Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Archives pour la catégorie « Arrondissement La Cité-Limoilou »

Lettre & Mémoire à la Commission des finances publiques de l’Assemblée nationale

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 30 avril 2019 Aucun commentaire

Photo: Archives de Québec Urbain

Monsieur Jean-François Simard
Président, Commission des finances publiques
Assemblée nationale du Québec

Monsieur le président,

Vous trouverez ci-joint une Lettre ainsi qu’un Mémoire soumis à votre attention ainsi qu’à celle des membres de la Commission des finances publiques.

Je demeure à votre disposition pour tous renseignements.

Bien à vous,

Léonce Naud
Géographe

Lettre & Mémoire � la Commission des finances publiques – Assemblée nationale

Un extrait: Il me fait plaisir de vous transmettre ainsi qu’aux membres de la Commission des finances publiques le Mémoire ci-après, déjà confié à la Commission de l’aménagement du territoire. Il concerne les crédits budgétaires 2019-2020 de la Commission de la capitale nationale (CCNQ), plus précisément des projets immobiliers à l’Anse-au-Foulon, à Québec. Leur coût s’élèverait à plus de $ 150 millions de dollars. Hormis un « miroir d’eau » apparu subitement suite à une visite du maire Labeaume à Bordeaux, personne dans la population ne les a suggérés et ils n’ont fait l’objet d’absolument aucun débat public. Bien que le contenu du Mémoire parle de lui-même, il me fera plaisir de fournir au besoin toutes précisions.

Voir aussi : Architecture urbaine, Arrondissement Beauport, Arrondissement La Cité-Limoilou, Environnement, Message d'intérêt public, Québec La cité, Témoignage.

Passages Insolites : 15 œuvres à découvrir à l’été 2019

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 24 avril 2019 1 commentaire

Québec, le 24 avril 2019 – La Ville de Québec et EXMURO arts publics invitent les citoyens et les touristes à découvrir, dès le 20 juin, les 15 œuvres d’art public qui composeront l’exposition temporaire Passages Insolites 2019. Il s’agit de la programmation la plus importante depuis la création des Passages Insolites en 2014, alors que 12 nouvelles œuvres inédites et projets spéciaux seront à découvrir et que 3 œuvres des moutures précédentes seront revisitées.

« Que serait un été à Québec sans la présence des œuvres d’art temporaires de Passages Insolites au détour d’un carrefour, au hasard d’une ruelle ou en plein cœur d’une place publique? Difficile à imaginer, puisque cette exposition s’inscrit définitivement comme un élément signature du paysage estival de Québec, a déclaré Mme Alicia Despins, membre du comité exécutif responsable de la culture, de la technoculture et des grands événements. Rappelons qu’en 2018, l’achalandage a été estimé à plus de 240 000 spectateurs uniques, dont 11 % de touristes. Ces chiffres témoignent de la place importante de cette activité dans l’offre culturelle et de son appréciation par les citoyens et les touristes. »

(…)

Passages Insolites sera présenté du 20 juin 2019, et ce, jusqu’au 14 octobre. Un montant de 325 000 $ a été octroyé à EXMURO pour la conception et la réalisation du projet. De cette enveloppe, un montant de 80 000 $ est issu de l’Entente de développement culturel intervenue entre le gouvernement du Québec et la Ville de Québec.

La suite

Exmuro

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Art urbain.

La boucherie Bégin: des développements

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 24 avril 2019 4 commentaires

Baptiste Ricard-Châtelain
Le Soleil

À l’abandon depuis quelque sept ans, l’ancienne boucherie Bégin de la rue Saint-Jean sera finalement démolie dès le mois de mai, affirme le propriétaire. Et un immeuble de copropriétés poussera sur le site à partir de juin.

«On s’est déjà entendu avec la Ville», annonce le promoteur et ingénieur Jean-Michel Munger. «On va aller chercher les permis cette semaine ou la semaine prochaine.»

Plus de la moitié de la dizaine de logements sont vendus ou le seront bientôt, poursuit-il. Ce qui a permis de signer le contrat avec l’entrepreneur en construction la semaine dernière. Et ce qui permettra aux premiers acheteurs de s’installer d’ici la fin de l’année, si le chantier se déroule comme prévu.

L’annonce survient à la veille d’une manifestation organisée par le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste devant l’immeuble du 500, rue Saint-Jean. Le groupe citoyen demande à la Ville de saisir le bâtiment pour le démolir parce qu’aucun projet privé n’avait, jusqu’à maintenant, abouti.

Les contestataires espéraient ainsi se débarrasser, dans un premier temps, des ruines insalubres. Puis rêvaient qu’une construction à vocation sociale pourrait être érigée sur le terrain devenu vacant.

Quant à la mairie, elle attendait un signe de vie de Jean-Michel Munger depuis belle lurette. «La Ville est prête à délivrer le permis depuis longtemps», indiquait récemment au Soleil Audrey Perreault, conseillère en communication.

La suite

Le 500 Saint-Jean

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Condo.

Le Vieux-Québec et le tourisme

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 20 avril 2019 2 commentaires

François Bourque
Le Soleil

CHRONIQUE / La venue du navire de croisière Disney Magic au Port de Québec l’été dernier fut un des faits saillants d’une année touristique record. Québec courtisait depuis quatre ans ce fleuron de la compagnie de croisières «la plus recherchée au monde», avait raconté l’Office du tourisme. Ce n’est pas les 1800 passagers qui ont fait événement ce jour-là (Québec accueille souvent de plus gros navires), mais son prestige et l’effet d’entraînement espéré. Une réussite donc. Mais pas seulement une réussite. Le symbole Disney est fort, mais ambigu. Il représente le succès de masse auquel aspire Québec, mais est aussi l’incarnation exacte de ce que le Vieux-Québec ne veut pas devenir : un parc d’attractions pour touristes.

C’est le dilemme des quartiers historiques habités : essayer attirer toujours et toujours plus de visiteurs sans se laisser submerger.

L’équilibre n’est pas facile. Plusieurs villes y ont échoué et cherchent depuis comment réparer les dégâts.

Venise a dû imposer des sens uniques pour piétons sur certaines rues du centre pendant le Carnaval et en interdire d’autres aux visiteurs.

Elle vient de bannir de sa lagune les gros bateaux de croisière, a imposé un moratoire sur les hôtels et tente de réduire les permis Airbnb.

Madrid a aussi décrété des sens uniques pour piétons sur des artères commerciales pendant la période des fêtes 2017.

Cela a fait débat. Des résidents y ont vu une entrave à leur liberté. Ils avaient l’impression d’être pris dans une manifestation ou dans un troupeau de moutons.

Des résidents de Barcelone ont manifesté contre le tourisme en 2017; Santorini (Grèce) a dû limiter le nombre de débarquements sur l’île; Cinque Terre (Italie) ferme des sentiers publics les jours de trop forte affluence.

Florence (Italie) arrose les marches des monuments historiques à l’heure du lunch pour empêcher les pique-niques intempestifs, ai-je lu dans l’édition du soir de Ouest France (avril 2018).

Québec n’en est pas là, mais on ne voudrait pas y arriver, car il est difficile alors de revenir en arrière.

Il y a longtemps que des résidents du Vieux-Québec s’en inquiètent, mais pour la première fois l’automne dernier, la critique est venue d’un commerçant.

«Trop de monde, trop cher, trop de tourisme de masse, on marche porté par la foule et on ne voit rien», ont confié des visiteurs à Romuald Georgeon, propriétaire du Château Fleur de Lys.

Cette fin de semaine là (début octobre), sept navires de croisière ont débarqué à Québec avec plus de 10 000 touristes.

La saison 2018 s’est soldée par un record de 230 000 croisiéristes, chiffre que le Port espère doubler d’ici 2025.

Le Port semble croire que le second terminal qui ouvrira en 2020 derrière les silos de la Bunge va aider à désengorger le secteur de la Pointe-à-Carcy. Peut-être pour les opérations sur les quais, mais où pensez-vous que les visiteurs vont aller sitôt débarqués?

(…)

L’enjeu du tourisme de masse a été soulevé dans plusieurs des mémoires déposés cette semaine aux audiences publiques sur le Plan de conservation du Vieux-Québec du ministère de la Culture.

Le ton y est parfois très dur, trop peut-être, mais il témoigne d’un niveau d’exaspération certain. Le conseil d’administration des Maisons de Beaucours, un ensemble résidentiel luxueux voisin du Château, écrit par exemple ceci :

«Derrière l’écran d’une ville pétaradante de bruit et de feux d’artifice à 95 000 $ le quinze minutes, et cotée haut à la bourse mondiale des attractions touristiques, la vérité crue est que notre Vieux-Québec est de plus en plus invivable».

Bruit, appropriation de l’espace, absence de familles, pas d’épicerie et de boucherie, malaise écologique, débordements festifs, départ de l’Hôtel-Dieu. La liste de leurs griefs est longue.

(…)

Le plus récent épisode est celui du projet (insensé) de passerelle aérienne pour vélos à la Pointe-à-Carcy, que Québec vient de mettre sur la glace.

Cette passerelle avait été improvisée en désespoir de cause pour régler un conflit d’usage entre les vélos et l’industrie des croisières.

On a beaucoup débattu des coûts (démesurés) de cette passerelle et de son impact (injustifiable) dans le paysage du fleuve. Mais très peu (pas assez peut-être) de l’enjeu derrière ce «besoin» de passerelle : l’appétit de croissance de l’industrie portuaire.

La suite

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Patrimoine et lieux historiques, Tourisme.

Travaux « majeurs » à venir sur la 18e Rue, dans Limoilou

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 15 avril 2019 1 commentaire

David Rémillard
Radio-Canada

Un grand chantier routier se prépare dans Limoilou, alors que la Ville envisage des travaux majeurs sur la 18e Rue, entre la 1re Avenue et le boulevard Henri-Bourassa.

À la demande du Conseil de quartier Lairet il y a deux ans, l’administration municipale a analysé un éventail de propositions pour améliorer la sécurité des usagers de la 18e Rue, jugée dangereuse par plusieurs résidents du secteur.

Entre 2011 et 2016, le comité de citoyens a répertorié une centaine de véhicules impliqués dans des collisions, seulement à l’intersection de la 4e Avenue.

La Ville a présenté le fruit de ses réflexions cette semaine. Elle envisage d’élargir les trottoirs et, par le fait même, de rétrécir la largeur de la chaussée. Le tout devrait permettre de réduire la vitesse.

La suite

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Transport.

PPU pour le pôle urbain Belvédère : consultation publique

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 11 avril 2019 4 commentaires

Québec, le 11 avril 2019 – La Ville de Québec invite la population à participer à une consultation publique concernant des modifications à apporter au Programme particulier d’urbanisme (PPU) pour le pôle urbain Belvédère.

Les modifications visent à autoriser un projet de résidence pour personnes âgées dont les hauteurs excèdent le maximum permis actuellement, soit une hauteur variant de 5 à 8 étages, selon la pente du terrain. De plus, d’autres normes seront ajustées, comme celles liées à l’aménagement des places de stationnement à l’intérieur du bâtiment. Le projet de développement est situé au 1330, chemin Sainte-Foy, sur le terrain localisé derrière l’église du Très-Saint-Sacrement.

Le projet a été présenté à la population par le promoteur lors d’une séance tenue le 27 février 2019.

« Le projet proposé respecte plusieurs critères de développement et de requalification du PPU pour le pôle urbain Belvédère, a mentionné Mme Marie‑Josée Savard, vice-présidente du comité exécutif responsable de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme. La plantation et la préservation d’arbres sur le terrain ainsi que la diminution des espaces extérieurs bétonnés ou asphaltés sont, notamment, des éléments ayant été établis lors de l’élaboration du PPU. »

Comme le prévoit la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme, le règlement d’urbanisme de l’arrondissement (communément appelé le zonage) doit également être modifié pour assurer sa conformité au Plan directeur d’aménagement et de développement (PDAD) et au PPU pour le pôle urbain Belvédère.

Consultation publique
Le jeudi 9 mai 2019
19 h
YWCA Québec
855, avenue Holland

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Message d'intérêt public.

Vieux-Québec : les Jardins du Corps-de-Garde dévoilés

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 11 avril 2019 3 commentaires

Illustrations: Ville de Québec

Maxime Corneau
Radio-Canada

La Ville de Québec a dévoilé aux citoyens les esquisses des futurs Jardins du Corps-de-Garde, un parc qui sera aménagé d’ici deux ans dans le Vieux-Québec au coût de 4,5 millions de dollars sur un terrain laissé vacant depuis des décennies.

Ce terrain est situé en contrebas du parc du Cavalier-du-Moulin entre la rue Saint-Louis et l’avenue Sainte-Geneviève.

La vice-présidente du Comité exécutif de la Ville de Québec, Marie-Josée Savard, explique que ce nouveau parc comprendra des aires de repos, une grande surface gazonnée, des arbres, du mobilier urbain et même un pavillon qui symbolisera une serre antique.

Ces composantes avaient été identifiées et demandées lors de consultations citoyennes l’automne dernier, explique Mme Savard.

Le parc reliera d’ailleurs la rue Saint-Louis et l’avenue Sainte-Geneviève par une traverse piétonnière.

« C’était un souhait des citoyens au moment des consultations, de désenclaver et de pouvoir en profiter davantage », note Marie-Josée Savard.

La Ville prévoit amorcer les travaux de construction d’ici 2020 afin d’inaugurer les jardins en 2021.

La suite

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Parc.

Un terrain à 1 $ pour la future centrale de police à Place Fleur de Lys

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 9 avril 2019 14 commentaires

Olivier Lemieux
Radio-Canada

Les nouveaux propriétaires de Place Fleur de Lys, William et Jonathan Trudel, veulent « faire partie de la solution » pour permettre la construction de la nouvelle centrale de police à Québec. Les promoteurs sont même prêts à céder un terrain à la Ville pour la somme symbolique d’un dollar.

Les deux hommes d’affaires ne cachent pas que l’arrivée de plusieurs centaines de policiers représenterait une clientèle intéressante pour les commerces du secteur, mais William Trudel affirme aussi vouloir participer à la réalisation d’un projet important pour la communauté.

« J’ai été moi-même policier pendant 20 ans, rappelle-t-il. Aujourd’hui, je suis en affaires et je me dis que je peux peut-être contribuer à la collectivité d’une autre façon. »

Selon eux, les terrains entourant le centre commercial du secteur Vanier ont tout ce qu’il faut pour accueillir le projet.

« C’est amplement vaste pour un équipement régional de cette ampleur », s’enthousiasme William Trudel, avant de rappeler qu’à partir de 2020, place Fleur de Lys se transformera pour accueillir une variété de projets immobiliers.

Le but? Diversifier la vocation de l’endroit pour compléter l’offre commerciale existante. Un projet hôtelier est actuellement envisagé, tout comme un développement résidentiel ou encore l’ajout d’espaces de bureaux.

La suite

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Institutionnel.