Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Archives pour la catégorie « Histoire »

Un geste fort pour l’église Saint-Cœur-de-Marie

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 3 décembre 2017 Aucun commentaire

Marc Bouchard
Architecte

Point de vue
Le Soleil

Désacralisée depuis 20 ans, dans une situation physique précaire, d’intérêt patrimonial convenu, sujette à une poursuite légale et localisée sur un site stratégique, quel sort attend ce haut lieu de la Grande Allée qu’est l’église Saint-Cœur-de-Marie? D’architecture romano-byzantine à voûtes sphériques portées par de grandes arcades ajourées, à l’image de gares européennes, cette église mérite un geste fort. À titre d’architecte bien au fait du dossier et malgré les embûches, je me permets d’esquisser une réflexion et proposer une avenue dans la perspective de la conservation et de mise en valeur de ce haut lieu signifiant. (…) Le financement : le projet de recyclage du bâtiment, de l’ordre de 12 à 15 millions $, prendrait en compte les sources de financement disponibles que sont ou pourraient être, à titre d’exemple : les divers programmes d’aide applicables du MCCQ (aux immobilisations, aux projets, au fonctionnement…), Infrastructure Canada, la bonification du Programme d’aide financière (MCCQ/Ville) à la restauration de certaines églises de Québec, issu de la nouvelle vision municipale du patrimoine convenue lors du Colloque de 2016, du Programme d’acquisition de bâtiments du Programme particulier d’urbanisme (PPU) de la colline parlementaire et, non le moindre, le mécénat.

La suite

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Histoire, Patrimoine et lieux historiques.

Réservoir d’eau sous les Plaines: hommage au génie des années 30

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 1er décembre 2017 Aucun commentaire

Jean-François Néron
Le Soleil

L’immense réservoir d’eau potable sous les plaines d’Abraham fait l’objet de travaux préventifs importants. Malgré ses 85 ans au compteur, l’ouvrage ne présente aucune trace majeure de dégradation. (…)

136 millions de litres d’eau contenus ou 30 millions de gallons

22 800 mètres carrés de surface ou 245 000 pieds carrés

912 colonnes qui soutiennent la structure

1933: marque la fin de la construction amorcée en 1931

12 kilomètres de conduite qui le relie au lac Saint-Charles

512 000 dollars en budget pour la construction

La suite

Les travaux du réservoir en 1931 (Jérôme Ouellet, historien)

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Histoire.

L’histoire du 772-774, rue Saint-Jean

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 22 novembre 2017 Aucun commentaire

Jérôme Ouellet, historien
Le Bourdon

De tous les bâtiments du quartier, le 772-774, rue Saint-Jean est l’un de ceux qui se distinguent par la richesse de son ornementation. Construit en 1860, il a heureusement été épargné par les incendies et a assez bien résisté à l’usure du temps et aux interventions humaines. À qui doit-on ce bijou architectural? Qui en furent les occupants? Quelles modifications a-t-il subies en près de 160 ans? Je vous propose un survol de l’histoire du lieu.

La suite

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Histoire.

Entrons dans la ville de Québec de 1867

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 9 novembre 2017 1 commentaire

Jean-Marie Lebel
Prestige

En cette année 2017, on a beaucoup entendu parler du 150e anniversaire du Canada. Nous vous amenons à Québec, il y a 150 ans, l’année de l’entrée en vigueur de la Confédération canadienne. Une ville à découvrir, des gens à rencontrer.

Vivre à l’ombre des remparts

C’est une vieille ville. Des soldats de la garnison britannique de la reine Victoria gardent les portes des remparts. Les rues poussiéreuses, aux trottoirs de bois, sont souvent étroites ou en pente. Les chevaux y sont rois. Ce sont eux qui tirent les voitures du tramway, calèches, carrioles, berlots, banneaux… Des portes-cochères donnent accès à leurs écuries. Ils font vivre les charretiers, cochers, forgerons, maréchaux ferrants, charrons, voituriers. Ils connaissent par cœur les parcours des laitiers, boulangers, marchands de charbon, aiguiseurs de couteaux, ramoneurs de cheminées…

La suite

Voir aussi : Histoire, Québec La cité.

Plan hypothétique de Québec en 1639

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 3 octobre 2017 Aucun commentaire

Pour faire suite à l’article sur les origines du fondateur de Québec, Champlain, M. Pierre Dubeau nous amène cette fois-ci découvrir un plan hypothétique de notre belle ville en 1639. Plusieurs aimeraient bien posséder une machine à remonter le temps et découvrir à quoi ressemblait la « vieille capitale » à cette époque.

Il n’existe pas de carte de Québec de 1639. La première carte de Québec est celle de Jean Bourdon exécutée en 1660. Cependant, c’est en analysant la documentation qu’il est possible d’émettre une hypothèse d’un plan de Québec en 1639. Il faut remercier l’apport d’Honorius Provost à l’avancement des connaissances touchant la Censive Notre-Dame de Québec et la Réserve de Monsieur d’Ailleboust en 1649. On retrouve une excellente historiographie du développement de la Ville naissante entre 1633 et 1673 dans le rapport de Françoise Niellon. On retrouve également une historiographie du développement urbain faite par le Groupe de Recherche en histoire du Québec, en 1998. Finalement, la localisation de la chapelle Champlain serait plus précise aujourd’hui suite aux travaux de l’archéologue Carl Lavoie. Ce plan ne prétend pas être d’une précision absolue, ce n’est pas son objectif. Il s’agit ici de localiser approximativement les premières bâtisses qui ont marqué l’histoire de la ville naissante et de lancer la discussion.

la suite

Voir aussi : Histoire.

Les origines nobles de Champlain

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 27 septembre 2017 Aucun commentaire

Pour en connaître plus sur les origines du fondateur de notre belle cité, M. Pierre Dubeau, spécialiste de la question, a écrit un excellent billet sur ce sujet. Si l’histoire vous intéresse ou par simple curiosité n’hésitez pas à y jeter un coup d’œil, c’est captivant de voir à quel point on peut remonter loin en arrière pour connaître les origines d’un personnage historique.

Il est reconnu que Samuel de Champlain est natif de Brouage en Charente-Maritime en France, et qu’il a toujours reconnu cette ville comme étant celle de sa naissance. Cependant, des chercheurs ont tenté d’identifier les origines plus anciennes de la famille.  Des recherches antérieures de Oscar de Poli, de Benjamin Sulte, d’Eugène Réveillaud et d’Henri Bourde de la Rougerie s’étaient déjà penchées sur cette question. Récemment, David Hackett Fisher, s’est demandé si Champlain n’était pas le fils d’Henri IV.  Nous savons que Champlain et son père, portaient la particule (le mot « de » devant le mot Champlain). Mais ce n’est pas une particule de noblesse. De quoi s’agit-il au juste? En 2013, Éric Thierry a fait avancer la recherche en précisant que la famille Champlain serait originaire d’un fief situé près de Saint-Pierre-des-Landes en Mayenne. Nous allons voir que Samuel de Champlain ainsi que son père étaient étroitement liés à la ville de Vitré en Bretagne. Le père de Champlain, Antoine, était impliqué dans le commerce des toiles vitréennes expédiées notamment vers l’Espagne. De même des gens de Vitré étaient présents en Acadie en 1604 ainsi qu’au mariage de Samuel de Champlain en 1610.

la suite

Voir aussi : Histoire.

Le site du Claridge

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 12 juillet 2017 Commentaires fermés sur Le site du Claridge

Source : Le Bourdon du Faubourg

Silhouette familière de la Grande Allée, l’immeuble Le Claridge trône majestueusement à l’angle de l’avenue Turnbull depuis près de 90 ans. Bien que vénérable, cet édifice patrimonial s’inscrit plutôt tardivement dans le processus d’urbanisation du secteur de la Grande Allée. En fait, Le Claridge est le dernier d’une succession d’occupants sur cet emplacement qui, comme nous le verrons, a été très convoité.
Ce site, propriété des Augustines de l’Hôtel-Dieu depuis le Régime français, intéresse tout d’abord l’armée britannique au début du XIXe siècle. Les impératifs de la défense de Québec, passablement contrariés par l’expansion des faubourgs en haute-ville, incitent les militaires à élaborer un programme d’acquisition foncière[1]. Cela se traduit notamment par la constitution, par achat de baux entre 1822 et 1824, d’une zone non ædificandi (sans construction) entre la rue Saint-Jean[2] et la Grande Allée à l’ouest de la rue de Claire-Fontaine.

la suite

Sur Google Maps.

Voir aussi : Arrondissement La Cité - Haute-ville, Histoire.

Découverte d’un boulet datant de 1759 dans le Vieux-Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 7 juillet 2017 Commentaires fermés sur Découverte d’un boulet datant de 1759 dans le Vieux-Québec

Source : Jean-François Racine, Le Journal de Québec, le 7 juillet 2017

Une entreprise de démolition et d’excavation a fait une surprenante découverte vendredi matin près des rues Hamel et Couillard, dans le Vieux-Québec.
Il s’agit d’un boulet de canon datant de 1759 d’un diamètre de 10 pouces.
« Depuis une vingtaine d’années, c’est seulement la 2e fois. En 2002, nous en avions trouvé d’autres sur la rue Sault-au-Matelot. Je pense que les experts sont satisfaits », a expliqué un responsable de l’entreprise Lafontaine, qui n’a pas voulu être identifié.

Lors des travaux dans le Vieux-Québec, ce dernier a précisé que les entrepreneurs sont normalement toujours accompagnés par un archéologue.

l’article

L’arbre au boulet de la rue Saint-Louis aurait-il enfin révélé son secret ?

Voir aussi : Histoire.