Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Archives pour la catégorie « Transport en commun »

Transport en commun : Québec est-elle en train de manquer le bateau ?

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 18 juin 2017 42 commentaires

Source : François Bourque, Le Soleil, le 16 juin 2017

(Québec) CHRONIQUE / Le gouvernement fédéral vient de confirmer coup sur coup 1,3 milliard $ pour le REM de Montréal et 1,15 milliard $ pour le train léger d’Ottawa.
Le train de l’aide au transport en commun est en marche et la ville de Québec le regarde passer, incertaine encore de vouloir y monter.
Je ne dis pas ça pour tourner le fer dans la plaie, mais pour rappeler que pendant qu’on étire les consultations, la caisse se vide et qu’un jour, ce sera trop tard.
En attendant, je me suis plongé dans une nouvelle étude qui confirme l’impact du transport en commun rapide sur les valeurs immobilières dans la région de Québec.

Le sujet est pertinent, car la Caisse de dépôt, maître d’oeuvre du projet de Réseau électrique métropolitain (REM), prévoit tirer des revenus de la captation de la hausse des valeurs foncières le long des rails à Montréal.

la suite

Voir aussi : S'inspirer d'ailleurs, Transport, Transport en commun.

Transport en commun : mieux servir les banlieues

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 11 juin 2017 18 commentaires

Source : Guillaume Piedboeuf, Le Soleil, le 11 juin 2017

(Québec) Surpris de la popularité des consultations publiques sur la mobilité durable, Régis Labeaume se dit prêt à repenser un projet qui servira mieux les banlieues est et nord de Québec que le SRB. Le maire de Québec assure toutefois que la «restructuration majeure» du RTC, qui sera annoncée à l’automne, répondra à elle seule à plusieurs des demandes des citoyens. C’est près de 725 personnes qui se sont déplacées à l’une des quatre séances de consultation sur la mobilité durable tenues par la Ville de Québec, dont les deux dernières avaient lieu samedi. Du nombre, 160 ont pris la parole pour exposer leur vision de l’avenir du transport collectif à Québec. À cela s’ajoutent 5500 citoyens qui avaient déjà rempli, samedi matin, le questionnaire sur la mobilité mis en ligne par la Ville. 
«Aujourd’hui, je n’en reviens pas du nombre de personnes», a admis Régis Labeaume à sa sortie de la consultation tenue dans Sainte-Foy, samedi après-midi, à laquelle près de 200 personnes ont participé. 
«On a un projet sur lequel on a travaillé fort qui n’a pas fonctionné. La pire affaire, c’est de ne plus en parler. On a un cheminement jusqu’à l’automne», a expliqué le maire. Jusqu’au 13 août, la Ville de Québec continuera d’accumuler, sur Internet, les mémoires des citoyens sur la question de la mobilité. Une séance de consultation spécialement réservée aux citoyens ayant déposé un mémoire sera ensuite tenue le 26 août. 

Régis Labeaume se dit toutefois convaincu, après avoir écouté les citoyens, que la restructuration prévue au Réseau de transport de la Capitale (RTC) améliorera grandement le transport en commun de sa ville.

la suite

Le problème de Québec avec le transport en commun.

Voir aussi : Transport en commun.

Le problème de Québec avec le transport en commun

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 7 juin 2017 20 commentaires

Simon-Pierre Beaudet
Vice.com

La comédie urbaine de Québec est le sous-titre d’un ouvrage de François Hulbert paru en 1989 qui s’en prenait à la misérable planification urbaine de Québec. Manifestement, le feuilleton est toujours en cours.

Il y a crise dans les transports à Québec.

Les émissions de la radio publique, matin et soir, sont ponctuées des interventions de « Marc-André dans le trafic », qui fait état des ralentissements et paralysies un peu partout sur le réseau routier. Le système de transport en commun est réputé lent et inefficace. Les lignes principales de celui-ci sont parcourues par des « métrobus » qui, en matière de confort, sont ce qui se rapproche le plus de wagons à bestiaux. Les radios privées, elles, font leur pain et leur beurre de la frustration des automobilistes pris dans le trafic et ont traduit cette aliénation particulière en véritable idéologie : elles prennent fait et cause pour l’élargissement des autoroutes et on les a vues militer contre des voies réservées aux autobus sur celles-ci.

Régler la question du transport en commun a donc été une priorité du maire Régis Labeaume. Premier maire de la grande ville fusionnée (si on excepte le bref passage d’Andrée Boucher), il avait le défi d’urbaniser cet agrégat de villes de banlieue et de faire entrer Québec dans le XXIe siècle. Le plan de mobilité durable de la ville, déposé en 2010, était audacieux et unanimement salué. Il prévoyait l’instauration d’un tramway de Beauport à Lévis en passant par l’Université et la valorisation d’un ensemble de terrains mal développés sur son passage. Le gouvernement libéral a refusé de le financer parce que c’est prétendument trop cher. On s’est ensuite rabattu sur un Système rapide par bus (SRB) sur le même tracé. Le SRB avançait sans faire trop de vagues jusqu’à tout récemment.

Un alignement de circonstances contraires allait faire capoter le projet.

La suite

Le maire Labeaume s’ouvre sur l’échec du SRB : « On s’est fait sacrer là » Radio-Canada

Voir aussi : Transport en commun.

Transport collectif: consultations prochaines

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 4 juin 2017 Aucun commentaire

Mardi 6 juin, à 15 h
Beauport et Charlesbourg
Centre sportif Marc-Simoneau
3500, rue Cambronne

Mercredi 7 juin, à 19 h
La Cité-Limoilou
Club social Victoria
170, rue du Cardinal-Maurice-Roy

Samedi 10 juin, à 9 h
Des Rivières et La Haute-Saint-Charles
Centre communautaire Michel-Labadie
3705, avenue Chauveau

Samedi 10 juin, à 14 h
Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge
Édifice Andrée-P.-Boucher
1130, route de l’Église, Salle du conseil

Questionnaire en ligne

À compter du mardi 6 juin, la Ville mettra en ligne un questionnaire permettant aux citoyens de s’exprimer sur la question sans avoir à se déplacer.
La suite

Voir aussi : Message d'intérêt public, Transport, Transport en commun.

Guerre à l’auto, vraiment?

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 4 juin 2017 Aucun commentaire

Karine Gagnon
Journal de Québec

Un discours pour le moins démagogique laisse croire que l’objectif d’améliorer le système de transport en commun se traduira inévitablement par une guerre contre l’automobile à Québec.

L’exemple de Vancouver démontre que même dans une ville où le transport en commun est non seulement accepté, mais fait l’objet d’un consensus social, la majorité des déplacements pour se rendre au travail se font toujours en voiture. Ceux-ci se chiffrent à 41 %, contre 24 % pour le transport en commun. À titre comparatif, à Québec, on parle de 62 % et 14 %. L’objectif du Plan de mobilité consiste à doubler la part modale du transport en commun à Québec d’ici 2030, pour la porter à 26 % à l’heure de pointe et à 20 % chaque jour. (…)

Il s’en trouvera toujours pour dire que Vancouver n’est pas Québec, comme si nous vivions dans une bulle, dans une ville si différente qu’elle ne pourrait s’inspirer d’aucun autre modèle en Amérique. Ça me fait rire. S’il se dégage un constat de base, c’est qu’une ville attrayante doit offrir du transport efficace. Québec ne fait pas exception. Il y va de la qualité de vie de ses citoyens, qui s’avère de plus en plus affectée par la congestion routière.

La suite

Voir aussi : Transport, Transport en commun.

Vancouver prospère en disant non à la domination de l’auto

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 3 juin 2017 30 commentaires

Stéphanie Martin
Journal de Québec

La congestion routière a diminué, alors que la population et l’économie ont continué de croître,

Vancouver a bâti son succès en disant non à la domination de l’automobile. Sa congestion routière diminue et sa prospérité augmente.

Alors que Québec repense pour une énième fois l’avenir de la mobilité sur son territoire, Le Journal a passé quelques jours dans la métropole de la Colombie-Britannique, où le volume de voitures au centre-ville ne cesse de diminuer depuis 20 ans, alors que la population et l’économie ont continué de croître. Même aux heures de pointe, la circulation est étonnamment fluide pour une métropole de cette taille. (…)

On a mis le paquet sur le réseau cyclable et le transport en commun. Les vélos sont partout en ville sur les 310 km de voies cyclables. Chaque année, la Ville investit 15 millions $ pour les transports actifs. Un investissement avisé, selon M. Bracewell, puisque les trottoirs et les liens cyclables coûtent 100 fois moins cher à entretenir que les routes. (…)

Le modèle de Vancouver peut-il s’appliquer à une ville qui est sous la neige plusieurs mois par année? Whistler l’a fait et l’a adapté à sa réalité.
«Même si la ville reçoit des tonnes de neige, les gens voyagent en vélo à l’année, et ils disposent d’un système de transport en commun très efficace», illustre Ian Bruce, de la Fondation David Suzuki. «Vous devez prendre en considération la géographie et la spécificité de chaque ville», renchérit Andrea Reimer. C’est pourquoi la consultation en amont est très importante avant d’implanter un projet majeur, selon elle.

La suite

Guerrre entre ville et banlieues Stéphanie Martin (Journal de Québec). Un extrait: Si Vancouver réussit à réduire sa congestion routière, ses banlieues sont encore aux prises avec les embouteillages. Les maires cherchent des solutions du côté du transport collectif.

Voir aussi : Transport, Transport en commun.

Les projets miracles pour le transport collectif à Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 30 mai 2017 25 commentaires

Karine Gagnon
Journal de Québec

Avec l’abandon du projet de Service rapide par bus (SRB), il peut être tentant pour les adversaires du maire Labeaume de proposer des projets miracles qui viendraient régler comme par magie les problèmes de congestion routière.

La suite

Voir aussi : SRB, Transport en commun.

Ajout d’une alerte sur l’application Nomade du RTC

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 27 mai 2017 Aucun commentaire

Source : Stéphanie Martin, Le Journal de Québec, le 27 mai 2017

L’application Nomade du RTC s’enrichit d’une nouvelle fonctionnalité qui permet aux usagers d’être avisés à l’avance du passage de leur autobus.
Le RTC a ajouté une fonction d’alerte à sa populaire application Nomade, qui suit les bus en temps réel.
Dorénavant, les usagers pourront être avisés par une notification visuelle et sonore sur leur téléphone intelligent lorsque leur autobus approche. La nouvelle fonctionnalité permet de programmer jusqu’à cinq alarmes, sur un ou plusieurs parcours, et d’être averti jusqu’à 30 minutes avant le passage du bus choisi, explique le RTC.

Les usagers peuvent choisir d’être avisés par des bannières, des alertes sonores ou des vibrations. Le son d’alerte reproduit celui qui résonne dans l’autobus quand un arrêt est demandé.

la suite

Nomade temps réel déployé sur les 136 parcours du RTC

Nomade sur le site du RTC.

Voir aussi : Transport en commun.