Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Ottawa n’entend pas financer de tunnel routier entre Québec et Lévis

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 20 mai 2021 13 commentaires

* André-Philippe Côté (Le Soleil)

Boris Proulx (avec Isabelle Porter)
Le Devoir

Le gouvernement Trudeau n’a aucune intention de participer au financement du tunnel routier que le gouvernement québécois entend creuser entre Québec et Lévis, hormis peut-être la portion des voies réservées aux autobus.

« Je n’ai pas la demande [de financement] exacte aujourd’hui. Mais c’est certain qu’on s’attend à un montant significatif du fédéral », a précisé lundi le premier ministre François Legault au moment d’annoncer la construction d’un troisième lien dans la région de la capitale, dont le coût devrait avoisiner les 10 milliards de dollars. Tout juste avant, le chef du gouvernement a tenu à préciser que le projet de tunnel se réalisera, peu importe la réponse d’Ottawa. Cette réponse risque bien de le décevoir.

Plusieurs sources au sein du gouvernement Trudeau ont confirmé au Devoir qu’aucun montant n’est prévu pour la construction de nouvelles routes ou autoroutes en milieu urbain au pays. La construction d’un tunnel routier n’entre dans aucune catégorie de l’entente Canada-Québec sur les infrastructures, et Transports Canada n’a pas de programme permettant de financer un tel projet.

Selon les plans dévoilés lundi, le troisième lien Québec-Lévis comptera un total de six voies de circulation, dont deux réservées aux autobus électriques. Des stations sont prévues pour les usagers du transport en commun dans les centres-villes de chaque côté du fleuve.

Transport en commun

Seul le programme d’infrastructure Investir dans le Canada (PIIC), dont 7,5 milliards sont destinés au Québec, pourrait aider au financement du projet de troisième lien. Or, uniquement la partie du projet concernant la construction de voies réservées pour les autobus et ses stations y serait admissible.

« Nous avons démontré notre engagement en appuyant le Réseau structurant de la Ville de Québec et les voies réservées pour les autobus de la Société de transport de Lévis et d’autres projets de transport en commun à travers le Québec », a illustré Chantalle Aubertin, l’attachée de presse de la ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, Catherine McKenna. Par exemple, 1,2 milliard de dollars ont déjà été promis pour le futur tramway de Québec.

Les critiques du troisième lien ont déjà souligné l’improbabilité de voir affluer l’argent du fédéral pour un nouveau tunnel entre les deux rives du Saint-Laurent, même si le projet a été présenté par le gouvernement Legault comme une partie du Réseau express de la Capitale (REC). « Ce n’est pas un projet de transport collectif, donc je trouve ça difficile de voir comment le gouvernement actuel pourrait aller dans cette direction-là », a indiqué Christian Savard, directeur général de Vivre en ville.

Au maximum, le tiers du projet de tunnel contribuerait au transport en commun, selon Alexandre Turgeon, du Conseil régional de l’environnement (CRE) de la Capitale-Nationale. « [Si] le fédéral y contribue à 40 %, le gouvernement pourrait espérer tout au mieux 500 millions de dollars [d’Ottawa] », a-t-il calculé.

Le cabinet du ministre élu dans la région de Québec, Jean-Yves Duclos, a d’ailleurs soulevé de timides doutes quant au financement fédéral, le jour de l’annonce. Par voie de communiqué, il a indiqué avoir « hâte de recevoir » les détails du projet en matière de transport collectif. « Évidemment, la réussite du test des évaluations environnementales sera essentielle à l’appui du gouvernement fédéral », peut-on lire.

Pas d’obligation

Le gouvernement Trudeau n’a ni la responsabilité ni un véritable intérêt électoral à financer un projet de troisième lien à Québec, croit Marc André Bodet, professeur de science politique à l’Université Laval. « Je ne vois pas en quoi le gouvernement fédéral a une obligation de participer à ce type de projet là », tranche le spécialiste de la question des infrastructures.

Dans la fédération, dit-il, le rôle traditionnel d’Ottawa dans la construction de routes est limité aux infrastructures interprovinciales ou internationales, et non aux tunnels au beau milieu d’une province. Le financement du pont Samuel-De Champlain, à Montréal, serait l’exception plutôt que la règle, puisque le pont le plus achalandé au Canada appartenait déjà au gouvernement fédéral.

De plus, note M. Bodet, les deux circonscriptions détenues par les libéraux à Québec sont situées sur la rive nord du fleuve, où la population risque de ne pas utiliser très souvent le troisième lien avec Lévis. « Les libéraux n’ont aucun espoir d’augmenter leurs appuis sur la rive sud de Québec », analyse-t-il.

« À Québec, ce sont surtout des courses à deux : libéraux-Bloc, ou conservateurs-Bloc. Il n’y a pas vraiment de circonscriptions où les deux partis de gouvernement s’opposent. Le scénario le plus avantageux pour le gouvernement libéral [est] que ça ne devienne pas un enjeu électoral dans la région de Québec. »

Les députés conservateurs de la région de Québec, Pierre Paul-Hus, Gérard Deltell et Joël Godin, ont signé un communiqué de presse commun en appui au projet de troisième lien. Sous le précédent gouvernement conservateur, un Plan d’action économique permettait le financement d’infrastructures en tout genre qui donnait aux provinces une certaine flexibilité dans leurs demandes d’argent fédéral pour de grands projets. Les sommes ont été entièrement allouées.

L’an dernier, le ministre québécois des Transports, François Bonnardel, avait indiqué qu’il comptait sur le gouvernement fédéral pour financer jusqu’à 40 % du projet de troisième lien Québec-Lévis. Son bureau n’a pas souhaité préciser au Devoir si cette cible était toujours en vigueur, mercredi. Il a aussi refusé de dire à quel programme fédéral sa demande de financement pour le troisième lien pourrait être admissible, demande qu’il entend pourtant déposer à Ottawa « très bientôt ».

L’article

Voir aussi : Projet - Troisième lien, Transport, Transport en commun.


13 commentaires

  1. Antoine

    20 mai 2021 à 14 h 09

    Bravo… faudra un jour cesser d’organiser Québec en pensant à l’automobile comme dans les années 70

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. Che

    20 mai 2021 à 14 h 41

    Ouch…

    Mais le gouvernement a déjà indiqué qu’il procéderait même si le fédéral ne le finance pas, non ?

    Messemble que la CAQ a vraiment le don de se peinturer dans un coin…

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. PPDaoust

    20 mai 2021 à 15 h 32

    Bravo au Parti Libéral de ne pas traiter les gens de Québec comme une vulgaire marchandise électorale.

    Ils auraient pu nous « bullshiter » en parlant des 2 côtés de la bouches. Or, non. Belle démonstration de conviction.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. Carl Utilisateur de Québec Urbain

    20 mai 2021 à 17 h 02

    Quelle.

    Surprise.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  5. Jeff M

    20 mai 2021 à 18 h 39

    J’ai toujours pensé que ce projet se ferait. Pour la première fois, depuis quelques jours, j’ai des doutes. Ça n’a juste pu de sens dépenser autant en se basant sur ce qui n’était qu’un show de radio. Il me semble que la pilule devient grosse à avaler pour le reste du Québec. Et disons le franchement, c’est du vol. Parce que tout le Québec va financer cette chose dont on peu se passer, ou à tout de moins se faire substituer à un projet bien plus modeste axé sur le transport en commun.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • PPDaoust

      20 mai 2021 à 19 h 55

       ou annuler
    • Chris

      21 mai 2021 à 07 h 03

      Si le projet avait été exclusivement conçu pour le transport en commun je l’aurais trouvé visionnaire. Quoi de mieux pour encourager les gens à lâcher leurs chars qu’en créant un système de transport plus efficace que si tu te déplace en char. Tu veux arriver rapidement au centre ville?? Pogne le bus. T’as du temps a perdre? Prends ton char et fait le détour par les ponts. Là tu parles.
      Notre génération va déjà être pognée pour ramasser les pots cassés des changements climatiques dans pas long. On peut tu en plus pas nous demander de payer 10 milliards pour ça dans 10 ans?

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Luc

      22 mai 2021 à 08 h 05

      Ce serait un compromis plus qu’acceptable en autant que:
      – Le nombre de stations augmente. Lévis et que ce soit mieux intégré au transport de Lévis. Même le maire de Lévis s’interroge actuellement car il doute de l’efficacité de l’intégration à la bouche du tunnel et du transfert modal.

      Ceci étant dit….. il faut quand même creuser un tunnel dispendieux et ajouter des stations sur la rive sud pour rendre le transport attrayant. Je doute que le projet soit moins dispendieux dans ce contexte. Qu’en pensez-vous?

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  6. Luc

    20 mai 2021 à 19 h 15

    C’était prévisible tout de même. Voilà toutefois une belle opportunité de bonifier l’interconnexion de la ligne jaune à la ligne verte dans le secteur Desjardins par une belle station souterraine. Celle ci serait admissible ;-). Donc en bonifiant le projet, le fédéral pourrait le financer.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  7. Che

    21 mai 2021 à 07 h 38

    Selon ce que j’ai lu dans d’autres articles, il faut aussi que le mode de transport soit « lourd » (au minimum un trambus, sinon un tramway ou metro).

    Des voies réservées ne sont pas admissibles au financement du fédéral, étant donné leur efficacité plutôt limitée.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Al

      21 mai 2021 à 10 h 34

      Ce qui a beaucoup de sens. Il faut arrêter de penser que les bus, articulés ou électriques (ou whatever…) ont un très grand pouvoir d’attraction pour les automobilistes. Un bus reste un bus et donnera toujours le mal de coeur quand ça brasse…

      La modernité, le confort et la rapidité eux, ont un réel pouvoir d’attraction (tram, train léger automatisé, métro, etc). Le CAQ dit le contraire pour rendre son projet plus vert et ce n’est que du marketing.
      Ils prennent littéralement les gens pour des cons et malheureusement, 80% de la population de Québec (selon les derniers sondages que j’ai pu trouvé) sont tombés dans le panneau. On peut remercier les radios-poubs pour cela.

      Oui à un 3e lien exclusivement avec un transport en commun de dernière technologie.

      Non à un 3e lien exclusivement autoroutier comme proposé, similaire au projet de 1968.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Che

        21 mai 2021 à 12 h 05

        « On peut remercier les radios-poubs pour cela. »

        Ceci dit, le pouvoir de persuasion de ces radios a tendance à s’éroder. On n’est pas dans la même situation qu’il y a 5 ans. L’internet permet à des points de vue alternatifs de s’exprimer et de s’organiser (regardez ce que font les deux députés de QS dans la région).

        Aussi, il faut éviter d' »isoler » les gens qui supportent le 3e lien ou de les ridiculiser. Il faut juste prendre le temps d’expliquer les raisons de rejeter le projet, et surtout, de laisser le temps aux gens de digérer l’information. C’est rare que quelqu’un change d’idée après un débat de 5 minutes, mais à long terme, ça finit par avoir de l’influence.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • PPDaoust

        21 mai 2021 à 12 h 47

        Oui Che, je suis plutôt d’accord avec toi.

        Il y a maintenant Weeknd qui fait dans la musique bonne humeur. Énergie est redevenue musicale je pense. Même la radio Radio-Canada a beaucoup de succès à Québec. Il reste pas mal juste RadioX qui cabochonne encore solide.

        Nonobstant, ce style radiophonique unique a dominé plusieurs années sur le sondes de la Vieille-capitale, influençant toujours la pensées de personnes vulnérables à la désinformation.

        Les conneries dîtes depuis 2012 sont toutes archivées sur sortonslespoubelles.com, comme quoi on a pas à écouter la radio-poubelle pour évaluer correctement la valeur des propos qui s’y tiennent.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler

Poster un commentaire

ou

un  +  un  =