Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Un milieu de vie moderne aux Galeries Charlesbourg

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 15 mai 2024 6 commentaires

Céline Fabriès
Le Soleil

Dans son projet de revitalisation des Galeries Charlesbourg, Trudel construira des bâtiments neufs pouvant accueillir les commerçants avant d’entamer la destruction du mail existant. À la clé de ce nouveau projet immobilier, 1500 logements s’ajouteront au site complètement transformé.

Contrairement aux commerçants de Fleur de Lys, ceux des Galeries Charlesbourg déménageront une seule fois.

«On voulait éviter qu’ils se déplacent une première fois avant d’aménager de façon permanente dans les nouveaux bâtiments», indique David Chabot, directeur du bureau du président chez Trudel Corporation.

Les promoteurs ont rencontré mardi soir les citoyens du secteur pour la consultation finale sur le zonage.

Ils commenceront par construire deux bâtiments aux abords de la 41e rue. Ils accueilleront chacun 150 logements répartis sur six à huit étages et 15 000 à 20 000 pieds carrés d’espace commercial au rez-de-chaussée.

La suite

Voir aussi : 0 - Revue de presse, Arrondissement Charlesbourg, Commercial, Résidentiel.


6 commentaires

  1. PPDaoust

    15 mai 2024 à 10 h 00

    On en sait peu mais c’est une excellente nouvelle, encore plus lorsque sera installé, sur la 41e, d’ici 15 ans, une ligne de transport en commun à la fois capacitaire et rapide vers le centre-ville.

    À ce projet de Trudel, s’ajoutera les 2000 logements sur les terrains en friches en face. Les milliers de gens qui les investiront, en bonne partie, n’auront pas fait ce choix pour dépendre de la voiture. Ça va donc assurément faire beaucoup de nouveaux clients à satisfaire.

    Déjà, la présente station (coin 1re et 41e) constitue, en permanence, l’une des zones d’attente la plus occupée du réseau. Il va sans dire également que la configuration actuelle nord-sud, qui dépend de l’axe 1re avenue, ne suffira jamais.

    J’écris comme si c’était acquis, mais je ne vois vraiment pas comment Mobilité Infra passera à côté. Fait intéressant, on apprenait le 23 avril dernier que le MTQ dispose désormais d’un plan de travail permettant notamment de réfléchir sur la transformation d’une portion de l’autoroute Laurentienne en boulevard urbain.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • paradiso Utilisateur de Québec Urbain

      15 mai 2024 à 12 h 01

      À propos du MTQ et de Mobilité Infra : pour que ça bouge, il faudra démettre de ses fonctions l’actuelle ministre des transports. Et pourquoi pas le gouvernement caquiste au complet! Leur logique binaire («pour le transport en commun» signifie «contre la voiture») est toxique et nuisible.

      En termes de stagnation et même de déclin du Québec, je pensais qu’il était impossible de faire pire que les libéraux de Charest-Couillard, mais ils sont en train d’y parvenir.

      Avec l’échéancier de 8 ans de ce projet, on peut anticiper de graves problèmes de mobilité si le chantier de transport structurant n’est pas lancé d’ici un an ou deux.

      Bonne nouvelle de la journée: le pont de Québec a été racheté par le fédéral et sera minimalement rabiboché. On aura l’occasion d’en rediscuter.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • PPDaoust

        15 mai 2024 à 13 h 18

        Je ne vote et voterai pas CAQ aux élections. de plus, je n’aime vraiment pas notre championne du blablabla politique et son attitude de schnoutte.

        N’empêche que ne cibler que la CAQ pour expliquer, d’un coup, le déclin du Québec, c’est un peu trop simple pour moi.

        Heureusement pour vous, ce gouvernement s’en va dans 2 ans. En plus, le chantier du Tramway sera avancé. Un 2 pour 1 pour vous.

        Je vous taquine.

        Quant au pont, oui bonne nouvelle. J’aurais aimé une solution comme celle du pont tournant de l’île Manitoulin. J’ai récemment été surpris de voir que je n’étais pas le seul à penser à une solution de remplacement à l’identique plutôt que 25 ans de travaux risqués et continus. Faut croire que les gens attachés aux vieilles choses représente une bonne masse électorale. Je respecte ça.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Jeff M

        15 mai 2024 à 17 h 14

        On a en effet relevé quelques déclarations contradictoires sur les intentions du gouvernement quant à la nature de l’échéancier.

        Le rapport de CDPQ infra, ils en feront ce qu’ils veulent. Rien ne pourra avancer sans un engagement ferme du gouvernement.

        Mobilité infra, ce n’est pas encore clair comment cela va fonctionner, mais le « quand le gouvernement lui en confie la responsabilité » gosse pas mal de monde, moi le premier. Ça ne semble pas aller dans l’esprit d’une dépolitisation.

        On est quant même pogné avec un gouvernement qui a retardé le tram à l’époque avec le prétexte de mieux servir les banlieues en modifiant le tracé de Charlesbourg vers Beauport. Faut le faire. Je vais toujours m’en souvenir de celle là.

        Quand on voit le projet de Trudel aujourd’hui, l’argument voulant qu’il y ait plus de potentiel de développement à Beauport paraît faible. De toute façon, la définition de « potentiel » change beaucoup selon si on est prêt ou pas à passer un coup de bulldozer.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • PPDaoust

        15 mai 2024 à 18 h 17

        D’accord avec tout. Bien dit.

        Je dois vous corriger sur un détail.

        Le tracé du Tramway amené à l’est, ce n’est pas pour Beauport. C’est pour la zone d’innovation du Littoral-Est qui couvre un territoire de l’arrondissement La Cité-Limoilou, soit le Vieux-Limoilou et Maiserets. Qui plus est, c’est solidement amorcé avec le méga-hôpital, les 2 édifices fédéraux et l’éco-quartier, entre autres.

        Et mes sources bien au fait du dossier m’indiquaient aussi que le Tramway sur la 1re avenue, c’était encore plus difficile à insérer que sur R-L. C’est ce qui explique, du moins en partie, la passivité de la ville lorsque l’annonce a été faite. Aller à l’est leur a enlevé une épine au pied à une étape où le projet, déjà, faisait face à des défis techniques et financiers qui, de toute évidence, devenaient difficiles à gérer.

        Bonne journée.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Jeff M

        16 mai 2024 à 08 h 37

        Je suis d’accord que l’insertion sur 1ere ave allait changer les habitudes d’un certains nombre de gens, comme sur René Lévesque. On n’était pas à un changement près. De la Couronne aussi a demandé du travail.

        Mais dans l’ensemble, les modifications apportées ne me semblent pas significatives pour l’offre de service.
        À la ville, on calculait qu’il était plus rapide de se déplacer par les bus empruntant Dufferin-Montmorency que de prendre le tram. L’idée de rabattre les parcours de bus sur le tram à Beauport ne passait pas. De ce point de vue, il aurait été plus intéressant d’aboutir le trajet à Charlesbourg, jusqu’à la 41e rue, pile là où se trouve les Galerie Charlesbourg et le projet de Trudel. On aurait alors des correspondances avec la 803 et la 802 à la hauteur de la 18e rue.

        La passivité de Régis à l’époque s’explique par le fait qu’il voulait son projet et pour cela il fallait laisser le gouvernement obtenir quelque chose.

        Ce gouvernement, même si Éric Caire a fait des flammèches au sujet de René Lévesque, ne remettait pas en question le choix du tracé sur René Lévesque. Desservir sa « zone d’innovation’ près de Beauport, politiquement ça se tiens beaucoup comme explication. Dommage que ce soit aujourd’hui au point mort. On parlait aussi d’y mettre le garage d’entretient et ainsi se passer du tronçon allant jusqu’à Legendre, mais refaire ces plans Régis ne voulait pas. Trop de délais.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler

Poster un commentaire

ou

quatre-vingts six  +    =  quatre-vingt-dix quatre