Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Une étude minimise la congestion routière à Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 25 février 2019 3 commentaires

La Presse Canadienne

En plein débat sur la pertinence de construire un troisième lien routier entre Québec et sa Rive-Sud, de nouvelles données de Statistique Canada révèlent que les automobilistes de la Capitale-Nationale ont bien peu de raisons de se plaindre.

À peine 2,3 pour cent des automobilistes de la grande région de Québec ont déclaré passer plus de 60 minutes dans leur voiture pour se rendre au travail, lors du recensement 2016, ce qui classe Québec au 29e rang sur 35 régions métropolitaines de recensement au Canada.

À titre comparatif, les travailleurs de Montréal, Gatineau, Trois-Rivières et Sherbrooke sont tous plus nombreux à passer plus d’une heure dans leur véhicule.

Montréal se classe au 10e rang au Canada avec 7,2 pour cent d’automobilistes qui effectuent des trajets de longue durée. On retrouve ensuite Ottawa-Gatineau au 13e rang (4 pour cent) à égalité avec Trois-Rivières, puis Sherbrooke au 25e rang (2,8 pour cent).

Les travailleurs de Saguenay arrivent tout près derrière ceux de Québec, alors qu’ils sont 2,1 pour cent à passer plus d’une heure en voiture pour aller au boulot.

En janvier, le ministre québécois des Transports, François Bonnardel, avait réitéré l’engagement de son parti en matière de développement d’infrastructures routières, dont l’aménagement d’un troisième lien entre Québec et sa Rive-Sud.

La suite

Durée moyenne du trajet domicile-lieu de travail (en minutes), régions métropolitaines de recensement, 2016

Voir aussi : Projet - Troisième lien, Transport.


3 commentaires

  1. Che

    25 février 2019 à 17 h 02

    C’est là qu’on se dit qu’on est chanceux à Québec, le traffic est quand même supportable. Mon trajet quotidien Beauport-Sainte-Foy me prend rarement plus 45 minutes même en pleine heure de pointe. Seules les journées de tempêtes peuvent occasionner plus d’une heure de déplacement.

    De plus, l’heure de pointe est moins étalée qu’ailleurs et il est encore possible d’éviter l’heure de pointe. La plupart du temps je m’en sort autour de 30 minutes.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. Léo

    26 février 2019 à 08 h 36

    Je pense que le problème de Québec c’est que les gens ont pris l’habitude dans les dernières décennies de se déplacer très rapidement à travers la ville grâce au réseau d’autoroutes.
    Ils ne se rendaient pas compte que c’est exceptionnel dans le monde de pouvoir habiter en pleine nature à 50km du centre-ville d’une capitale et d’y arriver en 30 minutes seulement.

    Le trafic se densifie petit à petit, pour se rapprocher de celui des autres villes, mêmes si on est est encore très loin.
    Mais les gens ressentent cette différence, et sont persuadés qu’ils le trafic à Québec devient insupportable. Ce qui, statistiquement, n’est pas le cas.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *