Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


La Ville exproprie la Maison Pollack

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 4 février 2019 3 commentaires

Jean-Francois Néron
Le Soleil

La Ville de Québec confirme avoir signifié un avis officiel pour l’expropriation de la maison patrimoniale Pollack dont l’état ne cesse de se dégrader. Le maire de Québec en a fait mention à la presse, lundi.

Il s’agit du second avis d’expropriation envoyé depuis le début de l’année. Le premier concerne le terrain à l’abandon de l’ancienne église Saint-Vincent-de-Paul dans le Vieux-Québec, propriété de l’hôtelier Jacques Robitaille.

En décembre, le conseiller Jean Rousseau pressait la Ville de Québec de procéder à l’expropriation de la maison patrimoniale du 1, Grande Allée, qui a plus que jamais besoin de rénovations. Dès 2008, Démocratie Québec se battait pour la préserver.

En 2013, Équipe Labeaume avait fait la promesse d’intervenir. Enfin, la Ville a obtenu de nouveaux pouvoirs du gouvernement du Québec qui lui permet de faire des expropriations avec l’adoption de la loi 155.

Au fil des ans, la Ville a émis pour plus de 15 000 $ en constats d’infraction en raison du piteux état du bâtiment.

La suite

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou.

La ville veut changer la vocation du littoral Est

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 4 février 2019 1 commentaire

Source : Céline Fabriès, Le Soleil, le 4 février 2019

En manque de terrains, la Ville de Québec souhaite déménager des entreprises industrielles situées sur le Littoral Est (Beauport-Maizerets-d’Estimauville) pour développer une nouvelle zone d’innovation avec des entreprises technologiques.

Avec une superficie de 3,9 km carrés, dont 750 000 mètres carrés de terrains développables et 275 000 mètres carrés de planches aménageables immédiatement, cette nouvelle zone d’innovation, créée en partenariat avec l’Université Laval et Force Québec 4.0, laissera toute la place aux sciences de la vie, aux technologies propres ainsi qu’aux activités logistiques (portuaires).
«On veut que les gens de Limoilou ne vivent plus avec de l’industriel autour d’eux, mais avec des entreprises technologiques», a expliqué le maire de Québec, Régis Labeaume, lundi matin, en conférence de presse.
Il s’agit pour la Ville de Québec d’un immense projet qui va changer le paysage de la basse ville. «C’est un projet avec un impact immense. Tu changes carrément la basse ville avec ce projet-là. C’est un projet immense pour une ville. On n’a pas vu ça depuis très longtemps», a-t-il signifié.

la suite

Le secteur visé sur Google Maps.

Voir aussi : Arrondissement Beauport, Arrondissement La Cité-Limoilou, Industriel, Technologie.

A vendre: Résidence des Pères blancs missionnaires d’Afrique

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 4 février 2019 Aucun commentaire

Cette résidence est maintenant en vente. Sur le site internet de la Ville de Québec on y apprend que «La résidence des Pères blancs missionnaires d’Afrique s’inscrit dans une volonté de confirmer le rôle de la congrégation à Québec, et ce, dans le centre-ville. En fait, on assiste à la reconstruction complète de la résidence de Québec après la démolition sur le site d’une maison acquise par les Pères en 1931. La construction du nouvel édifice est réalisée en 1964-1965. Le nouvel immeuble, audacieux, est conçu par la firme d’architectes Laroche, Ritchot et Déry avec une architecture moderne issue du style International : construction sur pilotis, prolongement de l’étage au-delà des murs du rez-de-chaussée, fenêtres en bandeaux, jeu des toits et effet sculptural du claustra de l’étage. La couleur blanche de l’édifice, entre autres pour la brique vernissée du rez-de-chaussée, exploite bien les lignes pures de cette architecture, tout en étant profondément symbolique et associée à la liberté du modernisme. La résidence des Pères présente un plan en « T » inversé, soit un plan rectangulaire en façade avec une aile perpendiculaire vers l’arrière, légèrement décalée, formant un plan asymétrique. Le plan en « T » est créé par l’étage soutenu par les pilotis, alors que le corps de bâtiment proprement dit déploie un plan en « L ».

Cette résidence est en face de l’ancien garage Bérubé acheté en 2009 et depuis entouré d’une clôture Frost. Elle est évaluée par la Ville de Québec à la somme de 2 100 000 $. Le numéro de téléphone sur l’affiche ne nous amène pas à un courtier mais à quelqu’un disant être le nouveau propriétaire. Le prix demandé ? Selon notre interlocuteur, il ne serait pas encore établi.

* Merci à une fidèle lectrice qui nous a fait part de cette nouvelle.

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou.

Autres billets récents