Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Archives pour la catégorie « Architecture urbaine »

PPU de la colline Parlementaire: consultation du 14 mars 2017

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 14 mars 2017 9 commentaires

Ce soir avait lieu, malgré la tempête de neige, la consultation relative aux modifications proposées par la Ville de Québec au Programme particulier d’urbanisme de la colline parlementaire.

L’auditorium Daniel Johnson de l’édifice Marie-Guyart était presque plein (plus de 300 personnes) malgré la température qui a pourtant fait annuler plusieurs évènements prévus en cette soirée du 14 mars 2017.

Après un long exposé (50 minutes) par les gens de la Ville de Québec sur les sujets faisant l’objet de cette consultation, il fut demandé aux représentants des Conseils de quartier de présenter leurs positions sur les modifications demandées au PPU.

De façon générale, il y eut approbation par ces dernier sauf quelques exceptions. Si le Conseil de quartier St-Jean-Baptiste est d’accord pour le désir de la Ville d’avoir le pouvoir d’exproprier ou acheter de gré à gré les Îlots Lépine et Saint-Vincent-de-Paul, on veut toutefois que la hauteur des édifices qui pourraient s’y construire soit limitée à 4 étages, soit 16 mètres.

De son côté, le Conseil de quartier du Vieux-Québec-Cap-Blanc-Colline Parlementaire s’est confusément prononcé contre les projets de la Fondation Jules Dallaire quant à la Maison Mère Mallet. Cette fondation demande des modifications au PPU afin de maintenir la vocation sociale de cet immeuble, sans aucune intention commerciale. L’assemblée n’a pas semblé comprendre le sens de leur intervention. Toujours quant au même Conseil, il a présenté une résolution quant aux Îlots Lépine et Saint-Vincent-de-Paul qu’ils voudraient voir inscrit dans une politique d’aménagement dont on doit deviner le sens mais qui doit apparaître dans le texte de leur résolution. Espérons qu’il sera publié …

Le Conseil de quartier Montcalm a été plutôt discret, n’ayant délégué aucune personne pour le représenter mais manifestant par écrit son accord aux sujets proposés dans cette consultation.

Lors des interventions du public, celui qui fut candidat à la chefferie de Démocratie Québec (François Marchand) fut le premier à intervenir pour déclarer qu’à son avis, la Ville de Québec n’avait pas besoin du tout de réclamer des pouvoirs afin d’acheter ou exproprier un édifice qu’on laisse tomber en ruines (Église Saint-Coeur-de-Marie, Maison Paquet, etc). Un jour nous saurons peut-être si cet avocat a juridiquement raison.

L’intervenant suivant fut le promoteur Louis Lessard quant au projet de condos relié à l’église Saint-Coeur-de-Marie. Rappelons que la Ville veut modifier le PPU afin de pouvoir acquérir de gré à gré ou exproprier un tel immeuble afin d’en faire un autre projet si besoin est. Monsieur Lessard a rappelé qu’en 7 ans, il a proposé 9 projets à la Ville de Québec avec le concours d’au moins 5 architectes et que cet endroit est fermé depuis 23 ans. Il a affirmé que le Ministère de la Culture ne voudrait plus de façadisme, qu’il a reçu 160 demandes très intéressées pour son projet de condos sur ce site, et que les commerçants de la Grande Allée appuient son projet, pétition à l’appui.

De façon générale, les citoyens et les citoyennes qui ont pris la parole se sont montrés en accord avec le projet du promoteur quant à l’église Saint-Coeur-de-Marie. A une question franche et directe d’un citoyen aux gens de la Ville, cette dernière a été incapable de manifester ses intentions quant à l’achat ou l’expropriation éventuelle de cette église. Car le problème est assez simple. Avec les pouvoirs qu’a maintenant la Ville de Québec, et la modification demandée au PPU, cette dernière pourra, à son gré, acquérir l’église ou exproprier son propriétaire. Or il semble qu’une somme de 10 millions soit nécessaire pour mettre en ordre le bâtiment. Qui le fera ?

En somme, une bonne assemblée démocratique qui devrait déterminer de façon définitive l’avenir de l’église Saint-Coeur-de-Marie lors de la décision finale du conseil de ville en avril prochain.

Commission Urbanisme. Église Saint-Coeur-de-Marie * La décision de la Commission en janvier 2016. A lire.

Toutes les informations disponibles sur le site de la Ville de Québec

Voir aussi : Architecture urbaine, Arrondissement La Cité-Limoilou, Conférences / évènements.

Le Québec mûr pour une politique de l’architecture?

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 13 mars 2017 Commentaires fermés sur Le Québec mûr pour une politique de l’architecture?

VAlérie Gaudreau
Le Soleil

(Québec) La première mouture du projet Le Phare en a fait rager plus d’un. Le nouveau pavillon du Musée national des beaux-arts a, à l’inverse, emballé des milliers de citoyens: l’architecture est partout et les gens s’y intéressent de plus en plus. Le temps est-il venu pour une politique nationale de l’architecture? La discussion entre les architectes et les citoyens, en tous cas, commence dès mardi à Québec. (…) À Québec, la soirée de mardi est déjà à guichets fermés avec 90 inscriptions, ce qui réjouit Mme Dion. «Ces rencontres seront basées sur les échanges, sur du positif. On va avoir des débats, mais pas des chicanes», ajoute-t-elle au bout du fil.

La suite

Un billet précédent

Voir aussi : Architecture urbaine.

L’urbanisme québécois se porte mal

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 6 mars 2017 13 commentaires

Le Devoir
Luc-Normand Tellier
Professeur émérite, Département d’études urbaines et touristique

J’aurai consacré toute ma vie professionnelle à l’enseignement de l’urbanisme. J’aurai fondé le Département d’études urbaines et touristiques de l’UQAM, il y a quarante ans, et conçu le tout premier baccalauréat en urbanisme de l’histoire du Québec. Je crois profondément à l’urbanisme, mais je me demande de plus en plus souvent si l’urbanisme québécois n’aurait pas fait fausse route.

Ce dernier a su se faire entendre et obtenir des législations qui ont permis à la profession de grandement se développer. L’urbanisme démocratique a pris racine. Des groupes de pression citoyenne se sont constitués et savent se faire entendre. Les référendums municipaux leur ont parfois servi de dernier recours. Les colloques et les publications se sont multipliés.

Cela dit, les interventions des uns et des autres sont généralement réactives et négatives. On s’oppose à tel ou tel projet. On monte au créneau. On crie au scandale face à des projets de démolition ou de construction. On dénonce certaines législations ou on en réclame de nouvelles.

De fait, notre société a accouché de deux types d’urbanistes : les « vocaux », qui critiquent sans cesse et déchirent leur chemise en public, et les « silencieux », qui engrangent les contrats et les promotions, qui font du fric et, parfois, se compromettent avec des promoteurs peu scrupuleux.

La suite

Voir aussi : Architecture urbaine.

Participez à la conversation publique de Québec pour une politique nationale d’architecture

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 28 février 2017 Commentaires fermés sur Participez à la conversation publique de Québec pour une politique nationale d’architecture

Depuis trois ans, l’Ordre des architectes du Québec soutient activement l’adoption d’une politique nationale de l’architecture pour le Québec. Il s’agit de se doter d’une vision commune afin d’harmoniser les lois et règlements, en plus de s’assurer que les bâtiments qui nous entourent répondent durablement aux défis d’aujourd’hui et de demain, qu’il s’agisse des changements climatiques, du vieillissement de la population, de la cohésion des communautés ou de la préservation du patrimoine.

Venez nous faire part de vos préoccupations, de vos idées et de votre vision d’avenir de l’architecture québécoise lors de l’une des discussions animées sous la forme de conversations de café.

Le premier arrêt de la tournée aura lieu à Québec :

Mardi 14 mars de 18h30 à 21h30
Monastère des Augustines, salle du Noviciat
(77, rue des Remparts, Québec, QC, G1R 3R9)

Inscription * Gratuit

Le site web

Voir aussi : Architecture urbaine, Conférences / évènements.

En parlant des référendums

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 14 février 2017 9 commentaires

Valérie Gaudreau
Le Soleil

(Québec) Les référendums ne sont rien de moins «qu’antidémocratique», a martelé mardi le maire de Québec, Régis Labeaume, devant les députés de l’Assemblée nationale en commission parlementaire étudiant le projet de loi 122 sur l’autonomie des municipalités. (…) «Seuls les opposants organisés à un projet peuvent se manifester et exercer leur droit de veto», a dit le maire de Québec.

Cette façon de faire, a-t-il ajouté, «ne sert que l’intérêt individuel de groupes organisés insatisfaits au détriment de l’intérêt collectif. Ces groupes qui font grand bruit éludent l’appui que peuvent recevoir les projets par la majorité des citoyens. Pour toutes ces raisons, nous croyons que l’utilisation de la voie référendaire par la minorité est un geste antidémocratique».

La suite

Les conseils de quartier veulent garder les référendums Céline Fabries (Monmontcalm)

Liste des référendums depuis 2001

Mémoire des Conseils de quartier

Martin Coiteux maintient l’abolition des référendums municipaux Denis Lessard (La Presse)

Voir aussi : Architecture urbaine, Art de vivre en ville, Québec La cité.

Marc Boutin au Lieu: redessiner la ville

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 31 janvier 2017 1 commentaire

Plan.Jardin.St-Roch

* Maquette pour le Jardin Jean-Paul-L’Allier réalisée par M. Marc Boutin

Josiane Desloges
Le Soleil

(Québec) Depuis plus de 40 ans, Marc Boutin dessine la ville de Québec sous tous les angles pour mettre en images tangibles les idées d’aménagement urbain des citoyens. L’exposition La ville affrontée nous permet de plonger, en quelques plans, dessins et articles publiés dans Droit de parole, dont il est un des cofondateurs, au coeur des luttes urbaines qui ont secoué et façonné la capitale.

On entend souvent que les comités de citoyens bloquent les projets. Que quelques entêtés empêchent le développement. Marc Boutin, qui s’implique dans divers comités de citoyens depuis les années 70, prône pourtant un militantisme où l’inventivité est reine et où la discussion génère des solutions concrètes. (…)

«Une maquette que Marc avait faite à l’époque a influencé le maire L’Allier pour le parc Saint-Roch», note également la commissaire.

La suite

Voir aussi : Architecture urbaine, Conférences / évènements, Québec La cité.

La parole aux architectes: Olivier Bourgeois et Régis Lechasseur

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 28 janvier 2017 1 commentaire

Alexandra Perron
Le Soleil

(Québec) Les débuts d’année donnent envie de se projeter plus loin. Dans cet esprit, nous avons posé cinq questions à des architectes de tout âge sur notre façon d’habiter au Québec. Cette semaine, nous poursuivons avec Olivier Bourgeois et Régis Lechasseur. Une série à suivre chaque samedi.

Présentation

Noms : Olivier Bourgeois et Régis Lechasseur

Titre : associés chez Bourgeois Lechasseur architectes

1. Quelle est la maison type dans la région de Québec en 2017?

Il y aura encore quelques maisons de promoteurs. Certains tenteront d’acquérir des maisons existantes pour demeurer en ville avec l’idée de les rénover. Malheureusement, il y aura très peu de maisons d’architectes. Celles que l’on verra seront plutôt spacieuses et résolument contemporaines. Il est difficile de parler ici d’un type, mais on note une plus grande ouverture de la population pour le travail de l’architecte et de la plus-value qu’il peut apporter, c’est très encourageant, mais l’accès au terrain pour une construction neuve, en ville, est quasi impossible.

La suite

Un billet précédent Se construire à Sainte-Foy

Voir aussi : Architecture urbaine.

La « ligne de désir », ou la ville inventée par le piéton

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 19 janvier 2017 Commentaires fermés sur La « ligne de désir », ou la ville inventée par le piéton

Sentier

Olivier Razemon

Une pelouse décorative, un carré d’herbe verte au pied d’un bâtiment universitaire ou d’un immeuble de bureaux. Les dalles, bien alignées au milieu de la végétation, signalent un passage pour les piétons. Non loin de là, en diagonale, la pelouse a été foulée, jusqu’à former une sorte de sentier. Les piétons ont créé leur propre chemin, plus direct et plus simple que le passage obligé. Un raccourci.

Raccourcis. Les urbanistes ont baptisé « lignes de désir » (définition Wikipedia et exemples ici) ces cheminements inventés par les usagers qui préfèrent « couper », parce que c’est plus court et plus pratique. Au détriment de la geste architecturale et paysagère, voire de leur sécurité, mais au profit de leurs trajets quotidiens. Il suffit de prêter attention à la ville pour découvrir ces raccourcis un peu partout : en face d’un arrêt de tramway ou de bus (parce que c’est le chemin le plus court), le long d’une rue (pour pallier l’absence de trottoir), à un carrefour fréquenté (afin d’éviter un détour).

La suite

Voir aussi : Architecture urbaine.

Parole aux architectes: Jacques White

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 14 janvier 2017 4 commentaires

Alexandra Perron
Le Soleil

(Québec) Les débuts d’année donnent envie de se projeter plus loin. Dans cet esprit, nous avons posé cinq questions à des architectes de tout âge sur notre façon d’habiter au Québec. Cette semaine, nous poursuivons avec Jacques White, architecte et professeur titulaire à l’Université Laval. (…)

3. Qu’adviendra-t-il de nos quartiers de bungalows?

On réfléchit depuis longtemps à ce problème, mais les actions tardent. Que faire de l’immense stock de bâtiments vieillissants qui s’étendent à perte de vue dans nos banlieues conçues pour la voiture, à une époque où leurs véritables conséquences écologiques et économiques étaient méconnues? À mon avis, leur conversion en maisons bigénérationnelles reste une belle piste à développer, dans la mesure où les politiques sauront s’adapter. La banlieue devra se densifier sur elle-même.

La suite

Voir aussi : Architecture urbaine.

Le pavillon Lassonde, une des 25 plus belles œuvres de 2016

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 8 janvier 2017 Commentaires fermés sur Le pavillon Lassonde, une des 25 plus belles œuvres de 2016

Agence QMI

Inauguré en juin 2016, le pavillon Pierre Lassonde du Musée national des beaux-arts du Québec, sur la Grande Allée, à Québec, est la seule construction québécoise citée parmi les 25 plus belles œuvres architecturales de l’année du classement du magazine Wired.

La suite

Toutes les 25 oeuvres

Voir aussi : Architecture urbaine.