Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Église Saint-Coeur-de-Marie: les 9 travaux

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 16 mars 2017 9 commentaires

Le promoteur immobilier Louis Lessard a proposé à Québec au cours des sept dernières années neuf versions de son projet et ce avec le concours de 5 architectes, pour le site de l’église Saint-Cœur-de-Marie. Les voici. La dernière proposition dont faisait mention Québec Urbain dès le 2 mars 2017 sera-t-elle la dernière ? Rappelons que la Ville de Québec a manifesté son intention de modifier le Progamme particulier d’urbanisme de la colline Parlementaire afin de pouvoir au besoin acquérir de gré à gré ou exproprier l’église Saint-Coeur-de-Marie. Cet article du journal de Québec fait la synthèse des sept années.

* Illustrations: Courtoisie de Monsieur Louis Lessard

Rappel: La paroisse Saint-Cœur-de-Marie est érigée canoniquement le 3 mai 1918, par détachement des paroisses Saint-Jean-Baptiste et Notre-Dame de Québec. La pierre angulaire est bénite le 21 septembre 1919 et la première messe a lieu le 25 décembre 1920. Elle est fermée au culte en 1997. Elle est depuis la propriété d’intérêts privés. Sa démolition éventuelle est souvent soulevée dans les médias.

Éviter l’odieux de démolir l’église Saint-Coeur-de-Marie François Bourque (Le Soleil). 17 mars 2017. Un extrait: « L’administration Labeaume achète du temps lorsqu’elle parle d’exproprier l’ancienne église Saint-Coeur-de-Marie pour en assurer la conservation.
Elle évite ainsi que la démolition de l’église pour permettre une tour de condominiums devienne un enjeu de la prochaine élection. L’équipe du maire en aura déjà plein les bras avec le Phare sans y ajouter un autre projet à controverse. (…) Ce n’est pas un dossier facile. Que la Ville conserve ou démolisse, il y aura un prix lourd à payer. Dans le budget ou dans l’image publique. Peut-être la Ville préfère-t-elle attendre que l’église s’écroule toute seule pour ne pas avoir l’odieux d’en avoir autorisé la démolition. »

Voir aussi : Architecture urbaine, Arrondissement La Cité-Limoilou, Histoire, Patrimoine et lieux historiques.


9 commentaires

  1. franks Utilisateur de Québec Urbain

    16 mars 2017 à 21 h 51

    Oui au projet, mais il faut absolument conserver le Clocher ainsi que le parvis de l’église!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. Francis L

    17 mars 2017 à 06 h 34

    Est-ce vrai que c’est la ville qui a demandé de ne pas conserver la façade? J’ai des doutes, pourquoi la ville donnerait ce genre de commande?

    Comme le disent les autres commentaires ici, pour moi c’est la conservation du clocher qui est primordial. La façade serait un peu, mais optionnel : à un certain point je comprend qu’il y a des enjeux économique.

    Il y a quelques années le maire parlait d’accepter plus d’étages en échange de beaux bâtiments. Voici, selon moi, le meilleur exemple : exiger la conservation du clocher mais permettre jusqu’à 35 étages (comme le premier projet). De plus, le secteur s’y prête bien.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. Simon

    17 mars 2017 à 08 h 10

    Je trouve cette église magnifique, mais tout compte fait je pense que je préfère la dernière version où elle disparaît. Je suis conscient de la perte que sa disparition représenterait. Mais tant qu’à en raser les trois quarts et à venir planter une tour incongrue derrière une façade qui, je l’imagine, serait d’abord détruite, puis être ensuite reconstruite à l’identique… pourquoi ne pas conserver certains éléments patrimoniaux de l’église (parties du clocher, du portique, pierres, vitraux??) et les mettre en valeur dans un parc tout près, voire directement sur le terrain devant le futur bâtiment?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Francis L

      17 mars 2017 à 11 h 32

      « pourquoi ne pas conserver certains éléments patrimoniaux de l’église (parties du clocher, du portique, pierres, vitraux??) et les mettre en valeur […]sur le terrain devant le futur bâtiment? »

      Alors qu’elle est la différence entre déconstruire et reconstruire? C’est la solution que l’Étoile a adopté et le résultat est excellent.

      J’ai un peu de difficulté à comprendre le problème contre le « façadisme ». On lui reproche quoi au juste, d’être un compromis? Dans le cas présent, le reste de l’église présente très peu d’intérêt. La réutilisation de la façade me semble plutôt un bon choix pour éviter de faire une autre tour banale.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  4. R.Proulx

    17 mars 2017 à 08 h 22

    Qu’est-ce qu’elle veut la Ville? Qu’il n’y ait pas de construction sur ce terrain? Que l’édifice soit conservé tel quel? Conservé par qui? Est-ce qu’elle se cherche un mécène? Pense-t-elle en faire une deuxième maison de la Littérature?

    Parce que d’avoir refusé tous les projets présentés laisse croire qu’elle ne veut pas de changement au site. Et elle propose quoi au juste. Elle veut le reprendre, le rénover, l’entretenir? Ça coûterait combien?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Jeff M

      17 mars 2017 à 17 h 00

      Dès que l’édifice est abandonné, les lacunes dans la préservation du patrimoine sont énormes. Récupérer un bâtiment, même pas patrimonial et même pas si vieux, peut donner lieu à toutes sortes d’imprévus qui gonflent les frais. Alors imaginez un cas pareil.
      Si on veut être sérieux, la ville devrait se porter acquéreur de tous bâtiments abandonnés qu’elle considère « à protéger » et prévoir systématiquement un budget annuel pour ça. Elle pourrait aussi demander des fonds au ministère de la culture, car il impose ses règles aussi… Dans une ville comme Québec, ça se justifie.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  5. Jean

    18 mars 2017 à 09 h 49

    Difficile de comprendre les objectifs de la ville ici.

    Conserver un bâtiment qui a une certaine valeur patrimoniale ?

    Densifier la ville ?

    Favoriser le développement à Ste-Foy plutôt qu’au vrai centre-ville ?

    Choisir de travailler avec certains développeurs plutôt que d’autres ?

    Il n’y a pas de ligne directrice pour ce projet en particulier.

    Mais une chose est certaine, s’il y a un endroit qui est en mesure de recevoir plus de citoyens car la structure urbaine (déjà dense dans ce secteur) offre une qualité de vie (multitude de services de proximité, divertissement, parc …les plaines, architecture intéressante, activités multiples, etc…) dont les composantes sont toutes accessibles à pied sans que les citoyens soient obligés d’utiliser leurs voitures, c’est bien dans ce secteur.

    Mais ce n’est pas si simple quand on a tous ces éléments à considérer, mais à un moment donné il faut prendre une ligne directrice. Après 10 ans cette ligne directrice devrait maintenant être déterminée et un projet dense et acceptable devrait bientôt lever sur cet emplacement ….espérons-le car présentement c’est désolant de voir cet espace périr à petit feu ..

    L’administration de la ville doit nous démontrer son leadership pour favoriser le progrès respectueux de Quebec en considérant que nous sommes tout de même en 2017 et qu’en 2017 nous devons aussi laisser notte trace contemporaine.

    Décider c’est choisir……

    Signaler ce commentaire

     ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *