Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Le conseil de quartier de Montcalm refuse le projet au 240-270 et 300 Chemin Ste-Foy

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 28 octobre 2019 12 commentaires

Le promoteur travaille à un projet sur ce terrain depuis 7 ans. Ce soir, le conseil de quartier a voté en demandant, majoritairement, que le dossier retourne sur la table à dessin et que le nombre d’étages demandé soit diminué. A quatre.

En résumé, sur ce terrain avait été présenté un projet en 2015.

En 2019, le promoteur revient avec une proposition auquel d’ailleurs le journal Le Soleil avait consacré cet article en février dernier.

83 appartements (dont un grand nombre avec 2 chambres et plus), 97 stationnements intérieurs + 10 en tandem, restauration des deux maisons patrimoniales sur les lieux, entrée du stationnement uniquement par la rue de l’Alverne.

Nombre d’étages ? Derrière les deux maisons patrimoniales restaurées serait érigé un édifice qui passerait progressivement de 4 à 7 étages en partant de la rue de l’Alverne.

Le zonage actuel permets 4 étages. Des gens habitant la ruelle des Franciscains sont venus au micro pour s’opposer en invoquant plusieurs motifs. D’autres personnes ont toutefois manifesté leur accord.

Que fera le promoteur ? Les gens de ce quartier paisible ont vu l’édifice du IGA se construire récemment, et ont aussi manifesté leur désaccord quant à la construction projetée sur le terrain voisin (Garage Bérubé).

En somme, entre la volonté de densification et l’exécution, le fossé est grand.

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Logement locatif ou social.


12 commentaires

  1. Rene

    29 octobre 2019 à 13 h 10

    riens a faire cette ville restera un gros village a demander l’avis de la populace qui sont en grosse partie des locataires! dégoûtant!!!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. Joseph Bernier

    30 octobre 2019 à 09 h 39

    Quebec, un cas unique au monde!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. PPDaoust

    30 octobre 2019 à 10 h 12

    Les rendus de la dernière fiche 5 sur la modulation en hauteur a dû être perçue comme très insultante. On enlève un étage côté ouest et l’ombre qui plombe les immeubles sur des Franciscains au sud disparaît comme par magie!

    Imaginez les conséquences pour les résidents, à commencer par les coûts de chauffage. Que dire aussi de la perte de valeur des bâtisses pour les propriétaires.

    Je donne raison au conseil de quartier. Même certains des intervenants sont des citoyens de seconde classe (selon Rene), ils ont sont en droit de s’exprimer.

    Un bon projet est un projet qui profite à toute la collectivité.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. André Cloutier

    30 octobre 2019 à 10 h 36

    Ayant assisté à cette rencontre citoyens-ville-promoteur et ayant exprimé mon désaccord, j’ai eu le sentiment que les jeux étaient faits et que ce projet se veut Gagnant-Gagnant pour la Ville et le promoteur mais pas nécessairement pour les citoyens habitant en périphérie du projet.

    Le fait de conserver et de restaurer 2 maisons patrimoniales, bien qu’agréable aux oreilles de la Ville, ne suffit pas à bouleverser les normes de hauteur des édifices dans un secteur donné surtout lorsque cela un impact sur les citoyens.

    Merci aux membres du conseil de quartier qui se sont tenus debout en demandant une révision à la baisse de la hauteur de l’édifice de ce projet

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  5. Jean-Christophe Utilisateur de Québec Urbain

    30 octobre 2019 à 11 h 10

    Est-ce que quelqu’un connait l’usage qui sera fait des villas? Je vois que le promoteur prévoit les revitaliser pour les préserver, mais dans quel but? Est-ce qu’elles seront habités?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  6. llap

    30 octobre 2019 à 13 h 12

    Encore un beau cas de Pas dans ma cour!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  7. Simon Bastien

    31 octobre 2019 à 00 h 23

    Y’a plein de tours de 12 à 15 étages dans le quartier environnant, ça n’empêche pas les voisins d’habiter tout autour. Alors le règlement de zonage à quatre étages ouvre la porte à ce genre de dérive, car le fait de réduire le nombre d’unités par projets va nuire à la possibilité de préservation et de restauration des vieux bâtiments car la rentabilité ne sera plus intéressante pour le promoteur. Et après ça, on se plaint qu’ils préfèrent raser tout et construire du neuf car c’est moins coûteux.

    Pendant ce temps là, on construit du 12 à 14 étages partout ailleurs qu’au centre-ville sans demander l’avis des voisins. Densification tout croche de ville sans vision d’ensemble…

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  8. PPDaoust

    31 octobre 2019 à 09 h 25

    Une tour qui fait de l’ombre 4 heures par jour à 2-3 immeubles, c’est une chose. Un immeuble de 75 mètres de large situé à côté d’un autre qui l’est tout autant, et qui place environ 10 très beaux immeubles (40 logements) à l’ombre pour l’éternité, c’est une autre paire de manche.

    Si le promoteur n’est pas assez brillant pour acheter un terrain zoné 4 étages à sa juste valeur, c’est son problème. Ça ne doit pas devenir celui des autres. La qualité de vie des citoyens d’abord. Le profit ensuite. L’objectif du promoteur n’a rien avoir avec la densité. Il veut avoir le maximum de logement$ en hauteur pour la vue sur les Laurentides, au détriment des habitants/proprios des immeubles en bas.

    Aujourd’hui, on parle de ville à échelle humaine, un espace de rencontre et conversation démocratique. Soit-dit en passant, opposer ce puissant courant avec l’augmentation de la densité est une erreur majeure. Si on écoute le conseil de quartier et qu’on passe de 83 à 43 logements (mettons), ça reste un sérieux gain sur le plan de la densification. Le promoteur va faire moins d’argent (ça peux arriver en affaire) et ça aidera à calmer la spéculation, ce qui est positif pour l’accès à la propriété dans les quartiers centraux.

    Quant aux immeubles de 12 à 14 étages dont vous faites mention, difficile de demander l’avis des voisins lorsqu’il y en a pas. Mais je vous rejoint là dessus, c’est une densification tout croche effectivement.

    La raison? La suprématie des intérêts des promoteurs, justement.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Gérald Gobeil Utilisateur de Québec Urbain

      31 octobre 2019 à 14 h 22

      @PPDaoust « Il veut avoir le maximum de logement$ en hauteur pour la vue sur les Laurentides, au détriment des habitants/proprios des immeubles en bas.« 

      Pour votre information, à l’assemblée de consultation, l’architecte-promoteur a déclaré à quelques reprises que le nombre d’étages (7) demandé (83 logements) lui permettrait ainsi de restaurer les deux maisons, en ajoutant qu’il n’y a aucun programme de subvention pour ces dernières. On doit donc comprendre que si ces deux résidences sont éliminées, un immeuble de 4 étages occupant tout le terrain lui serait en conséquence rentable …

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • André Cloutier

        31 octobre 2019 à 15 h 00

        D’accord avec M. Daoust et Gobeil.
        C’est sûr qu’avec 7 étages, le promoteur va offrir aux futurs locataires une vue fantastique sur les Laurentides.
        Mais qu’en est-il des copropriétaires comme moi qui ont actuellement cette vue mais qui vont la perdre avec ce projet de 7 étages?
        Ce projet a donc un impact négatif sur moi et il affectera sûrement à la baisse la valeur de mon condo que j’habite depuis 20 ans. C’est la raison de mon désaccord vis à vis ce projet tel qu’il a été présenté.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *