Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


La démagogie de la congestion

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 26 février 2019 10 commentaires

François Bourque
Le Soleil

CHRONIQUE / Les opposants au projet de troisième lien ont fait leurs choux gras des récentes données du recensement 2016 voulant que la congestion ne soit pas aussi lourde qu’on le pensait à Québec.

Ces données de Statistique Canada sur les Les trajets de longue durée pour se rendre au travail suggèrent que seulement 2,3 % des citoyens de la région passent plus de 60 minutes en auto pour se rendre au travail.

Cette heure est longue quand on la passe coincé dans le trafic, mais il faut convenir que cela représente une bien petite proportion de la population. Si petite que Québec se classe au 29e rang sur 35 à l’échelle canadienne.

Et trop petite pour justifier un troisième lien, se sont empressé de conclure des élus du Parti québécois (PQ), de Québec solidaire et autres troisièmeliensceptiques.

«Ces informations viennent une fois de plus prouver l’inutilité d’investir des milliards dans un projet qui n’est pas nécessaire», a notamment lancé la critique en transport du PQ, Catherine Fournier.

Mme Fournier peut avoir d’excellentes raisons de croire que le troisième lien n’est pas nécessaire. Elle n’est d’ailleurs pas la seule à douter et j’en suis moi aussi.

Mais cela n’autorise pas la démagogie. On ne peut pas faire dire aux chiffres ce qu’ils ne disent pas. La recherche de Statistique Canada décrit le temps passé en auto pour se rendre au travail. Elle ne dit rien (ou trop peu) sur la congestion.

La congestion est certainement une des causes des trajets de plus d’une heure pour aller au travail le matin, mais ce n’est pas la seule.

Il y a par exemple des citoyens qui choisissent d’habiter à la campagne ou dans une ville autre que celle où ils travaillent. Une question de goût, de logistique immobilière ou que sais-je. Ces choix ont une incidence sur le temps de déplacement mais il n’y a pas de lien automatique avec la congestion.

On peut même penser que c’est parce qu’il n’y a pas de congestion que des navetteurs font parfois le choix d’habiter plus loin de leur lieu de travail. Qu’est-ce qu’une heure à rouler à bonne vitesse sur une route de campagne, se disent-ils. C’est bien différent de la frustration de rouler pendant une heure sur une autoroute-parking à respirer les gaz d’échappement des voitures en avant.

(…)

Il serait hasardeux d’utiliser le 2,3 % de cette étude comme indicateur de la congestion à Québec et encore plus de s’en servir pour établir les besoins d’infrastructures. Ou leur absence.

Ces besoins (ou leur absence), on les verra mieux dans l’étude sur l’origine et la destination des déplacements à Québec, menée par le ministère des Transports. Les résultats sont attendus ce printemps.

On saura alors (à peu près) combien de voyageurs se déplacent dans tel ou tel axe pour aller travailler le matin. On l’a sans doute un peu remarqué, car une étude similaire a été menée en 2011. On sait que les pôles d’emploi n’ont pas tant changé depuis à Québec et Lévis.

Mais on aura bientôt des chiffres à jour qui, espérons-le, aideront à aller au-delà des dogmes, des promesses électorales racoleuses et de l’émotivité pour évaluer la véritable utilité d’un troisième lien à l’est comme réponse à la congestion.

La suite

Voir aussi : Projet - Troisième lien, Transport.


10 commentaires

  1. PPDaoust

    26 février 2019 à 22 h 30

    Bon travail d’interprétation journalistique.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. Jeff M

    27 février 2019 à 00 h 04

    C’est une donnée qui s’ajoute à bien d’autres sur l’inutilité d’un 3e lien

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. Che

    27 février 2019 à 17 h 26

    Enfin, on discute du sujet sur la base de faits vérifiables.

    « On n’a rien qu’à rouler sur le pont à tou-é-matins pour se rendre compte que c’est toujours jammé » n’est pas un argument basé sur des faits ;).

    Merci aux journalistes qui font du bon travail.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. Louis Bélanger

    27 février 2019 à 23 h 15

    Le moins que l’on puisse dire, c’est que la ministre Geneviève Guilbault exagère : »le 3 ième lien est un projet de développement économique pour tout l’est de la province ». Pourquoi ne pas s’interroger sur l’impact économique sur l’est et le nord du Québec d’un pont sur le Saguenay?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      28 février 2019 à 06 h 33

      Peut-être qu’elle veut nous préparer mentalement pour sacrifier des terres agricoles en périphérie de Montmagny?

      « « J’ai eu l’occasion de rencontrer M. Legault au printemps dernier et Mme Proulx plus récemment pour discuter de quelques dossiers prioritaires pour nous tels l’Internet haute vitesse, l’emploi, l’immigration, le troisième (sic), le prolongement du réseau de gaz naturel et le réaménagement de la place des Migrations pour ne nommer que ceux-ci et je crois avoir eu une bonne écoute. Le fait que Mme Proulx soit issue du monde municipal est assurément un avantage puisqu’elle connaît très bien les défis auxquels les municipalités ont à faire face quotidiennement et est bien placée pour comprendre la nécessité de nous donner les moyens d’honorer les nombreuses responsabilités qui nous sont confiées. Je lui souhaite évidemment le meilleur des succès pour les quatre prochaines années et je suis impatient de la rencontrer pour partager quelques idées porteuses pour Montmagny et assurer le suivi des projets en cours », de confier le maire de Montmagny, M. Rémy Langevin. »

      Ety oui, le 3e (lien à Québec) est dans la liste des priorités de Montmagny!

      Idéologie quand tu nous garde en prison dans notre chambre à écho!

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Insider

        3 mars 2019 à 08 h 28

        Hier, à l’émission « La soirée est encore jeune » notre sinistre ministre des Transports a fait une bonne blague. Selon lui, nous avons besoin du 3e lien pour des raisons de sécurité. C’est probablement pour les mêmes excellentes raisons de sécurité que l’on retarde de régler le dossier du pont de l’Île d’Orléans?

        Au moins il a le mérite d’avoir fait sa blague lors d’une émission d’humour, c’est nettement mieux que de faire ça à l’Assemblée nationale du Québec.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  5. Insider

    3 mars 2019 à 14 h 49

    Un autre grand et maintenant célèbre démagogue et aussi gourou des climato-sceptiques a dit ceci en 1995 lors d’une entrevue avec C-SPAN:

    « Beaucoup de scientifiques qui étudient le changement climatique et l’impact des gaz à effet de serre pensent que l’atmosphère de la Terre dans 100 ans ressemblera à celle de Biosphère 2 aujourd’hui. Notre air est saturé de CO2, de protoxyde d’azote, de méthane. Et il est de moins en moins riche en oxygène. Biosphère 2 permet aux chercheurs qui étudient le changement climatique d’observer les effets du CO2 et des autres gaz à effet de serre sur les humains, les plantes et les animaux. »

    Quelqu’un peut-il me dire de qui il s’agit? ;-)

    Signaler ce commentaire

     ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *