Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Transformation extrême pour Fleur de Lys

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 13 novembre 2019 12 commentaires

François Bourque
Le Soleil

CHRONIQUE / Le projet de transformer Fleur de Lys en un nouveau quartier multifonctionnel habité commence à se préciser.

Le Soleil a mis la main sur des documents de travail qui laissent entrevoir un virage spectaculaire qui fait éclater le concept traditionnel du centre commercial replié sur lui-même au milieu d’une mer de stationnements.

Les promoteurs Jonathan et William Trudel souhaitent faire de Fleur de Lys un milieu de vie et de séjour pour des résidents permanents, des touristes et des spectateurs en route pour le Centre Vidéotron.

Ces derniers utilisent déjà les stationnements (gratuits) de Fleur de Lys, mais ne s’y attardent pas, faute d’attraits ou parce que les commerces sont souvent fermés aux heures de spectacle.

L’autre objectif est de mieux utiliser l’espace en densifiant le site, ce qui entraînera une réduction du stationnement de surface pour lui substituer des espaces équivalents en étages ou en souterrain.

Il est aussi prévu de diversifier les usages. S’ajouteront aux fonctions commerciales et de divertissement actuelles des usages résidentiels, d’hôtellerie, d’éducation et enseignement, de services et de vie communautaire, ainsi que des espaces publics, parcs et liens piétons-vélos.

Cette vision de relance d’un centre commercial en déclin n’est pas unique à Québec. On retrouve ailleurs beaucoup d’exemples inspirant qui intègrent ainsi des valeurs d’urbanisme et de développement durable aujourd’hui recherchées par les villes : moins de gaspillage du sol, diversité des usages pouvant réduire les déplacements, réduction des îlots de chaleur causés par les stationnements, encouragement à la mobilité active, accès au transport collectif, plus grande perméabilité du site favorisant les échanges avec le voisinage, large adhésion sociale au projet, etc.

On peut saluer ici la démarche assez exemplaire des promoteurs Trudel qui ont consulté des marchands (70), ce qui peut sembler aller de soi, mais aussi des groupes communautaires (60) et citoyens (2300) plutôt que de travailler en vase clos. La Ville de Québec a aussi été associée à la réflexion.

Le document obtenu par Le Soleil montre une transformation radicale de Fleur de Lys par l’ajout de rues et de nouveaux usages. On reconnaît en haut de l’image l’autoroute Laurentienne et le Centre de foires d’ExpoCité.

Illustration Trudel Alliance

La suite

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Commercial.


12 commentaires

  1. "Le" lecteur assidu

    13 novembre 2019 à 09 h 30

    * Commentaire succinct

    Même si la bonne foi ou la volonté de bien faire est là, il n’y a rien qui puisse me faire écrire  » WOW « .

    Un conseil:
    – Privilégier notamment l’absence de stationnement en surface, du  » Vert « , du
     » Vert « , du  » Vert  » !

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. PPDaoust

    13 novembre 2019 à 09 h 42

    Je connais un des architectes qui travaille avec les Trudel. Je vous assure que ça travaille fort et, de toute évidence, bien. Tout ça est très excitant.

    Le prochain défi, c’est l’autoroute que j’enfouirais sur 200m entre Soumande et la sortie du boulevard Hamel. Ça créerait une synergie fantastique avec Expo-cité, dans le sens où le libre passage en surface créerait un effet de rétention important des foules qui vont au Centre de foires et au Centre Vidéotron.

    Il y a tant de place à l’imagination pour ce secteur. À mon avis le pôle Laurentien-Expo-cité est le défi urbanistique le plus intéressant à Québec.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. Dany Lo.

    13 novembre 2019 à 11 h 32

    Je pense qu’on ne peut pas vraiment être contre le projet, j’espère bien qu’ils vont aussi investir pour rénover et embellir les bâtiments existants. Mais d’un autre côté, je crois que ce projet pourrait mettre les derniers clous dans le cercueil du projet de GM développement sur les terrains du concessionnaire Giguère (qui traine en longueur depuis une éternité) et compromet un potentiel projet en hauteur sur le site du colisée une fois qu’il sera démoli. J’attend tout de même les images avec impatience.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. Manu Dalton

    13 novembre 2019 à 11 h 52

    J’oserais simplement dire, peu importe ce qui sera vraiment réalisé au final c’est presque impossible que ça soit pire que l’état actuel…

    C’est une excellente nouvelle que les nouveaux propriétaires cherchent à revaloriser le site!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  5. michel

    13 novembre 2019 à 12 h 06

    Puis-je formuler deux souhaits ?
    1. Que ce projet de transformation extrême pour Fleur-de-Lys se concrétise, RAPIDEMENT !!!
    2. Qu’il inspire d’autres centres commerciaux à faire de même.
    Le simple fait d’imaginer à quoi pourrait ressembler la densification urbaine sur les stationnements des Galeries de la Capitale est pour moi quasiment orgasmique…
    Pour certains, c’est plutôt l’asphaltage des terres agricoles qui est jouissif…

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  6. paradiso Utilisateur de Québec Urbain

    13 novembre 2019 à 12 h 24

    Excellent projet de densification, qui ne parviendra malheureusement pas à recoudre la trame urbaine et faire le lien escompté entre Vanier et Limoilou.

    Il faut absolument que l’autoroute Laurentienne devienne un boulevard urbain à partir de la rue Soumande. Mais je suis déçu de voir une passerelle sur la maquette. C’est un avis de défaite.

    Il y a une occasion pour les élu-e-s de Taschereau et Jean-Lesage de faire progresser un dossier concret, au lieu de soulever des controverses vestimentaires et de s’opposer au 3e lien sans offrir d’alternative.

    Il y a une réelle possibilité de convergence politique entre les citoyens, les promoteurs et nos élus soi-disant écolos. Et une possibilité de dernier legs politique pour Régis Labeaume, qui complétera la vision amorcée avec le centre Vidéotron et le Grand Marché. Le dernier mot ne revient pas au ministère des Transports, qu’on se le dise!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  7. jeand Utilisateur de Québec Urbain

    13 novembre 2019 à 14 h 51

    je continue de penser que la nouvelle centrale du SPVQ aurait du être là

    D’ailleurs: http://www.journaldequebec.com/2019/11/13/les-couts-de-la-reorganisation-policiere-a-quebec-bondissent-a-124-m

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  8. antoine

    13 novembre 2019 à 21 h 08

    sérieux… on est en 2019… on dirait un plan fait en 1980… excitez nous un peu… merde…

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  9. Jean-François Morin

    14 novembre 2019 à 07 h 57

    « s’opposer au 3e lien sans offrir d’alternative »
    Ce n’est pas une question d’alternatives. C’est une question de qu’est ce qui fonctionne. Le 3e lien n’est pas sur la liste. En fait c’est toute l’idée d’un réseau de forte capacité pour l’automobile qui ne fonctionne pas par ce que ce qui a le plus d’impact c’est la façon dont la ville et ses habitants s’organisent. Et on s’apprête à faire une autoroute 10 ou 15 fois plus cher le km pour de maigres bénéfices. Parfois, ne rien faire est une alternative très intéressante.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • paradiso Utilisateur de Québec Urbain

      15 novembre 2019 à 14 h 13

      @Jean-François Morin: «Parfois, ne rien faire est une alternative très intéressante.»

      Parfois, ne rien faire est la meilleure manière de rester aux prises avec un modèle 100% autoroutier incluant un 3e lien à l’est.

      D’autant plus que l’opposition se prépare à revenir à la charge pour ce 3e lien, et contre le tramway, alors que la santé de Régis Labeaume semble précaire (à mon avis il ne se représentera pas en 2021).

      Alors quelle est votre solution pour l’autoroute Laurentienne?

      Quelle est votre solution pour relier la rive sud au réseau structurant?

      Quelle est votre solution pour le pont de Québec?

      Quelle est votre solution pour le pôle d’échange Sainte-Foy, maintenant que le projet de Phare est à toutes fins pratiques abandonné?

      Si on envoie des élu-e-s à l’Assemblée nationale, ce n’est certainement pas pour parler de coton ouaté et de poils sous les aisselles.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *