Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Tramway: un autre sondage

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 6 juin 2022 13 commentaires

Québec, le 6 juin 2022 – La Ville de Québec dévoile aujourd’hui les résultats du plus récent sondage portant sur l’appui au projet de tramway. Par rapport aux données récoltées en janvier dernier, le degré d’accord avec le projet passe de 41 % à 44 %.

« On parle d’une hausse de trois points dans l’ensemble de la ville, mais de près de 15 points au total dans les deux arrondissements centraux, précise Mme Cyntia Darisse, vice-présidente au bureau de Québec de la firme Léger. Ces hausses au centre-ville sont non seulement statistiquement significatives, elles sont assez importantes, compte tenu qu’il n’y a que quelques mois qui séparent les deux mesures. Les chiffres montrent une hausse significative du taux de familiarité avec le projet, et la hausse du taux d’adhésion suit la même tendance. »

Dans les quartiers où les activités d’information et d’échanges avec les citoyens ont été les plus soutenues, l’appui au projet augmente effectivement de façon considérable.

Dans l’arrondissement de Sainte-Foy–Sillery–Cap-Rouge, où six rencontres rejoignant 356 citoyens ont été tenues du 23 février au 26 mai, le degré d’accord avec le projet s’accroît de 19 points, passant de 46 % à 65 %. Une augmentation de sept points est également remarquée dans La Cité-Limoilou, où l’appui passe de 47 % à 54 % à la suite de 19 rencontres réalisées avec 1681 citoyens.

Le communiqué

La conférence de presse du maire

Résultats du sondage diffusés le 6 juin 2022

Voir aussi : Projet - Tramway, Transport, Transport en commun.


13 commentaires

  1. Carl

    6 juin 2022 à 16 h 33

    Intéressant de remarquer que les appuis les moins forts sont les endroits les moins « impactés » par le tramway. Ainsi, ce ne sont pas tant les résidents, commerçants ou autres personnes directement touché par cette infrastructure ou les travaux préalables qui sont contre, mais ceux qui ne vont qu’apercevoir anecdotiquement les sois-disant inconvénients du tramway. Je ne sais pas trop ce que ça dit sur les opposants à ce projet. Un peu comme si un résident de Sillery militerait fortement et bruyamment contre une l’aménagement d’une bibliothèque à Saint-Émile.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. JpDuval

    6 juin 2022 à 17 h 45

    « Intéressant de remarquer que les appuis les moins forts sont les endroits les moins « impactés » par le tramway.

    On peut voir les choses sous un autre angle…..Ces gens voient que le tramway leur imposera de multiples contraintes.

    Je ne suis pas sur qu’une personne demeurant à Charlesbourg, mais qui travail sur la Coline parlementaire ,considère que les contraintes du tramway comme bénins.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Carl

      6 juin 2022 à 18 h 10

      Ça dépend ce que vous entendez comme bénin. Devoir tourner à un coin de rue différent et avoir peut-être 3 ou 4 minutes de plus de traffic par jour, je considère cela plutôt très bénin. Pour certains opposants toutefois, il est vrai que ça semble équivaloir à la fin du monde.. qui est lucide là-dedans?

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • JpDuval

        6 juin 2022 à 20 h 21

        Quand je vois le nombre d’intersection qui seront condamnées… pas sur que le trajet sera rallongé de seulement 3-4 minutes.

        On a juste à regarder ce qui va arriver au blvd René-Lévesque qui sera réduit à une seule voie entre la rue Cartier et Belvédère…Pas sur que le trafic matinal sera fluide….surtout à une vitesse limite de 20 kmh.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Seb G.

        6 juin 2022 à 22 h 36

        3-4 minutes de plus de trafic par jour c’est bénin. Le problème c’est que le réseau routier à Québec (les autoroutes et surtout le réseau municipal) est tellement mal conçu que le trafic est plus artificiel qu’autre chose. Feux désynchronisés, voies mal aménagées, restrictions de virage à droite au feu rouge trop omniprésentes, arrêts d’autobus à de mauvais endroits, convergence de multiples voies vers un goulot ridicule, et j’en passe. Donc 3-4 minute des plus ce n’est pas beaucoup, mais 3-4 minute de plus quand il y a déjà 10-12 minutes de trop pour rien, ça commence à faire beaucoup! Un réseau routier efficace enlèverait énormément de ralentissements inutiles sur nos routes et tout le monde en serait gagnant.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Carl

        7 juin 2022 à 09 h 06

        Encore une fois, c’est plus une question de priorité et de partage de la route qu’autre chose. Les feux ne sont peut-être pas synchronisés à la perfection, mais quand on pense que les piétons doivent demander et attendre 2 minutes à chaque feu pour obtenir le droit de passage, on voit que la priorité n’est pas à la fluidité des transports actifs, tandis que les voitures ont vraiment la grosse part des infrastructures. Ça encourage certainement plusieurs à prendre la voiture plutôt qu’autre chose, car plus simple et efficace que la marche: causant du trafic. Même chose pour le virage à droite. Pour améliorer la fluidité automobile, on diminue la sécurité des piétons et cyclistes. Car c’est pas vrai que les virages à droite se font toujours après un arrêt complet des véhicules et la vérification de pouvoir tourner de manière sécuritaire. Plusieurs hésitent à utliser les modes actifs ou collectifs car toute l’attention est portée à la fluidité automobile. C’est pas en encourageant encore plus l’utilisation de la voiture que le trafic va s’améliorer, synchronisation ou pas. Encourager le transport actif et l’utilisation du transport en commun est la seule façon efficace de réellement réduire le trafic pour ceux qui n’ont pas le choix d’utiliser leur voiture, tout en améliorant la qualité de vie et la sécurité des résidents des quartiers centraux.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Che

        7 juin 2022 à 19 h 36

        Si on parle des quartiers centraux, je crois que la synchronisation des feux n’est pas à remettre en cause.

        Je crois que le principal coupable est Monsieur Champlain, pour avoir fondé une ville à un endroit qu’il a choisi expressément parce qu’il était difficilement accessible.

        Pas fort… il aurait dû penser aux navetteurs venant de Portneuf !

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  3. julien

    6 juin 2022 à 21 h 42

    les intersections « condamnées » sont peu nombreuses, et, pour les gens de la banlieue, vont surtout entraîner un changement de chemin qu’un détour. Arriver par Laurier et continuer par grande allée plutôt que par René Lévesque ne rallonge pas de 3 kilomètres pour aller sur la Colline parlementaire. Même chose pour quelqu’un qui part de St-Émile et qui prend la côte St-Sacrement plutôt que la Pente Douce par exemple.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. Le lecteur assidu

    7 juin 2022 à 00 h 35

    🔲 On jase…

    💎 Le tableau « 2. Degré d’accord avec le projet » m’amène à noter ce qui suit :

    🔶 En mai 2022, 18% des répondants se déclarent  tout à fait d’accord avec le projet .
    🔶 En mai 2022, 31% des répondants se déclarent totalement en désaccord avec le projet .

    💎 Autrement dit, le noyau des « branchés » d’un côté comme de l’autre est à l’effet que ces opposants au projet (31%) dépassent par au moins 13% l’autre camp (18%) .

    💎 Ayoe !

    💎 Pas nécessaire de me lancer des roches, pas nécessaire de m’invectiver ; voilà un fait indéniable qui nous force à admettre et à tenir compte qu’une médaille a toujours deux côtés, aussi mince soit-elle.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  5. Louis Utilisateur de Québec Urbain

    7 juin 2022 à 12 h 45

    Ces résultats sont en réalité très positifs pour le tramway.

    Les 51 % en désaccord ne forment pas un bloc cohérent. Il y en a une partie qui préfèrerait avoir un métro ou un train aérien et une autre partie qui préfèrerait réduire l’investissement en utilisant seulement que des autobus.

    Si un sondage demandait de choisir entre différentes options, le tramway obtiendrait clairement la pluralité des voix.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Jeff M

      7 juin 2022 à 21 h 21

      En effet, il n’y a pas une alternative qui s’est imposée et les critiques ont des fondements fragiles.
      Par exemple, le nombre de fois où j’ai entendu que couper des arbres n’est pas écologique, alors que les choix de transports ont un impact beaucoup plus grand.
      Et les gens qui chialent sur la perte de virages à gauche… y’a pourtant rien de pire pour la fluidité que les virages à gauche. Et on parle de segments perpendiculaire à René Lévesque qui ne sont pas énormément achalandés.
      Une réalité encore peu admise du grand public aussi est que les gens ont une énorme capacité d’adaptation dans l’usage de la route. Il y a un consensus scientifique sur ça. Et si on en donne plus, on en prendra plus.
      La perfection est l’ennemi du bien.
      Critiquer est facile, réaliser est difficile.

      Et pendant ce temps, on sent bien que la CAQ a rappelé à l’ordre son caucus régional de Québec. Qu’ils ne veulent plus faire de vagues avec les question de mobilité à Québec. Qu’à l’intérieur même de ce parti, il y a un malaise et un regret à s’être collé sur les positions populistes des radios poubelles. S’ils y ont vu des bénéfices politiques à court terme, ils y voient aujourd’hui le coût, celui de passer pour des opportunistes crasses.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  6. Che

    7 juin 2022 à 19 h 32

    C’est des bonne nouvelles, même si beaucoup de travail reste à faire. L’approche du maire fonctionne réellement je crois. Il a choisi ses combats. On ne peut pas défendre à la fois la parfaite fluidité automobile, l’efficacité du tramway, les impacts sur l’environnement et le budget.

    Je suis convaincu que les impacts sur le traffic seront mineurs.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler

Poster un commentaire

ou

91  −  quatre-vingts cinq  =