Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Des résidents de Saint-Roch «sous le choc» devant le nouveau tracé du tramway

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 6 mai 2020 38 commentaires

Stéphanie Martin
Journal de Québec

Des citoyens de Saint-Roch ont eu le «choc» d’apprendre que contrairement aux plans initiaux, le tramway pourrait circuler sous leurs fenêtres.

On envisage un changement de tracé pour le tramway dans Saint-Roch. Au bout de la rue de la Couronne, au lieu d’emprunter l’autoroute Laurentienne jusqu’au pôle d’échanges situé sur l’ancien terrain de la Croix-Rouge, il continuera tout droit et passera sur la rue du Chalutier, près des habitations.

Un citoyen de Québec, Frédéric Dufour, a eu la surprise d’apprendre cette nouvelle lors d’une réunion d’information menée par le bureau de projet du réseau structurant de transport commun (RSTC) et qui s’adressait aux propriétaires du secteur. Il a alors réalisé que le tramway passerait à quelques mètres de sa copropriété et de ses fenêtres. « Je me suis dit : c’est une aberration. »

Les propriétaires sont selon lui « très anxieux » face à ce nouveau scénario de tracé. « Les impacts sont immenses pour les résidents », affirme-t-il en mentionnant le bruit, la perte d’intimité et la perte des stationnements privés.

« Je ne suis pas contre le projet de transport structurant. Au contraire, souligne M. Dufour, mais là, le RTC dépasse les bornes ! Nous sommes tous sous le choc et estomaqués. »

Haute fréquence

La rue du Chalutier est une artère où très peu d’autos circulent, fait-il remarquer. Le tramway, en revanche, circulera à haute fréquence. « Ça passe tellement proche de nos copropriétés ! Les résidents vont regarder par leurs fenêtres et ils vont voir les visages des passagers du tramway. »

Les citoyens qui habitent un peu plus au nord et qui font face au terrain où la démolition a duré plusieurs mois seront aussi affectés par le passage du tramway, estime-t-il. « J’ai dit au RTC : si vous trouvez que j’ai une grosse réaction, attendez de voir celle des résidents de l’autre côté. Ça a été l’enfer pour ces gens-là. »

Le bureau de projet a fait valoir que le nouveau tracé était moins compliqué que celui qui était préconisé avant, et qui forçait à négocier deux courbes avant de se rendre sur le pont Drouin. Il a aussi mentionné que des mesures d’atténuation allaient être mises en place. Cela n’a pas convaincu les résidents. « On est sacrifiés », laisse tomber Frédéric Dufour.

Du côté de la Ville de Québec et du bureau de projet du RSTC, on n’a pas voulu commenter la présentation faite aux citoyens et les scénarios de tracés.

« Enjeux spécifiques »

Le porte-parole David O’Brien s’est limité à dire que « cette rencontre avec les résidants du secteur de la rue du Chalutier s’inscrit dans une série de rencontres citoyennes de proximité. […] Il est nécessaire pour la Ville de procéder à ces échanges avec la population afin d’aborder des enjeux locaux très spécifiques. »

La suite

Voir aussi : Projet - Tramway.


38 commentaires

  1. CLess

    6 mai 2020 à 08 h 03

    La raison soulignée dans le texte est pour simplifier l’implantation du Tramway. Cependant, il faut se rappeler dernièrement l’annonce du nouveau tracé du 3e lien qui pourrait sortir à cette hauteur de l’autoroute Laurentienne. Peut-être que le bureau de projet a reçu une commande ou a prévu ce trajet alternatif pour pallier au 3e lien. à suivre.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. jeand Utilisateur de Québec Urbain

    6 mai 2020 à 14 h 58

    Bon une nouvelle napkin!

    Là Labeaume pense que le RTC aura un déficit de 100 millions et la ville 50, il est dans le champ gauche pour la ville. Il va y avoir des centaines de fermetures de commerces sinon des milliers et ils payeront plus de taxes,et effet domino les proprios et employés vont avoir de la misère avec leur taxes. Tout ce qui est touristique c’est terminé pour minimum un an si et seulement si ça va bien. Les revenus de taxes vont chuter mais aussi les autres: parcomètres-tickets-permis-droits de mutation et autres.
    Et ça c’est juste au municipal, provincial ça va être des dizaines de milliards et le fédéral on va pas être loin de 300 milliards.
    Va falloir couper quelque part

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      7 mai 2020 à 13 h 46

      @ jeand

      J’espère que vous n’avez pas visionnée la conférence de presse de notre PM cet après-midi. Il a répété pour une n-ième fois qu’il va accélérer les projets d’infrastructure. Apparemment le canal de communication entre lui et vous ne fonctionne plus.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • jeand Utilisateur de Québec Urbain

        12 mai 2020 à 13 h 26

        Comme il le disait à l’autre élection: on verra
        Les agences de cotation auront leur mot à dire
        Pour l’instant les transports de masse sont à éviter

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        12 mai 2020 à 18 h 19

        « Les agences de cotation auront leur mot à dire » (sic)

        La comparaison se fera avec des pays qui sont épargnés comme votre votre ami Vlad ou Mr 45th?

        Je le répète votre message ne passe pas. Il est grand temps que vous partagiez vos connaissances pointues sur le sujet avec nos premiers ministres et leurs conseillers.

        « Pour l’instant les transports de masse sont à éviter » (sic)

        Je vous laisse avec votre excitation très malsaine suite au malheur qui nous frappe.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        12 mai 2020 à 20 h 57

        […] sont épargnés comme celui de votre ami Vlad ou Mr 45th?

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  3. Pierre Tremblay

    6 mai 2020 à 15 h 21

    Très juste. Couper ou utiliser le 3.3 milliards à des fins plus utiles. La pandémie que nous traversons actuellement est la pire des choses qui pouvait arriver pour la promotion du transport en commun. Qui pense que les gens seront pressés d’aller s’entasser comme des sardines dans un autobus ou dans un tramway? Ceux et celles qui n’ont pas d’autre alternative comme moi autrement la COVID-19 est une belle promotion pour l’auto-solo. C’est malheureux mais c’est la réalité.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • paradiso Utilisateur de Québec Urbain

      6 mai 2020 à 16 h 15

      Je reprendrai les transports en commun sans hésiter. S’il faut porter un masque je le ferai par respect pour les personnes plus fragiles.

      Au vu des chiffres qui entrent de partout dans le monde (cf Institut Pasteur), la dangerosité de la Covid-19 est grandement exagérée et montée en épingle par les médias.

      Ceci dit, les conséquences du surendettement et du confinement des 2 derniers mois se feront sentir à long terme. Nous allons passer par une profonde récession. Dans ce contexte, les chantiers publics auront un rôle important à jouer dans la relance de l’économie.

      Au fait, ces chantiers peuvent se financer par l’émission d’obligations du Québec, plutôt que la monnaie de singe de Trudeau empruntée — c’est-à-dire créée ex nihilo par les banques privées.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  4. Dédé

    6 mai 2020 à 15 h 36

    « et qui forçait à négocier deux courbes avant de se rendre sur le pont Drouin»

    Tiens donc, voilà que les courbes sont un problème pour le tramway maintenant. Pourtant, au temps du Phare, la belle boucle n’en était pas un. :-)

    https://images.radio-canada.ca/q_auto,w_960/v1/ici-info/perso/trajet-tramway.png

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  5. "Le" lecteur assidu

    6 mai 2020 à 16 h 35

    ✳️ « Rions », « Chantons », pendant qu’il est encore temps, …avant que le « Rideau tombe » ❗️

    – 14-18 a changé le Monde; tout comme le crash de 29 et ce qui s’en est suivi.

    – Et oui, ça nous a amené à 39-45, et ainsi de suite jusqu’à COVID-19.

    – Et malgré des signes déjà apparents pour le simple citoyen, « on » semble ne pas en être conscient ❓, se refuser à l’évidence ❓, continuer de vouloir livrer un « héritage » qui manifestement sera d’une autre époque, par entêtement ❓, par orgueuil ❓, par quoi au juste ❓

    – En fait, je m’en balance car mon seul et unique pouvoir est de voter 1 fois aux 4 ans; il me reste encore 1 1/2 an à attendre.

    – Pour me distraire, je regarderai les autobus vides, oui…vides et ne vous en déplaise , qui ne seront plus jamais pleins pour une raison évidente à savoir que nous venons tous, i.e. pas juste Québec mais le Monde entier, d’entrer dans un tout autre paradigme.

    – Mais ça, on se refuse à l’évidence ❗️

    – Ça ressemble de plus en plus à une pièce de théâtre dont il est évident que ça va finir par un désastre sauf que, malheureusement, on n’est pas en train d’assister à une pièce de théâtre.

    – En fait, il n’y a ici que nous, nous seuls comme ….contribuables ❗️

    P.S. Je compatis avec les gens de la rue des Chalutiers, les « Chanceux » ❗️

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  6. JpDuval

    6 mai 2020 à 16 h 37

    « Au fait, ces chantiers peuvent se financer par l’émission d’obligations du Québec, plutôt que la monnaie de singe de Trudeau empruntée — c’est-à-dire créée ex nihilo par les banques privées. »

    En réalité, les deux paliers de gouvernement finance leur dette par des émissions d’obligations.
    Qui les achètes?
    1- Les caisses de retraites des entreprises canadiennes.
    2- Les fonds d’investissements de type obligataire ( Fidelity par ex.)

    Le problème est que les gens qui s’en procurent n’ont pas des capacités d’achat infini. Par exemple, un gestionnaire d’une caisse de retraites est limité dans ses achats par l’argent qui y est déposé par les cotisants du régime.
    Ainsi, il peut arriver que les gouvernements aient de la difficulté à trouver preneur si ils émettent un trop grand nombre d’obligations. Lorsque cela arrive, le gouvernement n’a pas d’autre choix que de proposer ses obligations sur le marché international…..Ce qui n’est pas très bon car le pays devient ainsi dépendant des autres pour son financement.

    Ainsi, la situation du Québec n’est guère plus reluisante que celui de son grand frère canadien. La dette publique vient d’exploser et nous saurons dans quelques mois que sera les conséquences réelles du virus sur la vie économique.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  7. Alex Utilisateur de Québec Urbain

    6 mai 2020 à 17 h 23

    Si je me fit à google maps, on parle d’un impact pour quoi, 10 appartements (condos) à même cette rue?

    C’est pas une nouvelle ça, on s’en fiche du chialage de 2-3 personnes sur l’ampleur de ce projet. Ben oui, le tracé pourrait passer proche de votre demeure, boo-hoo.

    Ceci étant dit, encore une fois, la ville fait preuve d’un manque de constance et de clarté par rapport au projet. Au final, j’espère que tout ça (crise inclue) mènera éventuellement à un projet sensé, ie: metro.

    Le Japon me manque..! Allez voir le quartier de Ueno à Tokyo, eux savent s’approprier le côté ‘industriel’ et ‘crasse’ de ce genre de projet et d’y trouver du positif plutôt que de chialer à outrance.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  8. R. Bouffard

    6 mai 2020 à 20 h 35

    C’est drôle, « Les Pours » se réveillent !

    Ils viennent de découvrir l’ampleur négative du projet pour lequel on fonce tête première, même si le monde a changé depuis le 12 mars 2020.

    Quand les gens de Sainte-Foy ont réalisé que le tramway passerait au bout de leur cour privée le long des lignes d’hydro, il n’y avait rien là.

    On veut réintroduire un système démodé dont on s’est débarrassé dans les années 1940.
    Si le projet continuait, on entendrait des pleurs et grincements de dents venant de l’accent d’Amérique.

    Imaginez les fils d’araignées au-dessus des rues. Le harnachement du Boulevard St-Cyrille, les quelques commerces ayant survécus à la crise du Covid, fermés pour des mois pendant les travaux.

    Les politiciens payeurs du provincial et fédéral, à même nos impôts, ont une importante réflexion à faire.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  9. "Le" lecteur assidu

    6 mai 2020 à 20 h 48

    @ R. Bouffard

    ➕ 1

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  10. Insider

    7 mai 2020 à 09 h 17

    Je constate que nos petits copains sont en formes!

    Tout comme super Mario, ils sont surexcités de nous faire peur avec la dette, les théories sur la monnaie etc. Le Crédit Social est-il ressuscité par nos conservateurs puritains? ;-)

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • PPDaoust

      7 mai 2020 à 10 h 21

      Le Japon est endetté à 246% de son PIB.
      Or, ça reste l’un des pays les plus riche et viable sur la planète.

      Mais bon, au Québec (43%), ça ne fait pas beaucoup de temps qu’on côtoie la grande richesse. C’est donc normal de voir encore exposées des leçons économiques et sociales apprises il y a longtemps par des prêtres.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Insider

        7 mai 2020 à 10 h 41

        « C’est donc normal de voir encore exposées des leçons économiques et sociales apprises il y a longtemps par des prêtres. »

        Quand ça vient d’un chroniqueur comme Mario Dumont dont le parti politique est devenu la CAQ, c’est un peu exaspérant. Mais bon quand tu donnes ton opinion sur tout tu risques d’atteindre la limite de tes compétences. ;-)

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • JpDuval

        7 mai 2020 à 19 h 42

        Il faut faire attention aux comparaison….Dans le présente cas il y a deux différences majeures.

        1- Le Japon est un pays…..Le Québec est une province d’un pays. Cela signifie que pour faire un calcul comparable il nous faut inclure le quotepart de la dette canadienne qui nous revient.

        2- Le Japon a une population de 126 millions. Son PIB est de 4971 milliards. En comparaison le Québec a un PIB de 435 milliards.
        Concrètement…C’est comme si on comparait une personne qui a une dette représentant 20% de son revenu annuel de 25 000 a une autre qui possède le même taux d’endettement mais qui a un revenu de 100 000, Celui qui a le plus bas revenu possède une dette plus faible mais a peu de marge de manoeuvre….Alors que l’autre peut facilement s’occuper de la sienne.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • PPDaoust

        7 mai 2020 à 22 h 16

        Malgré moi, vous avez pensé que je comparais le Québec au Japon alors que mon but premier, c’était simplement de dire que l’endettement n’est pas une catastrophe pour une économie forte comme la nôtre.

        Je suis d’accord avec votre critique par contre.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • jeand Utilisateur de Québec Urbain

        12 mai 2020 à 13 h 37

        Bel exemple le Japon, un pays qui s’en va dans le mur encore plus vite que nous. Je vous laisserai faire vos recherches mais en gros le Japon perd 500000 citoyens par année et cela s’accélère à chaque année avec la population la plus vieille au monde, ils acceptent proche de 0 immigration avec un taux de fécondité anémique. En 2050. il est prévu 76 millions de japonais, 40 millions de moins en gros que présentement. Une catastrophe anticipée le Japon et on se compare à eux?
        Canada va avoir un déficit de 300 milliards et j’anticipe 30 pour ici.
        Nos côtes de crédit vont baisser=$$$$
        Sans vaccin= aucun transport en commun n’est sur et le SARS qui date de 2000(un autre coronavirus) n’a toujours pas de vaccin

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        12 mai 2020 à 18 h 10

        « Sans vaccin= aucun transport en commun n’est sur et le SARS qui date de 2000(un autre coronavirus) n’a toujours pas de vaccin »

        Toujours aussi nuancé! Je vous laisse deviner si je préfère ce qu’en dit le Dr. Matthew Miller.

        Allez porter votre CV à l’INSPQ et aux centres de recherches de pointe en santé. Il est grand temps qu’ils profitent de vos connaissances.

        Misère…

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
    • dédé

      7 mai 2020 à 10 h 58

       ou annuler
      • Insider

        7 mai 2020 à 13 h 42

        Merci Dédé!

        Cette vidéo est un rayon de soleil en cette période de confinement. Pour vous remercier je vous promets d’être prudent avec ce que je mets « sur la finance ». ;-)

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Dédé

        7 mai 2020 à 16 h 09

        @ Insider,

        Ça me fait plaisir énormément. Cette vidéo fait toujours son effet et il y a une bonne part de vérité la dedans. ;-)

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  11. Che

    7 mai 2020 à 12 h 45

    À tous qui crient à l’horreur de la dette, je vous suggère d’écouter les vidéo de Mark Blyth à ce sujet :

    https://www.youtube.com/watch?v=go2bVGi0ReE

    TL;DR : Si le gouvernement coupe ses dépenses lorsque ça va mal, ça va aller encore plus mal.

    Il faut juste repayer une partie de la dette lorsque ça va bien (ou du moins, balancer le budget), afin de dégager de la marge pour recommencer à emprunter lorsque le besoin se présente.

    La dette présentée comme un vice est une des pires impostures inventée par les « conservateurs fiscaux ». Présenter un budget d’état comme un budget familial est une vraie joke (d’ailleurs, la plupart des familles sont endettées, donc trouvez l’erreur).

    Imaginez si personne ne peut s’endetter pour acheter une maison ou démarrer une entreprise ? Ou si les entreprises ne peuvent émettre des actions ou obligations ?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • PPDaoust

      7 mai 2020 à 18 h 57

      Est-ce que cela était enseigné au collège classique?
      À lire nos pédants dinosaures, non.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Insider

      7 mai 2020 à 19 h 31

      Un autre mythe tenace a été déboulonné avec le « Brownback Kansas Experiment ». Ce Sam Brownback est un beau dinosaure!

      Si un jour on dit de vous que vous avez fait un « brownabck » ne prenez surtout pas ça comme un compliment.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • JpDuval

      7 mai 2020 à 20 h 33

      « Il faut juste repayer une partie de la dette lorsque ça va bien (ou du moins, balancer le budget), afin de dégager de la marge pour recommencer à emprunter lorsque le besoin se présente. »

      En réalité, ce que vous décrivez est une veille idée qui remonte à l’après-guerre et qui est à la base du concept de welfarestate.
      Ce concept fut « acheté » par bien des pays en occident incluant le Canada et le Québec.
      Seul hic….C’est que ce sytème ne fut jamais efficace car les gouvernements qui l’ont appliqué sont aujourd’hui prisonnier d’une dette gigantesque.
      Nous sortons d’une décennie de forte croissance économique avec une dette de près de 250 milliards.
      Présentement il y a encore de la marge pour pouvoir emprunter….Mais tôt ou tard le robinet devra arrêter de couler d’où l’importance de bien choisir les endroits où il sera le plus profitable d’investir.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Che

        7 mai 2020 à 22 h 22

        « C’est que ce sytème ne fut jamais efficace car les gouvernements qui l’ont appliqué sont aujourd’hui prisonnier d’une dette gigantesque. »

        Et les gouvernements qui ne l’ont pas appliqués vivent dans la pauvreté. Ou ils ont perdu la guerre…

        Dites moi, quel pays a appliqué l’austérité en temps de crise et a fini par s’en sortir plus fort ?

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • JpDuval

        7 mai 2020 à 22 h 48

        Ai-je parlé d’austérité?

        Non…..Je mettais bien maladroitement en lumière que nous entrons dans une période incertaine et que la marge de manoeuvre financière du gouvernement sera limitée. Les capacités d’emprunts ont des limites.
        Il y a un avant et un après….Et nous nous devons d’être circonspect…..Ce qui nous menace n’est pas une récession mais plutôt une dépression!

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Che

        8 mai 2020 à 08 h 56

        Vous êtes très raisonnable :-)

        Ceci dit, je suis pas entièrement en désaccord avec le fait de re-prioriser les projets en fonction de la nouvelle réalité, qui n’est pas encore entièrement définie. C’est juste qu’il faut éviter le piège de céder à la panique et d’annuler tous les projets.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  12. R. Bouffard

    7 mai 2020 à 19 h 12

    Camil Samson, un orateur hilarant et un visionnaire.

    Nos politiciens contemporains sont ternes, ennuyants et blafards, comparé à Camil.

    Quand j’habitais à Rouyn-Noranda, j’ai eu la chance d’assister à un de ses spectacles lors d’une assemblée, de la campagne du NON, quelques jours avant le référendum de 1980. Ça battait tous les humoristes.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *