Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Tramway: un coup de force pour prendre les banlieues

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 19 février 2021 14 commentaires

François Bourque
Le Soleil

Le gouvernement Legault a écarté en décembre dernier une proposition de trajet de tramway remanié émanant de la Ville de Québec.

Un document écrit a ainsi circulé au ministère des Transports. Les changements proposés ont cependant été jugés insuffisants pour assurer la meilleure desserte des banlieues que dit rechercher le gouvernement.

Qu’à cela ne tienne, cette proposition contredit les propos du premier ministre Legault lorsqu’il soutient que la Ville de Québec n’a montré aucune ouverture au changement.

Le ministre des Transports, François Bonnardel, qui a mené les discussions avec la Ville, n’a pour sa part jamais déposé de contre-proposition.

En fait, le gouvernement n’a même jamais précisé quelles banlieues il souhaitait mieux servir, estimant qu’il appartenait à la ville de lui revenir avec d’autres propositions.

Encore aurait-il fallu lui indiquer dans quelle direction il souhaitait aller.

Las d’attendre, le gouvernement Legault vient de tasser le Bureau de projet de la Ville en annonçant qu’il va s’atteler à dessiner son propre projet de tramway et de desserte des banlieues.

Il prévoit présenter un projet dans quelques semaines, ce qui paraît très rapide (pour ne pas dire invraisemblable) pour un enjeu de cette envergure.

De deux choses l’une. Ou bien il s’agira d’un projet précipité dessiné sur une «napkin», pour reprendre une expression connue.

Ou bien le projet s’inspirera de travaux et scénarios antérieurs qui avaient été mis de côté et qu’on aura réactivés.

«On ne partira pas d’une page blanche», assure une source au gouvernement. On l’espère, car autrement la démarche n’aurait aucun sens.

Au mieux, le gouvernent va dépouiller une banlieue pour mieux en servir une autre.

Je fais le pari que dans le futur projet, on retrouvera une meilleure desserte de D’Estimauville et un renforcement des corridors de transport en commun vers le nord.

Quelque chose de très visible qui pourrait faire image pour les citoyens du nord. Et pour leurs députés de la CAQ, réfractaires au projet Labeaume.

Comment y arriver? Ça reste à voir.

En s’installant sur les planches à dessin, le gouvernement va vite s’apercevoir qu’il ne pourra faire mieux que la ville sans augmenter le budget initial (3,3 milliards $). Ou sans prévoir une deuxième phase au projet.

Le premier ministre François Legault vient d’ailleurs d’entrouvrir la porte pour la première fois à une révision du budget.

«Idéalement, on voudrait respecter l’enveloppe budgétaire, mais il y a des évaluations qui sont faites actuellement», dit-il.

Cette ouverture n’est pas insignifiante. C’est même une excellente nouvelle pour Québec, même si elle s’accompagne d’un coup de force contre la ville.

Le cul-de-sac dans lequel s’est retrouvé le tramway venait de l’entêtement du gouvernement à forcer un meilleur service en banlieue sans toucher au budget.

Si le gouvernement accepte d’en sortir, les citoyens de Québec vont tous y gagner, ceux du centre comme ceux des banlieues.

***

Le risque que le gouvernement Legault fait courir au projet en prenant le contrôle est de provoquer de nouveaux délais.

Faudra-t-il retourner devant le BAPE?

Que se passera-t-il si le feu vert n’est pas donné avant les élections municipales de l’automne et que les partisans du tramway sont battus?

Les trois consortiums formés d’entreprises locales et étrangères qui ont montré de l’intérêt pour le projet de Québec seront-ils toujours au rendez-vous si la Ville tarde trop à lancer des appels d’offres?

Moins de concurrents dans la course n’est pas le meilleur scénario pour les appels d’offres publics.

Chaque année de retard risque aussi d’entraîner une hausse de coûts de 100 millions $, a prévenu cette semaine le Vérificateur Général de la ville. Dans l’hypothèse d’un budget plafonné, cela impliquerait de nouvelles coupures dans les composantes du projet.

***

Le premier ministre Legault joue avec les mots (pour ne pas dire avec la vérité) lorsqu’il affirme que «ce qui nous empêche actuellement de présenter le tunnel Québec-Lévis, c’est la finalisation du trajet du tramway et du réseau structurant à Québec».

On ne sait peut-être pas encore vers quelles banlieues le tramway final va pencher. Mais ce qu’on sait, c’est que ce tramway va passer sur la colline Parlementaire et dans St-Roch. Comment pourrait-il en être autrement?

Il est acquis que c’est dans ce secteur du centre-ville que va se faire l’arrimage avec un éventuel tunnel Québec-Lévis. Deux ou trois stations communes ont déjà été identifiées : D’Youville, Jardin Jean-Paul-L’Allier et pôle St-Roch.

Que le tramway se prolonge ensuite vers une direction ou l’autre n’y changera rien. Il n’y a donc aucune logique technique à retarder le tunnel pour attendre le tramway. Ou à retarder le tramway pour attendre le tunnel.

Les seules explications possibles sont politiques.

1- Le gouvernement se verrait mal annoncer le tunnel avant d’avoir attaché le projet de tramway, qui était beaucoup plus avancé.

2- Il se verrait mal confirmer le tramway avant de lancer le tunnel qu’il a promis à ses partisans. Le tunnel n’étant pas prêt, il retarde à approuver le tramway.

3- L’autre hypothèse, plus machiavélique, est que le gouvernement s’est aperçu qu’annoncer un tunnel Québec-Lévis serait indécent dans le contexte économique de l’après-pandémie.

Plutôt que de le dire et de décevoir ses partisans, il se sert du tramway comme bouc émissaire. Au risque de couler le tramway avec le tunnel.

J’ai du mal à imaginer que ce puisse être le cas, mais cette hypothèse circule.

***

Les partis oppositions à l’Assemblée nationale ont déchiré leur chemise en apprenant que le gouvernement va dessiner lui-même un projet de transport pour Québec. Ils y ont vu une intrusion dans un champ de compétence municipal.

C’est en effet contraire à l’esprit de la loi 122 votée sous les libéraux qui reconnaissait les villes comme des gouvernements de proximité.

Vu sous cet angle, c’est peut-être un peu agaçant, mais je ne partage pas l’indignation des partis d’opposition.

Si le gouvernement arrivait à un meilleur projet que la ville avec le même argent public, on ne pourrait que s’en réjouir.

Le vrai problème, c’est qu’il a enfermé la Ville dans un budget tout en lui imposant d’accroître les services.

Et que maintenant qu’il prend le contrôle du projet, il devient tout à coup disposé à envisager une augmentation du budget. Comme il accepte de le faire à Montréal.

Je le réitère : la meilleure issue possible au bras de fer qui oppose le gouvernement Legault et l’administration Labeaume, c’est de hausser le budget pour améliorer la desserte des banlieues.

Ou d’annoncer dès maintenant une deuxième phase pour aller vers des quartiers où ça n’a pas été possible avec le tronçon initial.

Tout le monde y sauverait la face, ses principes et ses engagements électoraux.

Le gouvernement Trudeau vient d’annoncer 15 milliards$ de plus en huit ans pour des projets municipaux de transport en commun. C’est le moment d’aller cogner à la porte avant que l’enveloppe soit vide.

***

En martelant que le projet Labeaume ne dessert pas convenablement les banlieues, le gouvernement de la CAQ a contribué à miner l’adhésion au tramway.

L’appui tourne quand même autour de 56% (après répartition des indécis) selon un sondage Léger-Journal de Québec publié cette semaine. Le résultat est honorable, mais fragile.

L’appui pourrait sans doute grimper le jour où le gouvernement de la CAQ serait moins divisé et montrerait un peu d’enthousiasme.

Si le coup de force de cette semaine permet à la CAQ de trouver cet allant et de susciter l’adhésion, on oubliera vite les querelles politiques et petites guerres de pouvoir.

La chronique

Voir aussi : Projet - Tramway, Projet - Troisième lien, Transport, Transport en commun.


14 commentaires

  1. Insdr

    19 février 2021 à 09 h 53

    « De deux choses l’une. Ou bien il s’agira d’un projet précipité dessiné sur une «napkin», pour reprendre une expression connue.

    Ou bien le projet s’inspirera de travaux et scénarios antérieurs qui avaient été mis de côté et qu’on aura réactivés.

    «On ne partira pas d’une page blanche», assure une source au gouvernement. On l’espère, car autrement la démarche n’aurait aucun sens.

    Au mieux, le gouvernent va dépouiller une banlieue pour mieux en servir une autre. »

    Quelle belle façon d’apprécier mon café à mon retour à Québec! François Bourque ressort la napkin à ceux qu’il l’on utlisé en premier. Vraiment savoureux! ;-)

    Ce dossier est vraiment toxique. :-(

    Mais c’est pas grave un seul camp à tous les torts dans ce dossier et c’est Régis. Vive le transit-mansplaining de la CAQ! ;-)

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Jeff M

      19 février 2021 à 11 h 58

      Les mêmes passages sont significatifs pour moi aussi.
      Et je dirais, comme M Bourque, que ça renforce l’hypothèse qu’ils se tournent vers une ligne direction Beauport.
      Reste à voir ce qu’ils feraient direction Charlesbourg.

      Ce n’est pas anodin d’ouvrir la porte à une hausse du budget.
      Et je trouve ironique que dans l’histoire des dernières années, à chaque fois qu’on dis non à quelque chose, on revient avec quelque chose d’encore plus onéreux – souvenons nous du SRB qui coutait même pas la moitié. On dirait une sorte de « prime pour se faire pardonner »

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  2. « Le » lecteur assidu

    19 février 2021 à 10 h 50

    😳 Coup de force ou… Coups de force ❗️

    «  Le gouvernement Legault a écarté en décembre dernier une proposition de trajet de tramway remanié émanant de la Ville de Québec. »

    🔹 Je prends acte, vu votre statut.
    🔹 Toutefois, et je présume qu’il en est de même pour vous, j’eu apprécié que mon Maire mette carte sur table, au sens « élargi ».
    🔹 Humblement, si vous avez lu mes nombreuses interventions sur le sujet, j’estime avoir le droit, non seulement pour ma petite personne mais pour nous tous, à « Ça » ❗️

    «  Qu’à cela ne tienne, cette proposition contredit les propos du premier ministre Legault lorsqu’il soutient que la Ville de Québec n’a montré aucune ouverture au changement. »
    🔹 Lire ce qui précède… et l’appliquer mutadis mutandis ❗️

    «  Au mieux, le gouvernent va dépouiller une banlieue pour mieux en servir une autre »

    🔹 Là, permettez-moi au moins de déplorer une affirmation qui ne fait pas honneur à votre statut❗️
    🔹 Pour ce qui concerne la coquille (gouvernent), je vous absous❗️

    «  Faudra-t-il retourner devant le BAPE? »
    🔹 À ce stade, je l’ignore.
    🔹 À ce sujet, je souhaite que vous et vos collègues du « journal » Le Soleil évitiez ce qui constitue selon moi une bourde de votre concurrent qui met sur un même piédestal une prof. de géo. de l’Université Laval et une personne du calibre de Fanny Tremblay-Racicot PH.D.
    🔹 À cet égard, je suis assuré , qu’hormis le fait que vous n’oserez point critiquer des collègues, ce que je comprends, que vous savez, pour paraphraser nos « sportifs » … « la raison de mon pourquoi » ❗️

    «  Vu sous cet angle, c’est peut-être un peu agaçant, mais je ne partage pas l’indignation des partis d’opposition. »

    🔹 Entièrement en accord sur ce point.
    🔹 Qui plus est, je déplore le mandat évident et ultra partisan, pour ne pas dire plus, confié à madame Rizqy, par sa chef.

    «  Si le gouvernement arrivait à un meilleur projet que la ville avec le même argent public, on ne pourrait que s’en réjouir. »
    🔹 Moi le… deuxième 😉

    «  Je le réitère : la meilleure issue possible au bras de fer qui oppose le gouvernement Legault et l’administration Labeaume, c’est de hausser le budget pour améliorer la desserte des banlieues. »

    🔹 Désolé d’être cru, mais vous êtes dans le champs, et pas à peu près❗️
    🔹 C’est à ce point évident, qu’en rajouter serait vous faire insulte❗️

    «  Ou d’annoncer dès maintenant une deuxième phase pour aller vers des quartiers où ça n’a pas été possible avec le tronçon initial. »

    🔹 Faire un copier/coller du commentaire précédent❗️

    «  Tout le monde y sauverait la face, ses principes et ses engagements électoraux. »

    🔹 Non; de grâce, ça fait tellement… 1950❗️
    🔹 La vérité à ses droits.
    🔹 Qui plus est, ultimement, le monde « ordinaire » y a droit;

    «  Si le coup de force de cette semaine permet à la CAQ de trouver cet allant et de susciter l’adhésion, on oubliera vite les querelles politiques et petites guerres de pouvoir. »

    🔹 Pour moi, loin de voir ça comme un coup de force je vois ça comme une « prise en main » d’un parent qui n’a pas le choix de voir au meilleur intérêt de son enfant❗️Et ça, ce n’est jamais agréable pour le parent, je le présume puis qu’heureusement, de mon côté je n’ai jamais été placé en semblable circonstance❗️ 🙏

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • « Le » lecteur assidu

      19 février 2021 à 13 h 00

      🙏 Correction

      🔹 La Vérité …a…ses droits.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Jeff M

      19 février 2021 à 13 h 22

      Marie-Hélène Vandersmissen, Jean Dubé et Fanny Racicot-Tramblay, les trois cités dans le Journal de Québec, sont tous bien reconnus pour leur apport dans le domaine.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • « Le » lecteur assidu

        19 février 2021 à 21 h 33

        @ Jeff M

        «  Marie-Hélène Vandersmissen, Jean Dubé et Fanny Racicot-Tramblay, les trois cités dans le Journal de Québec, sont tous bien reconnus pour leur apport dans le domaine. » (sic)

        🔲 J’gnore si c’est votre cas mais je n’ai jamais eu l’occasion de rencontrer physiquement l’une de ces personnes.

        🔲 Ceci étant établi j’ai souvent entendu ou lu (?) M-H V., J.D. (2-3 ?) fois et finalement, de mémoire j’ai entendu parler de Fanny Tremblay-Racicot pour la première fois lors de sa comparution devant le BAPE où elle a déposé son mémoire ou son argumentaire au soutien de son propos.

        🔲 Suite à cela et à moins d’errer, je ne sache pas que le BAPE ait reçu et entériné la vision de Mme M. où Monsieur J.D. ;

        🔲 Par contre, et toujours sous la même réserve, non seulement ai-je été impressionné par la comparution de Fanny Tremblay-Racicot dont le propos me rejoignait totalement mais, au surplus, le BAPE a fait entièrement siennes les représentations de celle-ci.

        🔲 De mémoire et à moins d’errer, son document de 30 pages ci-haut mentionné peut-être lu ( ? ) sur le site du BAPE.

        🔲 Je peux me tromper mais de « voir » la façon dont le « battage médiatique » se déroule à Québec , comme si il n’y en avait que pour un seul côté de la médaille, sauf exception, on se croirait revenir revivre à Québec en 1 9 3 4, au Temps des demis civilisés de Jean-Charles Harvey où, pour les intéressés, vous pourrez voir une plaque bleue le concernant, sur un immeuble face approximativement du 625 rue Fraser.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Jeff M

        19 février 2021 à 23 h 56

        Donc, la bourde du journal était de ne pas avoir mis à l’avant plan celle qui vous rejoignait…

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  3. Luc

    19 février 2021 à 11 h 12

    Belle analyse de Bourque.

    Peu importe l’issue, actuellement je sens que la population va être gagnante. La CAQ fait le compromis de mettre plus d’argent mais en contrepartie ce sera son projet.

    S’il ressemble à celui que l’on a montré dans un thread précédent, alors je suis acheteur. Dans cette optique je comprend très bien pourquoi il met un stop au projet de Tramway actuel car les deux bouts du tramway ne sont pas identiques entre le projet de la ville et celui de la CAQ.

    Et ce n’est pas un petit bout. C’est toute la section nord qui est remplacée par un trambus alors que le Tramway se rend dans d’Estimauville.

    Il y a donc matière à attendre.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. michel

    19 février 2021 à 12 h 12

    En 2010 :
    2 lignes de tramway (dont une passant par colline parlementaire)
    30 km (avec alimentation électrique souterraine, ce qui coûte plus cher que des caténaires)
    1,5 milliards $
    50 millions $ du kilomètre

    En 2020 :
    1 ligne de tramway (passant par la colline parlementaire)
    22 km (avec utilisation de caténaires)
    3,1 milliards $
    141 millions $ du kilomètre

    Sachant que 1$ en 2010 équivaut à 1,16$ en 2020,
    50 millions $ du kilomètre en 2010 équivaut donc à 58 millions $ du kilomètre en 2020.

    Le « coup de force » est donc pleinement justifié !

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  5. michel

    19 février 2021 à 15 h 29

    « Le risque que le gouvernement Legault fait courir au projet en prenant le contrôle est de provoquer de nouveaux délais. Faudra-t-il retourner devant le BAPE? Que se passera-t-il si le feu vert n’est pas donné avant les élections municipales de l’automne et que les partisans du tramway sont battus? »

    **

    Le gouvernement devra choisir, avant la prochaine élection, entre :

    1) Apporter des modifications majeures au projet actuel.
    2) Apporter des modifications mineures au projet actuel.

    Si c’est 1, il y aura en effet un BAPE prise 2. Et donc, des délais supplémentaires. Et donc, une élection référendaire…

    Si c’est 2, les conditions « desserte des banlieues » et « intégration des deux projets » ne seront pas bien remplies; et sa base électorale, depuis toujours opposée au tramway, va être en joualvert…

    Et on pourrait poursuivre en disant :

    Si c’est 1, la CAQ va être confrontée à un deuxième rapport du BAPE dont la principale conclusion sera la même que celle du premier rapport, à savoir que le tramway n’est pas le mode optimal pour Québec…

    Si c’est 2, la CAQ va perdre en crédibilité devant l’électorat en général et la presse en particulier, elle qui aura tassé la ville avec ses gros sabots pour accoucher d’une souris…

    Le gouvernement aurait donc intérêt à mettre le tramway immédiatement aux poubelles, et à le remplacer par un réseau plus étendu et plus efficient que celui de l’actuel projet hyper mal ficelé du maire.

    Il aurait aussi intérêt à mettre son propre projet à l’abri d’une éventuelle élection référendaire (un parti comme Québec 21 pourrait se l’approprier…). Il lui suffirait de créer une régie régionale dont le mandat serait de gérer simultanément les deux gros projets de transport.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  6. Jeff M

    19 février 2021 à 16 h 28

    Je vais apporter une théorie.

    Je pense que le gouvernement s’est dit qu’il fallait finalement augmenter l’enveloppe budgétaire de 3,3 G$. Sauf que pour faire ça, il ne fallait plus que ce soit perçu comme le projet du maire Labeaume. Il fallait que ce soit leur projet à eux, avec un branding sur les banlieues, leur électorat principal. C’est comme ça qu’il allait mieux passer la pilule auprès de beaucoup de gens. C’est peut être niaiseux, mais des fois ça fonctionne. Le merveilleux monde de la communication publique…
    Il y aurait donc sûrement des différences notables par rapport à la version du réseau sans trambus, mais il serait aussi bonifié, sans toutefois étudier beaucoup de solutions jamais étudiées pour ne pas trop retarder les choses.
    Cette orientation aurait pu se forger quand ils ont reçu la proposition de la mairie – proposition qui a été confirmée au ministère des transports en passant.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  7. michel

    19 février 2021 à 18 h 34

    La CAQ va peut-être se servir d’un trambus Mgr Bourget/Zoo via le 3e lien pour « intégrer » les deux projets.

    Si ce trambus utilisait les voies d’accotement de Laurentienne comme cela semble prévu, faudrait pas se surprendre si on nous annonçait qu’il serait financé à même le budget du 3e lien.

    Une logique similaire pourrait être utilisée à l’ouest. La CAQ pourrait bonifier le budget de Lévis pour lui permettre de prolonger sa ligne de transport en commun jusqu’à, disons, l’aéroport (avec arrêts à Sainte-Foy ouest, Marly et Le Gendre).

    Au final, on aurait une meilleure desserte des banlieues, plus d’argent au niveau régional pour les transports en commun, et un budget toujours de 3,3 milliards pour le réseau structurant de Québec.

    Le « coup de force » de la CAQ se serait transformé en un « coup de maître ».

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Luc

      20 février 2021 à 09 h 12

      Coup de maître, j‘en suis désormais convaincu. J’espère que je ne me trompe pas mais ce sera pour le mieux. En fait voyons le comme ça. En proposant sa propre version, le CAQ est condamnée à l’excellence car le projet actuel est déjà une excellente base.

      @Michel. J’aime votre plan de prolongement de la ligne ouest de Lévis vers l’aéroport…. Mais dans une deuxième phase voulez vous? De chez moi je pourrais m’y rendre sans prendre mon automobile. Et si c’est le cas, hey bien ils auraient réussi à me convertir au transport en commun. Quoi que… J’ai pas besoin de ça pour ma conversion. Si on a un vrai plan régional, j’embarque ;-)

      Signaler ce commentaire

       ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *