Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Archives pour la catégorie « Projet – Tramway »

En parlant de réseau de transport structurant, le tramway de Bordeaux

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 12 juin 2019 Commentaires fermés sur En parlant de réseau de transport structurant, le tramway de Bordeaux

Lors du forum sur l’habitation de la Ville de Québec, un des conférenciers fut Michel Duchène, onseiller municipal délégué auprès du maire pour la cité digitale et l’innovation, Ville de Bordeaux et vice-président de Bordeaux Métropole, responsable des grands projets d’aménagement urbain. Il fut un acteur de la mutation urbaine de Bordeaux à travers la mise en place du projet urbain du maire Alain Juppé, de la mise en œuvre du tramway à la revitalisation du centre-ville. Il est également l’auteur du livre La grande métamorphose de Bordeaux paru en novembre 2018 aux Éditions de l’Aube.

Grâce à la collaboration de la Ville de Québec, nous avons eu les images de sa présentation. Elles sont éloquentes. Particulièrement celles illustrant les avant/aprés. Les voici:

Voir aussi : Projet - Tramway, Québec La cité, S'inspirer d'ailleurs, Transport, Transport en commun.

Transport structurant: propositions de l’Institut de développement Urbain du Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 11 juin 2019 12 commentaires

L’Institut de développement Urbain a proposé des tracés pour le réseau de transport structurant. La ligne noire continue représente la proposition du RTC. La ligne pointillée est le tracé souhaité par l’IDU.

Pôle Chaudière

Pôle St-Roch/Expocité

Pôle Lebourgneuf

Pôle Ste-Foy Entrée Ouest

Le tracé du tramway doit-il être modifié? Radio-Canada

Voir aussi : Projet - Tramway.

Intencité 2019. Forum sur l’habitation. Institut de développement Urbain du Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 10 juin 2019 Commentaires fermés sur Intencité 2019. Forum sur l’habitation. Institut de développement Urbain du Québec

Québec Urbain a été invité à cette journée consacrée à un exercice de réflexion d’envergure sur la densification du territoire de la Ville et sur l’avenir de l’habitation à Québec. Plusieurs conférences au programme. Le tout dans un esprit des TOD (Transit Oriented Development).

Le communiqué de presse où vous pouvez consulter le rapport portant sur le développement des 4 pôles majeurs en cliquant ici.

Un billet précédent en 2015

La démographie, le développement urbain et immobilier : les ingrédients de l’attractivité de Québec Mario Lefebvre (économiste), Vice-président, Recherche, Marchés immobiliers mondiaux, Ivanhoé Cambridge

La présentation PowerPoint du conférencier avec des tableaux chiffrés très intéressants

L’économie va extrêmement bien à Québec depuis presqu’une décennie. Mais la population vieillit rapidement par-rapport au reste du Canada. Et il y a un problème sérieux quant à la disponibilité de la main d’oeuvre, avec 4% de chômage. Il y a une croissance réelle de la production dans le secteur de la construction, ainsi que dans ceux des finances, assurances, etc. Avec une croissance du PIB de 1.5 à 2% dans la région, il y a un essoufflement démographique, avec une croissance de population à .8%.

Les grandes villes croissent plus que la moyenne avec le phénomène de l’urbanisation. Québec en fait partie. Population et mise en chantier de logements se suivent évidemment.
3000 nouvelles unités de logements par année à venir.

Quant à la population âgée de 65 ans et plus, il y a un effet sur la construction.

La RMR de Québec a reçu 20000 immigrants de 2011 à 2016, Régina et Winnipeg étant les deux villes qui ont reçu le plus grand nombre d’immigrants entre ces deux années, Québec étant au dernier rang canadien. En 2016, la part de la population née à l’extérieur du Canada fait également en sorte que Québec est au dernier rang canadien. Toronto au premier (45% de sa population) et Calgary au 3e.

M. Lefebvre propose que Calgary devienne un modèle pour Québec. Dans l’immigration inter-provinciale de Calgary, cette dernière a mis beaucoup d’efforts sur des immigrants car ces derniers en attirent d’autres. Vu la croissance de la population de 65 ans et plus ainsi que le bas taux de chômage, il est temps d’agir maintenant selon le conférencier, ce dernier favorisant l’immigration, particulièrement inter-provinciale.

Un plan d’action réfléchi afin de s’attaquer à l’enjeu de main-d’œuvre et d’immigration Ville de Québec (communiqué publié ce jour)

Les enjeux du marché résidentiel de la Ville de Québec – Générations, densification et transport : la bonne approche Christian-Pierre Côté, ÉA, Associé, Caprea

La présentation PowerPoint du conférencier avec des illustrations éloquentes.

En moyenne, il se construit 4600 unités d’habitation par année à Québec (60% appartement 40% maison). Et plus l’âge avance, plus on se dirige vers l’appartement. 70% des unités neuves sont dans la région de Québec. A partir de 55 ans, il y a un retour vers le centre de Québec. Pour l’avenir, d’ici 2036, vu la population stagnante, il faut ajouter la construction pour le remplacement (66000 unités dans la RMR de Québec). Selon le conférencier, il faudrait doubler les seuils d’immigration à Québec.

Pour le type de construction, d’ici 2036, 21000 maisons individuelles sont prévues. Et ce qui fait l’enjeu, ce n’est plus la localisation mais un produit qui répond à leurs valeurs (sécurité, services, esprit de communauté, etc). Un exemple: Sofia Lofts (San Diego): cour intérieure, voitures partagées, séance de cinéma extérieur hebdomadaire.

Quand on arrive à Québec, il y a des contraintes pour le marché de l’habitation neuve. Le conférencier précise que le choix des endroits est lié au transport structurant, ce qui représente selon ce dernier 20000 unités neuves. Il donne en exemple le redéveloppement de Place Fleur-de-Lys.

En résumé, ce n’est plus la localisation qui est en tête mais « les gens, les gens, les gens ».

Ateliers simultanés de présentation et d’échanges – Caucus territoriaux – Les aires TOD de demain à Québec
Atelier A – Caucus Chaudière
Présidente du caucus : Nathalie Roussin, Présidente, Les Immeubles Roussin, Présidente du Conseil Régional de Québec
Atelier B – Caucus St-Roch / ExpoCité
Présidente du caucus : Geneviève Marcon, Présidente, GM Développement
Atelier C – Caucus Lebourgneuf
Président du caucus : Stéphan Landry, Directeur général, Groupe Immobilier Oxford
Atelier D – Caucus Ste-Foy entrée Ouest
Présidente du caucus : Julie Lafrenière, Vice-présidente, Développement, Centres commerciaux, Ivanhoé Cambridge

Voir aussi le cahier du forum où on explique amplement ces 4 aires TOD. Extrêmement intéressant.

David Dixon, Vice-président, Planification et design urbain, Stantec

North America is a suburban continent with an urban population. The new norm 101: demographics, knowledge, economy, disruptive changes. Canada is growing older on pace with the US. Families with kids dominated US growth for decades. For the next 2 decades 80% of net new households will be singles and couples. 62% of US households stock is single family. More affluent households are moving to cities. College-educated 26 to 49-years old move to cities. Across the US suburbs are aging faster then cities and out of single-families. And there is a shortage of workers. Income disparities are growing. Generational poverty persists. Poverty is moving to suburbs. Growth alone does not cure poverty. Dramatic changes to retail markets (internet). 60% of vehicles will be connected by 2025. 75% of vehicles will be driverless by 2040.

Aires TOD – L’expérience québécoise – Présentation de Gabriel Rioux, Directeur de projets, Groupe conseil BC2

Les TOD dans la grande région de Montréal. Objectif que 75% des nouveaux ménages soient dans les TOD. Le tracé des axes de transport en commun détermine tout. Le seuil de densité est toutefois difficile à atteindre (parc industriel, emprises du transport en commun, axes routiers). Le conférencier illustre plusieurs TOD dans la région de Montréal

Panel : Les 10 grandes idées pour intensifier Québec

Échanges animés par Normand Hudon, Architecte senior principal, OAQ, Coarchitecture, avec des grands propriétaires immobiliers de Québec
François Audet, Président-fondateur, Groupe Patrimoine
Vincent Chiara, Président, Groupe Mach
Julie Lafrenière, Vice-présidente, Développement, Centres commerciaux, Ivanhoé Cambridge Jonathan Trudel, Vice-président, Fondateur, Trudel Alliance

L’industrie de la construction doit, selon l’animateur, parler d’une seule voix quant au projet de transport structurant, par le biais des TOD (transit oriented development). Selon Vincent Chiara, la mixité verticale est essentielle. Mais il faut s’assurer que l’immeuble est capable de recevoir les divers usages. La diversité des propriétaires de l’immeuble devient un problème à long terme, dans les cas de mixité. L’usage mixte fonctionne mieux selon lui quand le propriétaire est unique. Jonathan Trudel, qui fut policier pendant 15 ans, estime que son passé lui permets de dire que Québec ne devrait pas adopter une attitude coercitive quant à la mixité sociale comme Montréal. Selon lui, à Québec, il y a une très bonne gestion des affaires sociales. Il y a encore une bonne disponibilité des logements abordables. Et il ne désire pas de ghettoïsation. Selon Vincent Chiara, les entrepreneurs de Québec sont plus responsables que ceux de Montréal quant à l’aspect social. François Audet, avec son projet dans Lebourgneuf (Humanitae), veut avoir des enfants de 60 ans avec les grands-parents de 80 ans dans le même immeuble. Pour Julie Lafrenière, dans le domaine des centres commerciaux, on apporte une nouvelle diversité (expérience culinaire sur les sites, fonctions de divertissement, etc). Le futur des centres commerciaux nécessite une complémentarité d’usages et quand les endroits le permettent, une mixité verticale est envisagée.

Un autre thème est relatif aux choix faits à Québec quant au réseau de transport structurant, selon l’animateur Hudon. François Audet est d’avis que Lebourgneuf est négligé en l’absence d’un tramway, 15000 unités de logement s’y feront dans les prochaines années. Jonathan Trudel, pour le secteur Fleur-de-Lys, est d’avis que l’autoroute Laurentienne doit être transformée en boulevard urbain. Il n’y a pas interconnexion entre St-Roch, St-Sauveur, Limoilou, à cause des obstacles comme l’autoroute. Il souhaite l’interconnectivité. Julie Lafrenière, qui vient souvent en train à Québec, préconise une approche globale quant au réseau structurant et ne pas s’attendre à tout ce que se fasse en peu de temps. Jonathan Trudel insiste sur toutes les capacités de transport actif, incluant les vélos.

Quant au stationnement, Vincent Chiara souligne l’effet du transport collectif sur le ratio des espaces de stationnement. Il est trop tôt selon lui pour connaître l’effet, par exemple, des véhicules électriques et autonomes. On commence à prévoir des stationnements recyclables i.e. du stationnement hors-sol qui pourra servir, au besoin, à un autre usage. Ce qui nécessite un zonage en conséquence. Un centre commercial avec une épicerie a un besoin d’espaces de stationnement tout à fait différent d’une rue composée de boutiques. Quant à la hauteur des stationnements, il faut que les villes réalisent que les stationnements hors-sol ne doivent pas être considérés comme de la densité. Julie Lafrenière explique que chez Ivanhoé Cambridge, des équipes ont été formées dans plusieurs villes pour qu’une vision globale soit faite et non site par site. Quant à elle, la forme de réglementation devrait aller davantage dans les notions de gabarit, de qualité du territoire, de qualité de vie.

Jonathan Trudel estime que la Ville, dans les sites de développement urbains, déjà desservis, a moins à faire que dans un nouveau milieu. Elle pourrait alors investir dans des parcs, dans des immeubles pour des fonctionnaires, dans des éléments générateurs d’achalandage, comme les services (bibliothèque, centre sportif), une approche exercée à Toronto.

Voir aussi : Architecture urbaine, Art de vivre en ville, Conférences / évènements, Projet - Tramway, Québec La cité, Transport, Transport en commun.

Le tramway pris dans le détour

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 7 juin 2019 8 commentaires

François Bourque
Le Soleil

CHRONIQUE / Québec maintient la trajectoire prévue du tramway dans Pointe-de-Sainte-Foy, soit celle d’un passage dans l’emprise d’une ligne d’Hydro-Québec, près du boulevard Pie-XII. Un des plus gros employeurs de la région, l’agence du Revenu à l’édifice Marly (3800 employés), sera donc laissé à quai, ce qui s’écarte de l’objectif de desservir les «grands générateurs de déplacement».

Des citoyens inquiets de voir passer le tramway dans leur cour ont été les plus vigoureux à plaider pour un détour par Marly. Plus vigoureux que les employés eux-mêmes.

Les explications de la Ville pour maintenir le tracé initial tiennent à la fois aux coûts, à la performance du réseau et à un enjeu d’environnement. Ces explications me semblent crédibles.

1. Un détour tout en courbes de 1.3 km pour rejoindre Marly devrait se faire à faible vitesse et devrait compter deux stations supplémentaires, pour respecter les normes de distances.

On parle de 4 à 6 minutes ajoutées au temps de parcours. «Sacrifier» une des stations aurait un impact négligeable, car le temps d’arrêt est de quelques secondes seulement.

2. Le détour par Marly coûterait 100 M$ à 120 M$.

J’ai compris qu’il n’existe pas de ventilation de cet extra. L’estimé résulte d’une règle de trois à partir des coûts globaux du tramway : 2 milliards $ pour 23.5 km, ça donne 85 M$/km. Ajouter 1.3 km coûterait 110 M$.

J’apporterais ici une nuance. La moyenne de 85 M$/km inclut les portions en souterrain qui sont plus coûteuses. Un détour en surface devrait se faire à moindre coût.

Ce détour implique cependant un «ouvrage d’art en courbe» (plus coûteux) pour franchir la voie ferrée du CN et rejoindre le terminus de la rue Mendel.

La suite

Voir aussi : Projet - Tramway.

Le circuit du tramway de Québec d’hier à demain

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 6 juin 2019 Commentaires fermés sur Le circuit du tramway de Québec d’hier à demain

Radio-Canada (Québec)

Voir aussi : Projet - Tramway.

Tracé du tramway : des citoyens du secteur Pie-XII se sentent ignorés

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 5 juin 2019 23 commentaires

Louis Gagné
Radio-Canada

Des résidents de la Pointe-de-Sainte-Foy déplorent que l’administration Labeaume persiste à vouloir faire passer le futur tramway le long du boulevard Pie-XII. Ils lui reprochent de ne pas avoir suffisamment tenu compte des impacts sur la qualité de vie des riverains dans son analyse du tracé.

La Ville de Québec a confirmé lundi que le tramway allait circuler directement dans l’emprise de la ligne haute-tension d’Hydro-Québec située à l’ouest de Pie-XII.

Un groupe de citoyens demandait à la municipalité de revoir le tracé. Au lieu de tourner à droite à la hauteur du boulevard Pie-XII pour remonter vers le nord, le tramway devrait selon eux continuer sur le chemin des Quatre-Bourgeois, jusqu’à la rue de Marly.

Les résidents croient que ce tracé alternatif permettrait de desservir les milliers d’employés du ministère du Revenu tout en préservant la santé et la qualité de vie des quelque 200 familles du secteur.

La suite

Voir aussi : Arrondissement Ste-Foy / Sillery / Cap-Rouge, Projet - Tramway.

Réseau structurant de transport en commun: des rencontres

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 4 juin 2019 Commentaires fermés sur Réseau structurant de transport en commun: des rencontres

11, 13 et 18 juin 2019 — Rencontres publiques d’information

Trois rencontres publiques d’information auront lieu en juin pour rencontrer les citoyens et les commerçants afin de les informer sur l’avancée des travaux, de mettre en lumière les retombées positives et les enjeux soulevés par le projet, puis d’écouter et de répondre aux interrogations de la population.

Les rencontres traiteront de plusieurs sujets dont l’origine du projet, les tracés du tramway et du trambus ainsi que les voies réservées, la mise à jour sur le statut du projet (financement et approbation), l’évaluation environnementale et l’état de la planification et de la conception, avec un calendrier des prochaines étapes à venir.

La mise en place des comités de bon voisinage, les acquisitions potentielles de terrains ou d’immeubles et les audiences publiques du BAPE seront également abordées.

Secteur Est : de la 76e Rue et du pôle d’échanges d’Estimauville au quartier Saint-Roch (voir sur une carte)

Mardi 11 juin 2019, à 19 h, Hotel Pur, salle A
395, rue de la Couronne

Métrobus 800 et 801
Parcours 1, 3, 64, 74, 80, 82, 84 et 86
Stationnement gratuit :
Parc Victoria (160, rue du Cardinal-Maurice-Roy). Prévoir une dizaine de minutes de marche.
Stationnements payants à proximité :
stationnement sous-terrain de l’Hôtel Pur
stationnement Sainte-Hélène | INRS (490, rue de la Couronne)
stationnement Place Jacques-Cartier (380, rue de la Couronne)
rues avoisinantes (parcomètre jusqu’à 21 h)

Secteur Centre : du quartier Saint-Roch au campus de l’Université Laval (voir sur une carte)

Jeudi 13 juin 2019, à 19 h, École secondaire Québec High School
945, avenue Belvédère

Accessibilité universelle
Métrobus 800, 801 et 802
Parcours 1 et 25
Stationnement gratuit sur place

Secteur Ouest : du campus de l’Université Laval au terminus Le Gendre (voir sur une carte)

Mardi 18 juin 2019, à 19 h, Bureau d’arrondissement de Sainte-Foy–Sillery–Cap-Rouge
1130, route de l’Église

Métrobus 800, 801 et 804 :
– À noter qu’en raison des travaux sur route de l’Église, les arrêts situés en face du bureau d’arrondissement ne sont pas desservis. Nous suggérons d’utiliser situés à l’intersection de Jules-Dallaire et route de l’Église (arrêts 2000 et 3875).
Parcours 11, 13, 16 et 75
Stationnement sous-terrain gratuit

La suite

Voir aussi : Arrondissement Beauport, Arrondissement La Cité-Limoilou, Projet - Tramway, Transport, Transport en commun.

Réseau structurant de transport en commun : réaménagement de la fin de ligne du tramway à Charlesbourg et du trambus à Sainte-Foy

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 3 juin 2019 10 commentaires

Québec, le 3 juin 2019 – La Ville de Québec a dévoilé aujourd’hui l’état d’avancement mensuel du projet de Réseau structurant de transport en commun (RSTC). Des réaménagements aux fins de lignes du tramway dans le secteur Charlesbourg et du trambus dans le secteur Sainte-Foy ont été annoncés. La Ville a également présenté l’analyse du tracé pour les secteurs Pie-XII et Marly confirmant l’utilisation du corridor de la ligne électrique.

« Les réaménagements des fins de ligne du tramway et du trambus dans deux secteurs reflètent la précision avec laquelle l’équipe du Bureau de projet examine chaque portion du réseau afin d’assurer une implantation optimale, en harmonie avec le milieu environnant et la population, a déclaré M. Rémy Normand, vice-président du comité exécutif. Concernant le secteur Pie-XII, nous sommes à l’écoute des citoyens. Notre équipe a retourné toutes les pierres en évaluant avec précision les autres variantes du tracé, dont la desserte de Marly. Elle conclut que le choix de la ligne électrique demeure celui qui aura le moins d’impact sur la population et le coût du projet. »

Réaménagement de la fin de ligne du tramway à Charlesbourg

Le tramway dans le secteur Charlesbourg voit sa fin de ligne réaménagée. Le terminus sera positionné à la 76e Rue, sur le site de l’ancien garage municipal, soit environ 200 mètres plus au sud que l’emplacement du boulevard Louis-XIV prévu initialement.

Ce réaménagement est rendu nécessaire en raison notamment :

des contraintes topographiques du secteur;
de la nécessité de relocaliser le terminus pour assurer les correspondances entre le tramway et les autres services du RTC.

Avantages du réaménagement

Optimisation des ressources d’exploitation et des manœuvres du tramway;
Connectivité des services;
Optimisation des liens piétons et cyclables;
Intégration architecturale de qualité en relation avec le site patrimonial de Charlesbourg.

Réaménagement de la fin de ligne du trambus à Sainte-Foy

La fin de ligne du trambus est réaménagé dans le secteur de Sainte-Foy. Le parcours prendra fin à l’Université Laval au lieu du pôle d’échanges Sainte-Foy Ouest. Il ne passera donc plus sur le boulevard Laurier. Le retrait de ce tronçon de 2 km est le résultat d’une analyse qui a dégagé des enjeux opérationnels importants.

Capacité pour le trambus d’obtenir une priorité absolue aux carrefours en raison de la fréquence trop élevée de passage des deux modes (tramway + trambus) sur le boulevard Laurier;
Partage de la plateforme en tunnel (secteur du pôle d’échanges Sainte-Foy Ouest) d’un mode guidé sur rail et d’un mode non guidé sur pneus;

Retournement de la ligne du trambus dans le secteur en développement de Roland-Beaudin.
De plus, dans le cadre du processus de révision du réseau du RTC, les analyses d’itinéraires et d’affectation de la demande démontrent que la charge à bord du trambus à l’ouest du secteur des cégeps et du campus de l’Université Laval ne requiert pas un prolongement de la ligne au-delà du pôle d’échanges Université Laval.

Avantages du réaménagement

Optimisation des ressources d’exploitation ainsi que de l’offre globale de transport en commun;
Connectivité des services au pôle d’échange de l’Université Laval où tramway, trambus, Métrobus et services eXpress convergeront.

Tracé pour les secteurs Pie-XII et Marly

Comme prévu, une analyse de tracé dans le secteur Pie-XII / Marly a été réalisée afin de valider avec précision le choix initial de l’emprise de la ligne électrique. Les tracés du boulevard Pie-XII et des boulevards des Quatre-Bourgeois et Versant-Nord par Marly ont été étudiés.

Le Bureau de projet du Réseau structurant de transport en commun confirme le tracé de l’emprise d’Hydro-Québec de Pie-XII, et ce, pour les raisons suivantes :

Impératif de performance du tramway (4 à 6 minutes de temps de parcours supplémentaires pour les autres variantes);
Cheminement le plus direct pour rejoindre le nombre élevé de personnes provenant de l’ouest de l’agglomération et hors de l’agglomération se destinant dans les pôles majeurs d’activité;
Desserte de la Pointe-de-Sainte-Foy en complémentarité avec le RTC;
Limite les impacts d’acquisitions, de pertes de stationnements et environnementaux, dont le bruit, les vibrations et la protection des milieux humides;
Les deux autres variantes (Marly et Pie-XII) ont des impacts plus importants en termes de coûts (100 à 120 M$ pour Marly), acquisitions de propriétés et de circulation.
L’option de circuler directement dans l’emprise de la ligne haute-tension d’Hydro-Québec s’avère le choix le plus efficace et optimal. Elle permet aussi de limiter les pertes de stationnement sur rue et privés.

La suite

Voir aussi : Projet - Tramway.

Le ministre des transports propose de réaliser le tramway de Québec «par phase»

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 13 mai 2019 10 commentaires

Marc-André Gagnon
Journal de Québec

(…)

Autrement dit, M. Bonnardel suggère à la Ville de Québec d’entreprendre la réalisation de projet de tramway avec la somme de 2,2 G$ qui est déjà sur la table. Le gouvernement Legault a déjà assuré sa participation à hauteur de 1,8 G$. Une somme fédérale de 400 M$ est aussi disponible dans le volet « transport en commun » d’une entente bilatérale.

Le ministre des Transports se dit même prêt à « déposer, dans les prochaines semaines », un « projet de loi sur le réseau structurant » qui permettra de donner à la Ville de Québec les « pouvoirs » nécessaires pour être maitre d’œuvre.

Selon une source bien au fait du dossier, cette pièce législative est déjà rédigée et prête à déposée. À défaut d’une adoption rapide d’ici la fin de la session parlementaire, le projet sera officiellement retardé. L’échéancier actuel prévoit le début des travaux en 2022 pour une mise en service en 2026.

Quant aux 800 M$ qui manquent pour compléter le budget du projet de 3 G$, M. Bonnardel propose d’attendre encore quatre ans, lorsqu’il lui sera possible de revoir la distribution de l’aide fédérale basée sur l’achalandage des société de transport.

La suite

Bonne nouvelle en cet étrange pays François Bourque (Le Soleil)

Voir aussi : Projet - Tramway, Projet - Troisième lien, Tramway à Québec, Transport, Transport en commun.