Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Forage sous-fluvial en prévision du troisième lien

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 21 octobre 2020 6 commentaires

Source : Stéphanie Martin, Journal de Québec, le 21 octobre 2020

Des forages sous-marins pour le tracé central du troisième lien sont en cours de réalisation, dans le lit du fleuve, près de la gare fluviale de Québec. La barge de forage est amarrée à quelques centaines de mètres du rivage, en face des bâtiments de la Garde côtière canadienne. On y aperçoit des pieux d’ancrage, de la machinerie et une foreuse. Le porte-parole du ministère des Transports (MTQ) Nicolas Vigneault a confirmé au Journal qu’il s’agit bel et bien des premiers sondages sous-marins réalisés depuis le lancement d’un nouvel appel d’offres en février dernier.
Ils sont faits dans le cadre des études géotechniques réalisées pour le tunnel entre Québec et Lévis.

la suite

Tunnel et tramway: que veut-on intégrer au juste?

Voir aussi : Projet - Troisième lien, Transport, Transport en commun.


6 commentaires

  1. « Le » lecteur assidu

    21 octobre 2020 à 11 h 05

    🟧 Parlons Forage…

    J’ai lu hier sur un portail, « Constructo » , une nouvelle que je vais tenter de présenter le plus simplement possible.

    Aux alentours de l’aéroport de Montréal Pierre-Élliot-Trudeau on est en train de construire sur une distance de 3 kilomètres un tunnel.

    On y utilise pour ce faire un tunnelier du nom d’ Alice (sic).

    Dans ce même article on y mentionne que l’utilisation d’un tunnelier est très dispendieuse et on comprend qu’on utilise pas ce genre de « bébelle » pour creuser un tunnel sur une courte distance.

    En l’espèce, on y spécifie que vous l’importance du coût d’utilisation, fallait que ce soit justifié et qu’à l’évidence ça l’était vu la longueur projetée de 3 kilomètres.

    Mais là je me suis rappelé que notre maire, questionné eu égard au motif justifiant la non utilisation d’un tunnelier, invoquait un coût disproportionné en fonction de la courte distance potentiellement envisageable de celui-ci.

    De mémoire, un ingénieur relié au projet de Montréal avançait que n’eut été cette longue distance de 3 kilomètres, il n’y aurait pas eu de tunnelier utilisé pour ce faire.

    Bon, jusque là tout me semblait clair.

    Mais en sus de la réponse du maire ci-dessus rappelée , et sans reprendre tous mes questionnements ou arguments au soutien d’un metro pour notamment Québec, comment ne pas reconsidérer l’usage d’un tunnelier eu égard à ce qui précède ❓

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insiser

      21 octobre 2020 à 13 h 10

      « Dans ce même article on y mentionne que l’utilisation d’un tunnelier est très dispendieuse et on comprend qu’on utilise pas ce genre de « bébelle » pour creuser un tunnel sur une courte distance. »

      Faites mon instruction svp!

      Il n’y a qu’un seul modèle/type de tunnelier?

      S’il y a plusieurs modèles/types, les coûts sont identiques?

      Vous avez lu les études géotechniques utlisées par e bureau de projet du Réseau Structurant?

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • « Le » lecteur assidu

        21 octobre 2020 à 14 h 03

        @ Insiser (sic)

        « On » va mettre ça clair.

        Je rapporte une nouvelle.

        Cette nouvelle contient de l’information que je tente de rapporter de la façon la plus simple et limpide possible pour situer le sujet.

        Subséquemment, rappelant à vous tous mes questionnements antérieurs, je vous fais part de ce que cela m’amène comme questionnement additionnel.

        Et finalement, dans le seul but de savoir, ce qui précède m’a emmené inévitablement à «  creuser » le sujet dans l’espoir de comprendre, ultimement sans réserve aucune, puisque si vous m’avez suivi dans les derniers mois, vous devriez enfin savoir, et encore mieux convenir que je n’y ai aucun intérêt professionnel ou financier.

        Si l’aveux extra-judiciaire peut faire votre bonheur, je suis ignare en semblable matière mais vous conviendrez, j’ose le croire, que ce n’est pas une raison qui pourrait justifier quelque citoyen de toujours chercher à en savoir plus.

        En sus, si je puis me permettre, vous que je perçois comme un érudit en ce domaine, faites-nous le privilège de nous faire bénéficier de vos connaissances dans l’espoir que nous en soyons bénéficiaires.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  2. « Le » lecteur assidu

    21 octobre 2020 à 14 h 09

    🙏 Correction

    « …de toujours chercher »

    ✳️ de ne jamais chercher

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. Insider

    21 octobre 2020 à 17 h 19

    @ « Le » lecteur assidu aka « L’humble »

    « @ Insiser (sic) »

    Si ça prend ça pour faire votre bonheur tant mieux. Toutefois ça m’attriste de constater que vous avez omis de mentionner de nombreux autres « typos ». ;-)

    Quel beau charabia digne d’un « lawyer-wannabe »! Suis-je le seul qui n’apprécie ce pseudo langage juridique?

    « Cette nouvelle contient de l’information que je tente de rapporter de la façon la plus simple et limpide possible pour situer le sujet. »

    Vous devriez-vous communiquer avec Stéphanie Martin si vous pensez que son article manquait de limpidité? Elle en ressortira grandie.

    Et en plus vous terminé ça par le sophsime de l’épouvantail. Dans ce contexte vous comprendrez que je vais m’abstenir de satisfaire votre demande tout en savourant mon popcorn. ;-)

    Signaler ce commentaire

     ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *