Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Vers un Vieux-Québec piétonnier ?

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 13 janvier 2022 4 commentaires

Gabriel Béland
La Presse

(Québec) La Société de développement commercial (SDC) du Vieux-Québec demandera au maire Bruno Marchand des mesures fortes en faveur de la piétonnisation dès l’été prochain pour répondre aux défis de la pandémie.

Son directeur rêve même à terme d’une piétonnisation quasi complète du quartier historique et cite la ville de Dubrovnik en exemple. « Si je pousse ma vision au bout, le Vieux-Québec devient piétonnier au complet », lance sans détour le directeur de la SDC, Donald Gilbert, en entrevue avec La Presse.

Le site du patrimoine mondial de l’UNESCO a été frappé de plein fouet par la pandémie. Les fonctionnaires et les touristes ont en partie délaissé le Vieux-Québec. Le nombre de locaux vacants est élevé.

Les commerçants cherchent des solutions, et les rues piétonnes en sont une. La SDC rencontrera bientôt le maire Bruno Marchand. Elle proposera notamment que la rue Saint-Louis soit réservée aux piétons dès l’été prochain.

Mais Donald Gilbert veut aussi réfléchir plus largement à l’avenir du quartier historique. L’homme entend relancer l’idée d’une large piétonnisation, pour ramener clients, touristes et résidants entre les vieux murs.

« J’ai eu une rencontre au mois d’août avec des gens de développement économique. J’avais parlé de fermer le Vieux-Québec. Évidemment, il y a eu des réactions, il y a eu beaucoup d’objections », raconte M. Gilbert.

« Quand je dis “fermer”, je parle de rendre le Vieux-Québec entièrement piétonnier, en gardant bien sûr un accès pour les véhicules d’urgence. Pourquoi pas ? Dubrovnik le fait », dit-il, faisant référence à cette ville croate qui interdit les voitures dans son cœur historique.

« Copenhague a une rue commerciale de 1,6 km complètement piétonnière. Pourquoi pas ? », relance-t-il. Le directeur de la SDC n’a pas soumis de plan précis à la Ville. Mais il dit vouloir susciter la discussion.
La pandémie, une occasion

La pandémie a durement frappé de nombreux commerçants du Vieux. Les restaurateurs ont perdu de nombreux clients d’affaires avec le télétravail. Leurs salles à manger ont été fréquemment fermées.
Le nombre de touristes a aussi radicalement baissé, notamment en provenance des bateaux de croisière.

La piétonnisation de la rue Saint-Jean – en place depuis de nombreuses années – a toutefois été une bouée de sauvetage pour beaucoup. Des restaurateurs ont pu ajouter des places à l’extérieur et sauver la belle saison, fait remarquer M. Gilbert. Sur chemin Saint-Louis, plusieurs regardent Saint-Jean et se disent : “Pourquoi eux et pas nous ?” Donald Gilbert, directeur de la SDC

M. Gilbert a réfléchi à une manière de piétonniser le Vieux. Il soumet par exemple l’idée de garder quelques rues ouvertes aux voitures pour accéder au cœur du quartier.

Le télétravail des fonctionnaires a libéré de nombreuses places dans de grands stationnements du Vieux, note-t-il. Celles-ci pourraient être offertes aux résidants et aux touristes à prix préférentiel.
Il pense que cette idée pourrait plaire aux commerçants, mais aussi aux résidants du quartier.
« Ce qui est particulier dans le Vieux-Québec, c’est qu’il n’y a pas de lieux de rassemblement pour les résidants, pour jouer à la pétanque ou au baseball. Il faut peut-être créer ces lieux pour repeupler le Vieux », estime-t-il.

« L’autre avantage en matière de développement durable, c’est que ça permettrait de développer la canopée dans le Vieux-Québec, d’ajouter des arbres, qu’il y ait plus d’ombre, moins de chaleur. Il y a moyen de monter quelque chose. »

Une idée qui ne date pas d’hier

L’ancien conseiller du district Cap-aux-Diamants Jean Rousseau, qui habite le Vieux-Québec, voit d’un bon œil ces idées. Il rappelle que « ça fait des décennies que des propositions sont lancées pour piétonniser davantage le Vieux-Québec », sans jamais aboutir.

La suite

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Patrimoine et lieux historiques, Piétons, Transport, Vélo.


4 commentaires

  1. Dany Lo.

    13 janvier 2022 à 09 h 45

    Je vois les avantages possibles, mais j’ai peur en même temps que la fermeture complète des rues aux voitures vienne finir de transformer le Vieux en une espèce de « Walt Disney » historique. Mon point est que nous demeurons la quasi capitale de la voiture, je vois donc mal résidents et employeurs venir s’installer ou demeurer dans un endroit entièrement fermé aux voitures quand on sait que la voiture est encore le moyen de transport le plus populaire à Québec pour aller travailler, faire ses courses ou se déplacer en général. Une fois la pandémie terminée (on croise les doigts), il ne fait pas de doute que le Vieux va se remplir à nouveau de touristes, et que le mode piétonnier va être bon de ce côté, mais dans un monde idéal, le Vieux ne servirait pas exclusivement à ça, du moins c’est mon point de vue, je comprendrais que certains ne voient pas les choses sous cet angle.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. paradiso Utilisateur de Québec Urbain

    13 janvier 2022 à 11 h 20

    Une idée irréaliste.

    Comment desservir les hôtels Clarendon, chateau Frontenac et les nombreuses auberges en arrière du château? Livraison des bagages en calèche?

    Comment desservir l’Hôtel-Dieu et le CRCEO?

    Il faudra établir tellement d’exceptions que la rue St-Louis ne pourra être piétonne qu’en après-midi et en soirée. Oubliez les terrasses comme on les voit sur la rue Saint-Jean.

    C’est bien beau se comparer à Dubrovnik, mais le climat n’est pas du tout le même. Avec quelques cm de neige par année seulement, Dubrovnik peut entretenir un parc de mini-véhicules d’entretien et de livraison, utilisables à longueur d’année. Ce ne serait pas rentable à Québec dans un scénario d’utilisation 4 mois par année.

    À cela s’ajoute l’absurdité d’entretenir un stationnement souterrain de l’Hôtel de Ville qui ne serait utilisé qu’en hiver.

    La seule manière de revitaliser le Vieux-Québec est de lever immédiatement les mesures sanitaires abusives et non fondées scientifiquement de la CAQ, et foutre ce gouvernement aux poubelles de l’histoire à l’automne 2022.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Le lecteur assidu

      13 janvier 2022 à 16 h 51

      👁👁 👉 En accord avec vous à l’exception de votre dernier paragraphe

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Luc

      13 janvier 2022 à 20 h 28

      Je pense que c’est possible mais il faut que ce soit bien fait et en adéquation avec notre ville nordique.

      1- Je me rappelle d’un voyage à bruges ou le centre ne pouvait être accessible à l’automobile. La route se terminait dans un stationnement souterrain et de la, des escaliers roulant sortaient dans le quartier historique par des édicules.

      2- Dans un autre voyage cette fois en Italie (je ne me rappelle plus la ville), les autobus de touristes étaient autorisés à entrer afin d’y déposer les voyageurs (face aux hôtels et endroits touristiques). Aussitôt entré, l’autobus devait quitter ipso facto sous peine d’amende. La visite terminée, l’autobus revenait chercher les touristes et en dedans de 10 minutes devait quitter le secteur. La visites s’effectuait donc à pied dans toutes les rues du secteur historique. La visite ne se faisait pas en autobus comme on le voit trop souvent dans le vieux Québec.

      J’aime l’idée de la conopée urbaine qui pourrait même être plantée directement au centre de la rue en laissant sur les côtés, de la place pour les terrasses et les étals.

      Maintenant est ce qu’on applique cela seulement l’été? Qu’est ce qu’on permet de laisser entrer dans le quartier historique? Comment on réorganise les accès, stationnement et entrées/sorties au quartier historique?

      Maintenant regardons nos atouts. On a déjà un tunnel à moitié creusé sous Honoré Mercier. Pourquoi pas y faire entrer les automobiles qui pourraient être redirigées vers le stationnement d’Youville (comme à Bruges). Ce stationnement devient la place centrale pour le débarcadère des véhicules de toute sorte. On rend accessible ce même stationnement par Honorée Mercier pour la circulation en provenance de l’ouest. On condamne l’entrée du stationnement adonnant sur la place d’youville et on réaménage cette porte d’accès pour en faire une entrée signature vers le quartier historique. Ce coin devient le point de rassemblement de toute visite, entrée/sortie du quartier historique.

      Je vous laisse bonifier la suite afin de rendre cette vision…. Possible. Je pense qu’il y a un potentiel non utilisé.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler

Poster un commentaire

ou

seize  −  11  =