Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Archives pour la catégorie « Planification urbaine »

Et comment ça se passe à Lévis?

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 22 août 2022 8 commentaires

Les condos AMALGAM sur la rue de l’École

Les condos AMALGAM sur la rue de l’École à Lévis. Photo Francis Vachon

Notre voisine méridionale se fait de plus en plus belle, de moins en moins « banlieue-dortoir. » Ce matin, dans un article écrit sous fond d’élections provinciales, Sébastien Tanguay brosse un intéressant portrait de la densification urbaine de Lévis et des enjeux de transport qui en découle: De son côté du fleuve, Lévis vit une crise de croissance

Voir aussi : Planification urbaine, Transport, Urbanisme.

Est-ce la fin des centres d’achat tels que nous les connaissons?

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 3 août 2022 2 commentaires

Place Fleur-de-Lys

Le centre d’achat Place-Fleur-de-Lys avant le début des travaux. Photo Francis Vachon

Le centre d’achat Place Fleur-de-Lys n’est pas le seul à subir une transformation majeur. Le Devoir analyse ce matin ce qui semble être une tendance lourde et irréversible. Terminé l’aménagement classique de l’île commercial dans un océan de stationnement.

« Traditionnellement, c’était simple : on mettait un grand magasin comme Sears à une extrémité et un autre comme La Baie à l’autre extrémité. Puis, le propriétaire du centre abaissait au maximum le loyer pour ces grandes enseignes [qui attiraient des consommateurs], somme qu’il récupérait avec la hausse des loyers des commerces qui se trouvaient entre les deux, où les gens s’arrêtaient en se rendant aux deux grandes marques », dit-il, précisant qu’il en a été ainsi pendant des décennies.

On revient maintenant au concept de ville dans la ville.

Pierre Moffet soutient que, pour assurer leur survie, les centres commerciaux devront revenir à l’ADN de l’idée développée par l’architecte commercial américain Victor David Gruen, considéré par certains comme le père des centres commerciaux : « Il disait que les centres commerciaux devaient être des milieux de vie, avec des résidences, des commerces, des parcs, voire avec des piscines. »

Sur Le Devoir: Retrouver la rue principale au centre d’achat

Voir aussi : Commercial, Densification.

Laurier s’agrandira « par en dedans » et TRIPLERA sa superficie!

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 21 juillet 2022 3 commentaires

Le Journal de Québec rapporte ce matin qu’un promoteur a acheté 50% des parts de Laurier pour mieux y investir un milliard de dollar et complètement

changer le centre d’achat en mini-ville:

Logements, résidences étudiantes, résidences pour aînés, garderie, hôtel, bureaux, salle de spectacle, cliniques, restaurants font entre autres partie du plan. Le promoteur assure que le nombre de cases de stationnement demeurera suffisant : elles seront principalement en souterrain.

L’édifice triplera de superficie en une décennie, prévoient les acheteurs. De 1,3 million de pieds carrés, il passera à 3,5 millions. La première tour s’élèvera dans les prochaines années dans le secteur nord-est, sur le stationnement au coin d’Hochelaga et Jean-De Quen.

Au coin sud-est, le magasin La Baie, qui a annoncé sa fermeture, sera démoli pour faire place à un édifice en hauteur. Au nord-ouest, la tour s’élèvera au-dessus de l’actuel stationnement de béton étagé.

L’article complet sur Investissement d’un milliard $: Laurier va tripler sa superficie

Voir aussi : Arrondissement Ste-Foy / Sillery / Cap-Rouge, Commercial, Densification.

Un projet immobilier de 20 M$ dans D’Estimauville

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 19 juillet 2022 Aucun commentaire

Diane Tremblay
Journal de Québec

Un nouveau développement immobilier de 20 M$ voit le jour aux abords du tracé du tramway dans le quartier D’Estimauville, à Québec, ce qui ajoute un avantage au projet, selon le promoteur.

« On pense que le tiers des résidents n’auront pas d’automobile. J’ai fait d’autres projets dans le secteur et c’est ce que nous avons constaté. Déjà avec les parcours du Métrobus et la proximité des lieux de travail, on avait plus ou moins 20 % des gens qui n’avaient pas de voiture. Avec le réseau structurant de transport en commun, ça peut monter encore d’un 10 à 15 % », anticipe Gilles Pelletier, promoteur de Pellimo Développement immobilier.

M. Pelletier construira un immeuble de 77 logements.

« Nous avons choisi D’Estimauville parce que c’est un quartier qui est en “redéveloppement” de manière accélérée. Le fait que le tramway passera maintenant par là, c’est une bonne nouvelle. J’étais déjà impliqué dans l’achat du terrain avant, mais c’est un bonus », affirme l’homme d’affaires.

Le tramway, un bonus

Comme son nom l’indique, Place Courtemanche sera située sur la rue De Courtemanche, à l’angle du boulevard Sainte-Anne où on prévoit l’aménagement d’une station pour le tramway.

« D’Estimauville possède une situation géographique extraordinaire. C’est près de la ville avec des voies d’accès faciles. Il y a des pistes cyclables. C’est près de Limoilou et du parc Maizerets qui est juste à côté. Il y a plusieurs façons de se déplacer. Même sans tramway, c’est un secteur qui est intéressant. Le tramway, c’est la cerise sur le sundae. »

Les travaux ont été lancés le printemps dernier. Le promoteur estime que les unités seront prêtes pour mai 2023. Le projet adhère au nouveau programme de la Société canadienne d’hypothèques et de logement, APH Select, pour offrir des logements plus accessibles.

Le promoteur a opté pour une formule « sans souci », ce qui veut dire que chaque unité en location comprend beaucoup d’inclusions. « On est allé vers quelque chose de moderne tout en restant sobre », a poursuivi M. Pelletier.

Avec la hausse des taux d’intérêt, plusieurs acheteurs devront renoncer à leur projet d’acquisition pour se tourner vers le marché locatif, entrevoit le promoteur.

L’article

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Écoquartier, Logement locatif ou social.

Pour rendre plus conviviales et plus vertes les rues de St-Jean-Baptiste, il faudra tasser des autos

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 26 juin 2022 2 commentaires

Baptiste Ricard-Châtelain
Le Soleil

Afin de verdir plusieurs rues du quartier Saint-Jean-Baptiste, pauvre en arbres, tout en permettant aux piétons et cyclistes de prendre leurs aises, il faudra éliminer des stationnements. Pas le choix. Reste à voir jusqu’où les habitants du Faubourg, ainsi que la clientèle des commerces et restaurants, sont prêts à rouler afin de garer leur bolide.

La Ville a récemment présenté des scénarios pour le réaménagement annoncé des rues Lockwell, Saint-Gabriel, des Zouaves et Claire-Fontaine. L’administration municipale entend profiter de travaux de pavage et du chantier du tramway pour repenser la configuration de ces axes routiers résidentiels.

Voilà une belle occasion de bonifier la très faible canopée du vieux quartier en sacrifiant des trottoirs et voies de circulation au profit de verdure, juge-t-on. Mais pour qu’il y ait assez d’espace pour que des arbres poussent, une soixante de stationnements sur les 130 actuels devrait être sacrifiée. Voilà qui mettrait beaucoup de pression dans les autres rues du secteur…

+

PRESQUE 100 % DES STATIONNEMENTS OCCUPÉS

«On est bien conscients que le stationnement sur rue est un besoin pour un grand nombre de résidents et d’usagers du secteur», a convenu Pauline Guyomard, conseillère en urbanisme de la Ville de Québec, au cours d’une récente rencontre publique.

Les quelque 130 cases des rues visées sont occupées en moyenne à 71 %. En soirée, le taux monte à 82 %. Majoritairement, ce sont les voitures des habitants du coin qui s’y trouvent, mais aussi un 20 % de clients de la rue Saint-Jean.

Dans les autres rues du secteur, il y a environ 170 stationnements de plus ; leur taux d’occupation est à peu près le même.

Mais si plusieurs stationnements des rues Lockwell, Saint-Gabriel, des Zouaves et Claire-Fontaine disparaissent, il deviendra ardu de loger toutes les autos dans les espaces restants.

«Dans le scénario plus drastique, […] on a estimé une perte maximale d’à peu près 58 cases. Et là, on se rend compte qu’on étire l’élastique jusqu’à son maximum dans l’utilisation actuelle des stationnements parce qu’on viendrait avec un taux d’occupation, en soirée, près du 100 %.»

+

TRANSPORTS ACTIFS

Certes l’auto perdrait de la place si le scénario du verdissement maximal est adopté. Mais l’administration municipale veut pousser les citoyens vers des modes de déplacement plus sains, soit la marche et le vélo : «La Ville de Québec souhaite encourager un nombre grandissant de citoyens à troquer leur véhicule motorisé pour les transports actifs dans leurs déplacements quotidiens.»

QUELS TRONÇONS ?

Les tronçons visés sont les suivants :

• Rue de Claire-Fontaine (entre la rue Lockwell et le boulevard René-Lévesque)

• Rue Lockwell (entre l’avenue Turnbull et la rue de Claire-Fontaine)

• Rue Saint-Gabriel

• Rue des Zouaves

228

Le printemps dernier, 228 citoyens ont répondu en ligne à un questionnaire sur ce projet. Ils ont majoritairement demandé plus de verdissement dans les rues ainsi que plus d’espace pour les piétons. La sécurité des cyclistes et l’amélioration du déneigement des trottoirs étaient aussi de grandes préoccupations. Pas tous, mais beaucoup, étaient favorables à l’élimination de stationnements.

+

LES FILS ÉLECTRIQUES SERONT-ILS ENFOUIS ?

La Ville profitera-t-elle du chantier pour enterrer les fils électriques ?

«Dans ce projet-là, malheureusement il n’est pas question d’enfouir les fils», indique Jean-François Martel, conseiller en planification du transport à la Ville de Québec.

Pourquoi ? Les programmes de subvention d’Hydro-Québec ne s’appliqueraient qu’à des chantiers de plus grande envergure. En plus, les travaux prévus ne nécessiteraient pas de creuser assez creux.

+

D’AUTRES RUES DU QUARTIER DANS LA MIRE

Des segments des rues Saint-Olivier, de la Tourelle, Philippe-Dorval et Sutherland, au nord de la rue Saint-Jean, seront également transformés en rues conviviales. Le dévoilement des concepts d’aménagement a cependant été repoussé à l’automne.

QUAND ?

Au cours des prochains mois, la Ville peaufinera ses concepts d’aménagement en tenant compte des commentaires reçus des citoyens. Elle espère réaliser les travaux de construction entre mai et novembre 2023.

L’article

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Consultation publique, Piétons, Transport, Urbanisme.

Préparation en vue de la construction d’un nouvel immeuble sur la Cité Verte ?

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 7 juin 2022 3 commentaires

Il semble que l’on prépare le terrain , à l’arrière de l’immeuble dont la construction a débuté en 2018, en vue de la construction d’un nouvel immeuble. Quelqu’un m’a affirmé que la nouvelle construction aurait 18 étages. Quelqu’un peut confirmer cette affirmation ?

Et d’autres photos prises par un lecteur (S. Cliche) qu’on remercie:

Voir aussi : Arrondissement La Cité - Haute-ville, Écoquartier.

Candidatures pour la Commission d’urbanisme et de conservation de Québec (CUCQ)

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 18 mai 2022 Aucun commentaire

La Commission d’urbanisme et de conservation de Québec (CUCQ) sollicite les candidatures pour le renouvellement de ses membres.

Les candidats doivent résider dans la ville de Québec, avoir un intérêt et des compétences en architecture, patrimoine, urbanisme, génie, architecture du paysage ou design urbain.

Le lien

Les personnes recherchées doivent :

Être résidentes de la Ville de Québec ;
Provenir préférablement des domaines d’expertise suivants : architecture, urbanisme, génie, évaluation, construction, histoire de l’art et de l’architecture, architecture de paysage, environnement et immobilier.
Les personnes devront faire preuve de jugement, d’esprit de décision et être orientées solution pour le citoyen. Elles devront être disponibles tous les mardis après-midi (avec possibilité de prolongement en soirée). 

La maîtrise des compétences techniques suivantes serait un atout :

Être familier avec le vocabulaire utilisé en architecture, en patrimoine et en urbanisme;
Capacité à lire des plans, des cartes, des élévations, des coupes et des esquisses ;
Être familier avec les grands courants en architecture, en patrimoine, en urbanisme et en construction.

Les personnes intéressées doivent soumettre leur candidature avant le 13 juin 2022 en transmettant un curriculum vitae et une lettre de présentation à l’adresse suivante : 

cucq@ville.quebec.qc.ca

Voir aussi : Québec La cité, Urbanisme.

Votre quartier est-il affecté par la surenchère ?

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 18 mai 2022 1 commentaire

Laurianne Croteau
Cédric Gagnon
Antoine Noreau

Le Devoir

Entre les propriétés de Westmount, vendues en moyenne 87 000 $ sous le prix demandé, et celles vendues 150 000 $ au-dessus, dans le sud-est de Beaconsfield, difficile pour un acheteur potentiel de savoir quels sont réellement les prix de vente des propriétés de son quartier.

Le Devoir a eu accès aux données de plus de 35 000 transactions immobilières effectuées entre le 1er janvier et le 31 mars 2022 et colligées par la plateforme Centris. Nous vous avons préparé un outil dans lequel comparer les prix de vente, mais aussi la surenchère moyenne, pour chaque municipalité du Québec et quelques centaines de quartiers.

En manque d’inspiration? L’équipe vous suggère les fiches de Westmount, Lévis (arrondissement Desjardins), Gatineau (quartiers Town Side, Le Moulin) et Sainte-Julie (quartier Du Grand-Coteau). Sinon, cherchez autant de localités que vous le désirez en les entrant dans la barre de recherche ci-dessous.

La suite

* Merci au Lecteur assidu

Voir aussi : Condo, Publications & ressources Internet, Résidentielle.

Histoire des villes nord-américaines

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 15 mai 2022 Aucun commentaire

Depuis le milieu du XIXe siècle, les métropoles nord-américaines s’imposent comme l’incarnation d’une modernité urbaine triomphante. De Montréal à La Nouvelle-Orléans, le développement des transports en commun donne naissance à des quartiers bourgeois prestigieux, mais aussi à des quartiers chauds. De Toronto à New York, experts, architectes et politiciens tentent de faire sens du chaos urbain pour enrichir la ville et la sauver d’elle-même. De Vancouver à Chicago, parcs, boulevards et gratte-ciel sont construits et aménagés pour célébrer la grandeur des cités. Et dans l’ombre de chacune d’entre elles, il y a ceux et celles qui luttent contre les inégalités qui s’y accentuent et y persistent.

Table des matières

Histoire des villes nord-américaines 1
Introduction 7
Le tramway et la fin de la ville piétonne 13
Les quartiers de la grande bourgeoisie: le cas du Golden Square Mile à Montréal 31
Les red-light districts, quartiers du vice 51
Le mouvement City Beautiful ou le rêve d’une ville belle 69
Les grands parcs surbains: de Central Park au parc du Mont-Royal 89
L’invention du gratte-ciel, cathédrale du Nouveau Monde 107
Le redlining et la persistance des inégalités raciales aux États-Unis 133
Jane Jacobs, urbaniste de terrain 151
Dans la même collection 171
Table des matières 173

Auteur: Harold Bérubé.

Harold Bérubé est professeur titulaire au Département d’histoire de l’Université de Sherbrooke ainsi que membre du réseau VRM et du Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal. Il consacre ses recherches actuelles à la façon dont est pensée et gouvernée la ville au Québec au XXe siècle.

Pour feuilleter le livre

Aux éditions du Septentrion 14,95$ Papier 6,99$ PDF 6,99$ EPUB

Voir aussi : Architecture urbaine, Étalement urbain, Publications & ressources Internet, Qualité et milieu de vie, S'inspirer d'ailleurs, Urbanisme.

Aménagement du territoire : Québec fait une place à la densification

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 14 mai 2022 4 commentaires

Alexandre Duval
Radio-Canada

Récemment qualifiée de « mode » par le ministre des Transports François Bonnardel, la densification occupera une place importante dans la politique d’aménagement du territoire que le gouvernement Legault dévoilera sous peu, a appris Radio-Canada. Sa mise en œuvre devra toutefois attendre 2023 au plus tôt.

Selon nos informations, la politique nationale d’architecture et d’aménagement du territoire tient sur un peu plus d’une trentaine de pages.

Bien que l’expression étalement urbain, objet de vigoureux débats à l’Assemblée nationale ces jours-ci, soit presque absente du document, cette question y est bel et bien abordée, mais sous l’angle de la densification.

La politique évoque en effet la nécessité de créer des quartiers plus compacts et de faire une utilisation plus intelligente du territoire, mais tout en respectant le mode de vie des citoyens.

Décrite comme l’étape initiale d’une importante entreprise collective, la politique du gouvernement se décline en quatre axes principaux :

des milieux de vie de qualité qui répondent aux besoins des citoyens;
un aménagement qui préserve et met en valeur les milieux naturels et les terres agricoles;

des communautés dynamiques et authentiques partout au Québec;
un plus grand souci du territoire et de l’architecture dans l’action publique.

Sans surprise, le gouvernement ne prévoit pas détailler tout de suite la façon dont ces grandes idées prendront forme de manière concrète.

Selon nos informations, il faudra attendre 2023, donc après les élections générales de l’automne prochain, avant que ne soit adopté un plan de mise en œuvre de cette politique, si la Coalition avenir Québec conserve le pouvoir.

Il semble aussi que Québec attendra avant de présenter de nouvelles orientations gouvernementales en matière d’aménagement du territoire (OGAT).

Ces orientations sont pourtant fondamentales puisqu’elles guident notamment les MRC dans le développement de leurs schémas d’aménagement ainsi que les municipalités dans l’élaboration de leurs plans d’urbanisme.

Hormis certains ajouts réalisés au cours des 20 dernières années, les OGAT actuellement en vigueur au Québec ont été adoptées au milieu des années 1990 et sont donc jugées dépassées par plusieurs observateurs.

Attentes élevées

Issue d’une vaste démarche de consultation, la politique nationale d’architecture et d’aménagement du territoire est attendue de pied ferme dans les milieux environnemental et municipal, entre autres.

Ayant siégé au comité consultatif durant l’élaboration de cette politique, le responsable du comité aménagement du Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec, Alexandre Turgeon, s’attend à une vision claire.

Notre attente par rapport à la politique, c’est qu’elle donne la voie, qu’on puisse dire : « Dorénavant, on va aller dans cette direction-là et on va arrêter de scrapper notre territoire parce qu’on gâche nos paysages. »

La suite

Voir aussi : Densification.