Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Archives pour la catégorie « Transport »

Élargissement d’Henri-IV : le gouvernement a rejeté le meilleur scénario

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 12 novembre 2018 Aucun commentaire

Jonathan Lavoie
Radio-Canada

L’élargissement de l’autoroute Henri-IV aurait grandement profité d’un réaménagement complet de l’échangeur Félix-Leclerc. Une étude des débits de circulation commandée par le gouvernement démontre qu’une reconfiguration de l’ensemble des bretelles aurait permis de réduire considérablement la congestion et de « mieux répondre aux besoins futurs anticipés », mais ce scénario a été écarté.

L’étude du ministère des Transports (MTQ) complétée en 2016, et obtenue par Radio-Canada, évalue les impacts de l’élargissement sur les débits de circulation et décortique deux scénarios permettant d’élargir l’autoroute Henri-IV, entre les autoroutes Félix-Leclerc et Charest.

Le premier scénario est très semblable à la mouture finale du projet dont le chantier a été lancé cet été. L’autoroute Henri-IV sera élargie à trois voies dans les deux directions entre les autoroutes Charest et Félix-Leclerc et jusqu’à la rue Chauveau en direction nord seulement.

Le deuxième scénario, plus ambitieux, incluait également une réorganisation complète de l’échangeur Félix-Leclerc et l’ajout d’une troisième voie jusqu’à la rue Chauveau en direction sud.

En simulant les débits de circulation anticipés en 2031, l’ingénieur qui signe l’étude conclut que le scénario 2 permet « de beaucoup mieux répondre à la forte demande empruntant l’échangeur nord Henri-IV/Félix-Leclerc, et ainsi à en diminuer les refoulements en amont. Cet échangeur demeurerait saturé beaucoup plus longtemps avec [le scénario 1], en direction nord comme en direction sud ».

La suite

Le texte de l’étude

Voir aussi : Transport.

Plusieurs centaines de personnes marchent contre le troisième lien à Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 10 novembre 2018 18 commentaires

Raphaelle Plante
Le Soleil

Le décor hivernal de la matinée n’a pas découragé les citoyens de prendre part à la manifestation contre le troisième lien, qui s’est déroulée en début d’après-midi samedi dans les rues du centre-ville. Ils étaient plusieurs centaines, voire près d’un millier de personnes à s’être mobilisé contre le projet.

Rassemblés au parc de la Francophonie à 13h30, les participants de la manifestation — organisée par la Coalition régionale des associations étudiantes de la Capitale-Nationale — ont par la suite marché sur la Grande Allée, la rue Cartier et le boulevard René-Lévesque avant de revenir au point de départ. Le tout s’est déroulé dans la bonne humeur, alors que des gens de tous âges s’étaient déplacés. De nombreux étudiants, bien sûr, mais aussi des personnes plus âgées et plusieurs familles avec de jeunes enfants.

Tous étaient unis autour d’un même message : «le troisième lien, c’est pas le bon moyen». Au lieu de trouver un moyen éphémère à la congestion routière — qui ne fera qu’empirer après quelques années en favorisant l’étalement urbain —, les divers intervenants ayant pris part à la manifestation prônent avant tout un meilleur transport en commun, notamment sur la rive sud.

Le député de Québec solidaire (QS) dans Jean-Lesage Sol Zanetti était présent avec des militants solidaires pour faire écho à la position de son parti, qui s’oppose à tout troisième lien. Des représentants d’Accès transports viables et d’Équiterre étaient aussi de la partie, alors que la marche contre le troisième lien s’inscrivait dans un mouvement plus global de mobilisation pour l’environnement.

La suite

Voir aussi : Transport, Transport en commun, Troisième lien.

Le métro, la meilleure solution pour Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 10 novembre 2018 41 commentaires

Robert Vandewinkel, ingénieur, Saint-Augustin-de-Desmaures
Ali Magassouba, économiste, Québec
Emilie Coulombe, designer graphique et Web, Québec
Louis-François Garceau, groupe TRAQ, Lévis
Karl-Patrice Dupuis, acteur et metteur en scène, Québec
Martin Savard, biologiste, Québec
Nathalie Dumont Dessureault, optométriste, St-Augustin
Jacques Vandersleyen, chargé de cours universitaire (gestion de projet), Lévis
Marcelle Deslauriers, Géologue, Québec
Steve Blier, technicien en géomatique, Québec
Membres du collectif J’y vais en métro

En mars dernier, le maire Régis Labeaume annonçait un ambitieux projet de réseau de transport pour la ville de Québec. Estimé à 3,3 milliards $, ce projet a pour colonne vertébrale une ligne de tramway de 23 km. Depuis, partisans et opposants se sont bien fait entendre, mais les médias ont fait peu de place à d’autres options.

Pour un budget de 3,3 milliards $, le métro souterrain nous semble plus prometteur et porteur. En effet, avec un coût de 200 M$/km (estimations basées sur les plus récents métros construits au Canada), nous aurions une ligne d’environ 16,3 km et 19 stations, de quoi suffire à couvrir la distance entre Sainte-Foy (à proximité de l’autoroute Duplessis) et Charlesbourg (au nord de l’autoroute Félix-Leclerc) en passant par la Colline Parlementaire et le quartier Saint-Roch. Les lieux de grands achalandages tels que l’Université Laval, la gare du Palais et le Centre Vidéotron seraient desservis.

Québec est-elle trop petite pour un métro? Pas du tout, une douzaine de villes de même taille ou plus petites, telles que Rennes en France et Lausanne en Suisse, sont déjà dotées d’un métro actif. Mais alors, pourquoi un métro plutôt qu’un tramway? Les nombreuses réponses à cette question peuvent être divisées en cinq catégories : durabilité, vitesse, capacité, confort et minimisation des nuisances.

La suite

Voir aussi : Transport, Transport en commun.

François Legault et Régis Labeaume s’entendent pour prioriser le réaménagement de la tête des ponts à Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 1er novembre 2018 9 commentaires

Crédit photo: Journal de Québec

QUÉBEC, le 1er nov. 2018 /CNW Telbec/ – Lors de leur première rencontre officielle, qui s’est tenue aujourd’hui aux abords des ponts, à l’Aquarium de Québec, le premier ministre, M. François Legault, et le maire de la ville de Québec, M. Régis Labeaume, ont affirmé, d’un commun accord, qu’il est prioritaire d’améliorer la fluidité du transport dans la région. La rencontre s’est tenue en présence de la vice-première ministre, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Mme Geneviève Guilbault.

Le nouveau gouvernement du Québec a affirmé sa volonté de prioriser la reconfiguration et la revitalisation de la tête des ponts, donnant ainsi suite à un de ses engagements phares pour la Capitale-Nationale. Les deux parties se sont entendues pour dévoiler le schéma directeur des travaux au cours de la prochaine année. Par ailleurs, ils travailleront de manière concertée et cohérente à la mise en œuvre du troisième lien et du réseau de transport structurant, ce qui démontre leur désir de résoudre les problèmes associés à la congestion à Québec.

La suite

Voir aussi : Message d'intérêt public, Transport, Transport en commun, Troisième lien.

Vente en ligne des vignettes Tempête dans l’arrondissement de La Cité-Limoilou

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 9 octobre 2018 Aucun commentaire

Québec, le 9 octobre 2018 – La Ville de Québec informe les résidants de l’arrondissement de La Cité-Limoilou que la vente en ligne des vignettes Tempête aura lieu le mardi 16 octobre, dès 19 h, sur le site internet de la Ville.

La vignette Tempête donne accès, de 18 h à 8 h, à un stationnement extérieur appartenant à la Ville lorsqu’une opération de déneigement est en cours et que les feux clignotants orange sont en fonction.

Le mardi 16 octobre

La vente en ligne débutera à 19 h et un soutien téléphonique sera offert jusqu’à 21 h. Les vignettes se vendent rapidement compte tenu du nombre limité de places disponibles dans les parcs de stationnement. Il est donc conseillé d’être prêt à effectuer son achat en ayant en main :

le numéro de plaque d’immatriculation du véhicule;
le nom du stationnement convoité;
le numéro d’une carte de crédit valide.
La vente en ligne se poursuivra jusqu’à épuisement des vignettes.

À compter du 17 octobre

Les vignettes restantes seront aussi vendues à compter du 17 octobre au bureau d’arrondissement (399, rue Saint-Joseph Est) durant les heures d’ouverture habituelles, soit du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 16 h 30.

Coût d’une vignette

Le prix de la vignette est fixé à 103,48 $ taxes incluses, pour la période s’échelonnant du 1er novembre 2018 au 30 avril 2019. À partir du 1er décembre, ce prix diminue de 10 $ tous les 15 jours.

Stationnements offerts en Basse-Ville et à Limoilou

4e Rue (8 places)
· 10e Rue (5 places)
· Anse-des-Mères (30 places)
Aréna Bardy (15 places)
Bibliothèque Saint-Charles (5 places)
Centre récréatif Saint-Roch (10 places)
De la Pointe-aux-Lièvres (20 places)
De La Ronde (9 places)
Domaine de Maizerets (15 places)
Église Saint-Albert-le-Grand (22 places)
Parc Ferland (15 places)
Parc Victoria (300 places)
Quai Chouinard (30 places)
Saint-Vallier Ouest (20 places)
Stationnements offerts en Haute-Ville
Centre communautaire Lucien-Borne (40 places)
· Côte de la Pente-Douce (8 places)
· Saint-Sacrement (14 places)

Déneigement – nouvelle réglementation en vigueur

Une nouvelle réglementation est en vigueur pour le stationnement dans les rues munies de feux clignotants. Dans l’arrondissement de La Cité-Limoilou, le stationnement sera dorénavant interdit de 22 h à 7 h (plutôt que de 23 h à 6 h 30) lorsque les feux orange clignotent, alors que dans certaines rues et artères commerciales, la période autorisée pour le stationnement dans la rue sera prolongée. Les rues munies de feux clignotants où le stationnement est actuellement interdit de jour ne sont pas visées par cette nouvelle réglementation.

Pour éviter le remorquage de leur véhicule, les citoyens sont invités à consulter le site internet de la Ville pour connaître les heures où le stationnement est interdit dans leur secteur.

Voir aussi : Message d'intérêt public, Transport.

RTC: Un laissez-passer 100 % financé par les étudiants de l’Université Laval

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 9 octobre 2018 Aucun commentaire

Daphnée Dion-Viens
Journal de Québec

Les étudiants de l’Université Laval devront décider s’ils acceptent de payer 120 $ de plus par session pour avoir accès à un laissez-passer universitaire (LPU) pour le transport en commun.

Un référendum organisé par les associations étudiantes se déroulera sur le campus du 19 au 27 novembre, par vote électronique. Si une majorité d’étudiants accepte cette hausse, le LPU sera entièrement financé par les étudiants et offert à la rentrée 2019.

Les associations étudiantes, qui travaillent sur ce projet depuis plus de dix ans, ont bon espoir qu’il se concrétise une fois pour toutes.

«C’est une bonne mesure, à la fois pour l’environnement et les poches des étudiants», lance Kevin Tremblay, président de l’Association des étudiants de Laval inscrits aux études supérieures (AELIÉS).

Pour 30 $ par mois, les étudiants auront un accès illimité aux services de transport en commun à Québec et à Lévis, une somme qui correspond à cinq déplacements en autobus par semaine, fait valoir M. Tremblay.

(…)

La contribution d’environ 32 000 étudiants à temps plein permettrait d’amasser une somme de 7,3 millions $ par année.

La suite

Un billet précédent

Voir aussi : Transport, Transport en commun.

Le pont de Québec, fini ou éternel?

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 6 octobre 2018 10 commentaires

François Bourque
Le Soleil

DOSSIER/ On se​​​​​nt l’inquiétude grandir sur l’état du pont de Québec. La rouille progresse, et avec elle, le doute.

Combien de temps encore le pont de Québec peut-il tenir, commençons-nous à nous demander.

Le ministère des Transports (MTQ) assure que la structure et le tablier du pont sont sans danger et que la collaboration est bonne avec son propriétaire, le Canadien National (CN).

Le MTQ reconnaît cependant ne pas avoir en main tous les rapports techniques et «analyses structurales» du CN.

Il n’a pas de données, par exemple, sur le poids des trains, qui sont la charge la plus lourde que doit supporter la structure.

Il y a quelques semaines, le MTQ a écrit au CN pour demander une copie des documents et des rapports d’inspection.

«Il importe de partager cette information de façon formelle et en continu… pour intervenir correctement et en temps opportun», écrit le sous-ministre Marc Lacroix au pdg du CN, Jean-Jacques Ruest.

«Cette relation entre nos deux organisations est essentielle, notamment pour rassurer les usagers tant du réseau ferroviaire que du réseau routier.»

Transport Canada a aussi des informations qui lui viennent du CN et n’a «pas identifié de problèmes susceptibles de nuire à la sécurité des opérations ferroviaires».

Comme chez Transport Québec, Transport Canada dit ne détenir aucun document ou rapport d’inspection du CN.

(…)

Les seuls rapports d’inspection accessibles sont ceux du MTQ sur le tablier du pont. Le plus récent date d’octobre 2017. Il fait 588 pages.

On y trouve plus de 1000 photos de pièces de métal déformées par la rouille, parfois perforées, assorties de descriptions souvent inquiétantes.

Des citoyens préoccupés par l’avenir du pont font aussi circuler des photos montrant une structure principale sévèrement attaquée par la rouille.

Conscient de ces inquiétudes, le MTQ a accepté de faire le point sur l’état du pont de Québec.

J’ai ainsi rencontré il y a quelques semaines l’ingénieur Christian Mercier, responsable des structures.

M. Mercier est catégorique : «Pas de faiblesse connue ni de problème de capacité structurelle.»

«Ce lien-là est aussi bon que tous les ponts [et le tunnel] qui traversent le Saint-Laurent», assure-t-il.

Non seulement le pont de Québec n’a-t-il «pas de date de péremption», mais «une bonne gestion va le rendre éternel», croit-il.

Le mot éternel fait sursauter, mais rien n’est impossible. Tout est question de gestion et de coûts.

On sait déjà qu’une nouvelle peinture coûtera autour de 400 millions $ et le remplacement du tablier, 150 millions $. C’est sans parler des travaux usuels d’inspection et d’entretien.

(…)

L’optimisme du MTQ contraste avec la thèse de citoyens militants qui croient que le pont de Québec est foutu, qu’on met «des vies en jeu» et qu’il faudrait y interdire les trains lourds aux heures de pointe.

Parmi eux, plusieurs universitaires, actifs ou retraités, et un ex-pilote de ligne. Ces citoyens posent des questions pertinentes et je ne mets pas en doute leur bonne foi.

L’ennui, c’est qu’ils sont tous hors de leur champ de compétence pour porter un jugement sur la solidité d’un pont.

Leurs conclusions reposent sur des perceptions, des photos, des rapports techniques dont ils ne maîtrisent pas toutes les nuances ou avis d’experts étrangers qui n’ont pas examiné le pont.

Spécialistes autoproclamés de la sécurité, ils ameutent l’opinion publique et ont fini par semer le doute chez des élus locaux, dont le maire de Québec, Régis Labeaume.

La suite

Pont de Québec: plus sûr qu’il y a 10 ans Un extrait: DOSSIER / Malgré la rouille qui gagne du terrain, le tablier du pont de Québec est plus sécuritaire aujourd’hui qu’il y a 10 ans, affirme le ministère des Transports. (…) Bien que le tablier soit encore sécuritaire, le MTQ prévoit le remplacer en entier à «moyen terme». Il n’y a pas de date précise encore, mais les analyses sont en cours. On en est à l’étape de l’étude d’opportunité. Ce tablier est la partie la plus mal en point du pont de Québec à cause des éclaboussures d’abrasif qui, jusqu’à récemment, n’étaient pas contrôlées. Le remplacer coûtera au moins 150 millions $.

Des citoyens vites sur la gâchette Un extrait: M. Duguay admet cependant qu’il n’a «pas beaucoup regardé» les cotes de «matériau» et les cotes de «comportement» à côté des photos. En fait, il ne les a pas regardées du tout, a-t-il fini par convenir. Ces cotes nuancent pourtant les choses. Elles disent, par exemple, que 78% du matériau des entretoises n’a aucun défaut ou un défaut léger.

QUI EST RESPONSABLE DE QUOI? (Texte de François Bourque)

En octobre 2012, le ministère des Transports (MTQ) et le Canadien National (CN) ont signé une nouvelle entente de 10 ans pour l’entretien et l’utilisation du pont de Québec.

MTQ Responsable de l’inspection et de l’entretien du tablier qui soutient les voies de circulation et la passerelle pour piétons.

CN Responsable de l’inspection et de l’entretien de toute la structure du pont. Il doit en faire rapport au MTQ et à Transport Canada.

Loyer Le MTQ paye entre 5 millions $ et 7 millions $ par an pour utiliser le pont, une hausse importante par rapport à l’ancien loyer annuel de 25 000 $ (1949 à 2012).

Travaux Le CN doit investir 70 millions $ en 10 ans pour des travaux majeurs et 2,5 millions $ par an en entretien. Le MTQ doit investir 35 millions $.

Peinture Il n’y a rien dans l’entente concernant la peinture. Le gouvernement Trudeau, qui avait promis de faire le nécessaire à l’élection de 2015, n’a encore rien livré. L’estimation de 400 millions $ pour la peinture reste à valider.

Déneigement Le MTQ a installé des cloisons anti-éclaboussures le long des voies et a changé ses méthodes de déneigement : ramassage de neige, moins d’abrasifs, drainage, etc. Les premiers résultats sont intéressants. Le rythme de progression de la rouille sur les structures autour de la chaussée a ralenti depuis 2014.

Inspections Le MTQ mène une inspection complète du tablier aux deux ans et une inspection visuelle chaque année. Une nouvelle passerelle a été ajoutée sous le tablier pour faciliter les inspections. Le CN met cinq ans pour une tournée complète d’inspection de la structure. Il y a des travaux presque en permanence sur le pont, ce qui permet de le garder à l’œil.

Suivis Deux comités techniques CN-MTQ ont été mis en place. Depuis 2014, une vingtaine de réunions ont eu lieu. Les procès-verbaux sont gardés secrets.

Un billet précédent en 2017: «rouille et photos »

Voir aussi : Transport.

Assemblée du conseil d’administration du RTC ce soir

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 26 septembre 2018 Aucun commentaire

Le mercredi 26 septembre 2018 – 17 h 30
Bureau d’arrondissement de Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge 1130, route de l’Église, Québec
(Salle RC-19)

ORDRE DU JOUR

1. Adoption de l’ordre du jour
2. Déclaration d’intérêts
3. Période de questions du public
4. Approbation du procès-verbal de l’assemblée ordinaire du 29 août 2018
5. Approbation du procès-verbal de l’assemblée extraordinaire du 12 septembre 2018
6. Approbation du procès-verbal de l’assemblée extraordinaire du 14 septembre 2018
7. Dossiers soumis au conseil d’administration
7.1 Direction générale

DG-2018-008 Adoption du Règlement no 361 modifiant le Règlement no 231 – concernant les normes de sécurité et de comportement des personnes dans le matériel roulant et les immeubles exploités
par ou pour le RTC DG-2018-009 Désignation des inspecteurs

7.2 Planification des services
DPS-2018-005 Acquisition de terrain – rue Monseigneur-Gauthier,
arrondissement de Beauport

7.3 Services administratifs
DSA-2018-016 DSA-2018-017 DSA-2018-018
DSA-2018-019
DSA-2018-020 8. Divers
Autorisation de dépenses – services professionnels Autorisation de dépenses – services de nature technique
Modification du mandat à la Société de transport de Montréal (STM) – acquisition de valideurs OPUS
Virement d’un surplus à un fonds d’immobilisations Programme des immobilisations 2019-2028

9. Période d’intervention des membres du conseil
10. Levée de l’assemblée

Voir aussi : Transport.

En parlant du troisième lien …

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 12 septembre 2018 12 commentaires

Frédéric Arnould
Radio-Canada

Voir aussi : Tramway à Québec?, Transport.

PARK(ing) Day – Le stationnement autrement! 2018

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 11 septembre 2018 Aucun commentaire

Le PARK(ing) Day de Québec se déroulera le vendredi 21 septembre 2018. La population est invitée à s’approprier des cases réservées au stationnement automobile pour les transformer en espaces de vie conviviaux et dynamiques. Le temps d’une journée, ces emplacements deviennent des lieux de création, de rencontres, de détente, d’expression artistique ou encore de réflexion quant au rôle qu’occupe les stationnements dans l’espace urbain.

Inscription

Toutes les informations

Page Facebook de l’événement

Voir aussi : Conférences / évènements, Transport.