Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Péage sur un troisième lien: l’art de se tirer dans le pied

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 28 août 2019 10 commentaires

François Bourque
Le Soleil

CHRONIQUE / Un péage sur un troisième lien serait contre-productif pour réduire la congestion sur les ponts actuels entre Québec et Lévis.

Après avoir rejeté il y a quelques mois l’idée d’un péage sur un troisième lien, le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) se dit aujourd’hui prêt à l’envisager.

Un principe économique élémentaire veut cependant que plus ça coûte cher, moins les gens en achètent.

Imposer une tarification dans un futur tunnel Lévis-Québec aura un effet dissuasif pour sur les futurs utilisateurs. Sauf pour ceux qui y trouveraient un grand bénéfice en leur permettant d’échapper à la congestion.

Les études origine-destination montrent cependant que la grande majorité des utilisateurs actuels des ponts habitent l’ouest de Lévis et vont travailler ou étudier dans l’ouest ou au centre de Québec.

Pour ces citoyens, il y aura peu d’intérêt à faire un long détour par un troisième lien à la hauteur de l’île d’Orléans sur des autoroutes 20 et 40 déjà congestionnées aux heures de pointe.

Si on leur demande en plus de payer pour emprunter le tunnel, il restera de moins en moins de volontaires et l’impact sur la congestion actuelle sera nul.

Même des clients «naturels» d’un troisième lien, résidents de Bellechasse ou de Montmagny par exemple, pourraient choisir d’ignorer le tunnel pour éviter d’avoir à payer.

Je n’ai rien contre le principe de l’utilisateur payeur, mais encore faut-il y mettre un peu de cohérence et ne pas saboter par un péage l’objectif qu’on dit poursuivre.

Si l’objectif est vraiment de soulager la congestion sur les ponts et si le gouvernement est ouvert à un péage, ce n’est pas l’accès au troisième lien qu’il faudrait tarifer, mais l’accès aux ponts actuels. Il n’est même pas nécessaire d’attendre un troisième lien, ça pourrait se faire dès maintenant.

Une tarification sur le modèle du pont de l’autoroute 25 à Montréal avec un droit de passage plus élevé en heure de pointe, pourrait avoir un impact instantané sur la congestion.

Si ça coûte plus cher de traverser à l’heure de pointe, les gens tenteront de devancer ou retarder leur déplacement, ce qui atténuera la pression sur l’heure de pointe.

Une tarification accrue des stationnements sur le territoire de Québec (et de Lévis) aurait aussi un impact sur la congestion. Pour éviter de payer, des citoyens se tourneraient vers le covoiturage ou le transport en commun, ce qui pourrait réduire le nombre de voitures sur les routes et la congestion.

Vous savez comme moi que le gouvernement de la CAQ n’imposera de péage sur les ponts de Québec ou Pierre-Laporte. Ni sur les stationnements.

La suite

Voir aussi : Projet - Troisième lien, Transport.


10 commentaires

  1. Jeff M

    28 août 2019 à 08 h 57

    Le péage doit limiter la demande induite. Celui de l’autoroute 25 voit son tarif ajusté à la hausse pour ne pas franchir le cap des 68000 passages quotidiens. Il faut le bon prix pour les circonstances données. Ça pourrait se faire avec le 3e lien
    Monsieur Bourque a toutefois raison de mentionner qu’on devrait d’abord tarifer les ponts actuels. En fait, on a raison de tarifer toutes les structures à coûts particulièrement élevés. Si on ne modère pas leur utilisation, on se met dans un pattern de surenchère en structures. C’est indéniablement se qui se produit avec le 3e lien.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      28 août 2019 à 09 h 22

      Le prix du stationnement est aussi un élément essentiel. Lire le livre de Donald Shoup « The High Cost of Free Parking » ou voir l’article « PROBLÉMATIQUE DU STATIONNEMENT » publié par Collectivités Viables pour en apprendre plus. Le stationnement gratuit ou à bas prix induit énormément de coûts aux contribuables!

      Ce qu’il y a de merveilleux à Québec c’est que le principe de l’utilisateur payeur ne s’applique presque pas aux automobilistes pendant qu’il s’applique beaucoup ( en proportion ) aux utilisateurs du Transport en Commun!

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Jeff M

        28 août 2019 à 09 h 33

        En effet, c’est du socialisme automobile!

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • PPDaoust

        28 août 2019 à 09 h 51

        Madame Janet Sadik-Khan, auteure du livre Street Fight et ancienne commissaire aux transports de New York s’attaque également à la question stationnement en faisant notamment valoir aussi la valeur foncière perdue de ces espaces gratuits ou peu cher.

        Je note pour le livre de monsieur Shoup, merci.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  2. Antoine

    28 août 2019 à 09 h 18

    Le troisieme lien, bébelle de politiciens sans vision et de radio poubelle populistes est le résultat d’un manque de connaissance et d’ignorance. Aujourd’hui la vérité est tenue par des animateurs de radio qui boivent leur grosse bière avant d’aller jouer au golf dans leurs gros VUS, qui savent eux ce qui est bon pour le ‘’vrai monde’’, qui ridiculisent les enjeux climatiques, bref. Nous sommes dans une ère d’ignorance valorisée, la terre est plate, le réchauffement climatique est une invention, la connaissance n’est plus aux spécialistes mais aux gens qui ont le micro, les études sérieuses sont ridiculisées, les urbanistes et spécialistes en transport ne comprennent rien au développement des villes. Alors voilà, on se retrouve aujourd’hui avec un projet de phare ridicule, de plus en plus de banlieue, de plus en plus d’auto, on élargie les routes et 6 mois après on est dans le même embouteillage. Pas grave le politicien a été élu avec cette promesse, il fera tout pour être élu avec une autre belle promesse de bébelle pour avoir un second mandat et sa pension. Et pendant ce temps les générations futures paieront pour l’ignorance actuelle

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. Che

    28 août 2019 à 14 h 24

    Je suis entièrement d’accord avec la proposition de M. Bourque pour financer le développement du 3e lien à l’aide de péage sur les ponts actuels (et l’éventuel 3e lien).

    Je ne veux pas que mes impôts servent à financer l’étalement urbain.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. Insider

    29 août 2019 à 08 h 36

    Le chat est sorti du sac, après la déclaration du premier sinistre ministre on peut conclure que c’est une infopub pour nous convaincre de voter pour mononcle Andrew.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  5. laéR

    29 août 2019 à 11 h 10

    Très intéressants les propos de tous ici. J’aime bien l’allusion au socialisme automobile.

    Ce étant dit, je m’inquiète beaucoup pour l’éducation des gens.

    Dit autrement, je trouve toujours aussi incroyable la proportion de gens qui, les yeux fermés, diraient oui à un 3e lien.

    Je trouve encore plus inquiétant les gens de l’Est de la ville de Québec qui dirait oui, car au final, ce sont eux les pires dans ce scénarios.

    Rajouters des centaines d’automobilistes sur les autoroutes 40 et 440 n’aidera en rien leur cause de congestion, déjà bien pire que celle des citoyens de la rive-sud.

    Ça me fascine comment la réflexion chez ces individus n’y est pas.

    Pourquoi cette situation si ce n’est que l’école ne leur aura pas permis d’avoir les outils de jugement adéquat?

    À moins que la propagande radiophonique induit fortement leur jugement. Ça fait peur.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *