Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Le boulevard Hochelaga réaménagé : une excellente option pour circuler dans le secteur

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 21 novembre 2022 10 commentaires

Québec, le 21 novembre 2022 – La Ville de Québec invite les citoyens à emprunter le boulevard Hochelaga complètement réaménagé pour circuler dans le secteur. Six voies de circulation, soit trois dans chaque direction, permettent d’accéder aux centres commerciaux et autres commerces et services.

Le boulevard Hochelaga représente donc une excellente option pour transiter entre les ponts et le centre-ville, ou entre les autoroutes Henri-IV et Robert-Bourassa.

Outre les voies de circulation automobile, le boulevard Hochelaga compte également deux pistes cyclables et des trottoirs élargis en plus d’offrir un aménagement embellissant le quartier. Les travaux réalisés dans cette artère au cours des deux dernières années visaient aussi à offrir une voie de contournement efficace lors des travaux pour le tramway sur le boulevard Laurier afin de maintenir la fluidité de circulation.

La suite

Voir aussi : 0 - Revue de presse, Arrondissement Ste-Foy / Sillery / Cap-Rouge, Projet - Tramway, Transport.


10 commentaires

  1. PPDaoust

    21 novembre 2022 à 17 h 49

    Hochelaga, nouvelle mer d’asphalte au design laissant vraiment à désirer. Piste cyclables brouillonne, aux multiples courbes (surement pour faire beau), et croisant souvent les trottoirs. Feux aux intersections à la programmation toute aussi merdique pour les piétons.

    Autre pouce en bas aux penseurs du Tramway. Avec ces travaux d’élargissement, les automobilistes qui, dans une portion du tracé où le Tramway pouvait faire compétition à la voiture, ont une grosse raison de moins de changer leurs habitudes.

    Manque d’ambition. Je l’ai dis, je dis et je continuerai de dire.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Michel

      21 novembre 2022 à 19 h 43

      Totalement. Et dire qu’il y en a à Québec pour croire à une « guerre à l’auto ».

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Eric Alvarez

      22 novembre 2022 à 10 h 13

      Je ne considère pas 19 kms de tramway comme un manque d’ambition. Aussi, le réaménagement urbain de René-Lévesque et de la Couronne va transformer ces quartiers pour les rendre plus conviviaux pour les autres moyens de transport que l’auto. C’est un gros premier pas vers une urbanisation de Québec moins centrée sur l’auto solo. Il en faudra d’autres.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • PPDaoust

        22 novembre 2022 à 13 h 03

        Je vous suis. Par contre, j’aimerais vous dire que ce n’est pas sur R-L où l’intervention du genre était la plus pressante. Qui plus est, les milliards impliqués vont succioner une trop grande partie du budget.

        Et cette idée que de toute façon, les conduites de R-L devaient être refaites, et que le Tramway n’est qu’une partie modeste des coûts de réfections, ce n’est pas vrai. On parle de déplacements de conduites et surtout, de la construction d’un tunnel bling bling. Trop cher. Trop compliqué.

        Comparons-nous Eric!

        Kitchener-Waterloo. 3 fois et + moins cher pour leur Tramway. Leur tracé a été élaboré avec la rationalité en tête. Le « bang for the buck ».

        Le résultat est que la phase 2 deviendra réalité peu de temps après la concrétisation de la première. Ici, avec le tracé prohibitif de la haute-ville, on manque le bateau. Il existe d’autres solutions pour cet axe, des solutions qui peuvent apporter des gains en performance de TEC et en convivialité du milieu urbain.

        Plus près, le REM de Montréal. Mon dieu, pour 6G, t’en a tellement plus pour tes milliards. Rapide, automatique, compétitif, aéroport desservi, faible coût d’opération.

        En pleine crise climatique, en 2022, c’est ça qu’on attend d’un bon projet de TEC. Des voitures en moins sur le chemin! Moins d’asphalte! De vraie options en matière de transport, et pour tous, en particulier les banlieusards captifs de l’auto.

        Le but n’est pas, comme plusieurs disciples de Vivre en ville (par exemple) semble prioriser, à rendre un beau coin très privilégié de la ville encore plus beau et plus très privilégié.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
    • Eric Alvarez

      22 novembre 2022 à 17 h 03

      (Note: il y a une limite aux embranchements des sous-réponses, c’est pourquoi je fais une deuxième réponse)

      Je ne connais pas le projet Kitchener-Waterloo, mais il faut faire attention aux comparaisons (« Comparaison n’est pas raison »).

      Pour l’essentiel, le tramway m’apparaît parfaitement adapté dans la Haute-Ville. Le tronçon Colline Parlementaire – Université est le plus achalandé de Québec en terme de déplacements (note: cité de mémoire).

      Cela sans compter que lors des grands évènements, souvent en Haute-Ville (Plaines…), pouvoir compter sur un système de transport en commun moderne et avec une grande capacité va être un plus. J’ai déjà eu honte, vis-à-vis les touristes pendant le Festival d’été, de voir les autobus passer bondés à l’arrêt alors que l’on était loin d’être à un « pic ».

      Quant à René-Lévesque, on va passer de 4/5 voies automobiles à 2. Traverser à pied va être beaucoup plus convivial et au bénéfice de tous (évènements…).

      Dans ce type de projet, il est clairement difficile de faire plaisir à tout le monde et à sa mère!

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • PPDaoust

        22 novembre 2022 à 19 h 06

        En haute-ville, bien-sûr que le Tramway sera un succès. Là n’est pas la question. C’est « safe » comme choix. Je dirais que c’est aussi une autre marque d’un certain manque d’ambition.

        Mon jugement découle aussi du fait que ce projet de Tramway là, en voulant se distancer du tracé du SRB (étudié très sérieusement), sera le plus cher jamais construit du km sur la planète terre.

        Pour une ville du calibre de Québec, et dans un contexte Québécois où plusieurs autres feux brûlent, je trouve ça complètement indécent. Je trouve qu’il y a là une évidence que tout le monde semble se forcer à ignorer. Quand t’as grandi dans la ouate, ma grand-mère dirait.

        J’ai toujours dis que pour la haute-ville, un système de bus articulés (Métrobus 2.0) sur voies dédiées sur dalle de béton avec feux synchronisés prioritaires, ça aurait été une mise à niveau tout à fait adéquate pour fiabiliser le service et en améliorer la vitesse.

        Avec les milliards économisés on aurait facilement pu aller à Charlesbourg et sur la Rive-Sud où les gens sont à peu près tous captifs de la voiture. C’est sans compter le potentiel structurant supérieur. C’est comme ça que les milliards sont investis dans les villes ambitieuses, celles qui se positionnent, celles qui donnent l’exemple.

        Mais bon, je vais dire comme bien des gens. On a 4G alors dépêchons-nous à le brûler, sinon, cet argent va disparaître ou aller ailleurs, ce qui est faux.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • julien

        22 novembre 2022 à 22 h 06

        « Mon jugement découle aussi du fait que ce projet de Tramway là, en voulant se distancer du tracé du SRB (étudié très sérieusement), sera le plus cher jamais construit du km sur la planète terre. »

        D’où tenez vous l’information que le tramway de Québec sera le plus cher de la planète? Cela fait plusieurs fois que j’entends cette affirmation, mais je n’arrive pas à remonter à la source.

        C’est étonnant comme affirmation, surtout quand on sait qu’en Ontario, il y a deux projets avec des coûts par kilomètre plus élevé que celui de Québec.

        Projet Hurontario à Toronto 255 millions par KM – tracé de 18 km

        Projet à Hamilton

        243 millions par kilomètre – tracé de 14 km.

        Merci

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Carl Utilisateur de Québec Urbain

        23 novembre 2022 à 10 h 16

        PPDaoust utilise l’argument de l’exceptionnalisme de Québec, que l’on nous a servi à toutes les sauces depuis que l’on parle d’amélioration aux transports collectifs à Québec:

        * la ville de Québec est tellement hivernale qu’un tram / train léger en surface ne pourra fonctionner entre Novembre et Avril;
        * la ville de Québec est tellement pentue qu’un tram / train léger sur rail ne pourra fonctionner;
        * la ville de Québec a une demande en transport tellement particulière que seul un métro en souterrain peut répondre à ses besoins, même avec une petite population;
        * la ville de Québec a une organisation spatiale tellement différente des autres qu’il faut implanter le réseau à haute capacité ailleurs qu’entre les grands générateurs de déplacements,
        … et j’en passe.

        Ici on a deux arguments: le réseau proposé sera le plus coûteux au km sur la planète (ce n’est pas rien!) et il est implanté au mauvais endroit.

        J’invite M. Daoust a nous soumettre des chiffres vérifiés pour sa première assertion. Quant à la deuxième, les expériences de nombreuses villes américaines, qui ont aménagé des lignes de TeC à haute capacité le long de grandes artères / sur des terres-pleins d’autoroutes, essentiellement parce que c’était plus facile et que ça dérange moins la circulation, et qui se retrouvent avec des systèmes sous-utilisés et des bouchons de circulation persistants, démontrent que ce n’est pas la bonne approche.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  2. nietnietniet

    21 novembre 2022 à 18 h 26

    En partie d’accord avec vous en ce qui concerne le changement d’habitudes. Par contre, c’est pas si moche. Avec tous les arbres qu’ils ont planté cet automne le long du boulevard et sur le terre-plein central, je pense qu’avec les années, le coup d’oeil sera meilleur qu’il ne l’était avant les travaux.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler

Poster un commentaire

ou

23  +    =  vingt cinq