Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


La carte des embouteillages à Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 6 janvier 2020 14 commentaires

Donald Charette
Point de vue
Le Soleil

POINT DE VUE / L’étude sur l’achalandage dévoilée récemment par le bureau de projet du Réseau structurant (le tramway) indique la pression supplémentaire qui sera exercée sur la circulation automobile à Québec, si le projet se réalise dans sa forme actuelle. On y décrit la «redistribution des débits véhiculaires» sur les axes empruntés par le tramway ou le trambus et sur les rues perpendiculaires désignées «collectrices».

Le rapport en identifie 16, qui recevront entre 2000 et 7000 véhicules supplémentaires chaque jour. On les identifie à la page 175: avenue Duchesneau, route de l’Église, avenue Jean-de-Quen, rue Maguire, avenue Holland, avenue Belvédère, avenue de Bougainville, rue Saint-Vallier, rue Saint-Joseph, rue Prince-Édouard, la 18e rue, avenue des Alliés, rue des Chênes, la 41e rue, la 46e rue, la 55e rue.

Les rues des Cèdres et Duchesneau seront particulièrement encombrées et subiront plus de circulation, une progression de 2000 à 6300 automobiles quotidiennement. Sur Hochelaga, il y aura 7000 véhicules de plus, une hausse de 30 %. Le même phénomène sera observé sur Quatre-Bourgeois alors que les rues Wilfrid-Pelletier, Tripoli et Duchesneau verront passer 5000 véhicules de plus.

Les collectrices majeures que sont Holland, Belvédère et la 18e rue accueilleront 4000 autos supplémentaires. «La moyenne de variation pour ces collectrices est de 65 % alors qu’elle est de l’ordre de 200 % pour les rues locales affectées», y lit-on.

Sur René-Lévesque, l’impossibilité de tourner à gauche entre l’Université Laval et le centre-ville en fera un «axe tunnel». Seule la 1re avenue sort gagnante de cet exercice, car… la circulation en direction nord sera interdite entre la 4e rue et le boulevard des Alliés, ce qui taxera la rue du Colisée, la 3e avenue et la 4e avenue.

On en conclut que l’augmentation de la circulation automobile sur des rues locales ou collectrices «pourrait irriter les résidents des dites rues». La concentration des autos sur certaines artères, des feux verts plus courts, la priorité donnée au tramway et au trambus provoqueront, note-t-on, une augmentation des files d’attente et une difficulté pour sortir de certains secteurs de la Ville.

Le choix du tramway se traduira donc par de multiples bouchons pour les automobilistes et une perte de quiétude dans bien des rues qui longent le tracé. Nous voilà avertis.

La suite

Voir aussi : Projet - Tramway, Transport en commun.


14 commentaires

  1. Jeff M

    6 janvier 2020 à 08 h 40

    Donald Charette, il faudra vérifier ce qu’il amène. Parce que sa lettre précédente était bourrée d’inexactitudes. Je serais gêné à sa place.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. "Le" lecteur assidu

    6 janvier 2020 à 09 h 09

    @ Jeff M et autre parties intéressées

     » Mettons  » que les calculs de monsieur Charette ne seraient pas rigoureusement exacts.

    Est-ce qu’on peut quand même leur attacher une certaine valeur pour ne pas dire une valeur certaine ?

    Je connais quelques  » dividus  » propriétaires de résidences cossues sur notamment Bougainville.

    La question qui tue :

    – Croyez-vous que ce matin, la valeur de celles-ci vient d’augmenter ?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • PPDaoust

      6 janvier 2020 à 09 h 42

      C’est votre ami qui possède la résidence cossue présentement en vente sur Bougainville?

      Si 1.5 millions ne lui suffit pas, qu’il vienne me voir, j’ai sûrement 100$ à lui passer. :)

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • "Le" lecteur assidu

        6 janvier 2020 à 10 h 02

        1- Je sais comme vous qu’il y a une résidence en vente à ce prix;

        2- Bien que je connaisse l’identité du vendeur, ce qui est d’ordre public puisque la vente de celle-ci est confiée à un agent d’immeuble, le proprio n’est pas un ami.

        3- Sans limiter ce qui précède, dans l’hypothèse où cette personne serait mon ami, ce qui je le répète n’est pas le cas, en quoi çela aurait-t-il pour effet de rendre irrecevable , ou encore moins  » valable  » ma question ?

        4- Si jamais vous en avez l’intention, j’apprécierais lire un commentaire de votre part qui, à sa face même, s’avère plus  » songé  » !

        5- En 2020, l’envie ou autres traits de même nature ne sont pas des arguments valables ou utiles entre adultes .

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • PPDaoust

        6 janvier 2020 à 12 h 22

        Quand je pense aux externalités du Tramway, l’argument de l’évaluation des maisons cossues dans Montcalm ne m’apparaît pas motivé. Le fait est que le marché des propriétés de luxe est en croissance continue à Québec, Montcalm ne faisant pas exception. C’est écrit partout.

        Mais encore, ce qui me fait sourcilier le plus, c’est de vous voir vous inquiéter d’abord pour quelques amis propriétaires que vous croyez à tort impactés alors qu’il y aura tant d’autres citoyens, vraisemblablement hors de votre talle, qui le seront infiniment plus, pour vrai.

        J’aurais aimé m’en tenir à ma blague, mais votre réponse m’amène à malheureusement à vous égratigner un peu. J’en suis désolé.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  3. PPDaoust

    6 janvier 2020 à 09 h 10

    Les automobilistes (dont je fais partie la fin de semaine), qui profitent déjà d’un des meilleurs réseau routier en Amérique, sommes incapables de composer avec une pression supplémentaire. M. Charette représente bien les bébés gâtés que nous sommes.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. "Le" lecteur assidu

    6 janvier 2020 à 15 h 21

    @ PPDaoust et autres personnes intéressées

    * Compléments

    Afin d’éviter tout quiproquo, je ne suis pas ami avec qui que ce soit sur cette artère.

    Ceci dit, à moins d’errer, des rues avoisinantes comme Moncton, Brown ou des Braves ne  » jouiront  » pas du trafic annoncé sur Bougainville.

    Conséquemment, si j’habitais sur l’une de ces artères strictement résidentielles, hormis Bougainville, ça ne me ferait ni chaud ni froid.

    Par contre, imaginons que Bougainville serait une artère commerciale et que j’y exploiterais un commerce, ma réaction s’avérerait positive et à l’évidence je filerais le parfait bonheur.

    Pour votre meilleure convenance j’ai la chance de résider dans un arrondissement comportant notamment plein d’arbres matures où les services ont été enfouis par le promoteur visionnaire de l’époque; qui plus est la rue en question est majestueuse par sa configuration et n’y passe pratiquement que les résidents du secteur. J’imagine que nous aurions à voir  » notre  » artère devenir ce que Bougainville semble appelée à devenir; vous pourriez être assuré d’y voir une pancarte  » À vendre  » ….illico !

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  5. Che

    6 janvier 2020 à 17 h 13

    « Donald Charette, il faudra vérifier ce qu’il amène. Parce que sa lettre précédente était bourrée d’inexactitudes. Je serais gêné à sa place. »

    J’abonde dans le même sens, mais je suis allé voir la source pour m’en faire une idée. Les faits sont bien là. Il ne manque pas d’information importante dans ce qu’il rapporte.

    Par contre, on pourrait l’accuser de « cherry-picker » la section qui fait son affaire (l’impact sur les rues secondaires).

    Et sa conclusion est bien différente de celle des experts de la ville par contre. Mais comme ceci relève du subjectif (dans les deux camps), on ne peut pas vraiment protester. De plus, il va y avoir de traffic supplémentaire dans ces rues, qu’il y ait tramway ou pas.

    D’après moi (expert du dimanche), je crois que le traffic supplémentaire sur les axes secondaires est probablement sur-estimé si on regarde le long terme. Il va y avoir un effet de dissuasion important lorsque les gens vont voir à quel point ça ne circule pas aussi bien qu’avant. Dès lors, une bonne partie de la circulation de transit va avoir tendance à se réorganiser autrement pour compenser. C’est l’équivalent du traffic induit, mais à l’envers (baisse de l’offre = augmentation du coût = baisse de la demande).

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      6 janvier 2020 à 19 h 07

      « Il va y avoir un effet de dissuasion important lorsque les gens vont voir à quel point ça ne circule pas aussi bien qu’avant. Dès lors, une bonne partie de la circulation de transit va avoir tendance à se réorganiser autrement pour compenser. C’est l’équivalent du traffic induit, mais à l’envers (baisse de l’offre = augmentation du coût = baisse de la demande). »

      Ça va à tout le moins demander plus de planification. Est-ce désastreux de devoir le faire? Le cauchemar qui a tant été dénoncé par les bobos du plateau à Montréal!

      Pour ma part, demeurant sur une rue où la circulation de transit est grande, ce n’est pas tant la quantité de véhicules qui m’irrite. C’est l’aménagement qui ne protège pas les piétons et incite les conducteurs à accélérer pour atteindre le prochain stop ou feu rouge plus rapidement qui fait que j,ai le feu vous savez où.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  6. R. Bouffard

    6 janvier 2020 à 17 h 24

    Achalandage.

    Il y a quand même un minimum de vérité dans cet article.
    D’un côté on donne des chiffres « boostés » comparé au nombre de passagers vraiment payants. Il faut se méfier des experts.

    Pour le moment, le peuple de l’Accent d’Amérique est dans un profond sommeil, il n’est pas concerné, il n’a pas été touché financièrement et n’a pas encore été dérangé dans sa routine.

    Mais les prochaines années seront fertiles en pleunichage. Le meilleur exemple est la Route de l’Église à Ste-Foy ces derniers mois.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  7. michel

    7 janvier 2020 à 11 h 37

    « Donald Charette, il faudra vérifier ce qu’il amène. »

    Pas de problème, je le fais pour vous.

    *****

    Étude d’impact sur les déplacements (pp. 174-175) :

    Redistribution des débits véhiculaires des axes empruntés par le tramway et le trambus

    En général, les déplacements automobiles diminuent sur les axes accueillants le tramway et
    augmentent sur les axes routiers adjacents. Ainsi, le boulevard Hochelaga voit sa demande
    augmentée de 7 000 véh./j dans son tronçon à l’ouest, augmentation d’environ 30 %. Malgré ce
    report de volume, le boulevard Laurier continuera à enregistrer la même demande véhiculaire que
    celle observée actuellement. Ce maintien de pression sur cette artère est dû à sa position à l’entrée
    de la ville et aux multiples développements que connaîtra le secteur ouest dans le futur.
    Le transfert le plus remarqué sera sur la 1re Avenue. Les déplacements véhiculaires sur cet axe
    diminueront considérablement puisque la circulation automobile en direction nord ne sera plus
    possible entre la 4e Rue et le boulevard des Alliés. Les DJMA sur cette artère diminueront de 36 %
    passant de 11 000 à 7 000 Véh/j. Les usagers se déplaçant en voiture devront ainsi se trouver un
    chemin alternatif à partir du centre-ville pour accéder aux secteurs au nord de la ville. L’avenue du
    Colisée, la 3e Avenue Ouest, la 4e Avenue ainsi que l’autoroute Laurentienne (A-73) sont les axes
    routiers qui recevront les volumes transférés de la 1re Avenue.

    Le report des volumes véhiculaires pour les autres axes empruntés par le tramway dépend de la
    trame urbaine qu’il traverse. Ainsi, le boulevard René-Lévesque ne connaîtra pas une grande
    diminution des volumes véhiculaires qui y circulent. Les DJMA enregistrés sur ce boulevard
    avoisineront encore 10 000 véh/j à l’horizon 2026. Les volumes reportés sur les axes parallèles
    représentent principalement les virages à gauche qui ne seront plus possibles à la suite de la mise en
    place de la plateforme du tramway. Cette artère passera d’un lien reliant l’Université Laval à la colline
    Parlementaire tout en desservant les quartiers qu’elle traverse, à un axe « tunnel » assurant la liaison
    directe entre l’Université et le centre-ville.

    Le même phénomène sera observé sur le chemin des Quatre-Bourgeois où les DJMA à l’ouest de la
    route de l’Église avoisineront encore 17 000 véh/j. Cependant, les volumes représentant les virages à
    gauche seront transférés sur les rues locales ou des collectrices secondaires du secteur et non les
    artères parallèles puisque la trame urbaine n’est pas bien quadrillée et moins serrée. Ces
    mouvements, rendus impossibles par l’implantation du tramway, seront redirigés vers les collectrices
    franchissant la plateforme via les rues locales. Ainsi, les virages à gauche de l’est vers le sud
    s’effectueront en passant par les rues, Wilfrid-Pelletier, Tripoli et Duchesneau. Ces rues verront les
    volumes qui y circulent augmenter considérablement, soit environ 5 000 véh./j de plus.

    Redistribution des débits véhiculaires des rues perpendiculaires au tracé du projet

    Une concentration de la circulation sera aussi observée sur l’ensemble des collectrices qui
    traverseront les plateformes du tramway et du trambus. Les collectrices qui recevront des volumes
    véhiculaires supplémentaires variant de 2 000 à 7 000 véh/j sont les axes suivants :

    ● Avenue Duchesneau;
    ● Route de l’Église;
    ● Avenue Jean-de-Quen;
    ● Rue Maguire;
    ● Avenue Holland;
    ● Avenue Belvédère;
    ● Avenue de Bougainville;
    ● Rue Saint-Vallier;
    ● Rue Saint-Joseph;
    ● Rue Prince-Édouard;
    ● La 18e Rue;
    ● Avenue Des Alliers;
    ● Rue des Chênes;
    ● La 41e Rue;
    ● La 46e Rue;
    ● La 55e Rue.

    La pression se fera sentir sur les rues les moins achalandées actuellement. À titre d’exemple, les
    DJMA tripleront sur la rue des Cèdres passant de 2 000 à 6 300 Véh/j. L’avenue Duchesneau subira
    la même pression puisque les volumes véhiculaires doubleront dans le tronçon au sud de QuatreBourgeois. Les collectrices majeures, notamment Holland, Belvédère et la 18e Rue accueilleront une
    circulation supplémentaire de 4 000 Véh/j. Toutefois, en considérant les volumes enregistrés
    actuellement, la variation est moins spectaculaire que sur les rues moins achalandées. La moyenne
    de variation pour ces collectrices majeures est de 65 % alors qu’elle est de l’ordre de 200 % pour
    les rues locales affectées.

    Deux principaux enjeux majeurs sont induits par cette concentration de la circulation automobile sur
    les axes traversant les plateformes du RSTC :

    • Le premier consiste à une modification importante des conditions de circulation sur des rues qui
    sont actuellement locales ou collectrices secondaires, à l’image de la rue Tripoli ou des Cèdres,
    et qui deviendront très achalandées. Cette augmentation des volumes pourrait irriter les résidants
    desdites rues;
    • Le deuxième enjeu est lié à l’accessibilité des secteurs. En effet, la concentration des volumes
    sur quelques axes jumelée avec la réduction de la durée du feu vert pour ces axes au croisement
    des plateformes, induites par la priorité accordée au tramway et au trambus, engendrera une
    augmentation des files d’attente sur ces axes. La difficulté de résorber rapidement ces files
    d’attente pourrait augmenter les temps nécessaires pour sortir ou accéder à un secteur donné.
    L’ampleur de cet enjeu sera mesurée dans les analyses microscopiques de cette analyse. Des
    mesures d’atténuation seront ainsi proposées pour minimiser ces impacts.

    ****
    CONCLUSION : Il dit vrai !

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  8. "Le" lecteur assidu

    7 janvier 2020 à 12 h 01

    @ Michel et autres parties intéressées

    1- Félicitations pour votre labeur;

    2- Pour tous ceux qui  » s’inquiétaient  » , pour ne pas dire qui mettaient en doute le point-de-vue de monsieur Charette ( que je ne connais pas et dont je ne suis pas un ami ! ), je note la conclusion de Michel (sic) à l’effet que monsieur Charette:

    –  » dit vrai « 

    Signaler ce commentaire

     ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *