Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Le tramway sur le campus de l’Université Laval

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 13 juin 2022 6 commentaires

Le communiqué de la ville de Québec

Voici le pôle «névralgique » pour le tramway Émilie Pelletier (Le Soleil)

330 arbres abattus pour le passage du tramway à l’Université Laval Taïeb Moalla (Journal de Québec)

Voir aussi : Projet - Tramway, Transport, Transport en commun.


6 commentaires

  1. PPDaoust

    13 juin 2022 à 19 h 25

    Toujours le fun de constater qu’il y a des portions du tracé tramway qui font du sens sur les plans de l’insertion et des coûts.

    Bien joué.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Roger

      14 juin 2022 à 08 h 29

      C’est sûr que quand on a la place et qu’on coupe des arbres, l’insertion reste beaucoup plus harmonieuse. Je considère encore le campus de l’UL comme un grand terrain vague.

      Mais là où il y a moins de place, c’est là que le bas blesse. Je ne suis toujours pas convaincu par l’insertion sur René-Lévesque. Et aller en parler également à ceux dans Ste-Foy où le tramway sera à 10 pieds de leur terrain.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • PPDaoust

        14 juin 2022 à 16 h 05

        +1.

        L’insertion sur René-Lévesque, le tunnel est une erreur. Juste aller voir ce que nos penseurs ont fait sur Dorchester.

        Tellement forcé. En plus, surprise! Le peu d’arbres qui survivent encore ont une mine ridicule. Quant à la circulation, la sécurité et la vie urbaine, on va le voir, au mois d’octobre, quand ça va rouler dans les 2 sens, comment nos grands experts infaillibles ont bien réussi leur mandat dans St-Roch.

        C’est sans parler des coûts. Tout en améliorant considérablement le service en Haute-ville, un tracé sur Charest aurait pu libérer les fonds pour étendre la couverture du projet et le rendre vraiment compétitif avec la voiture sur le plan de la vitesse.

        Mais c’est pas ça qu’on a voulu. Québec demeurera un endroit ou le TEC, en périphérie, restera une option peu séduisante. Nous sommes très loin de ce qui se fait par exemple à Vancouver, Montréal, Edmonton, Ottawa, Kitchener et en banlieue de Toronto.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  2. Le lecteur assidu

    14 juin 2022 à 05 h 59

    😢 Why not… ❓

    🌲 Alors que j’écoute Claude Bernatchez sur RC🇨🇦 tout en naviguant sur le web on y discute du concept du tramway ;
    🌲 En fait je saisis qu’il y a une profonde divergence de vue à cet égard;
    🌲 Pour plus de détails je vous invite à réécouter ce passage depuis le site en question;
    🌲 De ce qui précède, sauf erreur, j’ai notamment cru comprendre que la plantation de 20 « arbres » en compensation pour chaque arbre coupé dans la zone litigieuse ne commencera qu’une fois l’ensemble de « l’œuvre » terminée.
    🌲 La question qui tue :

    💎 Pourquoi ne pas commencer tout de suite la plantation des « fouets » en question ?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Gérald Gobeil Utilisateur de Québec Urbain

      14 juin 2022 à 06 h 53

      « Les arbres abattus seront par contre compensés par 1200 nouveaux arbres d’alignement et le reboisement d’une superficie d’une à trois fois équivalente, précise la Ville de Québec, qui promet un campus encore plus «vert» en 2028. La plantation débutera à compter de cet été ». Extrait de l’article du journal Le Soleil.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Che

      16 juin 2022 à 07 h 39

      Encore les arbres…

      Pourquoi vous n’avez aucune réaction lorsque des forêts complètes sont razées pour faire place à des maisons unifamiliales ? C’est possible de construire des maisons tout en préservant une partie des arbres, mais ça ne se fait pas.

      Pourquoi vous ne réagissez pas ?

      Signaler ce commentaire

       ou annuler

Poster un commentaire

ou

deux  +  trois  =