Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Archives pour la catégorie « Arrondissement La Cité-Limoilou »

Présentation projet 871 Grande-Allée Ouest par Arbois Société immobilière

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 28 mars 2017 6 commentaires

Conseil de quartier Montcalm
28 mars 2017
19:00

Loisirs Montcalm
265, boulevard René-Lévesque Ouest, salle 202

Arbois

Un billet précédent

Compte-rendu: Ce n’était effectivement qu’une présentation du projet sans demande de décision du conseil de quartier. D’ailleurs le promoteur va refaire le même exercice vendredi après-midi lors de la consultation qui va se tenir, au même endroit, sur le projet de modifications au PPU Belvédère. En résumé, ce serait environ 350 logements dans deux édifices de 11 étages, érigés perpendiculairement à Grande Allée (nord-sud si on veut). Il semble selon une intervention que l’objection formulée par certains propriétaires aux Jardins Mérici auraient trait à la perte de vue sur leurs Laurentides.

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Logement locatif ou social.

Arrondissement La Cité-Limoilou: enclave marchande

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 24 mars 2017 3 commentaires

Catherine Genest
Voir

La mode jetable prime partout en banlieue, de Sainte-Foy à Lebourgneuf, mais les quartiers centraux de Québec résistent à la tendance. Qu’est-ce qui explique la quasi-absence de grandes chaînes de prêt-à-porter à (très) bas prix au centre-ville? (…)

Le fast-fashion est un fléau environnemental et éthique sans nom. (…) Pourtant, Saint-Roch, Saint-Jean-Baptiste, Limoilou et Montcalm n’ont jamais cédé à l’appel des sirènes de la fringue (…) Antoine Larrivée, un représentant aux ventes pour la marque basse-vilaine Plenty, vit et travaille à Québec comme dans la métropole. Selon ses observations non scientifiques, bien que réalisées sur le terrain, les gens de la Vieille Capitale seraient plus conscientisés à l’achat local. (…) À Québec, par exemple, tout le monde te parle du Simons. (…) C’est toutefois dans un secteur comme le Faubourg Saint-Jean-Baptiste qu’on est le plus à même d’observer le phénomène. Après tout, c’est sur la rue Saint-Jean extra-muros qu’on retrouve la plus vieille épicerie en Amérique du Nord: J.A. Moisan. Patrick Montminy, propriétaire du Séraphin, y occupe le local de la porte 738 depuis maintenant 21 ans. (…)

En Basse-Ville, GM Développement possède (presque) tous les locaux de la rue Saint-Joseph Est entre de la Couronne et Saint-Dominique. Architectes de la revitalisation post-Mail, ils ont été parmi les premiers à embrasser l’orthographe et l’image de marque «Nouvo» Saint-Roch au début des années 2000. (…)

Selon M. Guillot (GM Développement), les services se diversifieront au centre-ville, et plus particulièrement dans Saint-Roch, si l’administration municipale octroie à GM et aux autres promoteurs immobiliers «le droit de construire en hauteur» des condos et des logements neufs. «La Ville est actuellement en pleine réflexion pour son plan particulier d’urbanisme, le PPU. Plusieurs organisations de Saint-Roch ont déposé un mémoire à l’automne dernier et ce qu’on voit là-dedans, c’est que tous sont d’accord pour dire qu’il faut amener plus de résidents dans Saint-Roch. Même pour les entreprises du secteur, ça faciliterait le recrutement […] puis ça permettrait d’avoir un achalandage supplémentaire, donc des services supplémentaires et des commerces qui se portent encore mieux. Ce serait gagnant pour tout le monde.»

La suite

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Commercial.

Le SPOT n’est pas bienvenu en haute ville

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 23 mars 2017 Aucun commentaire

Normand Provencher
Le Soleil

(Québec) Désireux de s’installer pour la première fois en haute ville, l’été prochain, les organisateurs de la place publique festive et éphémère SPOT sont confrontés à une opposition citoyenne. Alors que tout laissait croire à une implantation devant le centre Frédéric-Back, rue de Salaberry, il n’est pas exclu que le concept déménage près de l’Îlot des Palais. (…)

Une réunion d’information tenue mardi soir a mis à jour les critiques des opposants, minoritaires parmi la quarantaine de participants, selon le directeur du Centre Culture et Environnement Frédéric-Back, Alexandre Turgeon, présent à la rencontre. «La pétition a été présentée comme 75 soirs de party dans votre cour. Les gens ont peur qu’une fois la soirée terminée, les gens traversent dans le parc en face (le parc Lockwell) pour continuer le party, déplore-t-il. Les étudiants en architecture veulent une place conviviale, agréable pour la famille, ce n’est pas pantoute un projet de party.»

Selon M. Turgeon, «un maximum de sept huit personnes» se sont exprimées en défaveur du projet lors de cette réunion. «Ils n’étaient ouverts à aucun compromis. C’était une attitude extrêmement désagréable. Pour certaines personnes, on dirait qu’il n’y a jamais de trucs assez petits pour les empêcher de chiâler.»

La suite

La pétition POUR

La guerre des pétitions

Décision finale pour 2017: Îlot des Palais Monmontacalm

Un billet précédent

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou.

Des commerçants de l’avenue Cartier craignent pour leur survie

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 22 mars 2017 Aucun commentaire

Stéphanie Tremblay
Radio-Canada (Québec)

Des gens d’affaires de l’avenue Cartier à Québec peinent à joindre les deux bouts en raison du coût des loyers qui ne cessent d’augmenter, ainsi que la hausse du compte de taxes dans le secteur. Une trentaine d’entre eux n’excluent pas un déménagement ou une fermeture à court ou moyen terme si rien ne change.

C’est du moins ce que révèle un sondage maison réalisé par la Société de développement commercial (SDC) Montcalm-Quartier des arts. Préoccupée, la SDC a mis sur pied un comité pour trouver des solutions. (…)

Les commerçants devaient répondre à cinq questions concernant l’évolution de leur compte de taxes, de leur chiffre d’affaires et l’incidence sur leur commerce. Le sondage a été envoyé à 200 commerçants. Une quarantaine ont répondu à l’appel. (…)

La donnée la plus inquiétante est liée à l’incidence de l’augmentation du compte de taxes sur les entrepreneurs. 31 % des répondants évaluent qu’à court terme, ça pourrait avoir une incidence sur leurs activités commerciales, et 51 % estiment que les effets pourraient se faire ressentir à moyen terme.

La suite

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Commercial.

Bibliothèque Gabrielle-Roy: concours d’architecture

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 20 mars 2017 1 commentaire

Bibliothèque Gabrielle-Roy

Le concours d’architecture prêt à être lancé
Québec, le 20 mars 2017

La Ville de Québec annonce aujourd’hui que le concours d’architecture en vue du réaménagement et l’agrandissement de la bibliothèque Gabrielle-Roy sera lancé le lundi 27 mars prochain.

« C’est une étape très importante que franchit ce projet, qui est très attendu des citoyens. Aujourd’hui, nous débutons la concrétisation d’un concept que nous mûrissons depuis longtemps, a déclaré M. Régis Labeaume, maire de Québec. C’est emballant de savoir que bientôt, nous présenterons aux citoyens des images concrètes de cette bibliothèque qui deviendra une référence provinciale. »

« En 2021, l’inauguration de la nouvelle bibliothèque Gabrielle-Roy sera le point culminant de la Vision de développement de la Bibliothèque de Québec et le lancement du concours d’architecture représente un pas significatif dans la concrétisation de ce projet qui en emballe plusieurs depuis le début, a affirmé Mme Julie Lemieux, vice-présidente du comité exécutif responsable de la culture, du patrimoine et de l’aménagement du territoire. »

« Pour tous les représentants d’organismes communautaires, les citoyens et entreprises du secteur de Saint-Roch qui ont participé à la réflexion du concept, le lancement du concours d’architecture est une étape marquante, a mentionné Mme Chantal Gilbert, membre du comité exécutif et conseillère du district électoral de Saint-Roch-Saint-Sauveur. Cela signifie également que bientôt, les citoyens pourront visualiser plus concrètement à quoi ressemblera ce secteur du quartier Saint-Roch dans lequel nous mettons beaucoup d’efforts présentement. »

La Ville de Québec organise un concours d’architecture en deux étapes, ouvert aux équipes d’architectes. La première étape vise à retenir quatre propositions parmi toutes celles qui auront été reçues dans les délais prescrits. Au moment de la deuxième étape, le jury s’attardera à sélectionner un projet lauréat et à mandater son concepteur pour sa réalisation.

Les informations reliées au concours seront disponibles sur le Système électronique d’appel d’offres du Gouvernement du Québec (SÉAO) dès le lundi 27 mars 2017.

Le jury sera formé de représentants des milieux de l’architecture, de gestionnaires d’événements dans le domaine des arts et de la culture et de la Ville. Au total, sept personnes siègeront sur ce comité :

· Mme Lise Bissonnette, journaliste, écrivaine et ex-PDG de la BAnQ ;
· Mme Isabel Hérault, architecte associée, Hérault Arnod architectes (Paris, Grenoble, France) ;
· M. Jacques Leblanc, directeur, Conservatoire d’art dramatique de Québec ;
· M. Jean Pellan, architecte principal, Sid Lee architecture (Montréal) ;
· M. Stéphane Rasselet, architecte principal, Nature humaine (Montréal) ;
· Mme Rhonda Rioux, directrice du Service de la culture, de la vie communautaire et des relations internationales de la Ville de Québec ;
· M. Nicolas Roquet, architecte et professeur agrégé, Faculté d’aménagement de l’Université de Montréal.

La réalisation de ce projet est rendue possible grâce à un investissement total de 40 M $, dont une contribution financière du Ministère de la Culture et des Communications, dans le cadre du Programme d’aide aux immobilisations.

Une fois le concept architectural accepté, suivront les plans et devis et la construction, en vue d’une inauguration en 2021.

Pour revoir le concept de la nouvelle bibliothèque Gabrielle-Roy, les citoyens sont invités à consulter la section des grands projets urbains du site Internet de la Ville de Québec.

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Message d'intérêt public.

PPU Secteur sud: modifications apportées, consultation annoncée

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 17 mars 2017 5 commentaires

Suzie Genest
Monsaintroch

La Ville de Québec annonce la tenue de la séance d’information et de la consultation sur le PPU secteur sud du centre-ville Saint-Roch, modifié suivant la consultation de l’automne 2016 sur l’avant-projet.

La suite

Toutes les informations

Principales modifications suite aux consultations sur l’avant-projet

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou.

Église Saint-Coeur-de-Marie: les 9 travaux

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 16 mars 2017 9 commentaires

Le promoteur immobilier Louis Lessard a proposé à Québec au cours des sept dernières années neuf versions de son projet et ce avec le concours de 5 architectes, pour le site de l’église Saint-Cœur-de-Marie. Les voici. La dernière proposition dont faisait mention Québec Urbain dès le 2 mars 2017 sera-t-elle la dernière ? Rappelons que la Ville de Québec a manifesté son intention de modifier le Progamme particulier d’urbanisme de la colline Parlementaire afin de pouvoir au besoin acquérir de gré à gré ou exproprier l’église Saint-Coeur-de-Marie. Cet article du journal de Québec fait la synthèse des sept années.

* Illustrations: Courtoisie de Monsieur Louis Lessard

Rappel: La paroisse Saint-Cœur-de-Marie est érigée canoniquement le 3 mai 1918, par détachement des paroisses Saint-Jean-Baptiste et Notre-Dame de Québec. La pierre angulaire est bénite le 21 septembre 1919 et la première messe a lieu le 25 décembre 1920. Elle est fermée au culte en 1997. Elle est depuis la propriété d’intérêts privés. Sa démolition éventuelle est souvent soulevée dans les médias.

Éviter l’odieux de démolir l’église Saint-Coeur-de-Marie François Bourque (Le Soleil). 17 mars 2017. Un extrait: « L’administration Labeaume achète du temps lorsqu’elle parle d’exproprier l’ancienne église Saint-Coeur-de-Marie pour en assurer la conservation.
Elle évite ainsi que la démolition de l’église pour permettre une tour de condominiums devienne un enjeu de la prochaine élection. L’équipe du maire en aura déjà plein les bras avec le Phare sans y ajouter un autre projet à controverse. (…) Ce n’est pas un dossier facile. Que la Ville conserve ou démolisse, il y aura un prix lourd à payer. Dans le budget ou dans l’image publique. Peut-être la Ville préfère-t-elle attendre que l’église s’écroule toute seule pour ne pas avoir l’odieux d’en avoir autorisé la démolition. »

Voir aussi : Architecture urbaine, Arrondissement La Cité-Limoilou, Histoire, Patrimoine et lieux historiques.

PPU de la colline Parlementaire: consultation du 14 mars 2017

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 14 mars 2017 9 commentaires

Ce soir avait lieu, malgré la tempête de neige, la consultation relative aux modifications proposées par la Ville de Québec au Programme particulier d’urbanisme de la colline parlementaire.

L’auditorium Daniel Johnson de l’édifice Marie-Guyart était presque plein (plus de 300 personnes) malgré la température qui a pourtant fait annuler plusieurs évènements prévus en cette soirée du 14 mars 2017.

Après un long exposé (50 minutes) par les gens de la Ville de Québec sur les sujets faisant l’objet de cette consultation, il fut demandé aux représentants des Conseils de quartier de présenter leurs positions sur les modifications demandées au PPU.

De façon générale, il y eut approbation par ces dernier sauf quelques exceptions. Si le Conseil de quartier St-Jean-Baptiste est d’accord pour le désir de la Ville d’avoir le pouvoir d’exproprier ou acheter de gré à gré les Îlots Lépine et Saint-Vincent-de-Paul, on veut toutefois que la hauteur des édifices qui pourraient s’y construire soit limitée à 4 étages, soit 16 mètres.

De son côté, le Conseil de quartier du Vieux-Québec-Cap-Blanc-Colline Parlementaire s’est confusément prononcé contre les projets de la Fondation Jules Dallaire quant à la Maison Mère Mallet. Cette fondation demande des modifications au PPU afin de maintenir la vocation sociale de cet immeuble, sans aucune intention commerciale. L’assemblée n’a pas semblé comprendre le sens de leur intervention. Toujours quant au même Conseil, il a présenté une résolution quant aux Îlots Lépine et Saint-Vincent-de-Paul qu’ils voudraient voir inscrit dans une politique d’aménagement dont on doit deviner le sens mais qui doit apparaître dans le texte de leur résolution. Espérons qu’il sera publié …

Le Conseil de quartier Montcalm a été plutôt discret, n’ayant délégué aucune personne pour le représenter mais manifestant par écrit son accord aux sujets proposés dans cette consultation.

Lors des interventions du public, celui qui fut candidat à la chefferie de Démocratie Québec (François Marchand) fut le premier à intervenir pour déclarer qu’à son avis, la Ville de Québec n’avait pas besoin du tout de réclamer des pouvoirs afin d’acheter ou exproprier un édifice qu’on laisse tomber en ruines (Église Saint-Coeur-de-Marie, Maison Paquet, etc). Un jour nous saurons peut-être si cet avocat a juridiquement raison.

L’intervenant suivant fut le promoteur Louis Lessard quant au projet de condos relié à l’église Saint-Coeur-de-Marie. Rappelons que la Ville veut modifier le PPU afin de pouvoir acquérir de gré à gré ou exproprier un tel immeuble afin d’en faire un autre projet si besoin est. Monsieur Lessard a rappelé qu’en 7 ans, il a proposé 9 projets à la Ville de Québec avec le concours d’au moins 5 architectes et que cet endroit est fermé depuis 23 ans. Il a affirmé que le Ministère de la Culture ne voudrait plus de façadisme, qu’il a reçu 160 demandes très intéressées pour son projet de condos sur ce site, et que les commerçants de la Grande Allée appuient son projet, pétition à l’appui.

De façon générale, les citoyens et les citoyennes qui ont pris la parole se sont montrés en accord avec le projet du promoteur quant à l’église Saint-Coeur-de-Marie. A une question franche et directe d’un citoyen aux gens de la Ville, cette dernière a été incapable de manifester ses intentions quant à l’achat ou l’expropriation éventuelle de cette église. Car le problème est assez simple. Avec les pouvoirs qu’a maintenant la Ville de Québec, et la modification demandée au PPU, cette dernière pourra, à son gré, acquérir l’église ou exproprier son propriétaire. Or il semble qu’une somme de 10 millions soit nécessaire pour mettre en ordre le bâtiment. Qui le fera ?

En somme, une bonne assemblée démocratique qui devrait déterminer de façon définitive l’avenir de l’église Saint-Coeur-de-Marie lors de la décision finale du conseil de ville en avril prochain.

Commission Urbanisme. Église Saint-Coeur-de-Marie * La décision de la Commission en janvier 2016. A lire.

Toutes les informations disponibles sur le site de la Ville de Québec

Voir aussi : Architecture urbaine, Arrondissement La Cité-Limoilou, Conférences / évènements.

1 million $ pour la basilique Notre-Dame-de-Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 10 mars 2017 Aucun commentaire

Jean-Frédéric Moreau
Le Soleil

La basilique-cathédrale Notre-Dame-de-Québec bénéficiera d’une importante aide financière. Le gouvernement du Québec a annoncé vendredi qu’il consacre un million de dollars pour la peinture de la nef centrale ainsi que la rénovation de l’ornementation, des moulures et des rosettes.

Cette somme fait partie d’une enveloppe de 10 M$ consacrée à la préservation du patrimoine religieux partout au Québec. Sur ce montant total, 1,5 million $ est prévu pour la restauration de trois immeubles et de deux oeuvres d’art dans la région de Québec.

En plus du million accordé à la basilique-cathédrale, un peu plus de 500 000 $ sont dédiés pour des travaux à l’église Notre-Dame-des-Victoires, à l’église Saint-Roch, au Monastère des Augustines de l’Hôtel-Dieu de Québec ainsi qu’à l’église de Sainte-Famille, à l’Île d’Orléans.

La suite

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Patrimoine et lieux historiques.

Le Couvent et l’Église des Franciscaines (1907)

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 10 mars 2017 Aucun commentaire

Jérôme Ouellet
Vues anciennes de Québec

La congrégation des Franciscaines missionnaires de Marie, fondée en 1877 et vouée à la prière et aux missions[1], s’établit à Québec en 1892[2]. Comme c’est souvent le cas des communautés religieuses naissantes, les Franciscaines logent temporairement dans des bâtiments avant de s’installer définitivement ailleurs : elles séjournent d’abord sur la rue Richelieu puis sur la rue Scott et, enfin, elles acquièrent du gouvernement provincial un lot de forme quasi triangulaire bordant la Grande Allée et la rue de Claire-Fontaine. Ce terrain était l’une des derniers vestiges de la réserve foncière constituée dans les années 1820 par l’armée britannique pour dégager de toute construction l’aire entourant la tour Martello no 3[3]. En septembre 1893, les Franciscaines intègrent leur nouveau couvent. (…) Dans le cadre du réaménagement du secteur de la colline Parlementaire dans les années 1960 et 1970, le terrain situé à l’arrière du couvent et de l’église est largement amputé : il fait place au Grand-Théâtre, au prolongement de la rue Saint-Amable (Jacques-Parizeau)

La suite

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Histoire, Patrimoine et lieux historiques, Projet - L'Étoile.