Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Un nouveau tracé pour le 3e lien: la suite

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 31 janvier 2020 28 commentaires

3e lien entre les centres-villes : Bonnardel appuie sur l’accélérateur. Alain Rochefort (Radio-Canada). Un extrait: « Le défi, c’est de réduire la congestion routière. On sera ailleurs avec ce projet dans les 75 prochaines années et puis [on va] amener les gens à utiliser le transport en commun ». « On veut avoir des bus qui vont passer aux 3-4 minutes. Il faut un réseau qui va fonctionner. Je n’ai pas le droit d’échouer », insiste le ministre. François Bonnardel croit que ce tunnel Québec-Lévis permettra de connecter plus facilement les réseaux de transport en commun des deux villes

Le contrat du tunnel signé en 1954!. Un extrait: La nouvelle paraît en Une de l’édition matinale du Soleil de ce 28 mai 1954. «Signature officielle du contrat pour le futur tunnel Québec-Lévis». Une lectrice m’a fait parvenir un extrait de la page. Je l’en remercie. On y raconte que la cérémonie a lieu dans les salons de la mairie de l’hôtel de ville de Québec. Elle doit marquer «le début des travaux de génie» du «tunnel Champlain» devant relier le Rond-Point de Lévis au carré Parent à Québec. Il y a dans la salle des élus dont le maire de Saint-David-de-l’Auberivière, des dignitaires et financiers ainsi que les représentants des compagnies américaines à qui on vient de confier le mandat de creuser le tunnel de 4 kilomètres.Lucien Borne est alors maire de Québec, mais c’est le pro-maire Gaston Flibotte qui signe pour la Ville. Le même Flibotte qui aura maille à partir quelques années plus tard avec les journalistes qu’il accuse en plein conseil municipal d’être des «ratés, des vendus et des homosexuels».

Plusieurs questions restent sans réponses Jean-Luc Lavallée, Stéphanie Martin, Taïeb Moalla (Journal de Québec). Un extrait: «C’est un projet qui est beaucoup plus viable que l’autre. C’est le jour et la nuit. L’autre projet avait beaucoup de risques de dépasser les coûts. Dans celui-là, les conditions du sol sont beaucoup plus faciles. Il y a moins de chances d’avoir de mauvaises surprises (…) Il y a probablement beaucoup moins d’incertitudes avec ce tracé-là», a-t-il affirmé en entrevue avec le Journal. Selon lui, la portion sous-fluviale du nouveau tracé est exclusivement «dans le roc», ce qui faciliterait les choses. «Dans l’autre tracé, la moitié du parcours était dans le roc et l’autre moitié dans le sable. Avoir un tunnelier qui fait les deux, c’est très cher et très risqué, a-t-il avancé. Dans le nouveau tracé, on sera dans le roc tout au long. C’est la même machine et la même technologie (pour creuser). C’est une technologie plus connue. Donc moins à risque.»

Un tunnel autoroutier demeure une mauvaise idée Vivre en ville. Un extrait: Vivre en Ville se réjouit de voir le gouvernement sortir du dogme d’un troisième lien à l’est, mais tient à réitérer son opposition à un projet qui demeure une mauvaise idée, pour la région et pour le Québec. Pour Christian Savard, directeur général de Vivre en Ville, « rien n’a encore permis de justifier la pertinence du projet. Cela reste une autoroute hors de prix qui contribuera à augmenter l’étalement urbain et la dépendance à l’automobile, avec tous les dommages associés. »

La députée Catherine Dorion est contre. Un extrait: Une énorme sortie de tunnel en plein milieu de ma ville avec des milliers de chars supplémentaires qui y débouchent à l’heure du trafic. Non, je ne suis pas enthousiasmée pantoute. Et c’est pas juste le monde du centre-ville qui vont en souffrir, en bruit, en gaz et en béton.

3e lien: La traverse Québec-Lévis est «là pour rester», dit Bonnardel Marc-André Gagnon (Journal de Québec). Un extrait: «Je veux rassurer les employés [de la Société des traversiers du Québec], ils n’ont pas à s’inquiéter», a répété le ministre des Transports, en marge du caucus présessionnel de la Coalition avenir Québec. «Pour moi, les traversiers sont importants pour cette portion du fleuve, a souligné M. Bonnardel. Il y a un aspect quand même aussi touristique le fun pour ceux qui l’utilisent, plus en période estivale… Alors il n’est pas question de toucher aux deux bateaux présentement [en service].» Bien que la première pelletée de terre devant donner le coup d’envoi aux travaux de construction du tunnel Québec-Lévis soit toujours prévue d’ici les élections générales de 2022, ce n’est pas de sitôt qu’il sera possible d’y circuler. «Vous comprendrez qu’on ne coupera pas le ruban du tunnel Québec-Lévis tout de suite, a dit le ministre, alors on a besoin de ces deux traverses encore un très très très très long bout de temps.»

Et finalement,une entrevue intéressante avec le ministre Bonnardel à Radio-Canada à l’émission Première heure à 07:44

Voir aussi : Message d'intérêt public, Projet - Troisième lien.


28 commentaires

  1. Dany Lo.

    31 janvier 2020 à 14 h 08

    Sur un tout autre sujet, Immostar ne devait pas dévoiler ses plans pour l’ilot Lapointe en janvier, je n’ai toujours rien vu à ce sujet, des nouvelles quelqu’un?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. Rene

    1er février 2020 à 01 h 19

     ou annuler
    • Dany Lo.

      1er février 2020 à 07 h 50

      Et bien, si c’est bien le plan, on peut presque parler d’un dédoublement des résidences Ekla. Même style, même hauteur, à peu près les mêmes dimensions, il n’y a que les balcons et la couleur qui diffèrent. Je dois avouer que je serait un peu déçu, que je m’attendais à mieux…

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • René

        1er février 2020 à 11 h 18

        J’ai personnellement l’impression que Ste-Foy ne deviendra pas ce que nous pensions avec un 3e liens de centre-ville a centre-ville… J’ai plus l’impression que le Centre-ville de Québec va juste se consolider et continuer de se développer dans St-Roch et La haute-ville… je serais même partant pour un déménagement du Phare dans St-Roch près de la sortie du Tunnel… genre sur les terrains de l’ancien poste de police…

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Jean-Christophe Utilisateur de Québec Urbain

        3 février 2020 à 11 h 28

        Si c’est bien le plan, je serai très content! Il s’agit d’une densification bien faite et qui respecte le PPU à la lettre en terme de gabarit et d’hauteur. C’est exactement ce que Sainte-Foy a besoin! Plus de résidents à proximité du transport en commun, des services et des commerces.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Luc B

        3 février 2020 à 20 h 16

        @René: Je pense en effet que de replacer le centre ville au centre de l’agglomération au lieu de le placer à l’extrémité me semble gagnant.

        Toi tu amènerais le phare dans St-Rock, moi je l’amènerais sur René Levesque en face du grand théâtre et à côté donc de la tour de la banque Nationale.

        Avec le tramway souterrain à cet endroit, le phare pourrait se connecter à la station Grand Théâtre. À Ste Foy le tramway risque de ne plus passer sous ce méga complexe. De plus, comme il y a déjà des tours en hauteur à cet endroit, ca consoliderait la trame de la haute ville alors qu’à Ste Foy, sa localisation complètement à l’ouest aurait créé un effet monolithique.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Rene

        3 février 2020 à 22 h 19

        @Luc B OMG! super idée!

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  3. Jeff M

    1er février 2020 à 06 h 00

    C’est tu moi ou le 3e lien ne soulève plus les passions tout d’un coup?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. Che

    1er février 2020 à 08 h 14

    Après avoir tout absorbé l’info, voici mon impression révisée :

    Une sortie complète des voies du tunnel au stade Canac est un non-sens. Il va avoir une circulation beaucoup plus intense sur cette autoroute, qui est bordée de quartiers résidentiels. Je trouve ça étrange qu’on se préoccupe du bruit et des vibrations qu’un tramway apporte (légitimement), mais que ces facteurs sont complètement évacués lorsqu’on parle de voitures. Sans oublier la pollution.

    De plus, il ne devrait pas avoir de bretelles pour faire un « u-turn » vers la colline parlementaire. Ceci pour éviter une circulation supplémentaire en ville. Il y a plusieurs stations de trambus destinés aux personnes désirant se rendre au centre-ville, ce qui répond à ce besoin.

    Enfin, ça prend un péage sur la portion routière. TOUS les nouveaux ponts dans les 25 dernières années au Québec incluent un péage (les ponts de la 25 et la 30… le pont Samuel-de-Champlain remplace un pont existant). C’est un non-sens d’étaler (sans jeu de mots) le coût de cette infrastructure sur toute la population, alors qu’elle répond à un besoin très spécialisé.

    Au final, je crois que cette nouvelle mouture va démontrer à la population qu’un tunnel avec uniquement un transport en commun fait beaucoup plus de sens.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Luc B

      1er février 2020 à 09 h 10

      Je continue de penser que le péage avec ce nouveau projet devrait être fait sur le pont de Québec. L’ouest est déjà bien pourvu de liens.

      De plus ce péage permettrait de valoriser le pont en réinvestissant ces sommes dans sa mise en valeur…. Je rappelle que ce pont a une valeur patrimoniale.

      Jy retirerais aussi une voie afin de le dédier au TEC.

      On voudrait un tout au TEC sur le nouveau lien mais on continue le tout à l’auto à l’ouest c’est illogique.

      Le nouveau lien à l’est a l’avantage qu’il combine les deux. Ceux à l’ouest sont encore assez orphelin en ce sens.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • laer

      1er février 2020 à 17 h 19

      « Il va avoir une circulation beaucoup plus intense sur cette autoroute, qui est bordée de quartiers résidentiels.  »

      Heu…. à ce que je sache, l’autoroute 40 où débouche le premier tracé est également bordé de maison, de nombreuses maisons, d’une école primaire, dont la cour donne sur l’autoroute.

      Pourquoi accepterions nous que les gens de Beauport et Charlesbourg verraient leur circulation augmenter, mais pas les gens de Limoilou?

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • PPDaoust

        3 février 2020 à 08 h 21

        Limoilou est entouré de pollueurs. La qualité de l’air est l’une des pires au Québec.
        Vous direz surement quelque chose comme… Heu… Savais pas…

        Actuellement Laurentienne est pas mal puisque c’est une autoroute de voitures. Ajoutons-y une circulation multipliée de poids lourds et ça fait beaucoup de pollution. Par dessus le marché, les vents viennent principalement très de l’ouest.

        Che a tout à fait raison. Votre manque de préparation et de prudence transparaissent encore une fois.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Che

        3 février 2020 à 13 h 58

        « Heu…. à ce que je sache, l’autoroute 40 où débouche le premier tracé est également bordé de maison, de nombreuses maisons, d’une école primaire, dont la cour donne sur l’autoroute.

        Pourquoi accepterions nous que les gens de Beauport et Charlesbourg verraient leur circulation augmenter, mais pas les gens de Limoilou? »

        Vous avez entièrement raison. Ce n’est pas parce que je me préoccupe de la qualité de vie des gens de Limoilou que je minimise celle des autres.

        Je suis de plus en plus convaincu que la meilleure solution est d’abandonner la partie routière de ce projet et de conserver la partie TEC. Puis, dans un horizon de 30-40 ans, on pourra ré-évaluer la situation (en considérait le degré d’usure des ponts existants et l’évolution de la réalité démographique).

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  5. michel

    1er février 2020 à 09 h 12

    En tout cas, on ne pourra pas dire que QuébecUrbain n’informe pas bien ses lecteurs sur le sujet.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Luc B

      1er février 2020 à 09 h 16

      C’est un enjeu tellement important pour la région…

      Mais c’est dommage que les gens soient si polarisés.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Insider

        1er février 2020 à 09 h 26

        Quels critères doit-on respecter pour ne pas être qualifié de « polarisé »?

        Je m’amuse de constater que ce qui est si important pour le projet de Réseau structurant ne l’est pas comme par magie dans celui du « 3e lien » (sic).

        L’enfer de la pollution sonore, publication des études, compétences de ceux qui ont obtenus les mandats, potentiel de dépassement des coûts etc.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Jeff M

        1er février 2020 à 18 h 41

        Le projet s’est imposé dans l’actualité en raison d’une polarisation des médias d’opinion sur la mobilité. Ça fait 2 ou 3 ans que ça dure, depuis leur campagne contre le SRB, ils ont vu qu’ils pouvaient spinner sur la mobilité pour leur show. Mais justement, c’est un show. On a laissé des politiques publiques s’influencer par du spectacle destiné à des gens dans leur char. Et le spectacle, c’est avant tout de la polarisation. Un lien routier supplémentaire ne réglera rien dans la circulation. Dire ça n’est pas spectaculaire, mais il y a énormément de données qui le laisse croire.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
    • Gérald Gobeil Utilisateur de Québec Urbain

      1er février 2020 à 10 h 50

       ou annuler
  6. alexk7 Utilisateur de Québec Urbain

    1er février 2020 à 14 h 07

    Je suis très enthousiasme pour cette nouvelle mouture du projet de 3e lien. L’autre projet à 3 km à l’est avait peu de sens, aurait eu comme conséquence d’augmenter l’étalement urbain et n’aurait servi somme toute qu’à bien peu de gens.

    Cette nouvelle proposition, si elle vient bel et bien avec une offre de transport en commun efficace, va venir diminuer à long terme la circulation automobile dans le centre-ville. Elle va également favoriser l’intégration des deux villes. Ce n’est pas de l’étalement urbain si on densifie Lévis au lieu de construire à Ste-Brigitte-de-Laval.

    Beaucoup de gens disent que le volet autoroutier va venir augmenter la circulation dans St-Roch. Je ne comprends pas ce raisonnement. Le bassin d’emploi de ce secteur ne va pas subitement augmenter significativement. En période de pointe, les voitures qui vont arriver du sud vont remplacer des voitures qui seraient arrivées du nord de toute façon.

    De plus, la complétion d’une voie de circulation périphérique pour Québec va résoudre une partie des aberrations du réseau routier à Québec, qui force à prendre un axe est-ouest pour se déplacer dans l’axe nord-sud. Les voitures qui ont comme origine ou destination un endroit dans l’axe de l’autoroute 20 ou 40 viendront en partie utiliser la partie à contresens du trafic, utilisant mieux la capacité actuelle.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      1er février 2020 à 14 h 56

      « En période de pointe, les voitures qui vont arriver du sud vont remplacer des voitures qui seraient arrivées du nord de toute façon. »

      Je ne comprends pas. En quoi ces voitures auraient forcément circulé sur Laurientienne direction sud?

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Dédé

        1er février 2020 à 15 h 47

        «En quoi ces voitures auraient forcément circulé sur Laurientienne direction sud?»

        Peut-être qu’il est question de l’obligation pour les habitants de l’est de la ville de faire le détour (est-ouest) et prendre les ponts (nord-sud)pour se rendre disons au centre ville de Lévis ou plus à l’est sur la rive-sud. Aberration réelle.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        1er février 2020 à 23 h 13

        « n période de pointe, les voitures qui vont arriver du sud vont remplacer des voitures qui seraient arrivées du nord de toute façon. »
        Il est question des voitures qui arrivent du sud. Je présume que le sud étant du côté de Lévis.

        Présentement si ils passent par le pont ou le traversier. Pourquoi ne peuvent-ils pas par exemple circuler sur le boulevard Champlain, René-Lévesque ou Charest ?

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Dédé

        2 février 2020 à 13 h 53

        Ah ok.

        Désolé, je croyais que votre questionnement était sur ce paragraphe:

        « De plus, la complétion d’une voie de circulation périphérique pour Québec va résoudre une partie des aberrations du réseau routier à Québec, qui force à prendre un axe est-ouest pour se déplacer dans l’axe nord-sud. »

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • alexk7 Utilisateur de Québec Urbain

        4 février 2020 à 08 h 48

        Je parle spécifiquement de l’embranchement hypothétique près du stade de baseball. Beaucoup de gens disent que ça n’a pas de bon sens d’aller augmenter le débit de voitures à cet endroit, y compris le maire de Québec.

        Je suis d’accord qu’on ne veut pas augmenter le débit, mais je pense que même si cet embranchement existe, l’impact sera vraiment moins grand que les gens pensent. Un meilleur transport en commun et certaines mesures supplémentaires (comme interdire les camions lourds sur Dorchester et Charest) font partie de la solution.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        5 février 2020 à 06 h 30

        « l’impact sera vraiment moins grand que les gens pensent »

        @ alexk7

        Sur quoi vous basez-vous pour affirmer ça? L’enquête Origine Destination?

        On doit vous croire sur parole?

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  7. Stéphane Pitre

    4 février 2020 à 09 h 25

    Pourquoi ne pas connecté le 3iem lien à l’autoroute Dufferin-Montmorency via la partie déjà creusée (et condamnée) sous la parti haute de Québec. Ce qui permettrait à tout ceux provenant de la rive sud l’accès au centre-ville de Québec rapidement et pour ceux qui vont vers le nord de contourner la ville ce qui allègerai le réseau routier actuel de la ville de Québec.

    Actuellement, une bonne partie du trafic qui n’arrête pas à Québec conjestionne le réseau simplement pour le traversé. Non seulement on allège le réseau mais on réduit du fait même la pollution.

    En connectant la sortie du tunnel à l’autoroute Dufferin-Montmorency nous pourrions faire des économies puisque la connection existe déjà. Certes il faut reconstruire les bretelles d’accès mais bon rien n’est parfait. Gagnant, gagnant !

    Signaler ce commentaire

     ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *