Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Archives pour la catégorie « Transport en commun »

Le destin tragique des Écolobus

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 21 mai 2017 Aucun commentaire

Source : Pierre-Paul Biron, Le Journal de Québec, le 21 mai 2017

Pointés du doigt plus souvent qu’à leur tour pour leurs problèmes mécaniques durant leur passage dans les rues du Vieux-Québec, les Écolobus auront été mal-aimés jusqu’à la fin alors qu’ils prennent aujourd’hui la rouille, entassés dans la cour d’un ferrailleur de la région, a découvert Le Journal.
C’est le triste point final d’une saga qui aura fait couler beaucoup d’encre dans la Vieille Capitale. Le recyclage des cinq derniers véhicules avait été annoncé en mars après que le RTC eut fait don de trois Écolobus au Centre de Formation Wilbrod-Bherer, mais personne n’avait pu voir comment se terminait vraiment l’histoire.

la suite

Le RTC met fin plus tôt que prévu aux Écolobus.

Voir aussi : Transport en commun.

Deux édifices démolis dans Saint-Roch pour un terminus du RTC

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 9 mai 2017 16 commentaires

* Photos: Martin Otis

Radio-Canada
Québec

La Ville de Québec procède à la démolition de deux édifices rue de la rue Pointe-aux-Lièvres acquis au coût de six millions de dollars l’an dernier. Le site devait accueillir le premier pôle d’échange pour le projet de service rapide par bus. Le projet de SRB Québec-Lévis est abandonné, mais le Réseau de transport de la capitale (RTC) compte tout de même aménager un nouveau terminus à cet endroit.

Voir aussi : Transport en commun.

À Québec, l’auto passe avant l’autobus

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 8 mai 2017 3 commentaires

Isabelle Porter
Le Devoir

À Québec, l’influent mouvement du « tout-à-l’auto » vient d’avoir raison d’un projet de transport en commun de plus d’un milliard de dollars que les gouvernements étaient prêts à financer, le Service rapide par bus (SRB). L’attachement à l’auto est-il devenu une idéologie ? Et pourquoi la capitale y adhère-t-elle tant ?

Lundi matin, sur les ondes de Radio X, l’animateur Jean Christophe Ouellet (alias « JC ») et Jeff Fillion dénonçaient, une fois de plus, les projets en transports en commun. « Je pense qu’il y a une incompréhension de la nature humaine là-dedans, de dire JC. L’humain aime ça avoir sa liberté, ses affaires, ses patentes, son char, son terrain, sa piscine. C’est fondamental. »

Piloté par le maire Régis Labeaume et le gouvernement libéral, le projet de SRB progressait dans une relative indifférence jusqu’à l’an dernier avec l’entrée en scène du fameux « troisième lien ».

(…)

La sociologue Andrée Fortin, qui a beaucoup écrit sur la banlieue, croit elle aussi que l’aménagement de Québec a joué un rôle dans la popularité de ces idées. « L’agglomération de Québec est proportionnellement plus étalée que Montréal, donc ça crée une propension à utiliser l’auto, insiste-t-elle. Les nouveaux développements immobiliers sont peu, pas ou mal desservis par le transport en commun. »

Dans ses recherches, elle avait aussi démontré que contrairement à ce qu’on peut penser, les résidants de la couronne ne viennent pas du centre, mais sont des ruraux qui se sont rapprochés de la ville et qui, souvent, n’ont jamais pris le bus de leur vie.

La suite

Voir aussi : SRB, Transport, Transport en commun.

Une proposition de métro entre Québec et Lévis

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 8 mai 2017 35 commentaires

Source : Stéphanie Martin, Journal de Québec, le 8 mai 2017

Un ingénieur de Saint-Augustin propose l’idée d’un métro qui relierait l’est de Lévis à l’Université Laval et à l’aéroport pour 8,26 mil­liards $.
«C’est cher, mais un projet de métro cadre dans une stratégie de développement durable parce qu’il crée quelque chose d’utile que les générations futures vont pouvoir utiliser. Alors qu’un pont-tunnel va servir seulement à une partie de la population, ne règlera pas le problème de congestion et exclut l’électrification des transports.»

la suite

Sur le même sujet :

Les avantages du tram-train pour Québec.

Source : Le Soleil

Sur le même sujet (2) :

Un autre parti politique à la droite de Labeaume.

Crédit et source : Valérie Gaudreau, Le Soleil

Voir aussi : Transport en commun, Troisième lien.

Le Système Rapide par Bus: retour à la case départ

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 5 mai 2017 1 commentaire

Taïeb Moalla
Journal de Québec

MONTRÉAL | Régis Labeaume craint que les consultations publiques sur un projet de système de transport collectif pour Québec ne se transforment en tribune pour les candidats qui veulent «se faire du capital politique». (…)

Les consultations dureront plusieurs mois. Équipe Labeaume ne présentera pas de projet spécifique de transport en commun durant la campagne électorale. Le maire de Québec dit vouloir partir d’une «page blanche» dans ce dossier.

Il n’a pas exclu que la Ville de Québec finisse par opter, en fin de compte, pour un SRB, même si le projet de SRB Québec-Lévis a récemment avorté.

La suite

Un billet précédent où certains mettaient en doute la mort du SRB

Voir aussi : SRB, Transport en commun.

De jeunes «exilés» plaident pour le SRB

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 1er mai 2017 4 commentaires

Valérie Gauvreau
Baptiste Ricard-Châtelain
Le Soleil

(Québec) Dans la vingtaine et le début de la trentaine, en faveur du transport en commun, ils poursuivent leur combat pour sauver le Service rapide par bus (SRB). Un projet essentiel pour retenir les jeunes à Québec, ont-ils clamé au conseil municipal lundi soir. Leur sortie a été bien reçue par le maire de Québec, Régis Labeaume.

Déjà, la troupe a créé une page Facebook «Les jeunes de Québec pour le SRB». Et publié une lettre dans la section opinion du Soleil; lettre qui reçoit maintenant l’adhésion d’environ 600 citoyens, surtout des moins de 35 ans mais, aussi, des plus vieux qui supportent l’initiative.

Voici qu’ils ajoutent un volet à leur démarche : une centaine de jeunes qui ont quitté la capitale pour d’autres cieux ont signé une nouvelle missive adressée au maire Régis Labeaume ; ils certifient que l’absence d’un réseau transport en commun digne des grandes capitales a pesé dans la balance lorsqu’ils ont fait le choix de l’exil.

«Si Québec veut être capable de retenir ses jeunes […] il faut qu’elle se dote d’infrastructures de transport en commun efficaces», expose le meneur de l’initiative, Alex Tremblay Lamarche, au nom de la centaine de signataires de la «Lettre des exilés». La génération montante voyage beaucoup, utilise le TGV, le tramway et le métro lors de ses périples, plaide-t-il. «On veut que Québec soit sur un pied d’égalité avec ces villes qu’on a visitées.»

La suite

Un billet précédent

Voir aussi : SRB, Transport en commun.

L’arnaque du troisième lien

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 1er mai 2017 6 commentaires

Karine Gagnon
Le Journal de Québec

Qu’il passe à l’est ou à l’ouest, le troisième lien ne réglera pas les problèmes de congestion routière à Québec. Tenter de faire croire le contraire aux contribuables serait malhonnête et irresponsable.

C’est pourtant ce qu’essaient de faire depuis des mois, avec un certain succès d’ailleurs, de nombreux politiciens de la région de Québec: caquistes et libéraux, le député fédéral Steven Blaney et le maire de Lévis en font partie. Après avoir longtemps pris ses distances avec le projet, le maire de Québec a lui aussi fini par embarquer. (…)

Or, il suffit de s’informer, de lire les nombreuses études sur le phénomène de la congestion routière et de parler à des experts pour constater qu’il s’agit d’une illusion. Pour constater que l’argument «de boucler la boucle» du réseau routier n’a pas de fondement

La suite

Le troisième lien ne réglera rien * Stéphanie Martin (Journal de Québec)

Privilégier l’automobile coûte très cher * Stéphanie Martin (Journal de Québec)

Boum de développement résidentiel sur la Rive-Sud * Stéphanie Martin et Jean-Luc Lavallée (Journal de Québec)

Voir aussi : SRB, Transport, Transport en commun, Troisième lien.

Lettre d’exilé(e)s au Maire Labeaume pour le transport en commun

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 24 avril 2017 2 commentaires

A.L a créé une lettre destinée aux gens originaires de Québec ou qui ont vécu, mais qui ont quitté la ville entre autres parce que le transport en commun ne leur y semblait pas assez efficace. Si c’est votre cas ou si vous connaissez des gens qui sont dans cette situation, n’hésitez pas à signer la lettre ou à la partager! Nous avons grand besoin de votre appui!

La lettre

Voir aussi : Message d'intérêt public, SRB, Transport en commun.

Pour un transport en commun fort

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 24 avril 2017 2 commentaires

Le lien remplace celui-ci qui aurait été hacké : « On l’ignore. La page a été « dépubliée » sans qu’on nous informe des raisons. Toutefois, au même moment où cela est arrivé, une page Facebook « Les jeunes de Québec CONTRE le SRB » reprenant exactement le même graphisme que la nôtre était créée et le compte d’un des administrateurs était fermé préventivement par Facebook, car on tentait de le pirater. Je te laisse en tirer les conclusions que tu veux… »

Une entrevue intéressante

Voir aussi : Message d'intérêt public, SRB, Transport en commun.

Ci-gît la mobilité durable

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 23 avril 2017 3 commentaires

Claude Villeneuve
Journal de Québec

Dure semaine pour Régis Labeaume, qui s’est retrouvé seul au monde à défendre le dossier du SRB, avant de tirer le bouchon dans le fond du bain.

Malheureusement, il semble que même s’il s’engage à ne pas jeter avec l’eau le bébé qui s’y trouve, le plan de mobilité durable présenté en 2011 est bel et bien mort et enterré.

Auprès des intervenants favorables au projet, il affirme le contraire. Isolé comme il est, on se demande bien comment il y arrivera.

Québec se gouverne par coalition. Jean-Paul L’Allier avait créé une alliance entre les mouvements populaires des faubourgs et les élites intellectuelles, culturelles et financières de la Haute-Ville.

Pour Régis Labeaume, le plan de mobilité durable, c’était ça.

Après avoir promis un amphithéâtre à la banlieue, il allait mobiliser les acteurs du centre désireux d’offrir à Québec un visage plus attractif pour y ramener les jeunes familles.

Cette coalition a vécu. Elle ne renaîtra pas.

L’allocution prononcée jeudi par le maire est intéressante. Manifestement préparée à la hâte, l’ordre de certains bouts de phrase ne fonctionne pas, laissant croire qu’on a utilisé le copier/coller trop lourdement. M. Labeaume bute sur certains mots, comme s’il était émotif ou qu’il ne l’avait pas lue avant.

Surtout, on évite d’y coller les mots «mobilité» et «durable». On ne parle plus de réaménagement urbain ou de vision de la ville, mais simplement de lutter contre la congestion.

Bref, le plan de mobilité qui sortira de la consultation qu’on organisera à la hâte en sera un pour l’automobile ou ne sera pas. Le maire n’aura pas le choix.

C’est ce qui est ironique dans ce débat. Les animateurs de radio présentaient le SRB comme une menace quasi existentielle envers leur mode de vie organisé autour de l’automobile. Comme si l’hégémonie de celle-ci pouvait vraiment être remise en question dans cette ville.

Avec le SRB disparaît probablement la dernière tentative de doter Québec d’une architecture lourde de transports en commun, avec tous les effets structurants qu’elle aurait pu avoir. N’en doutez pas, personne n’osera plus s’y risquer.

Anne Guérette dira le contraire, promettant un projet plus coûteux et ambitieux si elle est élue.

Or, elle ne le sera pas. Notamment à cause de cette proposition et aussi parce que ceux qui appuyaient le SRB se souviendront qu’alors que la dernière fenêtre permettant de recevoir des sommes pour un projet de cette envergure n’était pas encore fermée, elle s’est placée dans le camp des opposants.

Les payeurs de taxes des quartiers densifiés continueront donc de servir de vaches à lait pour la pose de tuyaux d’aqueduc en banlieue et bientôt pour la construction d’un 3e lien qui viendra encombrer encore plus leurs rues. Alors qu’ils gèleront à l’abribus, ils se rappelleront qu’ils ne sont qu’une quantité négligeable dans cette ville où il n’y en a que pour l’auto.

Un billet précédent

SRB : Labeaume prône un peu d’égoïsme * Taïeb Moalla (Journal de Québec). Un extrait : Le maire de Québec a ajouté ceci : «Je veux dire à tous ceux et celles qui croient au transport collectif que leur maire va se battre là dessus. Il n’arrêtera pas de se battre tout le temps qu’il va être en politique, dans les prochaines années, pour bâtir un système transport collectif». Selon lui, «si on ne le fait pas, on sera irresponsables et la ville de Québec sera dans le trouble».

Abandon du SRB: Labeaume constate de l’inquiétude * Annie Morin (Le Soleil). Un extrait: * Le ministre responsable de la Capitale-Nationale, François Blais, a pour sa part pris la défense du maire Labeaume qui a «travaillé très fort pour trouver des solutions très concrètes pour la participation de Lévis» au projet de SRB reliant les deux rives.

«Je considère en conséquence que le maire de Québec aujourd’hui a le droit de présenter un projet Québec, de penser aux gens de Québec compte tenu de tous les efforts qu’il a faits pour attirer Lévis», a-t-il insisté.

Voir aussi : SRB, Transport en commun.