Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Démolition de l’église Saint-Coeur-de-Marie : l’attitude du promoteur dénoncée

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 7 juin 2019 Aucun commentaire

Jean-François Nadeau
Radio-Canada

Un architecte de Québec, Jacques Plante, demande que le propriétaire de l’église Saint-Coeur-de-Marie respecte les conditions de démolition imposées par la Ville de Québec.

Le promoteur Louis Lessard souhaite démolir l’église pour y construire un immeuble à condos. Il entend contester devant les tribunaux l’obligation de préserver la façade de l’église de la Grande-Allée.

Jacques Plante dénonce cette façon de faire du promoteur.

« Je trouve l’attitude du promoteur particulièrement cavalière et complètement répréhensible et surtout pas acceptable. J’espère que la Ville va tenir son bout. Il ne faut pas se retrouver dans la situation de l’église Saint-Vincent-de-Paul où on détruit un petit eu pour détruire entièrement », affirme l’architecte.

Le conseiller de Démocratie Québec, Jean Rousseau, craint lui aussi qu’on se retrouve avec une répétition de la saga de l’église Saint-Vincent-de-Paul. Malgré les exigences du permis de démolition, la façade n’avait pas pu être conservée.

La Ville a mis la barre très haute en annonçant qu’elle procéderait à une expropriation et elle n’a rien fait. Il faut éviter que la situation pourrisse. Espérons que nous arrivions à une solution plus cohérente dans un délai raisonnable , affirme-t-il.

Conservation trop coûteuse

Le promoteur soutient qu’il lui sera impossible de préserver la façade sans l’octroi de subvention de la Ville de Québec et du ministère de la Culture.

Intégrer la façade de l’église à son projet résidentiel coûterait une dizaine de millions de dollars, selon lui.

Des arguments qui ne convainquent pas Jacques Plante.

« Le promoteur savait très bien ce qu’il achetait et je pense qu’il doit se plier aux recommandations qu’on va lui faire. Dans le cas de l’église Saint-Coeur-de-Marie, c’est particulièrement justifiable. C’est une église unique. C’est probablement le seul exemple au Québec d’une église de style byzantin », estime l’architecte et enseignant à l’Université Laval.

La suite

Et sur le site de la Ville de Québec:

Valeur d’âge et intérêt historique :
L’église Saint-Coeur-de-Marie est construite entre 1919 et 1921. La paroisse fondée et administrée par les Eudistes desservait à l’origine la bourgeoisie et l’élite francophone de la Grande Allée.

Valeur d’usage :
L’église a été fermée au culte en 1997. Ayant changé de propriétaire à quelques reprises, l’édifice a un avenir incertain.

Valeur d’art et d’architecture :
L’église Saint-Coeur-de-Marie est une oeuvre des architectes Arthur Régnault de France et Ludger Robitaille de Québec. Ce lieu de culte est remarquable par la modernité du parti architectural et par la technologie mise en oeuvre pour ériger la voûte de la nef. Le traitement architectural des façades (grands arcs) rappelle les basiliques romaines et se démarque par ses qualités expressives, notamment pour le clocher de style byzantin. À l’intérieur, des fresques, des mosaïques et des vitraux sont l’oeuvre de l’artiste Guido Nincheri.

Valeur d’authenticité :
L’architecture de l’église est demeurée authentique mais le mobilier intérieur a disparu. L’édifice est en mauvais état physique en raison d’un manque d’entretien depuis sa désaffection.

Valeur de position :
Le haut clocher à la forme originale est un important point de repère dans le paysage urbain. Par sa grande visibilité, l’église est très présente sur la Grande Allée.

Éléments caractéristiques incontournables :
· L’architecture extérieure et son clocher de style byzantin.
· Le décor intérieur avec ses voûtes et les oeuvres de Guido Nincheri.

Valeur patrimoniale globale : Supérieure

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Patrimoine et lieux historiques.

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *