Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Tramway de Québec: un nouveau pont sur la Saint-Charles?

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 1er février 2019 6 commentaires

Isabelle Porter
Le Devoir

La construction d’un tramway à Québec va nécessiter la construction d’un nouveau pont au-dessus de la rivière Saint-Charles à l’entrée du quartier Limoilou, révèle une analyse remise au ministère du Développement durable par la ville de Québec.

« Des impacts peuvent aussi être anticipés sur la rivière Saint-Charles, car un nouveau pont devra être construit pour permettre le passage du tramway à la hauteur du pont Drouin actuel », peut-on lire dans l’avis de projet transmis par la ville de Québec au ministère du Développement durable.

À l’heure actuelle, le pont Drouin accueille les voitures et les autobus qui circulent entre les quartiers Saint-Roch et Limoilou. Or ce pont n’aurait pas la capacité de supporter un tramway d’où la nécessité de le remplacer par une nouvelle structure.

L’avis de projet transmis au ministère résume tous les impacts appréhendés du projet sur l’environnement. On y mentionne aussi que la ville devra « détruire des milieux humides » dans le secteur Le Gendre, à l’extrémité ouest du parcours.

Le document d’une quinzaine de pages avance que l’impact environnemental serait limité sur parce que la plus grande partie du parcours doit être aménagée sur des rues déjà existantes.

140 000 tonnes de GES en moins par an

Évalué à 3 milliards de dollars, le réseau structurant prévoit la construction d’une ligne de tramway de 23 kilomètres reliant le nord-est au sud-ouest de la ville, du boulevard Louis-XIV à Charlesbourg à l’avenue Legendre en passant par le centre-ville et le boulevard Laurier. La ville souhaite démarrer les travaux en 2022 et offrir le service à partir de 2026.

Selon ses estimations, le recours à ce tramway électrique permettrait de retirer 34 571 voitures du réseau routier le matin et faire baisser les émissions de gaz à effet de serre de 140 000 tonnes par an.

La suite

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Projet - Tramway.


6 commentaires

  1. PPDaoust

    1er février 2019 à 21 h 05

    J’ai l’impression que madame Porter se cherchait un article à publier. Il n’y a pas a pas grand viande autour de l’os. Au moins elle amènera des clics pour son journal.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. michel desjardins

    2 février 2019 à 09 h 59

    Et le pont Lavigueur ?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • PPDaoust

      2 février 2019 à 11 h 55

      Pas fou pentoute.

      Je doute que le vieux pont Lavigueur fasse l’affaire mais le remplacer serait certainement moins cher, la rivière étant très étroite à cet endroit.

      Passer par là ferait cheminer le Tram dans des zones à densifier et structurer près du Centre Vidéotron et de l’écoquartier, en droite ligne vers le pôle d’échange St-Roch.

      Le parcours actuel sur la 1re avenue (déjà bien desservie par le métrobus) sera un tour de force vu l’étroitesse de l’avenue et les virages nécessaires avant d’arriver au pôle d’échange.

      Passer par la rue Pointe-aux-Lièvres favoriserait aussi la transformation de Laurentien en boulevard urbain. Des automobilistes pourraient jumper dans le tram, se stationnant au préalable à un stationnement étagé hypotétique au Centre Vidéotron, réduisant ainsi la pression automobile sur Laurentien.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  3. Jeff M

    2 février 2019 à 21 h 54

    Ils ne sont plus à un stade ou l’on remet en question les tracés, qui sont d’ailleurs déjà très bien pensé selon les flux de déplacements. Ils sont rendu à faire des forages géotechniques à grands frais pour savoir à quoi s’attendre dans le sol du tracé. Il faudrait se buter à un gros problème pour faire marche arrière à quelque part.
    D’ailleurs la plupart des parcours métrobus seront remodelés pour couvrir une plus grande zone et rabattre l’achalandage vers les tramway/trambus

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • PPDaoust

      3 février 2019 à 16 h 52

      Je pense que tout va se sceller qu’à partir de 2020, quand on va faire les plans et devis. Les forages, c’est 900 000$, financés par la ville, sur les 3G. Une élection fédérale est également prévue dans quelques mois. Des questions de financements restent à régler. En somme, je pense qu’il reste beaucoup de travail de planification à faire.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *