Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Visite de l’énigmatique temple maçonnique de Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 7 juillet 2010 15 commentaires

Vous êtes sûrement passés devant cet édifice des centaines de fois sans remarquer rien d’inhabituel. Une bâtisse commerciale de près de 150 ans abrite à son sommet le temple des francs-maçons de Québec depuis son édification en 1861.

Les francs-maçons sont une société initiatique, philosophique et philanthropique. Wikipédia offre une description encore plus vague en parlant d’un ensemble polymorphe de phénomènes historiques et sociaux formant un espace de sociabilité. Les premiers francs-maçons à Québec provenaient de certains détachements de soldats britanniques arrivés après la conquête. Ils ont occupé divers lieux dans la ville avant de se construire des temples officiels.

Les premières années et l’Auberge le Chien d’Or

La première manifestation publique documentée des francs-maçons à Québec a été en 1764. Le Lieutenant Miles Prentice invitait dans le Quebec Gazette, les lecteurs à prendre part à la fête maçonnique de la St-Jean d’été. Les réunions maçonniques étaient tenues à cette époque dans diverses tavernes de la ville dont la taverne Soleil sur la rue St-Jean et une autre sur la rue St-Vallier dans St-Sauveur.

L’ancien Hôtel Albion a aussi reçu les réunions maçonniques pendant un certain temps. Il s’agissait du meilleur hôtel de l’époque à Québec et elle appartenait à un franc-maçon du nom de Thomas Payne. Le nom de l’hôtel était emprunté sans doute de la loge Albion (voir plus bas) dont Payne faisait partie. L’hôtel a changé de nom plus tard pour le Stadacona et finalement l’Hôtel Victoria. L’emplacement original de l’Albion était au coin des rues Charlevoix et Côte du Palais, soit en face de l’emplacement actuel de l’Hôtel-Manoir Victoria. Cet hôtel a aussi servi pour les réunions du conseil municipal de Québec avant la construction de l’Hôtel de Ville.

Anciennement sur le terrain de l’édifice Louis S.-St-Laurent se trouvait la maison de Timothée Roussel, maître chirurgien. Elle avait été acquise autour de 1786 par Prentice pour en faire l’Auberge le Chien d’Or. L’auberge comprenait une salle franc-maçonnique, le « Freemasons’ Hall », qui permettait de tenir les réunions entre membres. La maison fut plus tard vendue pour y installer un bureau de poste et, en 1869, elle fut démolie pour être remplacée par un nouveau bâtiment. Toutefois, on a pris le soin de conserver la plaque originale de la maison. Elle est posée sur l’édifice actuel.

Masonic Hall: 51 Garden Street

masonic lodge - general outdoor view 01Les francs-maçons de Québec occupent le 51, rue des Jardins depuis 1862. Ils avaient fait construire cet édifice de 4 étages en 1861. Elle fut inaugurée le 8 août. Le temple a été aménagé au 4e étage. Les trois autres étages ont toujours été loués à des fins commerciales.

L’extérieur de l’édifice arbore deux symboles typiques. À l’entrée, on voit une plaque avec le design d’un compas et d’une équerre déposés sur un livre. En haut de la façade, sous la corniche, on voit les mêmes symboles sculptés dans la pierre.

Le 4e étage est composé de 2 grandes salles. La salle de rituel est sur la façade de la rue St-Louis. Le plafond de cette salle est en forme de dôme et des nuages et des étoiles y sont peints. Le plancher est recouvert d’un tapis bleu foncé et des fauteuils de cérémonie en bois de différentes tailles sont installés le long des 4 murs. Une seconde salle avec un style gothique sert aux réunions plus sociales. Son plafond est soutenu par diverses arches et poutres de bois foncés. Les murs de cette salle sont ornés de divers souvenirs maçonniques, dont le plan de localisation original de la bâtisse et un encadrement de l’article original du journal Quebec Mercury, lors de l’inauguration de l’édifice en 1861.

masonic lodge - general inside view 01 Masonic templs - banquet room
À gauche, salle de rituel. À droite, la salle de banquet.

Les francs-maçons sont installés au dernier étage car, selon leurs croyances, un temple ne doit pas avoir de toit. Puisque ce n’était pas toujours possible, il doit être du moins le plus proche de l’être supérieur aux cieux.

L’édifice a subi plusieurs rénovations au fil des ans dues à son âge vénérable. Un ascenseur a été aménagé en 1956 et les escaliers de bois ont été remplacés. L’électricité a été refaite entièrement et les fenêtres de bois ont été remplacées au coût impressionnant de 100 000 $.

L’entretien onéreux de l’édifice historique est possible grâce aux revenus de location. L’emplacement a toujours été prisé par les bureaux d’avocats. L’ancien Palais de justice de Québec (Édifice Gérard D.-Lévesque), maintenant occupé par le Ministère des Finances, était le voisin immédiat à une autre époque. Le rez-de-chaussée est occupé par le Conti Caffe.

masonic lodge - chairs masonic lodge - chairs masonic lodge - chairs
Le mobilier, notament les chaises, est de toute beauté. Le « vénérable Maître » occupe le siège du centre et préside avec un maillet.
masonic lodge - Holy bible
Le « Volume de la Sainte Loi », représenté par la Bible, est déposé au centre du temple. Une des conditions pour devenir franc-maçon est de croire en un être divin, peut importe la religion. Seul l’Ancien Testament est considéré par les francs-maçons, car partagé par les trois religions mésopotamiennes.

Qui sont les francs-maçons de Québec?

Les membres sont répartis dans 2 groupes dits « loges symboliques » : St. John’s Lodge No. 3 et Loge Albion n°2. Cette dernière fut fondée en 1752 en Angleterre et elle est venue s’établir en Amérique puisque ses membres faisaient partie d’un détachement britannique. Les fondateurs des 2 loges étaient principalement des militaires et l’effectif a longtemps été dominé par ces derniers. D’ailleurs, plusieurs anciens combattants et quelques militaires sont parmi les membres actuels.

La société s’imliquait dans les affaires publiques à ses débuts. Exemple, les francs-maçons prenaient part dans la plupart des inaugurations d’édifices et de monuments publics en leur confiant la pose de la pierre angulaire (exemple, le Monument de Wolfe). L’Église catholique a toutefois voulu les éradiquer en menaçant d’excommunion toute personne s’affichant comme franc-maçon. Cette chasse aux sorcières les a habitués à être discrets, voire même secrets.

La franc-maçonnerie fut principalement anglophone jusqu’en 1987. Le fonctionnement de la loge Albion s’est converti alors au français. En date d’aujourd’hui, il y a autant de membres dans chacune des loges anglophone et francophone. C’est un fait étonnant puisque les anglophones représentent aujourd’hui seulement 2 % de la population de Québec. Aussi, la franc-maçonnerie attire beaucoup les nouveaux arrivants. Il y a une proportion élevée d’immigrants qui adhère à cette société. De plus, seuls les hommes sont admis parmi les membres. Il y a déjà eu jusqu’à 400 membres à Québec, mais aujourd’hui on en dénombre 200. Il y a 4 500 membres dans toute la province.

Masonic temple - died at was plaque
Une plaque immortalise les francs maçons de la loge de Québec mort au combat durant la Première Guerre. Il aurait été débattu de la pertinence de remplacer le drapeau par celui du Canada, mais il a été décidé de conserver le Britannique, couleur sous laquelle se sont battus les Canadiens à l’époque.
masonic lodge - voting box
Toute décision importante étant décidée par vote secret, ce système de votation par boule a, qui sait, peut-être été utilisé lorsqu’il a été décidé de garder les couleurs britanniques au dessus de la plaque.

Nous voulons remercier l’Association Maçonnique Bénévole de Québec de nous avoir si gentiment accueillis dans leur temple et de nous avoir permis de faire découvrir à nos lecteurs ce lieu secret de Québec.

Références et sites d’intérêt :

Voir aussi : Arrondissement La Cité - Vieux-Québec, Histoire, Patrimoine et lieux historiques.


15 commentaires

  1. François Magellan

    7 juillet 2010 à 08 h 23

    encore fort intéressant. Merci pour votre travail !

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. Carol

    7 juillet 2010 à 08 h 31

    Sur le chemin ste-foy, (pas loin de la rue cartier) il y a un édifice avec un symbole en pierre représentant aussi un ordre initiatique, je ne me souviens plus de l’adresse, mais c’Est un édifice en brique beige, genre maison anglaise et c’Est loué pour des bureaux commerciales.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. fernand Utilisateur de Québec Urbain

    7 juillet 2010 à 09 h 38

    Le commentaire de Carol selon les infos qu’il fournit semble celui des Chevaliers de Colomb du Conseil de Québec.

    Je félicite les deux journalistes qui nous ont fait un beau reportage très bien illustré.

    Ceci est un texte produit par Fernand et non Fernandbot (Tous droits réservés)

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. Pier Luc

    7 juillet 2010 à 09 h 51

    Je n’arrive pas à bien saisir leur utilité. Ils s’insèrent secrètement dans les décisions du Parlement?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  5. Prof.René JJG Laine

    7 juillet 2010 à 20 h 49

    A la lecture de cet article on serait porté à croire que la Francmaçonnerie « de résidence » à Québec est uniquement de source anglo-saxonne et aurait vu le jour au lendemain de la conquête…..
    On est en droit de se demander : n’y avait-il pas de loges militaires et civiles purement françaises en Nouvelle France …de Port Royal d’Acadie jusqu’en Louisiane en passant par la ville de Quebec ?
    Heureusement un article d’interet majeur intitulé  » Des Maçons à Québec vers 1720  » nous remet sur la bonne voie ! Il est vrai que les conquérants ont remplacé l’élite maçonnique française (en déportation) par une élite maçonnique anglaise qui n’a essuyé aucun problème à convaincre les vaincus que la seule et vraie francmaçonnerie émanait de la Grande Loge de Londres de1717 et exportée en France vers 1730.
    Il serait egalement important de reconnaitre que des Loges maçonniques de jurisdictions autres que celle de la Grande Loge du Quebec sont historiquement implantées à Québec ,dans le bas du fleuve ,à Montreal (et environs).Ces Loges , en dépit de la régularité de leurs travaux maçonniques ne sont pas reconnues par la Grande Loge du Quebec et donc non reconnues par la Grande Loge Unie d’Angleterre.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  6. Denis Cliche

    8 juillet 2010 à 04 h 57

    Notre ignorance de la franc-maçonnerie vient peut-être du fait que le Québec fut pendant plusieurs siècles, tenu à l’écart de tout mouvement philosophique qui étaient considérés comme une menace par l’église catholique.

    Pendant ce temps il y avait des franc-maçons dans toutes les villes et villages des USA et du Canada anglais, de l’Europe et partout dans le monde entier qui se réunissaient pour travailler a devenir des meilleurs hommes et faire une meilleure société. Pour contrer la « menace maçonnique » l’Église Catholique a crée les Chevaliers de Colombs afin que les jeunes catholiques n’aient pas le gout d’aller vers d’autres mouvements fraternels.

    Ce qui m’étonne beaucoup c’est que vous pouvez depuis des années visiter le site de http://www.francmaconnerie.ca/ qui présente la franc-maçonnerie de la Ville de Québec avec visite virtuelle du temple, son histoire etc.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Nicolas Roberge Utilisateur de Québec Urbain

      8 juillet 2010 à 11 h 47

      On connaissait ce site avant de contacter l’association. Il nous aidé à compléter le contenu. Mais, notre but n’était d’expliquer ce que c’était la franc-maçonnerie, mais plutôt de parler du temple. Le blogue a pour sujet l’urbanisme et l’aménagement du territoire, donc c’est l’édifice et son histoire qui nous intéressait.

      Je me suis senti obligé d’introduire minimalement la franc-maçonnerie pour que le billet se tient, mais je n’ai pas voulu approfondir davantage et m’égarer.

      De plus, je trouve que les références sur internet décrivent mal le mouvement. Les explications sont soit trop simplistes et démagogiques ou elles sont verbeuses et vagues. Elles sont donc difficiles à comprendre pour les profanes. On fait de notre mieux! Les commentaires sont là pour que vous puissiez corriger nos propos ou amener d’autres éléments.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  7. Martin Paré

    8 juillet 2010 à 10 h 43

    Les franc-maçonnerie est une organisation occulte, les franc-maçons qui se trouve en bas du 33 ieme degré n’ont aucune idée de ce qui ce passe vraiment dans leur organisation. Tous les président des USA étaient et sont des franc-maçons du 33 ieme degré ainsi que tous les président de la France, Pierre Elliot Trudeau faisait parti des Rose-croix organisation parallèle au franc-maçon. Pour arriver au 33 ieme degré il y a le chemin long soit de gravir les échelons un a un, mais il y a également le chemin court qui comporte 7 étapes pour arriver au 33 ieme degré c’est le rite écossais.les Rockefeller, les Morgan,les Rothchilds, Albert Pikes, ect ect sont tous franc-maçon du 33 ieme degré et ils sont en plus des illuminati. Le monde politique, le monde des affaires, le monde de l intertainment sont sous la botte des illuminati organisation occulte qui opère en secret au plus haut niveau de nos sociétés de même qu au Vatican via les jésuites tous prépare le nouvel ordre mondial ou le Quatrième Reich. les franc-maçon du 33 ieme degré sont tous fortuné et riches ce n est pas un hasard. Je te donnerai toutes ses richesse, en lui montrant la terre, si tu fait un acte d adoration devant moi dit Satan a Jésus.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  8. Denis Cliche

    8 juillet 2010 à 11 h 17

    Avec tout mon respect Martin… tu es dans les patates..

    Ce que tu écrit est malheureusement galvaudé parmi les sites conspirationnistes qui mélangent des faits avec des fables. Le dernier président américain franc-maçon était Gérald Ford. Les roses-croix ne sont pas une organisation maçonnique. Et non nous ne voulons pas contrôler le monde…

    Je suis franc-maçon et dans ma loge il y a au moins quatre 33ième degré.

    Et je suis moi même 32ième.

    Pour être 33 ième il faut simplement s’impliquer a faire de la charité.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  9. » Visiting the Quebec Masonic Lodge / Francis Vachon – Editorial photographer / photojournalist – Quebec City, Canada

    15 juillet 2010 à 11 h 35

    [...] can visit one, but for my other blog Quebec Urbain, I was able to visit a Freemasonic Lodge. Article (in French) on Quebec Urbain, and all the photos on my stock [...]

    Signaler ce commentaire

     ou annuler