Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Troisième lien: Le tunnel «ne peut pas» aboutir dans Saint-Roch

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 4 février 2020 32 commentaires

Jean-Luc Lavallée
Journal de Québec

Régis Labeaume estime que le futur tunnel Québec-Lévis «ne peut pas débarquer dans le quartier Saint-Roch». Il a tenté, lundi, d’apaiser les inquiétudes des citoyens du secteur et a promis de les «défendre».

Sur le fond, le maire de Québec n’a pas changé d’idée. Il appuie toujours le principe d’un troisième lien qui reliera les deux centres-villes et le nouveau tracé privilégié par le ministre des Transports François Bonnardel. Il a même qualifié le futur mégaprojet de «game changer» lundi.

«Le principe est brillant […] Les gens sont charmés. Ils ne s’y attendaient pas. Ils trouvent ça cohérent. C’est le fun la cohérence. Les politiciens cohérents, ça arrive», a-t-il déclaré.
De nombreux Lévisiens et citoyens de Québec économiseront des milliers de dollars par année en laissant tomber la voiture pour emprunter les autobus électriques qui traverseront le fleuve dans le tunnel, croit-il.

Cependant, l’enjeu de la circulation automobile et la localisation précise de la sortie du tunnel sur la rive nord, annoncée près du Stade Canac au bout de l’autoroute Laurentienne, suscitent de vives inquiétudes.

Plusieurs appréhendent des embouteillages monstres en raison d’un afflux massif de voitures et de camions en plein centre-ville.

«Là, ce qu’il faut travailler, c’est la sortie. Honnêtement, j’ai hâte de voir leurs intentions [au bureau de projet du 3e lien]. Je vais être bien clair : selon moi, ça ne peut pas débarquer dans Saint-Roch, il ne faut pas. Je ne veux pas que les gens de Saint-Roch soient touchés par ça et quand on y pense, il ne sortira pas là, ça ne fait pas de sens», a exprimé Régis Labeaume lors d’une mêlée de presse avant la séance du conseil municipal.

La suite

Voir aussi : Arrondissement Ste-Foy / Sillery / Cap-Rouge, Projet - Troisième lien.


32 commentaires

  1. PPDaoust

    4 février 2020 à 08 h 44

    S’il ne sort pas là, où est l’endroit où il pourrait sortir?

    La réponse qui saute aux yeux est notre superbe autoroute construite pour rien en 1976 et qui pourrait enfin accueillir le trafic pour laquelle elle avait été bêtement conçue. Je parle de Dufferin-Montmorency. C’est une autoroute en bordure du fleuve en retrait des habitations et dont la pollution est la plus part du temps soufflée vers le fleuve plutôt que dans Limoilou et Beauport.

    De plus, il y a déjà 92 mètres de tunnel sous Honoré-Mercier de construit avec une pente descendante d’un degré. Passer par Dufferin représente grosso modo 1 km de tunnel en moins par rapport à une sortie Laurentienne.

    Selon moi, c’est de la grosse grosse logique.

    Oh oui… Merci Régis…

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Louis-Pierre Beaudry

      4 février 2020 à 10 h 18

      À terme, je suis d’avis, comme certain.es ami.es (par exemple la gang de Québec, ville résiliente , que la meilleure chose qui pourrait arriver pour un développement dense et attractif du centre-ville de Québec serait la transformation de Dufferin-Montmorency en boulevard urbain, avec le démantèlement de sa partie aérienne. On libérerait énormément d’espace au sol dans Saint-Roch et Limoilou, en plus d’ouvrir la porte à un développement le long de la partie terrestre, dont les limites de vitesse pourraient être abaissées.

      Je suis d’accord que cette autoroute a été « construite pour rien » et servait clairement à alimenter le rêve banlieusard des fonctionnaires de la nouvelle Colline parlementaire d’accéder rapidement au centre-ville, qui s’est vu être charcuté au passage, en haut comme en bas.

      Je crois donc qu’elle devrait être démolie, et non pas reliée à un nouveau tunnel autoroutier. C’est une véritable plaie qui favorise l’étalement vers l’est et qui occupe beaucoup trop d’espace névralgique au coeur de la ville.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • laer

        4 février 2020 à 10 h 38

        Entièrement d’accord. Il est temps de tourner la page des idées saugrenues des années 60.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • PPDaoust

        4 février 2020 à 10 h 50

        Moi aussi je partage votre avis…

        Je suis les travaux de Québec, ville résiliente avec beaucoup d’enthousiasme et de support, d’autant plus que j’habite dans le Vieux-Limoilou, secteur Hedleyville en plus!

        Malheureusement, le démantèlement de la partie surélevée de Dufferin relève actuellement de l’utopie et du vieux pieux. Je pense aussi que le démantèlement autoroutier, bien qu’elle soit une condition importante, n’en est pas une Sine qua non (sans quoi rien ne peut se faire) du projet de Charles Gosselin-Giguère et Simon Parent.

        Moi je suis contre l’ajout de lien autoroutier, mais dans un scénario de plus en plus probable où il se réalisera, aussi bien le faire passer par cette structure (en très bon état d’ailleurs). C’est ça le point. Ça n’a rien à voir avec mes valeurs.

        Présentement, là où il ne faut pas manquer son coup, c’est la rénovation (nécessaire) de Laurentienne en boulevard urbain et la densification de ses abords.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
    • michel

      4 février 2020 à 11 h 33

      Transformée en boulevard urbain au sud de Soumande, Laurentienne deviendrait alors à peu près équivalente en terme de capacité à la portion d’Henri-Bourassa entre la Capitale et Montmonrency.
      Considérant (1) l’énorme potentiel de densification urbaine du secteur Hamel qui résulterait de cette transformation et (2) le fait qu’Henri-Bourassa n’est que très peu habité au sud de la Capitale, il serait en effet beaucoup plus logique de connecter le 3e lien sur Dufferin via le tunnel sous Honoré-Mercier.
      Bref, on se retrouverait avec un tunnel autoroutier entre place d’Youville et Dufferin, et un tunnel réservé aux TEC entre place d’Youville et le jardin Saint-Roch. Il y a déjà un stationnement souterrain tout près de place d’Youville qui pourrait, j’imagine, être agrandi pour devenir en partie incitatif pour les gens en provenance de Lévis. Un téléphérique jusqu’à la Gare du Palais (idée qui devrait vous plaire…) permettrait d’y relier le 3e lien au trambus pour ceux qui voudraient se diriger vers l’est.
      Coût total inférieur au tracé actuel…

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Louis-Pierre Beaudry Utilisateur de Québec Urbain

        4 février 2020 à 11 h 41

        Au-delà des coûts, je crois toutefois que l’enjeu repose surtout du côté de la technique, de la pente du tunnel pour pouvoir ressortir aussi haut, à la même latitude que le stade Canac. Je crois qu’ils creuseraient pas mal sous le fleuve, et que de revenir dans le Cap-aux-diamants serait peut-être irréaliste/non-souhaitable.

        À voir ce qui sera proposé.

        Une autre solution serait de faire ressortir le tunnel après la White Birch, permettant le même arc, et ne liant pas le projet au tronçon au dessus de Saint-Roch, dans l’optique de sa destruction éventuelle.

        Par ailleurs, cette solution éviterait une connectivité avec le pôle Saint-Roch, qui n’est probablement pas souhaitable du côté Transport en commun de la chose.

        On en revient donc au même constat: fuck le tunnel de chars, pourquoi on fait pas juste une ligne de métro style Ligne Jaune?!?

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • michel

        4 février 2020 à 12 h 32

        Le tunnel de chars va grandement soulager la circulation sur les ponts. Ceux qui vont d’un centre-ville à l’autre vont l’emprunter. Peut-être aussi certains parmi ceux qui partent de l’ouest pour se rendre au centre-ville de Québec.

        Les gens de Lévis n’ont pas besoin de se connecter au pôle Saint-Roch. Place d’Youville a déjà un stationnement qui pourrait être agrandi pour les accommoder, et le tramway y passerait.

        Détruire les bretelles de Dufferin-Montmorency serait la catastrophe. Cela obligerait les camionneurs en provenance du port d’emprunter les autoroutes de la Capitale et Laurentienne. Je sais qu’elles sont très laides. Mais le fait est qu’elles pourraient servir à relier rapidement le port à la rive sud si le 3e lien se raccordait plutôt sur Dufferin.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • PPDaoust

        4 février 2020 à 14 h 16

        À Louis-Pierre

        Je voulais simplement vous répondre que le tunnel sous Honoré-Mercier n’est qu’à une dizaine de mètres du niveau du sol. Il est beaucoup plus bas qu’on le pense.

        Quant à la pente. j’ai calculé qu’avec une inclinaison de 3% (qui entre dans les normes pour une voie rapide), on se descendrait de 45 mètres sur une distance de 1500 mètres, soit celle qui sépare l’entrée actuelle du tunnel avec le fleuve. Je suggère, avec beaucoup de prudence, que l’option est techniquement possible.

        Quant à l’absence d’interconnexion au pôle St-Roch, je suis aussi d’avis que ce serait dommage, mais avec une interconnexion avec le Tramway à la place d’Youville (proposition de Michel), ce serait un bon compromis. S’il y a à avoir un « Berri-UQUAM » à Québec, la place d’Youville serait l’endroit que je choisirais.

        Le pôle St-Roch, avec sa clientèle des banlieues, est pour moi l’équivalent du « Terminus Longueuil ».

        À Michel

        Concernant le trafic, j’avale l’idée d’un tunnel routier s’il remplace à terme la liaison du Pont de Québec qui selon moi commence à vivre sur du temps emprunté.

        Aussi,

        « Détruire les bretelles de Dufferin-Montmorency serait la catastrophe. Cela obligerait les camionneurs en provenance du port d’emprunter les autoroutes de la Capitale et Laurentienne. »

        Très bon point nouveau. Probablement que les poids lourds sortant du futur terminal de conteneur pourraient emprunter un hypothétique boulevard urbain, mais passer sur une voie surélevée est beaucoup moins dérangeant que des poids lourds qui passe sur un boulevard avec des feux de circulation, des arrêts et départs etc.

        Je sais que les autoroutes surélevées n’ont pas la côte chez certains idéologues. Je viens d’ailleurs de lire un livre sur la superbe bataille de Jane Jacobs contre le lower Manhattan espressway (LOMEX). Je crois tout de même que faire un amalgame de ce projet dynosaure avec Dufferin-Montmorency est plus que douteux puisque Dufferin-Montmorency ne coupe pas la ville en 2. C’est important de le préciser.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  2. laer

    4 février 2020 à 09 h 55

    La seule solution intelligente pour ce troisième lien est qu’il en soit un uniquement de transport en commun.

    End of the story.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Francis L

      4 février 2020 à 16 h 19

      C’est aussi mon souhait, et j’ose espérer que c’est où nous allons. À mon avis, une fois qu’on aura des études plus précises, ça sera une évidence. Un projet dédié uniquement au transport en commun couterais bien moins cher à construire et serait techniquement bien plus faisable qu’un tunnel autoroutier.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  3. "Le" lecteur assidu

    4 février 2020 à 10 h 47

    * Comme j’ai récemment commenté longuement sur le sujet, je vais me contenter d’en rappeler ce qui en découle :

    1- Lien Québec/Lévis, en Métro « léger », à défaut en Autobus électrique;

    2- Lévis, depuis la zone oû se retrouve l’ UQAR, en desservant les zones de Desjardins, Traverses actuelles de Lévis et Québec, la colline parlementaire/parc de l’Esplanade,

    3- Jonction de ce qui précède avec la ligne de la ligne colline parlementaire/université Laval/Laurier/de l’Église/Industrielle Alliance/autobus  » Voyageur « , près de 4Bourgeois;

    4- Idéalement, une ligne directe Lévis/colline parlementaire/université Laval/Laurier/Industrielle Alliance/des 4 Bourgeois;

    5- Si besoin, une ligne en alternance dans le même tunnel et avec le même mode de transport, depuis la zone Autobus  » Voyageur « , près de 4Bourgeois/Industrielle Alliance/université Laval/colline parlementaire/ carré d’Youville/ sortie sur Charest sous les bretelles de Dufferin;

    6- Nouvelle Traverse maritime depuis la Rive-Sud de l’île de Bacchus vers la rive  » Nord  » de Lauzon.

    7- 2 zones de  » garage « , 1 souterraine près de Desjardins et 1 secondaire sous les terrains de l’université Laval.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. Antoine

    4 février 2020 à 11 h 26

    Malgré la stupidité d’encourager l’étalement urbain encore, on va résoudre un problème pour quoi quelques résidents de lévis pour rendre infernal la vie des gens à Québec…

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  5. René

    4 février 2020 à 13 h 04

    Perso… j’utiliserais le « secteur » de la Dufferin-Montmorency pour connecter le tunnel, non pas connecter a la l’autoroute via le tunnel déjà construit, mais juste faire une sortie/entrée ou on /embarque/ sur l’autoroute dans St-Roch, ensuite on termine avec la fin du tunnel a la jonction de soumande et de la 73 juste à côté du centre vidéotron, donc 2 sorties et entrés du côté de Québec et rendu la.. pourquoi pas faire la même chose du côté de Levis avec une entrée et sortie au complexe Desjardins…

    Et… rendu la, pourquoi pas bonifier le projet avec une phase 2 au projet de tramway et traversé jusqu’à Lévis avec cette 2ème phase..les stations sont déjà prévue.. aussi, ca prend un « pôle d’échanges » au centre vidéotron.. Genre, sur les terrains de l’ancien Colisée! ce projet a de quoi changer Québec dans le bon sens et pour de bon, va juste falloir qu’il soit hyper biens ficelé pour être sûr de ne pas aggravé la situation du centre-ville, mais plutôt lui donner le coup de pouce qui lui manque pour se développer dans le bon sens…

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  6. Carl

    4 février 2020 à 14 h 43

    Faire sortir ce tunnel à la frontière nord de Saint-Roch forcerait les automobilistes pour qui la destination serait le centre-ville de Québec (haute ou basse-ville) de faire immédiatement demi-tour pour revenir sur leurs pas en surface. On imagine immédiatement les problèmes cauchemardesques que cela provoquerait.

    Connecter ce tunnel à l’autoroute Dufferin-Montmorency forcerait les automobilistes pour qui la destination serait le centre-ville de Québec (haute ou basse-ville) de faire immédiatement demi-tour pour revenir sur leurs pas… et cette fois, sur une autoroute! On imagine immédiatement les problèmes cauchemardesques que cela provoquerait.

    J’aimerais que l’on m’explique comment ce tunnel améliorera la circulation dans la région de Québec, compte tenu que, selon les données des l’enquête OD de 2017, l’arondissement Desjardins ne génère qu’à peine 2600 déplacements en voiture vers (Beauport + Charlesbourg + Les Rivières + La Cité) durant l’heure de pointe du matin (pour mémoire: de 6h à 9h), et n’en reçoit que 2260 des même quatre arondissements.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • PPDaoust

      4 février 2020 à 15 h 30

      Pas de doute que la ville qui bénéficierait le plus du tunnel, c’est Lévis.

      Quant au demi-tour, pour l’éviter, je pense que la ville devra augmenter substantiellement le coût du stationnement dans les quartiers centraux, sinon imposer un péage pour la traverse.

      À nous les bébés gâtés d’accepter le principe d’utilisateur-payeur pour les nouvelles infrastructures, comme nos amis de la métropole avec la 30 et la 25.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Francis L

        5 février 2020 à 21 h 06

        Il faudrait expliquer ceci à nos chers animateurs de radios, car bien qu’ils aiment se targuer d’être de droite, lorsque viens le temps de dépenser l’argent des contribuables afin de favoriser l’automobiles, ils se sentent dans un buffet ouvert.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
    • Jp-Duval

      4 février 2020 à 15 h 30

      « J’aimerais que l’on m’explique comment ce tunnel améliorera la circulation dans la région de Québec, »

      Bonne question….Je dois avouer que je ne comprends pas la pertinence d,un tel projet.

      La seule explication qui me vient présentement à l’esprit est la suivante: le moteur économique est en surchauffe. Cela rend valable n’importe quel projet farfelu comme celui-ci.
      Une dépense de plusieurs milliards pour permettre un maigre déplacement de 2600 véhicules.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • PPDaoust

        4 février 2020 à 16 h 23

        Je vais me faire l’avocat du diable, mais on disait la même chose quand on a construit le tunnel Louis-Hippolyte-Lafontaine. Il fait nul doute que cette construction a permis de rééquilibrer géographiquement le développement économique de l’agglomération montréalaise.

        Quant à la circulation, je n’y vois pas tant d’amélioration possible. Mais quand le pont de Québec sera capoute, nous n’aurons pas à le remplacer.

        Dois-je rappeler qu’avec la technologie actuelle, un pont neuf, comme le nouveau Pont champlain, a une espérance de vie de 125 ans. Le pont de Québec, de conception archaïque, ne peut pas raisonnablement dépasser ce seuil, à moins d’y mettre des centaines de millions de $, voir 1 ou 2 G. Ça en vaudrait la peine?

        Le tunnel, s’il se réalise dans 10, 15 ou 20 ans, arrivera à temps pour substituer au 2e lien routier actuel. Je vois ça de même.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Che

        4 février 2020 à 17 h 41

        « Le tunnel, s’il se réalise dans 10, 15 ou 20 ans, arrivera à temps pour substituer au 2e lien routier actuel. Je vois ça de même. »

        J’achète l’argument du remplacement éventuel du pont de Québec, mais sur une plus longue échéance (20 ans). Et d’ici là, il faut réaliser le volet TEC, ce qui va diminuer le traffic sur les deux autres ponts.

        De plus, il ne faut pas oublier que le pont de Québec est le seul moyen de traverser en chemin de fer, ce qui est essentiel au transport de marchandises. Donc l’éventuel remplaçant doit jouer ce rôle aussi. Sinon, il faut continuer à entretenir le pont de Québec.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Carl

        4 février 2020 à 18 h 11

        @PPDaoust:

        Je comprends ces arguments… en partie. Je ne saisis pas vraiment pourquoi il est soudainement important de se préoccuper du développement du secteur Lauzon de la ville de Lévis? Quel est le problème qu’un putatif ‘débalancement’ spatial du développement de l’agglomération de Québec qui nécessiterait une intervention aussi coûteuse pour corriger?

        Quand au remplacement du pont de Québec: peut-être que oui, mais l’avantage d’un pont en structure d’acier, c’est qu’on peut en remplacer des morceaux si on se donne la peine de l’entretenir. Et cela ne change rien au fait que le projet de tunnel suggéré ‘dompera’ la circulation de l’est de la Rive Sud à un endroit où elle ne cherche pas à aller, alors à quoi bon?

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        4 février 2020 à 20 h 33

        @ Carl

        Je me questionne tout autant que vous.

        Toutefois, il semble plus simple d’accuser les autres d’être des idéologues que d’expliquer ce que l’on prétend ( que ce soit pour les autoroutes et les ponts ) avec des données factuelles. ;-)

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Remi D

        5 février 2020 à 19 h 18

        Tel que mentionné par plusieurs, le pont de Québec n’est pas en fin de vie utile,à condition que les investissements nécessaires (d’un ordre de plusieurs centaines de millions, certes) soient fait.

        D’ailleurs, il y a l’exemple du Forth Bridge en Écosse, qui fût complété en 1889, soit 30 ans avant le pont de Québec. Au début des années 2000, une restauration de presque 200M de livres a été effectuée. On y a entre autre appliqué 3 couches de peinture spécialement conçue pour ce pont, ne nécessitant aucun entretien pour au moins 20 ans. Cela démontre qu’il est techniquement possible de prolonger la vie d’un tel pont, qui on se rappelle, a une forte valeur patrimoniale (il s’agit d’ailleurs du plus long pont à Cantilever au monde… bien plus intéressant que le phare ;) . Bien sûr, les conditions d’exploitation et le climat sont différents, mais pas totalement étranger à ce qui se passe sur le pont de Québec.

        En ce qui concerne la  »balance » du développement, il faut se rappeler que Lévis n’aurait jamais dû se développer en tant que ville de banlieue. Lévis s’est d’abord développé en tant que ville autonome, jusqu’à la construction de l’autoroute (pont Pierre-Laporte). Équilibrer l’étalement urbain n’est donc pas souhaitable, puisque cela n’aurait pour effet que  »d’équilibrer » le traffic (c’est-à-dire augmenter le traffic) à travers l’ensemble du territoire.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  7. "Le " lecteur assidu

    4 février 2020 à 15 h 31

    * suite à mon commentaire de ce matin à 10h47

    8- Aucun tunnel sous ou à côté ou par dessus le  » Metro léger  » ou, à défaut, l’Autobus électrique;

    9- Perso, un tunnel pour autos et / ou camions avec comme point de chute côté nord serait tout …..sauf  » positif  » !

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  8. laéR

    4 février 2020 à 16 h 39

    Après toute cette lecture, je crois qu’il y a un consensus qui se dessine: pas de route pour les voitures.

    Quant à l’histoire du point d’arrivée d’un lien routier à Québec, que ce soit à l’extrême Est, dans St-Roch ou sur la colline parlementaire, ça ne va qu’augmenter la congestion dans ces secteurs points.

    Et la congestion dans ces secteurs est la même à l’heure de pointe du matin, ca prend grosso modo 20 minutes franchir 2-3 kilomètres.

    Sauf exception, la 40 en direction Ouest à Beauport est encore plus congestionné, le bouchon s’étirant parfois sur 5 à 10 kilomètres. 1% des gens vont sur la rive-sud.

    Donc, sacrez nous patience de vouloir nous faire croire que les gens de Lévis font pitié.

    Ce sont des idées ramenées par la radio, de gens et de politiciens qui habitent la rive-sud et via un clown de l’opposition à l’hôtel de ville de Québec.

    Quand le party est plein dans un maison, créé une entrée supplémentaire pour y accéder ne règle en rien le problème, c’est plein c’est plein. Miser donc sur la rénovation du pont de Québec pour faire taire ceux qui souhaitent sa mort et capitaliser sur un nouveau lien de transport en commun moderne entre les deux rives. Vous aurez pt-e un allègement de la circulation pendant quelques années.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  9. Che

    4 février 2020 à 17 h 54

    Avez-vous l’impression (comme moi) que le gouvernement s’est tiré dans le pied avec cette nouvelle mouture ?

    Je m’explique.

    Le projet vise à créer un lien pour deux modes de transport : l’auto et un trambus (ou autre mode de TEC lourd).

    Avec l’auto, on a un tunnel qui commence à la 20 et qui débouche à la sortie du centre-ville. Pour prendre le tunnel à partir de Lévis, il faut se rendre jusqu’à la 20, puis revenir sur ses pas. Arrivé à Québec, on doit de nouveau faire un demi-tour pour se rendre en ville, via des voies déjà congestionnées. Une fois en ville, ils vont être accueilli par un parking à 160$ et + par mois. De plus, les quartiers bordant la sortie du 3e lien vont être incommodés par la circulation supplémentaire dans leur quartiers.

    Avec le TEC, on a la possibilité d’attendre le trambus dans la chaleur, d’éviter complètement le traffic, de sortir à plusieurs endroits (d’Youville, Petit Champlain, St-Roch) pour arriver directement aux principaux lieux de travail. On peut aussi transférer vers le tramway / trambus pour aller rejoindre d’autres destinations. Le tout, sans payer un sou de parking et de gaz (il faut payer un titre de transport).

    C’est drôle, mais quand on juxtapose ces deux options à des gens normaux (pas des « geek » d’urbanisme comme nous), ils ont tendance à trouver que l’option TEC n’est pas si bête, et que la partie automobile est superflue. D’après moi, ce point de vue va finir par tranquillement devenir de plus en plus populaire.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  10. Jean-François Gosselin Utilisateur de Québec Urbain

    4 février 2020 à 22 h 22

    Je ne suis pas un grand partisan du 3e lien, mais s’il était à faire, je trouve que c’est jusqu’à maintenant la meilleure option. Par contre, la sortie dans St-Roch me laisse perplexe. Si c’était de moi, j’opterais pour le tracé suivant :

    1- Continuer sous le Vieux-Port au lieu de sous la Haute-Ville;

    2- Condamner le tunnel Samson comme on le connaît, l’élargir d’une voie pour qu’il devienne la sortie du 3e lien;

    3- Séparer les voies du pont au-dessus de la rivière St-Charles pour que le lien « boulevard » se maintienne entre Jean-Lesage et l’avenue des Capucins;

    4- Ajouter des bretelles qui relie cette sortie du pont à Dufferin-Montmorency (en ajouter de façon à donner accès vers l’est que vers l’ouest) (rebienvenue en 1969!). Ça donne un accès facile Haute-Ville/Basse-Ville par un axe qui n’est pas super saturé, un accès vers l’est et un accès local vers le boulevard des Capucins qui a déjà un comme capacité;

    5- Faire dévier le tunnel du transport en commun vers Charest, puis le pôle St-Roch, pour qu’il puisse faire une continuité avec le futur trambus d’Expocité. Le gros désavantage c’est le manque de connexion vers la Haute-Ville. C’est la raison pour laquelle le tramway et le trambus dans St-Roch devraient être sous-terrain pour faire une station d’échange souterraine au Jardins Jean-Paul-L’Allier.

    Voici une carte de ce qui pourrait être fait : https://drive.google.com/open?id=1AF2Lyzz1u-VL0rJvkCKCkq_QUicKUfz6&usp=sharing

    (J’ai ajouté en bonus l’extension trambus Lebourgneuf)

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • "Le" lecteur assidu

      5 février 2020 à 08 h 26

      * Sur le coup, j’ai cru qu’il s’agissait du point-de-vue du chef de l’opposition de la ville de Québec ! J’étais surpris notamment de sa déclaration sur le 3e Lien !

      LES FLEURS:

      – Félicitations pour ce travail titanesque.

      LE POT:

      – Même si je demeure dans l’Arrondissement Beauport, je vous réfère à mes commentaires antérieurs et plus particulièrement aux 2 d’hier et vous confirme leur maintien.

      – Sans limiter ce qui précède, quelle que soit le lieu de jonction du lien AUTO/CAMION , voilà la  » chose  » à ne pas faire, sous quelque forme !

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Che

      5 février 2020 à 17 h 32

      Merci d’avoir mis ça sur une carte, beau travail !

      Votre proposition vaut la peine d’être étudiée. La zone où vous proposez l’échangeur est plus industrielle. Donc, il y aurait moins d’impact sur la population à première vue. Ça permet un meilleur accès à la haute-ville (et à la basse ville).

      Il y a quand même un quartier résidentiel proche. Et il y a aussi des plans pour convertir ce coin en secteur plus résidentiel, mais je crois que c’est du « wishfull thinking ». Le projet de conversion de Laurentienne est plus concret et plus urgent à mon avis.

      Du côté du TEC, on perdrait le nouveau lien entre la basse-ville et la haute-ville créé par le trajet proposé par le MTQ. J’aimais bien le nouveau lien entre le secteur portuaire et la haute-ville.

      Dans un monde où on doit absolument réaliser la portion routière, je crois que j’aime mieux votre option, sauf pour la partie TEC. Idéalement, le tunnel de TEC devrait suivre un chemin différent une fois arrivé à Québec afin de passer en haute-ville).

      Je n’ai aucune idée de la faisabilité technique de ce que j’avance par contre.

      « (rebienvenue en 1969!) »

      10/10 pour l’humour, j’ai bien rit :-)

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Jean-François Gosselin Utilisateur de Québec Urbain

        5 février 2020 à 22 h 28

        Je suis 100 % d’accord avec le lien direct Petit-Champlain – Place d’Youville – St-Roch, mais en même temps, ça me semble techniquement très coûteux avec une variation de dénivelé aussi importante. Dans un monde idéal, c’est certain que ce serait la meilleure option. Québec a tellement de barrières physiques qui brisent la cohésion de l’agglomération (les falaises, la rivière St-Charles, le fleuve…) que l’investissement pour resserrer les liens en vaudrait la peine, mais je doute qu’on vive dans un monde idéal ;)
        Avec ma proposition, j’ai juste essayé de penser à qqchose de différent et de « réalisable », plus pragmatique en somme… si on peut qualifier le projet d’un tunnel routier de « pragmatique »…!

        Signaler ce commentaire

         ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *