Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Une halte pour vélo à la place d’un projet immobilier dans Sillery

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 1er août 2021 3 commentaires

Érik Chouinard
Radio-Canada

Alors que la Ville de Québec appuie un projet immobilier au coin du chemin Saint-Louis et de la côte de Sillery, le Conseil de quartier de Sillery et des résidents du secteur croient toujours en leur projet de halte pour vélo. La ministre de la Culture pourrait être leur dernier salut et ils ne pourront pas compter sur le soutien de la Société de développement commercial (SDC) de Maguire.

« Cette vélostation est un carrefour qui servirait avant tout à identifier le site patrimonial de Sillery qui est indiqué à nulle part et à propulser l’histoire à aujourd’hui, vante la membre du Conseil de quartier de Sillery, Mary Shee. Ce serait une des premières stations de vélo urbaines, au Québec ».

« Dans le fond, il y aurait des palissades avec de l’information sur le site patrimonial; les cimetières, les sentiers, toute l’histoire serait racontée sur ces grands panneaux », ajoute-t-elle. Mary Shee voit l’endroit comme un lieu de rassemblement pour les gens à vélo ou en transport en commun pour qu’ils puissent s’y asseoir, y laisser leur vélo et aller à pied sur l’avenue Maguire.

La halte proposée a une allure qui s’inspire largement de la station-service désaffectée qui occupe toujours le terrain, gardant les mêmes dimensions et étant dotée d’un toit qui rappelle celui qui se dressait jadis au-dessus des pompes à essence.

Une vision qui satisfait le résident du secteur et avocat, Louis-Philippe Coulombe. Je m’y rallie maintenant parce que c’est la seule bonne option qui reste devant cet état de fait et ça pourrait être un pôle intéressant pour le système de vélopartage de la Ville de Québec, souligne-t-il.

Le président de la SDCSociété de développement commercial de l’avenue Maguire, Camil Lacroix, ne voit pas d’inconvénients particuliers au plan présenté par le conseil de quartier, mais il préfèrerait voir le quartier se densifier.

« On aimerait ça avoir des condos et du locatif. C’est sûr que ça apporte plus de monde dans le coin, un peu comme les Appartements sous les bois, plus en bas de la côte de Sillery », compare-t-il, affirmant avoir vu l’effet que ce complexe d’appartements a eu sur l’achalandage dans les commerces de l’avenue.

Un projet immobilier mal aimé

Le président de la SDCSociété de développement commercial ne sent toutefois pas le besoin de se prononcer sur la forme que prend l’immeuble à logements. Notre but, ce n’est pas de dire si c’est une belle bâtisse ou non, nous c’est d’avoir plus de densité, alors notre vision s’arrête là, reconnaît-il.

Parmi les résidents, ce projet immobilier de trois étages appuyé par la Ville est toutefois loin de faire l’unanimité. Le problème c’est que le site patrimonial et protégé se trouve derrière le lot et non pas devant. C’est ce volet derrière qui en pâtit, qui en prend pour son rhume avec ce gros volume, déclare Louis-Philippe Coulombe.

La Ville de son côté est prête à aller de l’avant. Le 5 juillet, elle a adopté une modification réglementaire du programme particulier d’urbanisme (PPU). La prochaine étape est la modification du zonage.

Une fois que le zonage sera en vigueur, le promoteur pourra faire ses demandes de permis pour construire. Mais dans ses demandes de permis, il devra solliciter l’avis de la Commission d’urbanisme de conservation de Québec (CUCQ) et de la ministre de la Culture, indique Louis-Philippe Coulombe. Ce sont ces deux instances qui auront le dernier mot.

Les derniers recours

Le résident ajoute que le site patrimonial de Sillery a la même valeur juridique que le Vieux-Québec et qu’il mérite donc les mêmes protections.

On ne va pas dans le Vieux-Québec pour voir une vieille maison ou un château, on y va pour voir son environnement. Si on commence à faire des immeubles énormes à condos, n’ayant pas en tête l’environnement, on perd la valeur patrimoniale, assure-t-il.

Le site patrimonial de Sillery est aussi important que celui du Vieux-Québec, alors il faut le faire connaître, plaide Mary Shee.

Les deux s’en remettent à la ministre de la Culture, Nathalie Roy qui, comme la CUCQCommission d’urbanisme de conservation de Québec, a le rôle de se prononcer sur l’existence et la forme de l’immeuble.

Est-ce qu’on continue avec des blocs ou on fait quelque chose pour les gens de Québec? C’est à la ministre de décider si on fait quelque chose pour demain ou si on reste avec quelque chose de complètement immense qui va bloquer les percées visuelles et tout, pose la membre du conseil de quartier.

Même si le projet immobilier n’obtient pas l’approbation ministérielle, pour que le projet de halte pour vélo voie le jour, il faudrait que la Ville de Québec prenne possession du terrain.

Nous y croyons toujours. Il faut aller vers demain. Ce dont je parle présentement, c’est ce qu’il va y avoir dans 10 ou 20 ans un peu partout à Québec. Une station vélo ça va être le futur, s’avance Mary Shee.

l’article

Un billet précédent

Voir aussi : Arrondissement Ste-Foy / Sillery / Cap-Rouge, Commercial, Logement locatif ou social, Urbanisme.


3 commentaires

  1. Sherif Behna

    3 août 2021 à 07 h 20

    Ce n’est pas un secteur très accueillant pour les vélos. La seule « piste cyclable » est celle sur le chemin St-Louis, et c’est à peine une accotement. Au mieux, c’est une piste à usage utilitaire. La promenade Samuel De Champlain est une bien meilleure option pour ceux qui veulent faire du vélo récréotouristique.

    De plus, le secteur est très bien servi en terme de parcs. Je ne vois pas l’intérêt d’en ajouter un autre.

    Enfin, je ne suis pas tellement fan d’accorder le même statut à ce secteur qu’au Vieux-Québec. Le Vieux-Québec a un pouvoir d’attraction immésément plus grand, alors d’accorder la même importance aux deux équivaudrait à diluer l’importance du Vieux-Québec.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Charles

      4 août 2021 à 10 h 40

      Vous avez bien raison d’être perplexe sur se projet. Cela ressemble plutôt une façon de faire du « pas dans ma cour » version greenwashing. Pourtant, le projet (bien que pas très joli), cadre parfaitement avec les lieux en terme de hauteur et de gabarit. Si les promoteurs de cette halte cycliste étaient sérieux dans leur démarche, ils devraient plutôt militer pour une offre de piste cyclable plus abondante et sécuritaire, quitte à demander que l’on retire quelques place de stationnement sur rue, ou qu’on installe des sens-unique afin d’offrir de l’espace aux cyclistes. Je ne suis pas si certain qu’ils iront jusque là..

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  2. Jean François Côté

    6 août 2021 à 19 h 08

    C’est pas sérieux ! Sillery comme des gros bébés gâtés ! Que la ville et le promoteur tiennent leur bout !

    Signaler ce commentaire

     ou annuler

Poster un commentaire

ou

six  +  un  =