Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Un tunnelier monstre pour creuser le 3e lien

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 19 mai 2021 14 commentaires

Marc-André Gagnon
Journal de Québec

Le 3e lien entre Québec et Lévis sera l’un des plus larges tunnels au monde avec son diamètre de 19,4 mètres. Sa construction commencera par la conception du plus gros tunnelier encore jamais fabriqué, ce qui pourrait être risqué, selon un expert.

À l’heure actuelle, le record du plus gros tunnelier au monde (17,6 mètres de diamètre) appartient au monstre qu’a utilisé la Chine pour creuser un tunnel qui dessert depuis peu l’aéroport international de Hong Kong.

Il est suivi de près par « Bertha », le nom donné au mastodonte (17,5 mètres de diamètre) emprunté pour construire le tunnel SR-99, à Seattle, dont l’apparence se rapproche du 3e lien dévoilé lundi.
Avec ses deux étages superposés dans un seul tube, il s’agit « probablement du tunnel qui se compare le mieux » à celui encore plus gros projeté entre Québec et Lévis, a confirmé le porte-parole du ministère des Transports, Nicolas Vigneault.

Selon l’échéancier dévoilé lundi, il faudra attendre jusqu’en 2027 avant qu’un tunnelier commence à creuser entre Québec et Lévis. Si de nouveaux records risquent d’être établis d’ici là, on peut affirmer sans se tromper que le tunnel Québec-Lévis, avec un diamètre de 19,4 mètres, sera l’un des plus larges jamais creusés par un tunnelier.

Un défi de taille

« Un tube de 19 mètres, c’est très gros, mais c’est faisable », assure Bruno Massicotte, professeur à l’École Polytechnique de Montréal, estimant à 1 milliard $ le coût du tunnelier à lui seul.
« Mais plus le trou est gros, plus le risque est grand », a ajouté l’expert qui, en 2016, avait produit pour le gouvernement une étude de faisabilité sur un scénario de tunnel à 4 milliards $ qui passait à la pointe de l’île d’Orléans. À l’époque, un concept à deux tubes d’un diamètre de 15 mètres chacun avait été privilégié. Pourquoi ? « Parce que c’était plus simple », se souvient M. Massicotte, en particulier au niveau des entrées et des sorties des tunnels.

Si la solution monotube à deux paliers a été retenue cette fois-ci, c’est notamment en raison de la présence de galeries d’interconnexion avec le tramway, du côté de Québec. « La conception avec des voies superposées pour un tunnel est généralement moins coûteuse », affirme aussi le ministère.
« L’option superposée diminue les risques que comporte le forage de deux tunnels », a également indiqué M. Vigneault.

Des désavantages

M. Massicotte y voit, au contraire, « plus de désavantages », tant sur le plan des coûts, de la sécurité et de la vitesse d’exécution. « C’est quand même long, huit kilomètres », a-t-il souligné.
« Je n’ai pas de doutes, on peut le faire, mais ne nous attendons pas à ce que ce soit une partie facile », prévient le professeur. Il se croise les doigts pour que Québec n’ait pas à vivre ce qui s’est produit à Seattle : le tunnelier est resté coincé sous terre pendant près de deux ans, après avoir surchauffé en accrochant un tuyau métallique.

La suite

* Serge Chapleau (La Presse)

Voir aussi : Projet - Troisième lien, Transport, Transport en commun.


14 commentaires

  1. Luc

    19 mai 2021 à 07 h 47

    Définitivement ce sera un projet de tout les superlatifs. Gageons que plusieurs auront l’épiderme sensible en lisant cet article. On n’est pas habitué à Québec d’être les premiers en tout. Je pense que c’est une façon pour nous de sortir d’un certain complexe d’infériorité et de démontrer notre savoir faire.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Antoine

      19 mai 2021 à 11 h 47

      Faire un truc franchement risqué pour convaincre le monde qu’on est pas comme on pense qu’on est (vu qu’on a des « complexes ») me rappelle une certaine histoire de grenouille et de boeuf. Ce discours de « fierté » nous a déjà coûté cher avec le centre Vidéotron, sans compter le ridicule qu’il nous faudra porter pendant des années… Pôvre Québec…

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Jeff M

      19 mai 2021 à 16 h 06

      Il n’y a aucun complexe d’infériorité. Il s’agit de faire les bonnes choses. Aucune analyse des besoins n’a été rendu publique. Je dirais que se garocher dans ce projet comme la CAQ veut le faire est LA vraie faiblesse. Mais bon, ils sont prisonnier de leur promesse.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  2. « Le » lecteur assidu

    19 mai 2021 à 08 h 11

    ☝️ Sans vouloir reprendre mon long et récent commentaire sur Québec Urbain suite à la récente annonce du 3e lien, permettez-moi de rajouter ce qui suit, même si…

    J’avais en « archive » le site internet de « J’y vais en métro.com », ou plus précisément : jyvaisenmetro.com

    Je suis retourné y jeter un coup d’œil pour me rappeler ce qui y était proposé eu égard au 3e lien.

    Surprise !

    J’ajouterais même : «  Du gros bon sens ».

    La crainte que j’exprimais récemment d’emprunter éventuellement un tunnel de presque 9 kilomètres, sans compter l’envahissement du « bas de la ville » de Québec disparaissent presque immédiatement en regardant de nouveau la proposition du « groupe J’y vais en métro ».

    Je vous invite à au moins aller voir leur proposition sur le site en question.

    Bonne découverte❓

    Bonne réflexion❓

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • CLESS

      19 mai 2021 à 13 h 23

      Tout à fait.

      En tant que tel, le tracé du 3e lien est le bon.

      Et s’il était à 100% transport en commun, un métro dans l’exemple ci-dessus, l’impact de développement et de requalification serait majeure. On pourrait alors centrer la densification autour des stations et créer des TOD.

      Aussi, la largeur du tunnelier serait probablement réduite, puisqu’on n’aurait plus besoin d’une largeur de tunnel de trois voies, peut être deux et un étage seulement, réduisant énormément les coûts.

      Également, avec un métro, on pourrait alors avoir deux stations, soit une au traversier permettant de créer un lien intermodal avec le traverser et les autobus, et une autre à desjardins, voir quitte une troisième soit au centre des congrès ou dans le quartier umano.

      De plus, les stations seraient espacées d’une distances supérieures à 500 mètres, permettant au métro d’atteindre sa vitesse commerciale de pointe.

      Tant qu’à mettre de l’argent dans le projet et de faire tout annuler, on devrait faire pression pour qu’on transforme le 3e lien comme la ligne jaune à Montréal!

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • PPDaoust

        20 mai 2021 à 20 h 36

        Oui, et on sait déjà comment faire. Nous possédons l’expertise métro au Québec, l’une des meilleures au monde. Mais encore, il faudra vraiment étudier ce que ça peut amener pour Lévis. Moi perso je connais mal son potentiel de densification. Je connais mal aussi les intérêts de ses citoyens.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  3. Anselme

    19 mai 2021 à 08 h 50

    D’un côté, je suis bien content que le tramway aille de l’avant. De l’autre côté, il est évident que le tramway est un aspect secondaire de la CAQ. Par exemple, ils ont retiré une station au Grand Théâtre pour sauver un peu d’argent sur le tramway, mais il ne semble pas vraiment y avoir de tentive pour réduire les coûts pour le 3e lien. Au contraire, le 3e lien est un projet très ambitieux. Je ne comprends surtout pas l’obstination à dépenser autant d’argent pour aider un petit nombre de gens résidants la Rive-Sud. Oui, les gens de la Rive-Sud doivent pouvoir venir sur la Rive-Nord, mais il faut réaliser qu’ils ont fait un choix d’y habiter au lieu d’aller en banlieue sur la Rive-Nord. Ce n’est pas une situation comparable à Montréal où l’espace sur l’île est limité!

    Compte tenu des défis techniques, il semble difficile d’imaginer que le projet sera réalisé à 6-7 milliards. Je serais curieux de voir ce qu’on pourrait avoir comme transport en commun si la CAQ décidait d’y consacrer les 6-7 milliards.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. Antoine

    19 mai 2021 à 15 h 00

    Quand t’as besoin d’un gros tunnel, tsé un vrai gros pour soigner ton complexe d’infériorité.,…

    On est loin de l’époque L’Allier… l’impact sur la ville de la promenade de champlain demeure plus importante qu’un beau gros tunnel…

    Ben non c’est un lien vert… voyons….

    Misère

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  5. MarcQc

    19 mai 2021 à 21 h 07

    Quand Jacques Tanguay un vendeur de meubles donne son avis sur le troisième lien sa seule pensée est wow on va arriver plus vite à mes magasins… comment se fait-il qu’aucun urbanistes ne se prononce sur ce projet ? Ou sont les spécialistes en urbanisme, design urbain ? Silence radio… cela en dit beaucoup….

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • PPDaoust

      20 mai 2021 à 11 h 44

      Il paraît que pour limiter la perte de soutien politique chez une certaine catégorie d’hommes, le gouvernement fédéral planche sur un programme pour faciliter l’accès à la pénoplastie.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  6. Léo

    20 mai 2021 à 13 h 28

    Heureusement que le 3e lien ne se fera jamais, sinon vous imaginez le ridicule ?
    Le plus gros tunnelier du monde fabriqué pour permettre à quelques automobilistes de la petite ville de Lévis de gagner 15 minutes.
    Ouch.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • PPDaoust

      20 mai 2021 à 15 h 51

      C’est vrai ce que vous dites.

      L’arrondissement Desjardins, soit le Lévis pré-fusions de 2002, c’est 55 000 personnes!

      De ces personnes une grande minorité font la navette vers Québec, la majorité travaillant sur la Rive-sud.

      Même si je veux avoir « la plus grande vision d’ensemble possible », je vois pas le besoin avant un paquet d’années encore.

      Lévis Est ne dépend pas de Québec, et l’économie de l’est du Québec ne dépend pas d’un tunnel faisant sauver 25 minutes aux camions.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler

Poster un commentaire

ou

25  −    =  seize