Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Archives pour la catégorie « Transport »

Autobus dans les parc industriels: un casse-tête pour les entreprises

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 26 mai 2017 7 commentaires

Gilbert Leduc
Le Soleil

(Québec) Confrontée à un manque d’espace pour garer les véhicules de ses 125 employés, M2S Électronique a eu une bonne idée. Pourquoi ne pas leur rembourser une partie du coût d’un abonnement permettant de bénéficier des services du transport collectif?

Mario Marcotte, le pdg de l’entreprise spécialisée dans l’assemblage de systèmes électroniques et électromécaniques intégrés, l’avoue. Il a frappé un noeud.

Pas un seul travailleur n’a manifesté de l’intérêt.

La suite

Voir aussi : Transport, Transport en commun.

Réaménagement de l’échangeur Charest-Henri-IV

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 23 mai 2017 2 commentaires

Source : Annie Morin, Le Soleil, le 23 mai 2017

Québec) Le ministère des Transports du Québec (MTQ) s’attaquera bientôt au réaménagement d’une intersection de taille à Québec : l’échangeur des autoroutes Henri-IV et Charest. Une seule sortie, divisée en deux bretelles, permettra éventuellement de gagner l’autoroute Charest à partir d’Henri-IV Nord.
Un appel d’offres a été publié le 4 mai pour la réalisation de l’avant-projet définitif, la préparation des plans et devis ainsi que les services d’accompagnement lors du réaménagement de cet échangeur stratégique, où passent environ 170 000 véhicules par jour.
Les travaux de construction sont estimés entre 15 et 20 millions $. Le chantier, prélude à l’ajout d’une voie dans chaque direction dans la portion nord d’Henri-IV, prévoit la reconstruction de la longue bretelle et du pont d’étagement permettant de passer de l’autoroute Charest Ouest à l’autoroute Henri-IV Sud. 
C’est en direction nord que les changements sont concentrés. Tous les automobilistes désirant emprunter l’autoroute Charest prendront l’actuelle sortie menant vers l’est. Celle-ci se divisera ensuite en deux. Il suffira de garder sa droite pour aller vers Québec. À gauche, les véhicules auront accès à un nouveau pont d’étagement permettant de se diriger vers l’ouest. L’ancienne sortie en boucle sera détruite. 

la suite

Henri-IV : l’échéancier des travaux maintenant connu.

L’échangeur sur Google Maps.

Voir aussi : Transport.

À Québec, l’auto passe avant l’autobus

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 8 mai 2017 3 commentaires

Isabelle Porter
Le Devoir

À Québec, l’influent mouvement du « tout-à-l’auto » vient d’avoir raison d’un projet de transport en commun de plus d’un milliard de dollars que les gouvernements étaient prêts à financer, le Service rapide par bus (SRB). L’attachement à l’auto est-il devenu une idéologie ? Et pourquoi la capitale y adhère-t-elle tant ?

Lundi matin, sur les ondes de Radio X, l’animateur Jean Christophe Ouellet (alias « JC ») et Jeff Fillion dénonçaient, une fois de plus, les projets en transports en commun. « Je pense qu’il y a une incompréhension de la nature humaine là-dedans, de dire JC. L’humain aime ça avoir sa liberté, ses affaires, ses patentes, son char, son terrain, sa piscine. C’est fondamental. »

Piloté par le maire Régis Labeaume et le gouvernement libéral, le projet de SRB progressait dans une relative indifférence jusqu’à l’an dernier avec l’entrée en scène du fameux « troisième lien ».

(…)

La sociologue Andrée Fortin, qui a beaucoup écrit sur la banlieue, croit elle aussi que l’aménagement de Québec a joué un rôle dans la popularité de ces idées. « L’agglomération de Québec est proportionnellement plus étalée que Montréal, donc ça crée une propension à utiliser l’auto, insiste-t-elle. Les nouveaux développements immobiliers sont peu, pas ou mal desservis par le transport en commun. »

Dans ses recherches, elle avait aussi démontré que contrairement à ce qu’on peut penser, les résidants de la couronne ne viennent pas du centre, mais sont des ruraux qui se sont rapprochés de la ville et qui, souvent, n’ont jamais pris le bus de leur vie.

La suite

Voir aussi : SRB, Transport, Transport en commun.

L’arnaque du troisième lien

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 1er mai 2017 6 commentaires

Karine Gagnon
Le Journal de Québec

Qu’il passe à l’est ou à l’ouest, le troisième lien ne réglera pas les problèmes de congestion routière à Québec. Tenter de faire croire le contraire aux contribuables serait malhonnête et irresponsable.

C’est pourtant ce qu’essaient de faire depuis des mois, avec un certain succès d’ailleurs, de nombreux politiciens de la région de Québec: caquistes et libéraux, le député fédéral Steven Blaney et le maire de Lévis en font partie. Après avoir longtemps pris ses distances avec le projet, le maire de Québec a lui aussi fini par embarquer. (…)

Or, il suffit de s’informer, de lire les nombreuses études sur le phénomène de la congestion routière et de parler à des experts pour constater qu’il s’agit d’une illusion. Pour constater que l’argument «de boucler la boucle» du réseau routier n’a pas de fondement

La suite

Le troisième lien ne réglera rien * Stéphanie Martin (Journal de Québec)

Privilégier l’automobile coûte très cher * Stéphanie Martin (Journal de Québec)

Boum de développement résidentiel sur la Rive-Sud * Stéphanie Martin et Jean-Luc Lavallée (Journal de Québec)

Voir aussi : SRB, Transport, Transport en commun, Troisième lien.

Henri-IV : l’échéancier des travaux maintenant connu

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 27 avril 2017 8 commentaires

Source : Annie Morin, Le Soleil, le 27 avril 2017

(Québec) L’élargissement de la portion nord de l’autoroute Henri-IV coûtera un demi-milliard de dollars et nécessitera cinq ans de travaux, lesquels débuteront vraiment en 2018.
Le ministre Laurent Lessard a relâché l’information jeudi lors de l’étude des crédits budgétaires des Transports, en commission parlementaire. Il répondait à une question amie du député libéral de Vanier, Patrick Huot.
Le budget, estimé entre 400 et 500 millions $ jusqu’à maintenant, se situera finalement dans le haut de la fourchette. M. Lessard a parlé de 500 millions $ pour un élargissement sur deux kilomètres, entre l’autoroute Charest et la sortie de l’avenue Chauveau. «Ça va permettre d’avoir trois voies dans tout l’axe», a-t-il résumé. Des ponts jusqu’à l’autoroute Charest, il y a déjà de la place pour trois voitures de large. Puis c’est l’entonnoir tant décrié.
Le ministre des Transports a également révélé que le gouvernement fédéral a été sollicité pour 173 millions $. L’argent proviendrait du Fonds Chantiers Canada. Une confirmation est toujours attendue, mais depuis plusieurs semaines, les politiciens provinciaux et municipaux s’expriment comme si c’était une formalité.

la suite

Chantier d’Henri-IV, les travaux avancent rondement.

Voir aussi : Transport.

Les stationnements et comment ils influencent les villes

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 17 avril 2017 1 commentaire

Le très sérieux The Economist s’est intéressé aux stationnements et comment ils influencent les villes. C’est un très long article et c’est en anglais, mais cela vaut la peine: Parkageddon: How not to create traffic jams, pollution and urban sprawl

For as long as there have been cars, there has been a need to store them when they are not moving—which, these days, is about 95% of the time.

(…)

A typical [parking] space is 12-15 square metres; add the necessary access lanes and the space per car roughly doubles. For comparison, this summer The Economist will move into a building in central London where it is assumed each employee will have ten square metres of space

(…)

Donald Shoup, an authority on parking economics, estimates that creating the minimum number of spaces adds 67% to the cost of a new shopping centre in Los Angeles if the car park is above ground and 93% if it is underground.

(…)

Free parking is not, of course, really free. The costs of building the car parks, as well as cleaning, lighting, repairing and securing them, are passed on to the people who use the buildings to which they are attached. Restaurant meals and cinema tickets are more pricey; flats are more expensive; office workers are presumably paid less

 

Voir aussi : Transport.

Rénovation de la gare de train de Ste-Foy

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 11 avril 2017 Aucun commentaire

Source : Baptiste Ricard-Châtelain, Le SoleilLe Soleil, le 11 avril 2017

(Québec) VIA Rail rénovera sa gare du secteur Sainte-Foy même si la mairie rêve d’éliminer le bâtiment pour remodeler la tête des ponts.
«VIA Rail entreprendra des travaux de rénovation de la gare de Sainte-Foy dans le but d’offrir une meilleure expérience client», nous confirme par écrit la conseillère principale, relations médias, Mylène Bélanger. L’appel d’offres pour dénicher l’entrepreneur est en cours. Le chantier suivra.
Elle précise : «Ces travaux permettront de moderniser la billetterie et l’arrière-boutique, rénover le plafond, améliorer l’éclairage de la salle d’attente, installer des portes coulissantes à l’entrée principale, rénover les systèmes de climatisation, et effectuer divers travaux de plomberie.»
Étonnant si nous nous remémorons que le maire de Québec, Régis Labeaume, a affirmé il y a déjà un an que la gare devrait déménager afin de libérer l’espace pour l’aménagement promis de ce secteur situé juste avant les ponts. Mais ce grand projet, qui inclut des voies pour le futur Service rapide par bus (SRB), n’a toujours pas été rendu public même si les plans seraient prêts depuis 2015.

la suite

Sur Google Maps.

Voir aussi : Arrondissement Ste-Foy / Sillery / Cap-Rouge, Transport.

Plus de 115 000 véhicules se sont ajoutés sur les routes sur les deux rives du fleuve depuis 10 ans

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 21 mars 2017 5 commentaires

Jean-Luc Lavallée
Journal de Québec

Ne cherchez plus d’où vient le trafic dans la grande région de Québec. Plus de 115 000 véhicules se sont ajoutés sur les routes sur les deux rives du fleuve depuis 10 ans, révèlent les données les plus récentes de la SAAQ obtenues par Le Journal.

Cette croissance de 17,5 %, de 2007 à 2016, est nettement supérieure à la moyenne provinciale de 13,4 %. Un record de près de 777 000 véhicules immatriculés a été enregistré par la Société de l’assurance automobile du Québec au 31 décembre 2016, dans les régions administratives de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches. (…)

Ce nouveau portrait actualisé, qui risque d’alimenter le débat sur le troisième lien Québec-Lévis, donne ironiquement autant de munitions aux partisans du pour que du contre. Le député caquiste Éric Caire, ardent défenseur du projet, croit que ces chiffres justifient plus que jamais sa réalisation. (…)

Alexandre Turgeon, du Conseil régional de l’environnement, y voit plutôt une illustration désolante de l’étalement urbain observé dans la dernière décennie. «C’est un méchant échec en matière d’aménagement du territoire dans l’agglomération de Québec», a-t-il commenté, invitant à la prudence dans l’interprétation des chiffres. (…)

Autos et camions légers en circulation dans la Capitale Nationale

Promenade : de 359 545 à 421 215 véhicules
Institutionnel et commercial : de 34 802 à 51 214 véhicules
Sous-total : de 394 347 à 472 429 : + 78 082 véhicules (+19,8 %)

La suite

Voir aussi : Transport.

Tableau des investissements routiers du provincial dans la région

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 12 mars 2017 2 commentaires

Source : Jean-François Néron, Le Soleil, le 12 mars 2017

(Québec) L’annonce des investissements routiers 2017-2019 pour la Capitale-Nationale confirme le début des travaux d’élargissement de l’autoroute Laurentienne dès cet été. Cet empressement à agir, notamment à cause de l’insistance du maire Labeaume, éprouvera la patience des automobilistes qui doivent déjà composer avec la fin des travaux de l’échangeur de l’autoroute 40.
Le ministre responsable de la région de Québec, François Blais, en a fait l’annonce dimanche. L’ajout d’une voie sur l’autoroute Laurentienne en direction sud, entre la rue de la Faune et le boulevard Louis-XIV, sera donc terminé d’ici 2018 comme l’avait évoqué, en février, le ministre des Transports, Laurent Lessard.

la suite

Élargissement de l’autoroute Laurentienne : au nord d’abord.

Voir aussi : Transport.

Copilote : de nouvelles fonctionnalités plus conviviales pour les utilisateurs

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 1er mars 2017 Aucun commentaire

La Ville de Québec annonce aujourd’hui que son application mobile de transport urbain, appelée Copilote, améliore sa convivialité. En plus de découvrir une page d’accueil revampée et une interface simplifiée pour chercher une place de stationnement, maintenant appelée Info Stationnement, les utilisateurs pourront désormais maintenir leur connexion pour une période de 30 jours sans avoir à réinscrire leur mot de passe à chaque transaction.

« La possibilité de maintenir la connexion active était fréquemment demandée par les utilisateurs, a précisé M. Rémy Normand, membre du comité exécutif responsable des transports. Nous poursuivons nos efforts pour améliorer cet outil technologique apprécié des citoyens de Québec et des nombreux visiteurs. »

À ce jour, Copilote compte 67 400 abonnés et l’application mobile de transport urbain de la Ville de Québec a été téléchargée 90 000 fois. Pour télécharger Copilote, il suffit de se rendre sur AppStore ou Google play. Une version Internet copilote.mobi offre les mêmes fonctionnalités que l’application à partir d’un poste informatique.

Pour tout savoir sur Copilote

L’application mobile de transport urbain de la Ville de Québec a été téléchargée 90 000 fois. Pour télécharger Copilote, il suffit de se rendre sur AppStore ou Google play. Une version Internet copilote.mobi offre les mêmes fonctionnalités que l’application à partir d’un poste informatique.

Voir aussi : Transport.