Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Québec: l’église Saint-Cœur-de-Marie menace de s’effondrer

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 3 mai 2019 12 commentaires

Pierre-Antoine Gosselin
Journal de Québec

QUÉBEC | Le propriétaire de l’église Saint-Cœur-de-Marie de Québec, Louis Lessard, déplore qu’un dégât d’eau majeur au sous-sol de l’imposante structure, découvert en mars dernier, ait sérieusement fragilisé la bâtisse de la Grande Allée.

En avril dernier, le promoteur immobilier a demandé à la firme d’ingénieurs de Québec Douglas Consultants de constater l’étendue des dégâts. Dans un rapport datant du 1er mai, on peut lire: «De fait, une fuite d’eau au sous-sol a créé d’importants dommages à la structure. Cette fuite aurait été causée par un branchement d’eau par la Ville de Québec pour une raison inconnue, alors que l’entrée d’eau avait été coupée volontairement pour éviter les bris.»

On peut notamment y voir de nombreuses photos montrant des fissures et des blocs de béton qui se seraient déplacés en raison du dégât d’eau. Ce rapport pour le moins alarmant, signé par l’ingénieur Olivier Lantin, recommande l’installation immédiate d’un périmètre de sécurité autour du bâtiment et la démolition de l’église.

Le copropriétaire Loïk Lessard a fait installer des clôtures de sécurité autour de l’église jeudi après-midi. La Société immobilière Lessard a envoyé une mise en demeure à la Ville de Québec afin de se dégager de toute responsabilité advenant un effondrement qui causerait des dommages matériels ou physiques. La société exige également que la Ville de Québec procède immédiatement à la démolition des lieux à ses frais.

«La solution est la démolition, il y va de la sécurité de tous les passants et résidents du secteur. Ce n’est pas notre responsabilité. La Ville doit payer, puisque ce dégât résulte de [son] erreur», a expliqué Loïk Lessard, le fils de Louis Lessard.

Rappelons qu’un important litige persiste entre le promoteur et la Ville depuis plusieurs années. Louis Lessard poursuit la Ville pour plus de 16 millions de dollars en raison d’une mésentente sur la vocation de l’église Saint-Cœur-de-Marie. Parmi les projets que l’actuel propriétaire des lieux a proposés par le passé figure la réfection de l’église en tour de condos. Tous les projets ont été refusés par la Ville, qui souhaite garder l’église intacte.

La suite

Un billet précédent

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou.


12 commentaires

  1. PPDaoust

    3 mai 2019 à 22 h 56

    Je suis un fan d’URBEX, sans le pratiquer. Youtube me satisfait.

    Quand je suis dans le coin la fin de semaine, j’entre avec grand plaisir dans cette sorte de marché au puce improvisé fucké, dans ce lieu magnifiquement abandonné…

    C’est un endroit spécial que j’aime beaucoup. À suivre…

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. jeand Utilisateur de Québec Urbain

    4 mai 2019 à 06 h 48

    pas une grosse perte malgré un certain cachet, beaucoup trop facile de négliger un immeuble pour ensuite dire: il faut démolir d’urgence.

    Surtout avec notre climat, on coupe l’électricité et en quelques années ça tombe

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. Jean-François Gosselin Utilisateur de Québec Urbain

    4 mai 2019 à 08 h 32

    Je suis vraiment ambivalent face à la saga de ce projet. Je me demande réellement quel est le fin fond de l’histoire (depuis le début). Cela dit, même si la Ville voulait vraiment récupérer l’église et la remettre en état, qu’est-ce qu’on ferait par la suite? Des églises qui sont pourtant protégées par un fond pour pérenniser le patrimoine religieux sont toujours en semi-abandon (St-Jean-Baptiste) ou encore ont sérieusement besoin de travaux (St-Sauveur). Ce serait donc ironique de dépenser des millions de dollars en argent public pour sauver une église qui n’a pas été classée, alors que d’autres ont un avenir incertain. En même temps, plusieurs citoyens de la ville semblent avoir un attachement vis-à-vis le bâtiment, et c’est tout à fait compréhensible de vouloir sauvegarder le patrimoine, classé ou non. En somme, quand on pousse la réflexion jusqu’au bout, je trouve difficile de ne pas croire les propos du promoteur lorsqu’il avait présenté son projet, mais je comprends les pressions populaires pour ne pas détruire le patrimoine de la ville.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      4 mai 2019 à 08 h 42

      « Cela dit, même si la Ville voulait vraiment récupérer l’église et la remettre en état, qu’est-ce qu’on ferait par la suite? »

      Un exemple parmi d’autres:

      Espace Saint-Grégoire

      « Services offerts

      Accès Wifi
      Tolérance Zéro
      Vestiaire
      Location de vaisselle
      Location de matériel
      Service de traiteur
      Service de bar ($)
      Sonorisation ($)
      Service de photographie ($)
      Animation et spectacles ($)
      Coordination d’événements ($)

      Menus – Traiteurs

      L’Espace Saint-Grégoire a développé plusieurs partenariats avec divers traiteurs de la région afin de répondre aux besoins de sa clientèle. Informez-vous sur les possibilités auprès de notre équipe.

      Planification d’événements

      Planifiez votre prochain événement à l’Espace Saint-Grégoire en toute quiétude en confiant l’organisation à une équipe dynamique ayant le souci du moindre détail. Faire appel à notre organisation, c’est faire confiance à des gens créatifs et ouverts qui savent s’adapter à vos besoins afin de livrer un résultat incomparable et un événement à la hauteur de vos attentes. »

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Insider

        4 mai 2019 à 08 h 56

        Un autre exemple l’École de cirque de Québec.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Julien

        4 mai 2019 à 22 h 08

        L’idée d’une salle de réception dans cette eglise a malheureusement été refusée par les résidents il y a quelques années.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        5 mai 2019 à 09 h 55

        @ Julien
        J’illustrais seulement que si on fait un effort et qu’on se montre inventif on peut trouver des solutions à la question de Jean-François Gosselin. Par fois il faut prendre quelques pas de recul…

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  4. quebecexpat

    4 mai 2019 à 09 h 14

    Le promoteur fera vraiment tout pour parvenir à ses fins. Il n’a pourtant qu’à être inventif au lieu de développer comme dans les années 50.

    Pendant ce temps, une intervention de la ministre de la culture pour un monastère à Berthierville.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  5. R. Bouffard

    6 mai 2019 à 17 h 29

    Un entêtement de l’administration Labeaume.

    Quelle histoire ?
    Les journalistes ne font pas leur job. On a vu un journaliste interviewer de pauvres citoyens sur le trottoir qui ne connaissaient pas le dossier. Le journaliste aurait dû fouiller le dossier et donner la bonne information. Journaliste incompétent ou complaisant ?

    Le hic, L. Lessard n’est pas du bon bord.

    Le promoteur Lessard a soumis 5 ou 6 projets à la ville tout en conservant une partie de l’architecture de l’église. Souvent le projet était accepté, finalement rejeté. Il n’avait pas le bon contracteur…!

    J’ai tout un dossier, copies des projets soumis et entrevue radio que j’ai téléchargé parce que ce dossier m’intéresse depuis longtemps.

    Des procédures au montant de $12 millions ont été prises contre la Ville. Lors d’un témoignage sous serment un fonctionnaire de la ville a déclaré candidement que c’était une question politique, le fait que les projets n’ont pas aboutis. Suite à cette déclaration Lessard a augmenté sa réclamation contre la ville à $17 millions.

    Maintenant l’église risque de tomber en ruine à cause d’un entêtement.

    Quelle histoire maudite pour une église ? Quelle honte ?

    Finalement ce sont les payeurs de taxes de l’Accent d’Amérique qui vont payer.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Gérald Gobeil Utilisateur de Québec Urbain

      6 mai 2019 à 21 h 13

      9 projets. Le contracteur, c’est Pomerleau ? Et vous avez des preuves que ce serait le motif faisant que ces 9 projets ont été refusés ? Il ne faudrait pas oublier que le programme particulier d’urbanisme de ce secteur interdisait tout projet de ce genre et que le Ville (j’y étais) lors d’auditions pour modifier le PPU de ce secteur s’y est toujours opposée pour des motifs inconnus. Ce serait une Église. Point final. Abandonnée certes mais une église. A laquelle des gens tiendraient beaucoup mais qui, manifestement, ne seraient pas prêts à y consacrer des fonds publics qui seraient dans l’ordre de plusieurs millions, tout comme l’église du Très-Saint-Sacrement de Québec, celle de Saint-Jean-Baptiste, sans oublier Saint-Sauveur. Cet immeuble aurait évidemment été capable d’une transformation majeure, comme le fut finalement la bibliothèque Monique-Corriveau, ou La Maison de la littérature. Mais il aurait fallu d’abord que la Ville de Québec s’en porte acquéreure et y puisse y mettre les millions désirés afin d’en faire un lieu touristique, culturel, et social. Pourquoi la chose ne s’est-elle jamais faite ? Est-ce que le procès intenté par le propriétaire actuel nous apportera la réponse avec les délais inhérents à ces dossiers portés devant les tribunaux ? Cet immeuble va connaître le même sort que la Maison Pollack située pas tellement loin. Et on dira que c’est la faute du temps qui a passé.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Insider

        7 mai 2019 à 05 h 56

        « Le contracteur, c’est Pomerleau? Et vous avez des preuves que ce serait le motif faisant que ces 9 projets ont été refusés? »

        À ma connaissance Pomerlau a été impliqué dans un gros projet financé en bonne partie par la Ville de Québec sous le règne d’Équipe Labeaume.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  6. R. Bouffard

    8 mai 2019 à 07 h 17

    Si le Bourgmestre avait dit Oui, ce dossier serait réglé.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *