour le 2e) est si tabou intellectuellement?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Che

      5 juin 2019 à 10 h 55

      « Dans ce contexte, pourquoi le 3e pont (qui en remplacera un jour le 2e) est si tabou intellectuellement? »

      – Car il est vendu comme une solution à la congestion alors qu’elle va empirer à long terme avec le 3e lien.
      – Car il est présenté comme une urgence, alors qu’il n’en est rien (les deux ponts existants sont encore bons pour au moins 50 ans avec un bon entretien)
      – Car aucune autre solution pour améliorer la congestion sur les ponts n’est étudiée sérieusement (par exemple, un raccordement par transport en commun)
      – Car on s’est engagé dans une solution (3e lien à l’est) sans avoir aucune idée des coûts
      – Car on a retardé un projet qui était nécessaire (remplacement du pont de l’Île d’Orléans) sans savoir si on allait avoir le financement pour le 3e lien. D’ailleurs, cette décision s’est fait sans aucune preuve que la combinaison des deux projets va sauver de l’argent.
      – Car il répond à un besoin qui n’existe pas présentement, mais qui ironiquement, va être induit par son existence.
      – Car le fait de construire un pont qui encourage la circulation automobile est irresponsable lorsqu’on tente de réduire les émissions de GES, considérant le parc automobile actuel.

      Le fait de construire un nouveau lien entre Québec et la Rive-Sud va probablement se faire à long terme (30 à 50 ans). Rien de tabou là dedans. C’est le fait qu’on y va à la hâte, en escamotant des étapes, comme s’il y avait urgence d’agir, qui dérange.

      Au final, cette approche « couper les coins ronds » du gouvernement va mener à un pont de mauvaise qualité, avec une durée de vie limitée.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • jeand Utilisateur de Québec Urbain

        5 juin 2019 à 16 h 44

        tant qu’à ça:
        -le tram est présenté comme la solution à la congestion alors qu’il n’en est rien
        -le tram est présenté comme une urgence alors que les bus font la job
        -le tram ne raccorde rien
        -on est engagé dans le tram alors qu’on ignore les coûts, hier on en a coupé des bouts et on a enlevé 0$
        -on a engagé 2 personnes pour le tram =600000$ pour 2, ah oui là dessus il y a la madame qui va nous faire sauver de l’argent! C’est une EX de SNC, misère
        – on fait des abribus à 1,3 millions…
        -on achète des minibus à plus du double du prix

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • laéR

        6 juin 2019 à 11 h 38

        @Che, que dire à vos propos que, Amen!

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        6 juin 2019 à 18 h 26

        De mieux en mieux! Après que certains confondent tramway/SLR et trambus, maintenant on confond minibus et midibus. Tout ça pour éviter de blâmer les vrais coupables dans ce dossier, les politiciens qui ont cédé à la pression de nos grand talents en critiques gratuites et fallacieuses qui se plaignent de voir circuler des autobus vides.

        Quelqu’un s’est déjà plaint devant moi que le Métrobus 800 était toujours vide. Après lui avoir demandé où il réside, je lui expliqué qu’aux 3 premiers arrêts de la fin ( ou du début ) de parcours en banlieue c’est inévitable. Mais bon quand l’univers est en orbite autour de son nombril doit-on s’attendre à autre chose?

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Che

        6 juin 2019 à 20 h 05

        « -le tram est présenté comme la solution à la congestion alors qu’il n’en est rien »

        Le tramway et trambus va favoriser le développement des secteurs le long de leur parcours respectifs. Les gens qui s’installent dans ces secteurs vont avoir tendance a parcourir moins de kilomètres pour leurs déplacements, et à utiliser le transport en commun d’avantage. Ceci a été démontré dans plusieurs villes (Seattle, Vancouver).

        Densifier la ville dans des secteurs déjà construits (mais sous-développés) va définitivement réduire le traffic par rapport à développer des secteurs périphériques.

        « -le tram est présenté comme une urgence alors que les bus font la job »

        Le projet a été sérieusement étudié pendant plus de 15 ans. Plusieurs trajets ont été examinés. Deux modes des transports ont sérieusement été étudiés (SRB et Tramway). C’est un projet pensé pour le long terme et non pour l’urgence du moment.

        On a étudié pendant 15 ans. Le financement provincial et fédéral est là, c’est le temps d’agir.

        Quant à la bus, il s’agit d’un moyen plus coûteux à opérer les moins rapide.

        « -le tram ne raccorde rien »

        Le tram raccorde les quartiers les plus denses de la ville. Le futur réseau structurant qui l’accompagne rejoint 80% de la population à 10 minutes de marche. C’est rien ça ?

        « -on est engagé dans le tram alors qu’on ignore les coûts »

        Le coût du réseau structurant est de 3 milliards dont 2 pour tramway. Maintenant, vous n’ignorez plus les coûts.

        Sans parler de l’augmentation des valeurs foncières, qui va permettre à la ville d’assurer l’entretien du réseau.

        « hier on en a coupé des bouts et on a enlevé 0$ »

        Cette partie est réservée en contingence. S’il y a des bonifications à faire au projet ou des imprévus, on pige dans la contingence. C’est de même pour tous les grands projets.

        J’imagine qu’ils vont mettre à jour les coûts une fois le projet final approuvé. Dans le pire des cas, vous irez au séances d’information la semaine prochaine leur poser la question directement.

        « -on a engagé 2 personnes pour le tram =600000$ pour 2, ah oui là dessus il y a la madame qui va nous faire sauver de l’argent! C’est une EX de SNC, misère »

        Commentaire démagogique sans aucun fondement. Ce n’est pas tous les employés de SNC qui sont coupables par association.

        « – on fait des abribus à 1,3 millions… »

        Trouvez mieux.

        J’ai vérifié du côté de Montréal et les coûts sont similaires (pour le SRB Pie-IX par exemple). SSQ a aussi financé des abribus sur Laurier à coût similaire.

        En passant, vos chiffres sont gonflés (750k vs 1,3m), ce qui vous enlève de la crédibilité.

        « -on achète des minibus à plus du double du prix »

        Je ne peux commenter, j’ai aucune idée de quoi vous parlez.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  6. paradiso Utilisateur de Québec Urbain

    5 juin 2019 à 11 h 33

    Petite précision: au rythme actuel, le Québec accueille 1 million d’immigrants à tous les 20 ans. Il est évident que ça a un impact sur les déplacements, la densification, le taux d’inoccupation des logements locatifs (au plus bas depuis la crise de 2000 en ce moment).

    Pendant ce temps, l’espérance de vie continue de s’allonger. Alors à moins de cesser de soigner les personnes de plus de 70 ans (comme le suggèrent certains écologistes) ou cesser de se reproduire (comme l’a vraiment évoqué l’ex-maire Ferrandez) il est évident que les déplacements vont se maintenir ou augmenter. Les départs à la retraite et le télétravail ne vont pas tout régler.

    Sur une perspective de 30 ans, le 3e lien est ESSENTIEL.

    On a toutes les raisons de critiquer le trajet à l’est, mais à ce compte, la décision de construire un tramway comme axe structurant plutôt qu’un métro léger a été prise sur un coin de table. Labeaume avait un parti pris pour ce mode de transport depuis qu’il a visité Bordeaux chummy-chummy avec Alain Juppé en 2010.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Jp-Duval

      5 juin 2019 à 21 h 40

      Le quotas est de 50 000 immigrants par année. Sur un horizon de 20 ans ce n’est qu’un maigre 1 million et ce pour tout le Québec.
      Il faut bien comprendre que rien n’assure que ce quotas sera atteint.

      Il ne faut pas oublier que durant ces 20 ans bien des gens iront bouffer les pissenlits par la racine….Le baby-boom ( qui s’est terminé en 1965) quitte le monde de l’emploi pour celui de la retraite.Les données démographiques démontrent que 1.18 millions de personnes prendront leur retraite d’ici 2026. C’est un triste constat mais le Québec est en train de devenir la société la plus vieille au monde.

      Croire que l’arrivée de ces immigrants compenseront le déclin démographique relève de la pensée magique. On est loin d,un boom démographique qui laisse présager une hausse marquée de la population.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • laéR

        6 juin 2019 à 11 h 37

        […] et croire que les immigrants viennent à Québec est une autre fabulation. Ce n’est pas avec un 3e lien que ça va les attirer.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
    • Insider

      6 juin 2019 à 20 h 21

      En utilisant les arguments insignifiants de notre entrepreneur en zoothérapie, vous nuisez à votre réputation.

      Ça fait plus de 20 ans que dans les milieux des initiés on compare les modes de transport comme le Tramway/SLR et le métro. Lors du sommet sur la mobilité plusieurs experts de réputation mondiale ont réfuté les arguments fallacieux de notre beau Jeff et ses copains de la radio-poubelle mais les gérants d’estrade ont une surdité sélective.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *