Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Encore une maison ancienne démolie sur l’avenue Oak

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 16 août 2021 5 commentaires

Baptise Ricard-Châtelain
Le Soleil

Décidément, l’avenue Oak est populaire auprès de citoyens désireux de se construire une maison neuve au cœur du quartier Sillery. Une autre résidence ancienne vient d’y être démolie pour faire place à une construction plus moderne. Le 1457, avenue Oak, érigée au début des années 1940, figure au Répertoire du patrimoine bâti de la Ville de Québec. Sa valeur patrimoniale était «présumée».

Surnommée Résidence Wilfred-Rourke, du nom du propriétaire initial, elle a été la première de six demeures dessinées par l’architecte Edward Black Staveley qui pousseront dans cette rue. Il n’en reste maintenant que 4, une autre ayant été abattue le printemps dernier.

(…)

La pression est forte dans le marché immobilier de ce quartier, la valeur des terrains ayant explosée. La maison du 1457, avenue Oak, par exemple, était affichée à 710 000 $ au rôle d’évaluation municipal : 140 000 $ pour le bâtiment, 570 000 $ pour le lot.

«Sillery est secteur très en demande», constatait Jean-Louis Vallée, président de la Société d’histoire de Sillery et enseignant d’histoire au collégial, au cours d’une récente entrevue. Il déplore l’octroi de permis de démolition par la Ville de Québec pour des maisons qui pourraient être restaurées.

La suite

Voir aussi : Arrondissement Ste-Foy / Sillery / Cap-Rouge.


5 commentaires

  1. Antoine

    16 août 2021 à 17 h 03

    Sérieusement on se demande qui est sur la commission d’urbanisme de Québec…. C’est ridicule… si j’achete une maison dans un quartier, je m’attends à ce que la ville le protège aussi. C’est le cas de plein de rues dans Québec qui méritent une attention soignée. Idem pour les grandes propriétées ayant appartenues aux communautés religieuses… La commission est en train de détruire Sillery… les grands ensembles boisés vont tous disparaître…

    L’ancien site des Augustines devrait devenir un immense parc municipal au lieu d’un site de condo…

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Gérald Gobeil Utilisateur de Québec Urbain

      16 août 2021 à 18 h 30

      La Commission est composée de membres civils résidants de la ville de Québec et de membres élus tous nommés par le conseil de la Ville.

      MEMBRES DE LA COMMISSION D’URBANISME ET DE CONSERVATION DE QUÉBEC

      Suzanne Verreault Présidente de la Commission
      Conseillère du district de Limoilou
      Anne Corriveau Vice-présidente de la Commission
      Conseillère du district de la Pointe-de-Sainte-Foy
      Pierre-Luc Lachance Vice-président de la Commission
      Conseiller du district de Saint-Roch—Saint-Sauveur
      Gino Gariépy Consultant en patrimoine
      Anne Vallières Architecte
      Élisa Gouin Architecte
      Alexis Ruelland Architecte
      Guillaume Fafard Architecte
      Marie-Chantal Croft Architecte
      Robert Verret Chargé de cours
      Étienne Binette Architecte paysagiste et urbaniste

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  2. paradiso Utilisateur de Québec Urbain

    17 août 2021 à 12 h 27

    On a ici un exemple de maison qui aurait pu facilement être rallongée et agrandie dans le respect de l’architecture d’origine. Un garage intérieur et chambre supplémentaire sur la rallonge, fenestration plus grande au RDC, sous-sol creusé de 1 pied avec toutes les «gugusses» à la mode (salle de télé, cellier, etc.) – C’est exactement ce qu’un ami a fait à Westmount, où on n’aurait jamais permis une telle démolition.

    Je n’ai aucune idée des marges latérales permises à cet endroit, mais peut-être que la ville devrait donner une petite marge de manœuvre si cela permet d’agrandir en respectant l’esprit des lieux.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • paradiso Utilisateur de Québec Urbain

      17 août 2021 à 12 h 35

      En passant, j’ai préparé un dossier de photos et d’archives intitulé « Bienvenue au Parc Falaise » en 2008. Facile à googler.

      Le saccage a commencé dans l’indifférence générale il y a au moins 15 ans, dans ce secteur ayant fait l’objet d’un plan d’urbanisme audacieux en 1948.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Dédé

        22 août 2021 à 06 h 41

        Merci, beau travail de recherche très intéressant.

        Je ne veux pas généraliser mais j’ai connu deux propriétaires sur la rue des Hospitalières et leurs maisons (je crois en reconnaître une) avaient leurs fondations en parpaings (bloc de bétons). L’un des deux a dû refaire la fondation au complet.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler

Poster un commentaire

ou

  +  soixante  =  63