Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Le rêve inachevé des entrepreneurs autour du Centre Vidéotron

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 13 septembre 2020 15 commentaires

Centre Vidéotron à Québec Thursday September 3, 2015. (C) Francis Vachon info@francisvachon.com

Camille Simard
Radio-Canada

En septembre 2015, le maire Labeaume inaugure en grande pompe le Centre Vidétron. L’occasion est trop belle pour plusieurs entrepreneurs qui flairent la bonne affaire. Plusieurs terrains sont acquis autour du nouvel amphithéâtre. Cinq ans plus tard, force est de constater que plusieurs projets immobiliers tardent cependant à sortir de terre.

Le promoteur et courtier immobilier Nicholas Desharnais est un de ceux qui percevaient tout le potentiel du secteur.

L’annonce de l’amphithéâtre n’était pas encore officielle, mais on s’entend : il y avait un bouillonnement, se souvient-il.

M. Desharnais a fait l’acquisition d’un triplex, en 2013, dans le but d’en faire un projet immobilier haut de gamme.

Sept ans plus tard, l’immeuble situé sur la rue Boisclerc, à deux pas de l’amphithéâtre, est abandonné. Les murs sont placardés. La Ville oblige même le promoteur à démolir son bâtiment.

« J’ai été carrément obligé de fermer l’immeuble, de continuer à payer les taxes, de monter un projet avec une firme d’architectes et des ingénieurs afin de trouver des solutions pour que ça reste lucratif », déplore-t-il.

Son projet de construction résidentielle devra encore attendre. Le promoteur se bute à plusieurs difficultés avec la Ville, comme le choix des matériaux de construction ou encore la grandeur des logements. Je dois défrayer les coûts pour me raccorder à la rue Boisclerc. Là, je suis raccordé à la ruelle, ça cause plusieurs problématiques, soutient-il.

Jusqu’à présent, Nicholas Desharnais a investi 60 000 $ en frais de notaire, d’architectes, et en taxes municipales. Il se demande encore si le projet va se réaliser.

D’autres promoteurs immobiliers, comme Construction Saint-Pierre Roseberry, ont aussi dû mettre leur projet immobilier sur la glace. Le duo a acquis le terrain en 2017 où se trouvait l’ancienne boutique de costumes Créations face-à-faces sur la rue Eugène-Lamontagne.

« Nous, on a saisi l’opportunité, voyant qu’il y avait du développement qui se faisait autour du Centre Vidéotron », explique Karine St-Pierre. Le projet de 5 millions de dollars, baptisé Le Scandinave, comprenait des locaux commerciaux et un immeuble résidentiel de 55 unités locatives réparties sur 6 étages.

Or, malgré plusieurs demandes de dérogation de zonage, la Ville a évoqué une nouvelle vision pour le secteur, ce qui a entraîné plusieurs reports, détaille l’architecte responsable du projet.

On s’est fait dire que c’était mieux de patienter, d’attendre après ce PPUProgramme particulier d’urbanisme ou cette vision-là, avant de faire un amendement ou une dérogation. De toute façon, ça n’aurait pas été recevable puisqu’il y avait une nouvelle vision qui s’en venait, explique Guillaume Fafard, architecte chez Quinzhee architecture

En dépit d’une certaine lourdeur bureaucratique, les entrepreneurs ont finalement revu le projet initial. Ils ont imaginé un immeuble locatif de quatre étages comportant une quarantaine d’unités, afin de le rendre conforme au zonage actuel. Il n’est pas exclu qu’une demande de permis soit faite pour s’ajuster à un nouveau zonage éventuel.

« Ça fait 4 ans que nous avons ce terrain-là, ça fait 4 ans qu’on paie des taxes là-dessus, veut, veut pas, c’est quand même un investissement important, il faut que ça avance », lance Karine St-Pierre, déterminée.

La femme d’affaires croit tout de même au développement du secteur.

Oui, on y croit beaucoup, mais la lenteur de la ville fait en sorte que c’est décevant, ça peut être lourd.

L’architecte Guillaume Fafard demeure aussi convaincu du plein potentiel du secteur.

« Je regardais la carte aérienne du secteur et on voit l’espace vacant qu’il y a là, on regarde ce qui s’en vient avec le centre commercial Fleur de Lys, ce sont des grandes mares de stationnements, il y a un potentiel immense », conclut-il.

La Ville de Québec s’apprête d’ailleurs à présenter, cet automne, les grandes lignes de sa vision pour le secteur Wilfrid-Hamel-Laurentienne. Une vaste consultation s’est amorcée en 2019 auprès des citoyens.

Ces nouvelles orientations pourraient éventuellement conduire à des changements de zonage en ce qui concerne les usages et les hauteurs afin de favoriser une plus grande mixité et un meilleur encadrement des grandes artères, précise par courriel la porte-parole de la Ville, Audrey Perreault.

L’article

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Commercial.


15 commentaires

  1. Dany Lo.

    13 septembre 2020 à 08 h 15

    Le problème est de de vouloir faire du « haut de gamme » dans un coin de la ville qui n’est pas dans ces prix la. On a voulu faire un projet d’amphithéâtre « le moins cher possible » en pensant peut-être que les immeubles monteraient comme des champignons autour, mais la ville se rend compte que ce n’est pas le cas. Si on aurais voulu faire du centre Vidéotron un endroit un peu « In » comme dans d’autres villes où les gens descendre des tours pour se rendre à pieds aux évènements, il aurait fallu le faire à un endroit où la construction y est plus intensive. Un amphithéâtre à Sainte-Foy aurait toujours eu plus de sens pour moi, à un endroit ou on aurait pu construire des tours d’habitation de 15 à 40 étages autour, mais bon, il sera un peu difficile de le déménager maintenant, il restera donc à mon avis encore un bon moment un service type « station service près de l’autoroute »

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • JpDuval

      13 septembre 2020 à 10 h 59

      Désolé de v vous contredire mais peu importe l’endroit où il aurait été construit le problème reste le même….Il y a peu d’évènements qui y sont présentés. Le développement immobilier dont vous parlez n’aurait donc pas eu lieu.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Dany Lo.

        13 septembre 2020 à 12 h 13

        Je ne crois pas qu’on se contredise vraiment, d’ailleurs je suis totalement d’accord pour dire qu’il n’y a pas assez d’événements (et encore, avec le Covid, ça n’ira pas dans le bon sens de ce coté), mon point est beaucoup plus de dire que si l’amphithéâtre aurait été construit dans un endroit où il y a naturellement beaucoup de développement (évidement tout est relatif, mais selon les standard de Québec) comme à Sainte-Foy, on aurait eu un amphithéâtre avec du développement autour. Si nous avions voulu que beaucoup de gens vivent autour du centre Vidéotron, il fallait le faire à un endroit ou c’était possible, maintenant il m’est clair que nous devons vivre avec le fait que cet endroit est fait pour du autoroute-stationnement-spectacle-autoroute. Je connais peu de personne qui choisissent un endroit pour vivre seulement en fonction de la proximité avec un centre de divertissement…

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
    • Antoine

      13 septembre 2020 à 12 h 37

      Tu as raison Dany, qui est-ce qui va choisir un condo à cet endroit à cause qu’il y a un amphithéatre à coté …, un fan fini des Nordiques? De Celine ? Sérieusement on comprend rien au développement urbain à Québec.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Luc

      14 septembre 2020 à 07 h 20

      J’ai toujours pensé qu’un des endroits ou il aurait pu être construit c’aurait été à la place du Canadian Tire à Ste foy. Il aurait été en plus sur la ligne du tramway, proche du phare, accessible facilement de la Rive-Sud

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  2. Antoine

    13 septembre 2020 à 11 h 51

    Le problème est qu’on devrait refiler la facture aux stations de radio poubelle qui ont tellement poussé pour qu’on investisse dans cet éléphant inutile . C’est devenu un enjeu electoral moussé par les Fillion de ce monde. Construire un amphithéâtre pour accueillir des multimilionnaires à partir de notre argent… bravo… Désolé mais j’ai toujours été contre ce projet, je le demeurerai. De plus comme à Québec on fait tout comme dans les années 70 bien on a implanté l’éléphant dans un parc vide… au lieu de le mettre au centre ville ( il y avait bien des endroits ) afin de densifier et transformé positivement nos quartiers existants. Et non, Fillion et les gérants d’’estrade veulent des autoroutes, des parkings, élargir les autoroutes, etc…

    Aujourd’hui c’est vide, on élargie nos autoroutes pour aller vivre loin du centre ville qui n’existe pas de toute manière à Québec, Ste-Foy c’est pas un centre ville désolé… Lebourgneuf non plus… Vive québec 70

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. Nathan

    13 septembre 2020 à 15 h 16

    On voulait un amphithéatre, on l’a, on chiale!
    on veut un réseau de transport structurant. On nous consulte, 110 mémoires déposés. Un tramway urbain comme Toronto, Gatineau et Ottawa, on chiale! On chiale!
    Un promoteur voulait construire un édifce de 65 étages, 750 millions $$, ceux qui ont peur de la hauteur se sont fait attendre et ils ont gagné.
    La ville de Québec progressait, mais là, on dirait qu’on veut arrêter de progresser!

    Un ppu s’en vient pour se secteur et les Trudel ont annoncé un investissement de 750 millions pour Place Fleur de Lys.
    on verra bien

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. « Le » lecteur assidu

    13 septembre 2020 à 16 h 20

    🔶 Corrigez-moi si je fais erreur 🙏 🙏 🙏

    🔶 Le gouvernement Charest sent la volonté populaire d’avoir un nouveau gros « Colisée » à Québec, mais sent bien aussi de la résistance au Québec;

    🔶 Si je me fie à ce que j’en ai compris, en effet je suis loin d’être un expert en semblable matière, une façon habile de faire passer ça est de contacter la députée du coin, en l’occurrence Agnès Maltais , de vendre « Ça » à son parti, ce qui fut fait; oui, il semblera qu’il y aura eu des tiraillements mais, en bout de ligne, tant le parti au pouvoir que l’opposition sont « officiellement » main dans la main;

    🔶 Le projet est annoncé, 400 millions de beaux $🇨🇦 dont 200 seront assumés par le Québec et les 200 autres par la ville de Québec;

    ▪️ Comme déjà écrit sur Québec Urbain, j’avais écrit à notre maire lui suggérant plutôt de mettre 5 millions de beaux $🇨🇦 dans l’ancien Colisée pour que notamment sa patinoire soit conforme à la LNH, d’attendre la confirmation de cette dernière à l’effet qu’il y aurait du hockey professionnel à Québec et enfin, sous réserve de ce qui précède, « on » livrerait un immeuble tout neuf, répondant aux normes de cette ligue dans les 3-4 années suivantes. Ainsi, tous et chacun y trouverait son compte, ce qui, à l’évidence, n’arrivera jamais.

    ▪️ Je m’arrête ici; inutile de tourner le fer dans la plaie; pour ou contre, on est tous « pognés » pour payer longtemps, très longtemps, …because ❗️

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  5. Mart9 Utilisateur de Québec Urbain

    13 septembre 2020 à 22 h 15

    Pour la comparaison avec Winnipeg et Pittsburgh, il manque un élément important, le prix du billet. Il est difficile de comparer le 40$ pour les Remparts avec le 100$ des Penguins.

    Il faudrait comparer les revenus totaux qui ont été générés par les amphithéâtres.

    Le Centre Vidéotron est un éléphant blanc mal situé!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  6. paradiso Utilisateur de Québec Urbain

    14 septembre 2020 à 22 h 25

    Je persiste à croire que le secteur a un excellent potentiel de développement à long terme, qui va se révéler quand le stationnement de Place Fleur-de-Lys va faire place à des logements. Proximité de tous les services, du parc linéaire de la Saint-Charles, du Métrobus 802 (et futur Trambus si on insiste un peu)…

    Porter un jugement 5 ans après l’ouverture du Centre Vidéotron et 2 ans après celle du Grand Marché me semble prématuré. À ce compte, le «Nouvo» Saint-Roch a pris encore plus de temps à démarrer, mais aujourd’hui qui remettrait en question la décision de créer un parc de 6 millions $ au pied de la côte d’Abraham?

    Aussi, on était dus pour une importante correction économique, Covid ou pas. Il s’agit d’un cycle mondial.

    Par contre je suis déçu de voir Le Scandinave amputé de 2 étages. La Ville ne peut pas se permettre de perdre des projets comme celui-là pour des broutilles bureaucratiques.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  7. « Le » lecteur assidu

    15 septembre 2020 à 22 h 30

    @ Vincent

    🔶 🔶 J’ignorais votre niveau élevé d’érudition et vous remercie par la même occasion de me permettre de m’y « nourrir ». 😉

    Signaler ce commentaire

     ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *