Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Archives pour la catégorie « SRB »

Lettre d’exilé(e)s au Maire Labeaume pour le transport en commun

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 24 avril 2017 2 commentaires

A.L a créé une lettre destinée aux gens originaires de Québec ou qui ont vécu, mais qui ont quitté la ville entre autres parce que le transport en commun ne leur y semblait pas assez efficace. Si c’est votre cas ou si vous connaissez des gens qui sont dans cette situation, n’hésitez pas à signer la lettre ou à la partager! Nous avons grand besoin de votre appui!

La lettre

Voir aussi : Message d'intérêt public, SRB, Transport en commun.

Pour un transport en commun fort

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 24 avril 2017 2 commentaires

Le lien remplace celui-ci qui aurait été hacké : « On l’ignore. La page a été « dépubliée » sans qu’on nous informe des raisons. Toutefois, au même moment où cela est arrivé, une page Facebook « Les jeunes de Québec CONTRE le SRB » reprenant exactement le même graphisme que la nôtre était créée et le compte d’un des administrateurs était fermé préventivement par Facebook, car on tentait de le pirater. Je te laisse en tirer les conclusions que tu veux… »

Une entrevue intéressante

Voir aussi : Message d'intérêt public, SRB, Transport en commun.

Ci-gît la mobilité durable

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 23 avril 2017 3 commentaires

Claude Villeneuve
Journal de Québec

Dure semaine pour Régis Labeaume, qui s’est retrouvé seul au monde à défendre le dossier du SRB, avant de tirer le bouchon dans le fond du bain.

Malheureusement, il semble que même s’il s’engage à ne pas jeter avec l’eau le bébé qui s’y trouve, le plan de mobilité durable présenté en 2011 est bel et bien mort et enterré.

Auprès des intervenants favorables au projet, il affirme le contraire. Isolé comme il est, on se demande bien comment il y arrivera.

Québec se gouverne par coalition. Jean-Paul L’Allier avait créé une alliance entre les mouvements populaires des faubourgs et les élites intellectuelles, culturelles et financières de la Haute-Ville.

Pour Régis Labeaume, le plan de mobilité durable, c’était ça.

Après avoir promis un amphithéâtre à la banlieue, il allait mobiliser les acteurs du centre désireux d’offrir à Québec un visage plus attractif pour y ramener les jeunes familles.

Cette coalition a vécu. Elle ne renaîtra pas.

L’allocution prononcée jeudi par le maire est intéressante. Manifestement préparée à la hâte, l’ordre de certains bouts de phrase ne fonctionne pas, laissant croire qu’on a utilisé le copier/coller trop lourdement. M. Labeaume bute sur certains mots, comme s’il était émotif ou qu’il ne l’avait pas lue avant.

Surtout, on évite d’y coller les mots «mobilité» et «durable». On ne parle plus de réaménagement urbain ou de vision de la ville, mais simplement de lutter contre la congestion.

Bref, le plan de mobilité qui sortira de la consultation qu’on organisera à la hâte en sera un pour l’automobile ou ne sera pas. Le maire n’aura pas le choix.

C’est ce qui est ironique dans ce débat. Les animateurs de radio présentaient le SRB comme une menace quasi existentielle envers leur mode de vie organisé autour de l’automobile. Comme si l’hégémonie de celle-ci pouvait vraiment être remise en question dans cette ville.

Avec le SRB disparaît probablement la dernière tentative de doter Québec d’une architecture lourde de transports en commun, avec tous les effets structurants qu’elle aurait pu avoir. N’en doutez pas, personne n’osera plus s’y risquer.

Anne Guérette dira le contraire, promettant un projet plus coûteux et ambitieux si elle est élue.

Or, elle ne le sera pas. Notamment à cause de cette proposition et aussi parce que ceux qui appuyaient le SRB se souviendront qu’alors que la dernière fenêtre permettant de recevoir des sommes pour un projet de cette envergure n’était pas encore fermée, elle s’est placée dans le camp des opposants.

Les payeurs de taxes des quartiers densifiés continueront donc de servir de vaches à lait pour la pose de tuyaux d’aqueduc en banlieue et bientôt pour la construction d’un 3e lien qui viendra encombrer encore plus leurs rues. Alors qu’ils gèleront à l’abribus, ils se rappelleront qu’ils ne sont qu’une quantité négligeable dans cette ville où il n’y en a que pour l’auto.

Un billet précédent

SRB : Labeaume prône un peu d’égoïsme * Taïeb Moalla (Journal de Québec). Un extrait : Le maire de Québec a ajouté ceci : «Je veux dire à tous ceux et celles qui croient au transport collectif que leur maire va se battre là dessus. Il n’arrêtera pas de se battre tout le temps qu’il va être en politique, dans les prochaines années, pour bâtir un système transport collectif». Selon lui, «si on ne le fait pas, on sera irresponsables et la ville de Québec sera dans le trouble».

Abandon du SRB: Labeaume constate de l’inquiétude * Annie Morin (Le Soleil). Un extrait: * Le ministre responsable de la Capitale-Nationale, François Blais, a pour sa part pris la défense du maire Labeaume qui a «travaillé très fort pour trouver des solutions très concrètes pour la participation de Lévis» au projet de SRB reliant les deux rives.

«Je considère en conséquence que le maire de Québec aujourd’hui a le droit de présenter un projet Québec, de penser aux gens de Québec compte tenu de tous les efforts qu’il a faits pour attirer Lévis», a-t-il insisté.

Voir aussi : SRB, Transport en commun.

Mort du SRB

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 20 avril 2017 69 commentaires

Valérie Gaudreau
Le Soleil

(Québec) La Ville de Québec abandonne le projet de service rapide par bus (SRB) et reprend les consultations sur le plan de mobilité durable.

«Il n’y a plus de projet de SRB Québec-Lévis. Et à partir de là, il n’y a pas de projet SRB Québec seulement», a dit le maire de Québec, Régis Labeaume lors d’une conférence de presse à laquelle participait aussi le président du Réseau de transport de la capitale (RTC), Rémy Normand.

La suite

Un billet précédent avec toutes les informations

Rendez-vous donné aux «apprentis sorciers» * Valérie Gauvreau (Le Soleil) Un extrait: Le maire de Québec convie tous les citoyens, incluant les opposants du SRB, à sa grande consultation sur le transport. Les résultats ne seront pas connus avant les élections de novembre.

«On va créer des tribunes pour tout le monde et on va se parler», a martelé jeudi Régis Labeaume. «On va en parler une fois pour toutes et après, on va savoir où on s’en va.»

Le maire a invité «les spécialistes, ceux qui pensent qu’on doit faire autrement, les apprentis sorciers, les grands talents, ceux qui connaissent ça, ceux qui connaissent pas ça, ceux qui veulent poser des questions et ceux qui ont des réponses». Lui-même compte expliquer le travail qui a été fait jusqu’à maintenant en matière de mobilité à Québec.

Les jeunes de Québec pour le SRB 18-35 ans Facebook * Mise à jour (22 avril 2017): La page FB a été mise hors de combat par des inconnus.

La lettre des jeunes 18-35 ans

Des jeunes font un plaidoyer pour « un transport en commun fort » à Québec Radio-Canada

Tourner en rond * Karine Gagnon (Journal de Québec)

M. Labeaume pense qu’il n’aura pas de difficulté à faire financer un autre projet structurant plus tard * Taiëb Moalla (Journal de Québec)

Le SRB n’est pas enterré, selon Labeaume * Annie Morin (Le Soleil)

Oui au dialogue, non à l’abandon du SRB Point de vue (Le Soleil) * Monsieur le maire. Nous sommes des jeunes de 18 à 35 ans résidant à Québec. Nous sommes avides d’expériences, de découvertes et, surtout, désireux de jouir d’un milieu de vie dynamique et accueillant. * Leur page Facebook a été mise hors de combat par des inconnus

Ci-gît la mobilité durable * Claude Villeneuve (Journal de Québec)

Mise à jour (25 avril 2017): L’argent (12,5 milllions) du bureau d’études ira à Québec * Annie Morin (Le Soleil)

Voir aussi : SRB, Transport en commun.

Démocratie Québec contre le SRB et demande un référendum

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 12 avril 2017 82 commentaires

Stéphanie Martin
Le Soleil

Anne Guérette demande aux gouvernements d’être prudents avant de se lancer dans l’aventure du SRB et exige un référendum sur la question à Québec.

«Si le maire croit à son projet, qu’il le soumette à un référendum, sinon, l’élection sera une élection référendaire sur le SRB.»

La suite

Nathalie Normandeau invite toutes les stations de radio à s’unir contre le SRB *Marie-Renée Grondin (Journal de Québec)

Un extrait: «On est tous enlignés sur la même chose. C’est-à-dire qu’on est tous contre le SRB. Le SRB, c’est une hérésie dans le contexte actuel. On n’a pas les moyens collectivement de se payer ça, un. Deux: est-ce que c’est vraiment le type de transport dont on a besoin? Le type de solution qu’on a besoin pour soulager nos problèmes de congestion ici à Québec et dans la grande agglomération de la région de Québec? La réponse, c’est non!

Accès transports viables et le Conseil régional de l’environnement disent non à un référendum sur le SRB

Québec, le 12 avril 2017 – Accès transports viables et le Conseil régional de l’environnement Capitale-Nationale (CRE) encouragent la Ville de Québec à ignorer les appels à tenir un référendum sur le projet de service rapide par bus (SRB). Les organisations estiment qu’il n’est plus temps de consulter, mais bien d’avancer avec ce projet structurant de transport en commun.

« Ils étaient où, ces opposants au projet de SRB, quand la Ville de Québec a tenu des consultations publiques sur l’avenir du transport commun en 2004 ou sur le Plan de mobilité durable en 2010? Il est un peu tard pour se réveiller! », a affirmé Alexandre Turgeon, directeur général du CRE. Ce dernier a rappelé que les villes les plus innovantes dans le monde ne passent pas leur temps à repousser les projets structurants à coup d’études ou, pire, de référendum. « Le tramway et maintenant le SRB, ça fait plus de 15 ans qu’on en parle à Québec et les sondages montrent que l’appui de la population à ce projet a toujours été très fort. C’est fini, le tataouinage. Ce projet doit avancer pour le bien de la région de Québec », a ajouté Monsieur Turgeon.

Etienne Grandmont, directeur général d’Accès transports viables, a abondé dans le même sens: « On l’a déjà dit et on le répète: le projet de SRB n’est pas parfait et il est encore temps de l’améliorer. Mais ce n’est pas avec un référendum qu’on obtiendra le meilleur de ce projet. » Monsieur Grandmont a par ailleurs évoqué l’importance d’améliorer l’offre de service sur les axes les plus achalandés, notamment celui entre la colline Parlementaire et le secteur Laurier: « nous espérons l’ajout d’une ligne de SRB sur cet axe dès la phase I du SRB, au plus tard dans une phase II ».

Leur communiqué

Mise à jour (14 avril 2017): SRB dans la tourmente: une occasion à saisir * Un texte de François Bourque (Le Soleil) à lire absolument.

Un extrait: « Voici que le parti d’opposition dirigé par Anne Guérette part à son tour en guerre contre le SRB sans même prendre la peine de proposer de solution de rechange. Ça viendra, promet-on. C’est beau l’opportunisme politique, mais il me semble que pour ce parti, une posture contre le transport en commun est presque contre nature.

Démocratie Québec-Jeff Fillion, même combat. Je ne pensais pas écrire ça un jour dans la même phrase. »

Mise à jour (18 avril 2017): Lévis se retire du projet * Taïeb Moalla (Journal de Québec)

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) révisera le projet de SRB à la lumière du retrait de Lévis. «Tout est sur la table.» * Annie Morin (Le Soleil)

SRB: le retrait de Lévis pourrait bénéficier à Québec, selon Accès Transports Viables * Ian Bussières (Le Soleil)

Mise à jour (19 avril 2017): L’appui au SRB en chute libre * Stéphanie Martin (Journal de Québec)

Transporter les passagers, mais aussi transformer la ville * Serge Viau, ancien directeur général de la Ville de Québec et ex-membre du Comité sur la mobilité durable, Québec (Point de vue, Le Soleil)

SRB : pour qui? (1re partie) FM 93 (audio)

Mise à jour (20 avril 2017): SRB: quels sont les plans B de Québec? * Ian Bussières (Le Soleil)

SRB : des M$ en jeu pour les grands joueurs de l’immobilier * Jonathan Bernard (FM 93) (Audio)

SRB: Lessard renvoie Québec à sa table à dessin * Annie Morin (Le Soleil)

Voir aussi : SRB, Transport en commun.

Accélérons le déploiement d’un transport collectif moderne (SRB) !

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 25 février 2017 15 commentaires

Points de vue
Le Soleil

Deux projets colossaux de transport collectif se trouvent sur la table à dessin à l’heure actuelle : le REM à Montréal et le SRB à Québec. Des investissements de plusieurs centaines de millions de dollars seront nécessaires pour permettre la réalisation de ces projets porteurs. Le Québec doit se donner une vision à long terme en matière de transport en commun afin que ces deux projets se réalisent le plus rapidement possible, dans un respect bien évident des contraintes environnementales, sociales et économiques.

La suite

Alain Aubut, président et chef de la direction, Chambre de commerce et d’industrie de Québec

Jean-Pierre Bédard, directeur général, SDC Montcalm

Mario Bédard, FCPA auditeur, FCA, président du conseil d’administration, Mallette S.E.N.C.R.L.

Nicole Bilodeau, directrice générale, Mérici collégial privé

Denis Brière, recteur, Université Laval

Jean-François Chalifoux, président-directeur général, SSQ Groupe financier

Yvon Charest, président et chef de la direction, iA Groupe financier

Michel Dallaire, président et chef de la direction, Groupe Dallaire et chef de la direction,

Fonds de placement immobilier Cominar

Pierre Dolbec, président, Corporation des parcs industriels de Québec

Alain Girard, président, Hôtel Château Laurier Québec

Stéphan La Roche, directeur général, Musée de la civilisation

Bruno Marchand, président-directeur général, Centraide Québec et Chaudière-Appalaches

Robert Mercure, directeur général, Fairmont Le Château Frontenac

Evan Price, président-directeur général, CO2 Solutions

Paul Raymond, président et chef de la direction, Alithya

Louis Roy, président, Optel, société-mère d’Optel Vision

Jean St-Gelais, président du conseil et chef de la direction, La Capitale mutuelle de l’administration publique et La Capitale groupe financier inc.

Anick Tardif, présidente du conseil d’administration, VETIQ

Carl Viel, président-directeur général, Québec International

Voir aussi : SRB, Transport en commun.

Québec et Lévis veulent faire la promotion du SRB auprès des citoyens

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 20 février 2017 14 commentaires

Source : Annie Morin, Le Soleil, le 20 février 2017

(Québec) Les communications s’organisent autour du service rapide par bus (SRB) Québec-Lévis.
La Ville de Québec est à la recherche d’une firme de communication pour produire du matériel en lien avec le projet. Trois soumissions ont été ouvertes le 16 février après un appel d’offres sur invitation. La plus basse est celle de Graph Synergie, à près de 66 000 $. Cette entreprise a signé plusieurs simulations visuelles pour les grands projets immobiliers et culturels dans la région de Québec, notamment le Centre Vidéotron, le Musée national des beaux-arts et Le Phare.
«Ça fait partie des besoins en communication pour informer la population», indique François Moisan, porte-parole du bureau de projet du SRB. «On veut illustrer certains éléments du projet et on aura besoin de soutien.» 
Le maire Régis Labeaume a annoncé en décembre que son administration allait informer les citoyens des tenants et aboutissants du mégaprojet de transport en commun, et surtout des avantages qu’ils pourraient en retirer. Encore cette semaine, il a répété qu’il comptait s’exécuter bientôt, sans donner plus de précisions. 

la suite

SRB : état de l’avant-projet

Voir aussi : SRB, Transport en commun.

La fin approche pour les immeubles du fédéral à Pointe-aux-Lièvres

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 13 février 2017 8 commentaires

Source : Jean Baptiste Ricard Châtelain, Le Soleil, le 13 février 2017

(Québec) Le Réseau de transport de la capitale (RTC) entend détruire «dès que possible», avant l’été, les deux immeubles achetés au fédéral pour 6 millions $ sur la rue de la Pointe-aux-Lièvres. Rapidement aussi, un terminus y sera érigé pour accueillir tout le trafic transitant par Saint-Roch.
«Au RTC, on a besoin à cet endroit-là d’un terminus d’autobus pour être fonctionnel au niveau du transport en commun», explique au Soleil le président du conseil d’administration de l’organisme municipal, Rémy Normand. Nombre de trajets convergeaient vers le pourtour de la bibliothèque Gabrielle-Roy, jusqu’à ce qu’une tour Fresk y pousse.
Puis il y a le projet de service rapide par bus (SRB) qui promet d’augmenter la fréquence sur certains parcours. Il aurait été «très compliqué» de faire circuler tous ces autocars près de la bibliothèque, affirme le conseiller municipal. La mise en vente des deux blocs vacants du fédéral a dès lors été perçue comme une «opportunité».
Dépenser 6 millions$ pour détruire, c’est justifiable? «On n’achetait pas les immeubles», justifie M. Normand. «On ne fait pas dans l’immobilier.» Ce que voulait le RTC, c’est le terrain de 9780 mètres carrés situé à l’entrée nord de Saint-Roch. Les lots de bonne grandeur disponibles dans le secteur ne sont pas légion et ne sont pas toujours situés le long de voies accessibles, ajoute-t-il. 

la suite

Deux terrains de Pointe-aux-Lièvres réservés pour le SRB

Voir aussi : Arrondissement La Cité - St-Roch, SRB, Transport en commun.

Le SRB (service rapide par bus): s’inspirer d’ailleurs ?

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 13 février 2017 1 commentaire

Jean-Luc Lavallée
Journal de Québec

METZ | La Ville de Metz, en France, a subi une transformation extrême pour accueillir son «tramway sur roues», le même que convoitent les maires Labeaume et Lehouillier. Après un chantier infernal et des années de sacrifice, le nouveau réseau fait la fierté de la municipalité et suscite la curiosité partout dans le monde.

De l’autre côté de l’Atlantique, les mêmes questions qu’à Québec se sont posées avant de plonger pour un Service rapide par bus (SRB) qu’on surnomme là-bas un BHNS (Bus à haut niveau de service). Le tramway a été écarté au profit d’une «solution innovante» deux fois moins chère. Le véhicule hybride Exquicity 24 de Van Hool, constitué de trois sections, est ce qui se rapproche le plus d’un tramway, sans les rails ni les fils, à une fraction du prix, ce qui a séduit le maire Dominique Gros. (…)

«Mais c’est miraculeux sur le plan de l’urbanisme. On métamorphose la ville autour du Mettis, c’est une résurrection, ça change tout. Pourquoi? Parce qu’on refait tout à neuf. En réalité, la moitié du coût d’un tel projet, ce sont des aménagements urbains», enchaîne-t-il. (…)

L’arrivée des Mettis a donné un nouveau souffle au réseau de transport, Le Met, qui stagnait. Aujourd’hui, plus de 32 000 personnes utilisent Mettis chaque jour. «La progression est constante, on a 10 % de plus en 2016 et on avait fait +24 % en 2015 par rapport à 2014. On a encore un réseau qui monte en puissance», se réjouit le maire.

«C’est la rapidité de la ligne, on est prioritaires partout. Il n’y a pas d’attente»

La suite

Voir aussi : S'inspirer d'ailleurs, SRB, Transport en commun.