Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Archives pour la catégorie « Transport en commun »

Consultation sur la mobilité durable : consensus pour un système structurant de transport en commun et pour améliorer le transport actif

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 18 septembre 2017 3 commentaires

Québec, le 18 septembre 2017 – La Ville de Québec trace un premier bilan positif du processus de consultation sur la mobilité durable qui s’est tenu, en plusieurs étapes, depuis juin dernier. Au terme d’une forte participation citoyenne, 2 constats s’imposent : Québec a besoin d’un système structurant de transport en commun et d’améliorer le transport actif.

« L’objectif d’avoir une discussion constructive avec la population a été atteint et les éléments qui ressortent c’est que les citoyens veulent un système structurant de transport en commun efficace, mais aussi des solutions additionnelles plus légères afin d’améliorer la mobilité, a souligné M. Régis Labeaume, maire de Québec. Merci aux participants à la consultation pour leur apport aux échanges sur l’avenir de la mobilité durable. Nous allons maintenant bien analyser les idées reçues afin d’élaborer un nouveau projet de système structurant de transport en commun innovateur pour l’agglomération de Québec que nous soumettrons à la population le moment venu. »

« Les consultations du RTC et le Sommet international sur la mobilité urbaine nous ont permis de constater que l’offre en transport à Québec doit être modernisée, ce qui n’est pas un problème, mais bien une occasion rêvée, a mentionné M. Rémy Normand, membre du comité exécutif responsable des transports et du plan de mobilité durable et président du Réseau de transport de la Capitale. La solution passe par la diversité de choix dans une offre complète et intégrée de transport. »

Le processus en chiffres

Rappelons la participation aux différentes étapes de la consultation publique sur la mobilité durable et un réseau structurant de transport en commun :
– 650 participants aux séances d’information;
– Plus de 11 000 répondants au sondage en ligne;
– 143 mémoires reçus;
– 6 séances d’auditions de mémoires pour 59 présentations;
– 312 participants aux séances de la tournée des arrondissements par le RTC sur « le nouveau réseau, vision et enjeux »;
– 413 participants au Sommet international sur la mobilité urbaine.

Les prochaines étapes

L’Institut du Nouveau Monde (INM) procède actuellement à l’analyse des contenus des questionnaires, des mémoires, des séances d’information et d’audition des mémoires.

Les résultats de cette analyse seront présentés dans un rapport qui devrait être livré au courant de l’automne. Il contribuera à préciser le contenu du plan de travail des prochains mois et à en établir les priorités. Il permettra également à toutes les parties intéressées d’avoir accès à la même information et d’être ainsi bien outillées pour contribuer, à différents moments, à la suite des travaux.

Le comité consultatif sur la mobilité durable poursuivra donc ses travaux alimenté par le rapport de l’INM et ses prochaines démarches de réflexion porteront notamment sur les objets suivants :
· Acceptabilité sociale
· Territoire à couvrir
· Tracé
· Arrimage régional des réseaux de transport
· Cohérence avec la planification du territoire (SAD)
· Intermodalité
· Partage de l’espace public entre les modes
· Type de véhicule
· Source d’énergie
· Arrimage avec la démarche du RTC
· Caractéristiques du service
· Mobilité intégrée

Le communiqué

Voir aussi : Transport, Transport en commun.

La Ville de Québec propose d’inverser des voies sur le pont Laporte

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 15 septembre 2017 16 commentaires

Annie Morin
Le Soleil

(Québec) La Ville de Québec calcule que la construction d’un troisième lien routier entre Québec et Lévis dans la partie est du territoire augmenterait la congestion sur la rive nord. Elle suggère au bureau de projet sur le troisième lien d’évaluer la possibilité d’ajuster le nombre de voies de circulation sur le pont Pierre-Laporte en fonction du trafic matin et soir.

Le Service du transport et de la mobilité intelligente de la Ville de Québec a dévoilé vendredi après-midi les résultats de plusieurs mois de calculs et de projections sur la circulation entre les deux rives avec ou sans troisième lien.

Les fonctionnaires sont partis des données existantes sur les débits de circulation et les temps de parcours, puis ils ont estimé les changements qu’un troisième lien induirait dans les déplacements, les nouveaux temps de parcours et la longueur des files d’attente.

Ils ont ainsi calculé que 7145 véhicules sur les 23 817 faisant actuellement la traversée du sud vers le nord à l’heure de pointe du matin, soit presque 30 %, seraient susceptibles d’emprunter le troisième lien en raison de sa proximité géographique. Du nombre, environ 3000 seraient avantagés dans leurs déplacements.

La majorité de ceux habitant dans l’arrondissement Desjardins, dans l’est de Lévis, verraient leur temps de parcours diminuer de 1 à 24 minutes, selon qu’ils se rendent travailler dans l’ouest ou dans l’est. Dans Chaudière-Est, l’effet est toutefois minime. Dans Chaudière-Ouest, il est inexistant.

Sur la rive nord, les files d’attente constatées sur les autoroutes Félix-Leclerc et Dufferin-Montmorency, où se grefferait un éventuel tunnel, seraient allongées. Selon le directeur du Service du transport, Marc Des Rivières, il serait même «possible» qu’ils soient ralentis dès la sortie ou même sous terre en cas d’incident.

Pour arriver à des résultats plus probants, plus rapidement, la Ville de Québec suggère au bureau de projet sur le troisième lien récemment créé par le ministère des Transports «d’évaluer la faisabilité de mettre en place un système de gestion de voies directionnelles variables selon les périodes de pointe sur le pont Pierre-Laporte et ses approches».

À la pointe du matin, il y aurait quatre voies accessibles en direction nord. En fin de journée, quatre voies en direction sud. Cela grâce à un terre-plein mobile, en béton de type «New Jersey», déplacé au gré du trafic.

M. Des Rivières a donné l’exemple des ponts Golden Gate à San Francisco et Louis-Bisson à Laval qui sont organisés de cette façon.

L’article

Voir aussi : Transport en commun.

Le RTC revient avec l’idée des autobus à deux étages

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 13 septembre 2017 2 commentaires

Aujourd’hui le RTC proposait aux résidents de Québec de visiter un autobus à deux étages qui serait possiblement utilisé sur les parcours Express. Étroit, le bus comporte de nombreuses places assises, mais il est hors de question de s’y tenir debout pour le trajet, dans la section du haut, alors que mesurant à peine six pieds, je devais me pencher pour circuler.

En mars 2013, le RTC avait testé un bus similaire sur deux de ses parcours express : Un projet pilote d’autobus à étages pour le RTC (Source : Radio-Canada).

RTC : Réseau de l’avenir.

Voir aussi : Transport en commun.

Vers un concept de mobilité intégrée pour Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 13 septembre 2017 20 commentaires

Source : Annie Morin, Le Soleil, le 13 septembre 2017

(Québec) Le Réseau de transport de la Capitale (RTC) se met au travail pour développer un «Expedia» de la mobilité pour l’agglomération de Québec. Les contours en seront dessinés d’ici deux ans et dévoilés en même temps que la prochaine version du réseau structurant de transport collectif sur laquelle planche aussi l’administration Labeaume.
Mardi, le président du RTC, Rémy Normand, est allé plus loin dans la présentation du concept de mobilité intégrée que son organisation veut importer à Québec. «Nous aurons un Expedia de la mobilité où le client achètera ses options sur la base d’un forfait ou à la carte», a-t-il résumé mardi, à la toute fin du Sommet international sur la mobilité qui se tenait au Centre de foires d’ExpoCité.
Avant de bâtir des forfaits, il faut toutefois développer une plateforme technologique qui déclinera toutes les offres de transport de l’agglomération de Québec – du bus au vélo en passant par le taxi et l’autopartage – et proposera des parcours sur mesure pouvant être réservés et payés en quelques clics. 
Le téléphone intelligent est le premier support visé, mais le RTC veut également multiplier sur le terrain les bornes d’information qui permettent déjà d’accéder à son application Nomade temps réel. 

«Le RTC compte faire appel au secteur privé puisqu’il ne peut à lui seul opérer toutes ces options, mais il peut à coup sûr tenir le rôle de la coordination de l’ensemble de celles-ci», a précisé M. Normand, convaincu qu’il revient au transporteur public de proposer un «guichet unique» aux citoyens.

la suite

Voir aussi : Transport, Transport en commun.

Un expert américain propose de rebrasser le SRB

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 12 septembre 2017 3 commentaires

Annie Morin
Le Soleil

(Québec) Sommité mondiale de la mobilité, Jarrett Walker propose un service rapide par bus (SRB) «ouvert» pour Québec. Le nouveau réseau de voies réservées à construire desservirait prioritairement des parcours phares – plus fréquents, plus rapides et pouvant piquer une pointe en banlieue au besoin – mais accueillerait aussi des bus réguliers de façon à améliorer le service en périphérie. (…) Invité par la presse écrite à préciser sa proposition, M. Walker a donné l’exemple de Beauport. Au lieu de faire tourner tous les véhicules affectés au SRB à la station D’Estimauville, certains pourraient offrir le service plus à l’est, sur les parcours les plus populaires, et épargner ainsi une correspondance à certains usagers. (…)
L’expert s’est également prononcé sur les élargissements d’autoroute, qui selon lui peuvent être nécessaires pour améliorer le réseau routier périphérique, mais difficiles à justifier quand ils se rapprochent du centre-ville. «On ne fait alors que déplacer le goulot d’étranglement», fait-il remarquer, car les rues municipales ne peuvent absorber davantage d’automobiles.

La suite

Voir aussi : Transport en commun.

RTC : projet pilote pour payer avec son passage avec son mobile

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 3 septembre 2017 4 commentaires

Source : Jean-Frédéric Moreau, Le Soleil, le 3 septembre 2017

(Québec) Acheter un billet d’autobus à l’aide de son téléphone intelligent devrait être possible d’ici 2018. Le Réseau de transport de la Capitale (RTC) planche sur une solution de paiement mobile dont l’issue d’un projet pilote devrait voir le jour l’an prochain.
Le RTC alloue 735 000 $ pour la réalisation d’un projet pilote visant le déploiement d’une solution mobile de paiement. Ce montant fait partie des 22 millions $ sur trois ans prévus dans le cadre du programme triennal des immobilisations qui prévoit l’amélioration de l’expérience client. La somme de près de trois quarts de million de dollars a été approuvée à l’occasion du conseil d’administration du RTC tenu le 30 août dernier.   
Pour l’heure, il n’est pas possible de dire avec précision la solution de paiement mobile qui sera utilisée ni la durée du projet pilote, a indiqué au Soleil la responsable des relations avec les médias, Julie Drolet. 
Une somme de 195 000 $ est aussi prévue pour l’acquisition de logiciels. Le RTC refuse toutefois de préciser s’il procédera à l’achat d’un modèle existant dans une autre société de transport. 

«Nous sommes toujours dans l’étape de planification du projet. Nous ne connaissons donc pas à ce stade-ci le nom des logiciels qui seront achetés. Essentiellement, les logiciels viseront à permettre l’achat et la validation de titres de transport à partir d’un téléphone intelligent», a répondu le RTC dans un échange de courriels.

la suite

Voir aussi : Transport en commun.

Privilégier un tracé en haute-ville pour le transport collectif

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 2 septembre 2017 2 commentaires

Source : Jean-Luc Lavallée, Journal de Québec, le 2 septembre 2017

L’Ordre des urbanistes du Québec recommande à la Ville de Québec de miser sur un tracé en Haute-Ville pour son futur réseau structurant de transport collectif et de ne pas ignorer la Ville de Lévis.
Dans un mémoire rédigé à l’intention du maire Régis Labeaume le 18 août dernier – et qui n’a pas fait l’objet d’une présentation orale lors des récentes auditions – le président de l’Ordre, Donald Bonsant, invite la Ville à investir en priorité « au cœur même des quartiers les plus denses en population […] et où l’on devrait normalement y mesurer les plus forts taux de déplacement ».
Quel que soit le mode de transport lourd qui fera l’objet d’un choix politique, l’Ordre préconise un tracé reliant le Vieux-Québec à la Pointe-de-Sainte-Foy. Il s’agit « du terreau le plus approprié pour un premier tronçon nouvelle génération de transport public de masse », peut-on lire dans le document qui a été mis en ligne sur le site web de la Ville de Québec dans les derniers jours.

la suite

Mort du SRB.

Voir aussi : SRB, SRB, Tramway à Québec?, Transport en commun.

La Santé publique s’oppose aux élargissements d’autoroutes à Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 25 août 2017 8 commentaires

Jean-Luc Lavallée
Journal de Québec

Le directeur de la santé publique pour le CIUSSS de la Capitale-Nationale demande à la Ville de Québec de «reconsidérer» les élargissements d’autoroutes pour freiner l’étalement urbain et la «dépendance à l’automobile».

«Il est bien démontré dans la littérature que l’augmentation de la capacité routière n’est pas une solution efficace aux problèmes de congestion. Au contraire, elle entraîne à moyen et long terme une augmentation du volume automobile sur le réseau routier et favorise l’étalement urbain, ce qui engendre de la congestion», peut-on lire dans le mémoire qui a fait l’objet d’une présentation, vendredi matin, à l’hôtel de ville dans le cadre des consultations sur la mobilité durable.

La suite

Voir aussi : SRB, Transport, Transport en commun, Troisième lien, Vélo.

Sommet international sur la mobilité urbaine 2017

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 24 août 2017 Aucun commentaire

Québec, le 24 août 2017 – Le Réseau de transport de la Capitale (RTC) et la Ville de Québec invitent les citoyens à prendre part à la grande réflexion sur la mobilité en participant au Sommet international sur la mobilité urbaine 2017, qui se tiendra les 11 et 12 septembre prochain au Centre de foires d’ExpoCité.

Cet événement mettra en lumière l’évolution de la mobilité et la révolution qui s’opère actuellement en matière de transport, tant en Amérique du Nord qu’en Europe. Ce sommet sera l’occasion pour les citoyens de Québec de découvrir des initiatives concrètes prises par des villes aux caractéristiques similaires à celles de Québec pour répondre aux défis de la mobilité urbaine. Des conférenciers de renom provenant du Canada, des États-Unis, de la France et d’Écosse seront sur place pour partager leur expertise.

Ce sera une opportunité unique de découvrir des approches ayant généré des résultats concrets en matière de mobilité urbaine à travers le monde, dont la mobilité intégrée. Cette nouvelle vision de la mobilité, considérée par plusieurs comme une véritable révolution en matière de transport de personnes, sera démystifiée par la présentation de concepts, d’infrastructures technologiques et d’applications qui la rendent possible.

« C’est avec enthousiasme que la Ville de Québec accueille cet événement qui réunira des conférenciers internationaux aux idées audacieuses et novatrices, mentionne M. Régis Labeaume, maire de Québec. Ce sera une occasion de se projeter à travers le monde pour découvrir des exemples concrets d’intégration de réseaux structurants de déplacement. J’invite les citoyens à participer activement au dialogue instauré lors de ces journées. »

Lundi 11 septembre : sur invitation et sur le Web
Le 11 septembre, des acteurs économiques, des représentants d’institutions d’enseignement, de grands employeurs et des partenaires de la mobilité ont été conviés à une journée de conférences qui leur permettra de découvrir des exemples concrets de réussite en matière de transport et de prendre part à une réflexion globale sur la mobilité urbaine.

Tous les citoyens auront l’occasion d’assister aux conférences à distance grâce à la transmission en direct de l’événement sur le Web au SommetMobiliteQC.com ainsi que sur la page Facebook et le compte YouTube du RTC. Les conférences, principalement présentées en anglais, seront traduites en simultané. Elles seront également rendues disponibles pour consultation en différé, après l’événement.

Les conférenciers invités à partager leur vision de la mobilité urbaine le lundi 11 septembre sont les suivants :

Thème de l’avant-midi : L’évolution des réseaux de transport dans le monde

Liberté en ville : le rôle de la conception des réseaux de transport en commun
Jarrett Walker, président et principal consultant
Jarrett Walker and associates (Portland, États-Unis);

METTIS : le haut niveau de service par Metz Métropole
Stéphane Rossanno, chargé de communication Grands Projets
Communauté d’agglomération de Metz Métropole (Metz, France);

Mobiliser les communautés
Christine Terin, directrice du marketing et des communications
Municipalité régionale de York (region de Toronto, Canada);

Thème de l’après-midi : La révolution du transport urbain : les clés du succès

Les nouvelles tendances en mobilité
George Hazell, directeur des programmes
MaaS Scotland (Édimbourg, Écosse);

Mieux servir la collectivité en transport
Chloe Spano, directrice développement des affaires internationales
Citiway, filiale de Transdev (Aix en Provence, France);

La technologie au service du client
Nathaniel Parker, président-directeur général
Moovel, division de Daimler (Portland, États-Unis);

Tracer la voir de l’avenir
Tyler O. Means, gestionnaire des services innovateurs
Kansas City Area Transportation Authority (Kansas City, États-Unis).

« Nous sommes fiers de présenter cet événement d’envergure en collaboration avec la Ville de Québec, mentionne Rémy Normand, président du RTC. Dans un contexte où le transport des personnes intéresse de plus en plus de gens, ces conférences de haut calibre seront une occasion en or de jeter un regard sur l’évolution des réseaux de transport dans le monde et sur les clés du succès de la révolution du transport urbain, et ainsi d’ouvrir nos horizons pour le futur de la mobilité à Québec ».

Mardi 12 septembre : ouvert à tous et gratuit
Le mardi 12 septembre de 9 h à 12 h, la population sera invitée au Centre de foires pour assister gratuitement à la seconde journée du Sommet, qui s’amorcera avec un retour sur les grands concepts et tendances présentés la veille. S’ensuivra le moment fort de la journée, soit une discussion entre cinq figures québécoises d’envergure :

Alexandre Taillefer, associé principal, XNPD Capital ;
Alain Dubuc, chroniqueur La Presse, économiste et auteur ;
Catherine Morency, professeure titulaire et titulaire de la Chaire Mobilité et de la Chaire de recherche du Canada sur la Mobilité des personnes;
Louis Roy, président du Groupe Optel ;
Sophie D’Amours, rectrice de l’Université Laval.

Sous une formule « panel de discussion », ces acteurs échangeront et exploreront les nouvelles approches dont pourrait s’inspirer Québec, et ce, en tenant compte de ses particularités. À l’issue de cette discussion, les participants présents dans la salle auront l’occasion de s’adresser directement aux panélistes en posant leurs questions au micro.

En guise de conclusion du Sommet, le RTC présentera ensuite un aperçu de sa vision du réseau du futur. À nouveau, la totalité de l’événement sera diffusée en direct sur le Web.

« J’invite toute la population de Québec à participer au Sommet international sur la mobilité urbaine, que ce soit en se présentant au Centre de foires le mardi 12 septembre ou en visionnant les conférences à distance à l’aide de la Webdiffusion », a conclu M. Rémy Normand, président du RTC.

Pour tous les détails : Le site internet ou 418 627-2511.

L’horaire des deux journées sera disponible dès la semaine prochaine.

Voir aussi : Conférences / évènements, Transport en commun.

RTC : Réseau de l’avenir

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 23 août 2017 12 commentaires

Québec, le 23 août 2017 – Le réseau de l’avenir présenté ce matin par le Réseau de transport de la Capitale (RTC) à la séance du comité plénier tenue par le conseil municipal est tissé autour de grands pôles d’échanges et permettra aux clients d’atteindre un plus grand nombre de destinations, plus rapidement et plus simplement.

Constituant de véritables plaques tournantes où un grand nombre de parcours Métrobus, locaux et eXpress entreraient en correspondance, les pôles d’échanges seraient situés aux portes d’entrée des secteurs les plus fréquentés, notamment Sainte-Foy et la colline Parlementaire.

Spacieux, modernes, sécuritaires et confortables en toute saison, ces pôles pourraient également accueillir des services de proximité et favoriser l’intégration des différents modes de transport. Ces infrastructures d’une grande qualité, d’un tout nouveau genre pour Québec, seraient aussi connectées au réseau de Parc-O-Bus, aux liens piétons et aux pistes cyclables afin de faciliter les changements de mode de transport. Ils donneraient aussi accès, grâce à des parcours à haute fréquence, à l’aéroport ainsi qu’aux gares de train et d’autobus interurbains.

« Plusieurs parcours à haute fréquence s’y rejoindront, ce qui permettra aux clients de choisir leur destination et de s’y rendre rapidement. Une telle architecture offre beaucoup de flexibilité aux clients et permet d’offrir plus de fréquence sur l’ensemble du réseau, a expliqué Rémy Normand, président du RTC. C’est ce que nous proposons aujourd’hui à la population : un réseau d’autobus plus simple à utiliser et donnant accès à un plus grand nombre de destinations grâce à des parcours misant sur la fréquence et l’optimisation des temps de déplacement ».

Orientations pour le réseau Métrobus : plus de destinations, plus rapidement, avec plus de fréquence

Les parcours à haute fréquence Métrobus forment l’ossature principale du réseau du RTC depuis 25 ans. Leur usage est appelé à progresser encore davantage. Le RTC souhaite que ses clients puissent atteindre encore plus de destinations avec les parcours Métrobus, et ce, plus rapidement et avec plus de fréquence. Il propose donc la mise en place des éléments suivants :

• Deux nouveaux parcours Métrobus dans l’axe est-ouest :
> Le 805, reliant le secteur du Centre Vidéotron au pôle Laurier en empruntant le chemin
Sainte-Foy;
> Le 806, circulant entre le terminus de Marly et le terminus Charlesbourg en passant par
le boulevard Charest.

• Prolongation de parcours existants :
> Le 801, qui desservirait le secteur du Plateau via l’avenue Duchesneau;
> Le 802, qui desservirait la rue Seigneuriale jusqu’au boulevard Louis-XIV;
> Le 807, qui desservirait le Vieux-Québec (Basse-Ville) jusqu’à la Gare du Palais, créant un nouveau lien vers la Haute-Ville via la côte de la Potasse.

• Création de pôles d’échanges modernes, confortables et sécuritaires situés sur le réseau Métrobus :
> Multipliant les destinations possibles grâce au croisement de plusieurs parcours à haute fréquence;
> Situés près des principaux lieux de destination des clients;
> Connectés avec le réseau cyclable;
> Regroupant des services de proximité.

• Mesures préférentielles comme des voies réservées ou la préemption aux feux de circulation pour améliorer la rapidité et la fiabilité du service

Orientations pour le réseau eXpress : un accès plus rapide, plus fiable et plus confortable à partir de la banlieue
Reliant les secteurs périphériques de banlieue aux principales destinations d’emplois et d’études à l’heure de pointe, les parcours eXpress conserveraient leur vocation actuelle tout en devenant plus confortables, plus rapides et plus fiables, notamment grâce aux propositions suivantes :

• Connexion avec les pôles d’échanges :
> Lien avec les parcours à haute fréquence Métrobus dans des lieux confortables et sécuritaires, situés près des lieux de destination;
> Multiplication des lieux de destination.

• Un client, une place assise :
> Utilisation de véhicules de plus grande capacité ou augmentation de la fréquence pour s’assurer que chaque client dispose d’une place assise.

• Montées et descentes permises dans la banlieue en tout temps pour bonifier la desserte locale

• Bonification du réseau de Parc-O-Bus locaux et d’envergure régionale pour laisser sa voiture en périphérie des zones congestionnées

• Utilisation des voies réservées sur les autoroutes :
> Robert-Bourassa
> Laurentienne, au sud de Lebourgneuf

• Bonification de la fréquence et du nombre de parcours

Orientations pour le réseau leBus : un réseau local attrayant, plus fréquent et adapté aux besoins de chaque secteur
Localement, l’ensemble des parcours serait revu pour être simplifié et structuré autour des pôles d’échanges et des terminus afin de les rendre plus attrayants et plus fréquents. Les principales orientations proposées sont les suivantes.

• Mise en place de cinq parcours intermédiaires, dont certains existent déjà en tout ou en partie, à fréquence élevée et répondant à des besoins spécifiques :
> Parcours 6 : lien fréquent entre l’aéroport Jean-Lesage, Sainte-Foy et le centre-ville;
> Parcours 11 : lien est-ouest entre le Vieux-Port et l’ouest de Sainte-Foy;
> Parcours 25 : lien est-ouest desservant les secteurs du chemin Saint-Louis et de la colline Parlementaire ainsi que Sillery et Sainte-Foy jusqu’à Cap-Rouge;
> Parcours 70 : lien entre la Haute-Saint-Charles, Lebourgneuf et la colline Parlementaire offrant plusieurs destinations grâce à un arrêt au terminus des Galeries;
> Parcours 75 : lien entre la Haute-Saint-Charles et le pôle Laurier offrant plusieurs destinations grâce à un arrêt au terminus des Galeries.

• Connexions facilitées avec les parcours Métrobus aux terminus et pôles d’échanges, près des lieux de destination

• Simplification du réseau grâce à l’harmonisation avec les tracés des eXpress (mêmes arrêts dans les quartiers pour les deux types de parcours)

• Fréquence plus élevée en pointe à destination des pôles d’échanges

• Fréquence minimale de 60 minutes pour tous les parcours

Voir aussi : Message d'intérêt public, Transport en commun.