Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Toujours plus d’unifamiliales pour garder les jeunes familles à Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 30 octobre 2022 10 commentaires

Baptiste Ricard-Châtelain
Le Soleil

La Ville de Québec mise sur de nouveaux quartiers de maisons unifamiliales afin de freiner l’exode annuel de centaines de jeunes familles vers les municipalités de la périphérie.

Aussi, un lotissement de quelque 180 portes s’accélère dans le nord de la capitale, à la frontière des quartiers Saint-Émile et Neuchâtel Est—Lebourgneuf. Un projet «de plus de 75 millions $», chiffre le constructeur.

Voilà qui ajoutera beaucoup d’autos dans un secteur où le nombre de véhicules dans les rues est déjà «trop élevé par rapport à la capacité actuelle du réseau», reconnaît l’administration municipale. Elle entamera donc des travaux d’infrastructures d’importance afin de désengorger les voies publiques.

Mais pour élargir les rues, des propriétaires devront céder du terrain.

Faisons le point.

La suite

Voir aussi : 0 - Revue de presse, Arrondissement des Rivières, Maison.


10 commentaires

  1. Simon

    30 octobre 2022 à 14 h 36

    Quel manque de vision. Contrer l’exode par l’étalement urbain? C’est un non-sens… Et si à la place on incitait les familles à venir rester au centre-ville ou près de celui-ci? Si on créait des milieux de vie à échelle humaine, de grands appartements à prix raisonnable? Au lieu de toujours construire des maudites tours à condos locatifs, si on revenait au bon vieux modèle des « plex » à 3-4 logements rapprochés les uns des autres avec cour arrière? Ou des « blocs appartements » avec des grands balcons, des espaces communs, des parcs, des ruelles, je sais pas… Ce qu’il faut c’est changer les mentalités. Économiquement et écologiquement, on ne peut plus se permettre le modèle des unifamiliales.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Gérald Gobeil Utilisateur de Québec Urbain

      30 octobre 2022 à 17 h 08

      Croyez-vous que les entrepreneurs peuvent offrir des prix « raisonnables » au centre-ville ?

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Simon

        30 octobre 2022 à 17 h 24

        Avec de la volonté politique oui. Mais je sais que je rêve en couleur comme d’habitude ;)

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Le lecteur assidu

        31 octobre 2022 à 06 h 00

         ou annuler
      • PPDaoust

        31 octobre 2022 à 10 h 23

        La possession d’une maison détachée, c’est presque toujours 2 autos dans la cour. C’est 15 à 20k par année en plus de ton hypothèque.

        Au bout de 30 ans, ton style de vie t’a couté au bas mot 750 000$, sans compter les autres centaines de milliers en intérêts. Parce que les autos et les maisons, tu les dois à la banque.

        Je ne parle pas des coûts d’opportunité et de renonciation. Moi, l’auto que je n’ai pas, ça se transforme en 5000$ pour mon REER et un autre 5000$ dans les REEE de mes enfants.

        Si tu veux inciter les jeunes adultes à habiter la ville, près de leur travail, faudrait juste peut-être aussi leur apprendre à compter.

        C’est sûr, moi j’ai du attendre à 35 ans avant d’acheter en ville. J’ai économisé. J’ai vécu en coop. Bin oui. Pis?

        J’ai ensuite mis une belle mise de fond sur un grand condo dans Limoilou, ce qui fait en sorte que je paye moins d’hypothèque que Kevin et Rosalie (noms fictifs), 24 ans qui se sont fait bâtir à St-Quekchose, et qui sont désormais pognés dans les dettes par dessus la tête, et le stress immense qui vient avec.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Louis-Pierre Beaudry Utilisateur de Québec Urbain

        1er novembre 2022 à 10 h 47

        @Gérald Gobeil

        Il est vrai que tout bâtiment neuf va coûter plus cher que les vieux bâtiments du centre-ville, mais un plex de 3 ou 4 étages, si on en bâtit quelques-uns, peut clairement se rentabiliser.

        Ceci dit, le tout pourrait être encouragé par une règlementation plus cohérente avec les objectifs de densification.

        D’une part, l’écofiscalité qui augmenterait le fardeau fiscal des habitations de faible densité et diminuerait celui des bâtiments de haute densité est une avenue incontournable pour internaliser les externalités d’infrastructure (entretien des routes et des services comme l’aqueduc) et de pollution liée au mode d’occupation d’unifamiliale.

        D’autre part, le plus gros obstacle à la « croissance de Montcalm et de Limoilou » et leur forme urbaine fortement en demande, c’est le ZONAGE et la protection du cadre bâti existant. On est figés par l’idée que la propriété privée est sacrée, et surtout, que les personnes qui habitent dans des unifamiliales à un endroit ont un droit à la « quiétude » de préserver ce mode de vie même si c’est complètement anachronique et détrimentiel pour l’environnement (à ce que ça repousse forcément la croissance urbaine aux limites de la ville). C’est exactement ce qui s’est passé avec la saga Terrasse Laurentienne et ce supposé paquebot qui a entrainé un rétropédalage de la ville sur le zonage dans ce secteur (pourtant celui qui montre parmi les loyers les plus chers et qui est donc gravement en demande, étant donné sa localisation près de nombreuses institutions).

        Le plus gros chantier de densification de Québec devrait être dans les friches industrielles de Limoilou, et surtout, dans l’adoption d’un zonage permissif qui permettrait le remplacement des bungalows-de-brique-jaune de Sainte-Foy, Lairet et Maizerets par des plex.
        Pas construire des fuckings tours de condos de coin d’autoroute. Avec le tram et son éventuelle phase 2, c’est la chose la plus logique à faire. Les gens capotent sur les matériaux gaspillés par la démolition, mais mal construire la ville pour préserver l’existant, c’est encore pire.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Gérald Gobeil Utilisateur de Québec Urbain

        1er novembre 2022 à 12 h 16

        Merci. Pourriez-vous svp préciser quant à « C’est exactement ce qui s’est passé avec la saga Terrasse Laurentienne » ?

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Louis-Pierre Beaudry Utilisateur de Québec Urbain

        2 novembre 2022 à 13 h 15

        Voilà!

        https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1335226/immeuble-controverse-sainte-foy-densification-quebec-zonage

        C’était un cas de densification exemplaire selon beaucoup de critères: proximité des transports en commun (807) et d’une rue commerciale (Myrand), 3 étages (pas étouffant), logements traversants (ce qui est extrêmement rare dans les nouveaux bâtiments), bonne fenestration, balcons, garage en sous-sol pour préserver la verdure (et non pas avoir des horreurs d’asphalte comme on en trouve partout autour de l’université).

        Mais bon, le banlieusard moyen veut avoir droit à sa cour en gazon avec sa haie de cèdre pour se faire croire d’être à la campagne en pleine région métropolitaine, faque ce fut décrié comme « violent » parce que ça venait altérer leur voisinage, alors que la violence la plus grave, à mon avis, est de forcer l’étalement urbain et de limiter l’accès à des secteurs prisés par le zonage et le pas dans ma cour. On ne parle pas d’un gratte-ciel, on parle de reproduire les qualités des banlieues industrielles qui sont extrêmement valorisées à Montréal et à Québec… Bref, un bon clash de valeurs.

        Tiré de l’article:

        « Changement de zonage »

        Pour répondre aux inquiétudes des résidents, le conseil d’arrondissement a récemment modifié le zonage du secteur. Le gabarit maximal des nouveaux immeubles a été ramené à deux étages et trois logements.

        […]

        Sa collègue, Marie-Josée Savard, estime que le zonage a été changé le « plus rapidement possible » pour éviter que d’autres édifices semblables ne poussent dans le quartier.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Gérald Gobeil Utilisateur de Québec Urbain

        2 novembre 2022 à 13 h 45

        Merci beaucoup

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  2. SieurDeVanier Utilisateur de Québec Urbain

    31 octobre 2022 à 11 h 33

    Décourageant. La Ville veut densifier d’une main et de l’autre, encore des unifamiliales dans la formule typique des 50 dernières années. Je ne comprends absolument pas pourquoi ça semble impossible de bâtir des quartiers différemment. Changez le zonage! Laissez des nouveaux quartiers grandir à la manière de Montcalm ou Limoilou!

    Il y a une demande inassouvie pour des quartiers comme ça, et je suis certain que des entrepreneurs seraient heureux de bâtir des gabarits de ce genre là.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler

Poster un commentaire

ou

cinquante quatre  −    =  47