Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Archives pour la catégorie « Projet – Troisième lien »

François Legault et Régis Labeaume s’entendent pour prioriser le réaménagement de la tête des ponts à Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 1er novembre 2018 9 commentaires

Crédit photo: Journal de Québec

QUÉBEC, le 1er nov. 2018 /CNW Telbec/ – Lors de leur première rencontre officielle, qui s’est tenue aujourd’hui aux abords des ponts, à l’Aquarium de Québec, le premier ministre, M. François Legault, et le maire de la ville de Québec, M. Régis Labeaume, ont affirmé, d’un commun accord, qu’il est prioritaire d’améliorer la fluidité du transport dans la région. La rencontre s’est tenue en présence de la vice-première ministre, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Mme Geneviève Guilbault.

Le nouveau gouvernement du Québec a affirmé sa volonté de prioriser la reconfiguration et la revitalisation de la tête des ponts, donnant ainsi suite à un de ses engagements phares pour la Capitale-Nationale. Les deux parties se sont entendues pour dévoiler le schéma directeur des travaux au cours de la prochaine année. Par ailleurs, ils travailleront de manière concertée et cohérente à la mise en œuvre du troisième lien et du réseau de transport structurant, ce qui démontre leur désir de résoudre les problèmes associés à la congestion à Québec.

La suite

Voir aussi : Message d'intérêt public, Projet - Troisième lien, Transport en commun.

Pas de décision sur le 3e lien avant 3 ans, prévient François Bonnardel

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 22 octobre 2018 14 commentaires

Carl Marchand
Radio-Canada (Québec)

Le remplacement du pont de l’Île d’Orléans est intimement lié à la construction d’un troisième lien entre Québec et Lévis, a prévenu le nouveau ministre des Transports, François Bonnardel. Mais son gouvernement ne sera pas fixé sur le sujet avant environ trois ans, a admis le ministre, lundi.

François Bonnardel a indiqué que sa première décision comme ministre a été de demander qu’on évalue uniquement des scénarios à l’est pour construire un pont entre les deux rives du Saint-Laurent.

La réponse du bureau de projet arrivera d’ici « 26, 30, 36 mois », selon son estimation.

« Il est important par la suite de penser que le pont de l’île d’Orléans sera un jour à remplacer », a ajouté M, Bonnardel, en entrevue avec Bruno Savard au Téléjournal Québec.

Le transport en commun passera par le nouveau pont

Pas questions pour le ministre de remettre en cause le projet de tramway à Québec, comme l’a fait le chef de l’opposition à l’Hôtel de Ville, Jean-François Gosselin. Mais le gouvernement caquiste imposera une autre exigence pour sa réalisation.

« Pour nous, il y aura un bémol, il faut absolument qu’on soit capable d’avoir une interconnexion qui sera disponible pour le futur 3e lien », insiste le ministre.

M. Bonnardel refuse toutefois de dire si son gouvernement demandera également un lien entre les deux sociétés de transports en commun sur le pont Pierre-Laporte.

L’organisme Accès transports viables rappelait au début du mois que les trois quarts des automobilistes de Lévis qui traversent les ponts chaque jour travaillent à l’ouest de l’autoroute Laurentienne.

Le ministre appelle également les maires de Québec et Lévis à travailler conjointement sur la question.

« Je ne veux pas jouer à l’arbitre entre le maire Labeaume et le maire Lehouillier. Je vais rencontrer les deux maires et je souhaite que les deux villes puissent travailler main dans la main, en harmonie », conclut M. Bonnardel.

La suite

Un billet précédent

Voir aussi : Projet - Troisième lien.

Pas de troisième lien avant 2032

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 15 octobre 2018 20 commentaires

Stéphanie Martin
Journal de Québec

Incertain de l’avenir du bureau de projet pour le troisième lien, le maire de Québec a commandé sa propre étude, qui conclut qu’il faudra au moins dix ans avant le début de la construction, loin des quatre ans promis par la CAQ, et entre 15 et 17 ans pour la réalisation complète.

La Ville de Québec a octroyé le 26 février 2018 un mandat de services professionnels à la firme d’ingénieurs WSP. Le contrat, d’une valeur de 7800 $, avait pour objet l’«estimation du délai des travaux de démarrage, de planification et de réalisation du projet de construction d’un troisième lien interrives entre Québec et Lévis».

Le Journal a obtenu cette étude par l’accès à l’information.

Se basant principalement sur l’étude réalisée par Bruno Massicotte, de l’École Polytechnique de Montréal, et sur les directives sur la gestion des projets majeurs d’infrastructures publiques du gouvernement du Québec, les ingénieurs calculent qu’il faudra entre 15 et 17 ans pour finaliser un troisième lien s’il s’agit d’un tunnel, et entre 14 et 16 ans pour un pont.

Cela signifie que, selon les spécialistes, les autos ne rouleront pas sur l’infrastructure avant 2032, dans le scénario le plus optimiste.

Depuis des mois, la Coalition avenir Québec, qui forme maintenant le gouvernement, promet qu’elle amorcera la construction du futur lien dans son premier mandat, soit dans les quatre prochaines années. Les conclusions des experts de WSP contredisent cette prétention. Il faudra selon eux plus de 10 ans pour passer à travers toutes les étapes préliminaires.

Une recension publiée par Le Journal, le 20 février, sur des projets de ponts d’envergure construits en Amérique depuis 2003 en venait au même résultat, avec une moyenne de seize ans, dont généralement plus de dix avant le début de la construction.

Pourquoi avoir commandé cette étude à WSP alors que le gouvernement du Québec a engagé 20,5 millions $ pour une étude de faisabilité technique complète qui doit être rendue en 2020?

La suite

Voir aussi : Projet - Troisième lien.

Des groupes écolos s’attaquent au 3e lien et aux prolongements d’autoroutes

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 4 juillet 2018 20 commentaires

Jean-Luc Lavallée
Journal de Québec

Des groupes environnementaux montent au front pour dénoncer les projets de développement autoroutier et celui de troisième lien Québec-Lévis, lesquels sont moussés par des acteurs du monde municipal au «double discours».

À l’aube d’une campagne électorale provinciale, les représentants d’Équiterre, de Vivre en Ville, de Nature Québec et de la Fondation David Suzuki invitent les partis politiques à ne pas céder aux pressions et au «chantage» du monde municipal qui multiplie les interventions aux effets potentiellement nuisibles sur le plan environnemental.

Ces groupes disent n’avoir jamais vu une telle offensive «concertée» à l’échelle de la province dans les dernières années et s’inquiètent de l’«accélération des revendications» des villes avec divers projets de développement qui minent la protection des milieux humides et des terres agricoles. «On est dans une offensive tous azimuts qui est très inquiétante», a exposé Christian Savard de Vivre en Ville.

Ils dénoncent aussi les projets d’élargissement ou de prolongement des autoroutes 30, 19, 15, 25, 440 et 640 ainsi que le projet de 3e lien qui, s’ils se réalisent, favoriseront l’étalement urbain, l’utilisation de l’auto solo et vont «à l’encontre de la mobilité durable».

La suite

Voir aussi : Projet - Troisième lien, Transport en commun.

Le 3e lien et …. le Grand Délire

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 29 juin 2018 17 commentaires

Accès Transports Viables

Jusqu’au 31 juillet 2018, Le Grand Délire vous invite à rivaliser d’ingéniosité pour proposer votre propre vision d’un nouveau lien entre Québec et Lévis.

Comment participer ?

Il n’y a rien de plus simple. Quel que soit le format de votre idée (description textuelle, dessin, photo…), partagez-la sur Facebook ou Twitter avec le mot-clic #GrandDélire.

Une tyrolienne ? Une liane ? Un service de traversée à dos de dauphins ? Laisser libre cours à votre imagination !

À l’issue du concours, notre jury sélectionnera la proposition la plus audacieuse. Elle sera dessinée par un artiste professionnel puis diffusée sur des produits dérivés.

Vos propositions:

Un voyage dans un baluchon
Une proposition de Marie-Ève Roy.

(…)

Une catapulte solaire
Une proposition d’Alexandre Lambert.

Un 3e lien cyclable à la manière du film E.T.
Une proposition d’Anaïs Anaïs.

La suite

Appui massif à Québec et Lévis pour un 3e lien, selon un sondage (Radio-Canada)

Voir aussi : Projet - Troisième lien, Transport en commun.

La Santé publique s’oppose aux élargissements d’autoroutes à Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 25 août 2017 8 commentaires

Jean-Luc Lavallée
Journal de Québec

Le directeur de la santé publique pour le CIUSSS de la Capitale-Nationale demande à la Ville de Québec de «reconsidérer» les élargissements d’autoroutes pour freiner l’étalement urbain et la «dépendance à l’automobile».

«Il est bien démontré dans la littérature que l’augmentation de la capacité routière n’est pas une solution efficace aux problèmes de congestion. Au contraire, elle entraîne à moyen et long terme une augmentation du volume automobile sur le réseau routier et favorise l’étalement urbain, ce qui engendre de la congestion», peut-on lire dans le mémoire qui a fait l’objet d’une présentation, vendredi matin, à l’hôtel de ville dans le cadre des consultations sur la mobilité durable.

La suite

Voir aussi : Projet - Troisième lien, SRB, Transport en commun, Vélo.

Bientôt un bureau de projet pour le troisième lien

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 19 juillet 2017 20 commentaires

Source : Simon Boivi, Le Soleil, le 19 juillet 2017

(Québec) Le bureau de projet qui étudiera la meilleure option pour un troisième lien routier entre Québec et Lévis sera ouvert aux suggestions des citoyens, selon ce qu’a appris Le Soleil. 
Le gouvernement du Québec devrait annoncer cette semaine le nom du directeur du bureau de projet, qui a été doté de 20,5 millions $ lors du budget Leitao déposé en mars dernier. 
D’après nos informations, le bureau sera localisé à l’édifice de l’Atrium, à Charlesbourg, qui abrite aussi les locaux du ministère de l’Énergie et des Ressources Naturelles. Le directeur devra pourvoir huit autres postes pour compléter son équipe. Chacun des membres proviendra de la fonction publique. L’équipe doit être en place cet automne.
Le bureau de projet aura le mandat d’étudier toutes les options envisageables en vue de la construction d’un troisième lien, et d’identifier la meilleure solution en fonction de son coût. 

Une page web sera associée au bureau sur laquelle les citoyens devraient pouvoir suivre l’évolution de ses travaux. Cet outil permettra aussi à chacun d’émettre des commentaires et d’y aller de suggestions. Un comité sera chargé d’examiner les différentes propositions reçues. 

la suite

L’arnaque du troisième lien.

Voir aussi : Projet - Troisième lien.

Une proposition de métro entre Québec et Lévis

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 8 mai 2017 36 commentaires

Source : Stéphanie Martin, Journal de Québec, le 8 mai 2017

Un ingénieur de Saint-Augustin propose l’idée d’un métro qui relierait l’est de Lévis à l’Université Laval et à l’aéroport pour 8,26 mil­liards $.
«C’est cher, mais un projet de métro cadre dans une stratégie de développement durable parce qu’il crée quelque chose d’utile que les générations futures vont pouvoir utiliser. Alors qu’un pont-tunnel va servir seulement à une partie de la population, ne règlera pas le problème de congestion et exclut l’électrification des transports.»

la suite

Sur le même sujet :

Les avantages du tram-train pour Québec.

Source : Le Soleil

Sur le même sujet (2) :

Un autre parti politique à la droite de Labeaume.

Crédit et source : Valérie Gaudreau, Le Soleil

Voir aussi : Projet - Troisième lien, Transport en commun.

L’arnaque du troisième lien

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 1er mai 2017 6 commentaires

Karine Gagnon
Le Journal de Québec

Qu’il passe à l’est ou à l’ouest, le troisième lien ne réglera pas les problèmes de congestion routière à Québec. Tenter de faire croire le contraire aux contribuables serait malhonnête et irresponsable.

C’est pourtant ce qu’essaient de faire depuis des mois, avec un certain succès d’ailleurs, de nombreux politiciens de la région de Québec: caquistes et libéraux, le député fédéral Steven Blaney et le maire de Lévis en font partie. Après avoir longtemps pris ses distances avec le projet, le maire de Québec a lui aussi fini par embarquer. (…)

Or, il suffit de s’informer, de lire les nombreuses études sur le phénomène de la congestion routière et de parler à des experts pour constater qu’il s’agit d’une illusion. Pour constater que l’argument «de boucler la boucle» du réseau routier n’a pas de fondement

La suite

Le troisième lien ne réglera rien * Stéphanie Martin (Journal de Québec)

Privilégier l’automobile coûte très cher * Stéphanie Martin (Journal de Québec)

Boum de développement résidentiel sur la Rive-Sud * Stéphanie Martin et Jean-Luc Lavallée (Journal de Québec)

Voir aussi : Projet - Troisième lien, SRB, Transport en commun.