Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


La crise du logement existe bel et bien

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 27 janvier 2023 Aucun commentaire

André Dubuc
La Presse

Le taux d’inoccupation est descendu partout au pays et le Québec ne fait pas figure d’exception. Le taux provincial des logements vacants se situe à 1,7 %, en baisse par rapport à celui de 2021, qui était de 2,5 %. Le loyer moyen pour un appartement de deux chambres s’élève maintenant à 973 $ par mois, en hausse de 5,4 % en un an.

Un marché est considéré comme en équilibre – c’est-à-dire qu’il ne favorise ni les locataires ni les propriétaires – quand le taux d’inoccupation se situe autour de 3 à 4 %. Sous ce seuil, l’avantage est aux propriétaires qui peuvent augmenter davantage les loyers que dans un marché équilibré. Il faut remonter à 2004 pour trouver un taux d’inoccupation aussi faible dans la province.

La suite

Voir aussi : 0 - Revue de presse, Logement locatif ou social.

Poster un commentaire

ou

  −  1  =  six