Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Archives pour la catégorie « Maison »

La construction résidentielle ralentit à Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 26 septembre 2021 Aucun commentaire

Sébastien Tanguay
Radio-Canada

La région de Québec a connu, au mois d’août, la plus importante diminution du pays quant aux mises en chantier d’habitations, accusant un recul de 78 % par rapport à 2020.

La région métropolitaine de recensement de la capitale n’a compté que 170 mises en chantier au cours du mois d’août 2021. Pendant la même période l’an dernier, la RMR de Québec en recensait 781, selon les données les plus récentes de la SCHL.

Il s’agit de la plus importante baisse enregistrée au mois d’août non seulement au Québec, mais dans l’ensemble des centres urbains de plus de 10 000 habitants du Canada.

En comparaison, Sherbrooke, au cours de cette même période, limitait la baisse à 4 % tandis que Montréal accusait une diminution de seulement 1 % par rapport à 2020.

Trois-Rivières, pendant ce temps, connaissait une hausse de 17 % des mises en chantier d’habitations.

La RMR de Québec a connu une année de construction résidentielle exceptionnelle en 2021. Avec 6476 logements individuels et collectifs construits depuis le début de l’année, la RMR enregistre une hausse de 50 % par rapport aux 4305 chantiers résidentiels démarrés au cours des huit premiers mois de 2020.

Dans l’ensemble de la province, les mises en chantier, au moins d’août, ont reculé de 15 %. Paul Cardinal, le directeur du Service économique de l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec, y voit des signes indiquant que la cadence des mises en chantier commence à s’essouffler.

Néanmoins, l’activité demeure robuste, de sorte qu’on se dirige toujours vers la meilleure année depuis 1987 pour la construction résidentielle au Québec, conclut-il.

L’article

Voir aussi : Condo, Logement locatif ou social, Maison.

Rôles d’évaluation foncière 2022-2023-2024 : hausse de 3,5 % de la valeur du parc immobilier de l’agglomération de Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 2 septembre 2021 6 commentaires

Québec, le 2 septembre 2021 – Les nouveaux rôles triennaux d’évaluation foncière 2022-2023-2024 des villes de Québec, de L’Ancienne-Lorette et de Saint-Augustin-de-Desmaures, formant l’agglomération de Québec, ont été déposés ce jeudi 2 septembre par la Ville de Québec, conformément aux dispositions de la Loi sur la fiscalité municipale.

La valeur du parc immobilier de l’agglomération de Québec a atteint un nouveau sommet, passant de 88 milliards $ à plus de 91 milliards $, soit une hausse de 3,5 % de valeur globale. Le parc immobilier de l’agglomération compte dorénavant 188 164 unités d’évaluation, soit 2 932 de plus qu’au moment du dépôt du rôle 2019-2020-2021.

Les nouveaux rôles d’évaluation entreront en vigueur le 1er janvier 2022. Les valeurs inscrites reflètent les conditions du marché au 1er juillet 2020, tel que l’exige la loi.

Principales variations selon les catégories d’immeubles
Le marché immobilier de l’agglomération a progressé de façon un peu plus importante que lors du dernier dépôt des rôles. La valeur globale des propriétés dans le secteur résidentiel toutes catégories confondues (unifamilial, copropriétés divises, 2 à 5 logements et 6 logements et plus), a progressé de 3,5 %, comparativement à 1,4 % lors du dernier dépôt des rôles.

Pour les seules propriétés unifamiliales, on observe une hausse de 3,2 % de la valeur globale comparativement à 0,3 % lors du dernier dépôt des rôles. En ce qui concerne le marché des copropriétés divises (condominiums), il indique plutôt une légère variation de valeur de -0,6 % comparativement à -4,3% lors du dernier dépôt de rôle. Les propriétés de 2 à 5 logements voient leur valeur globale augmenter de 3,4 %. Finalement, les immeubles de 6 logements et plus ont connu une croissance de 8,3 %.

La valeur globale des immeubles non résidentiels a augmenté de 2,5 %. Ce parc inclut entre autres les hôtels et les motels, dont la valeur globale a connu une baisse de 10,1 %. Il comprend aussi les centres commerciaux dont la variation globale de valeur est de – 6,6 %. Quant aux immeubles industriels, leur valeur globale a progressé de 10,1 %.

Pour consulter l’évaluation foncière de votre immeuble

Voir aussi : Commercial, Condo, Logement locatif ou social, Maison, Québec La cité.

Portrait de l’habitation à Québec de janvier à mai 2021

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 21 juin 2021 Aucun commentaire

Québec, le 21 juin 2021 – La Ville de Québec présente un portrait enviable du marché résidentiel sur son territoire et réitère sa volonté de répondre aux besoins de 2 000 ménages en attente d’un logement subventionné et des jeunes familles souhaitant acquérir une première propriété.

« Les taux d’intérêt à la baisse et les salaires à la hausse ont favorisé une demande marquée sur le marché de l’habitation, a déclaré le maire de Québec, M. Régis Labeaume. Le nombre important de permis délivrés depuis le début de l’année et de mises en chantier démontrent que l’offre suit la demande. Cependant, les besoins des jeunes familles et des ménages à faible revenu demeurent. D’ailleurs, avec 511 unités du programme AccèsLogis réservées depuis janvier 2021, le nombre d’habitations disponibles pour démarrer de nouveaux projets de logements sociaux et abordables d’ici la fin de l’année est à zéro. Compte tenu du délai moyen de deux ans entre l’attribution des logements et le début de la construction, si aucune nouvelle unité n’est attribuée, une diminution considérable des mises en chantier en 2023-2024 est à prévoir. »

Selon les données de recensement, à Québec, un ménage sur cinq consacrait plus de 30 % de son revenu pour se loger en 2016. Afin de contrer ce phénomène, la Vision de l’habitation prévoit la création de 2 600 nouveaux logements sociaux et abordables d’ici 2025, notamment grâce à la Fiducie foncière communautaire de Québec. Pour atteindre son objectif, la Ville vise l’obtention d’unités supplémentaires AccèsLogis.

La suite

Portail et enjeux de l’habitation à Québec

Voir aussi : Condo, Logement locatif ou social, Maison.

La Ville de Québec acquiert la Maison Pollack

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 22 avril 2021 2 commentaires


Jean-François Néron
Le Soleil

Le célèbre 1, de la Grande Allée devient officiellement propriété de la Ville de Québec au terme d’un long processus d’expropriation débuté il y a près de quatre ans.

Le bâtiment patrimonial à l’entretien négligé par son ancien propriétaire pourrait retrouver son lustre d’antan. L’acte de propriété est maintenant officiellement inscrit au registre foncier du Québec depuis le 9 avril, avec, en appui, une décision du Tribunal administratif du Québec (TAQ).

Parce que le transfert ne s’est pas fait sans heurt. La Ville avait entamé un processus d’expropriation en septembre 2017 devant le manque d’entretien avéré, pouvant mener à une détérioration irréversible du bâtiment.

En janvier, l’administration municipale avait autorisé le versement d’une somme de 293 000$ pour compléter le montant exigible par le tribunal pour l’expropriation de la Maison Pollack. Une précédente somme de 603 000$ avait été autorisée en décembre 2020.

En novembre de la même année, le TAQ déterminait que la Ville devait verser une indemnité provisoire de 896 000 $ pour compléter le processus d’expropriation enclenché.

Le bâtiment patrimonial est depuis longtemps laissé à l’abandon par son actuel propriétaire et se dégrade de plus en plus. Si on ne connait pas le sort qui lui est réservé, la Ville a toujours affirmé vouloir la rénover. Elle est inhabitée depuis 2014.

Le promoteur montréalais en immobilier Stevens Coulombe a acquis la maison Pollack à l’automne 2011 pour un peu plus de 1 million $. Il avait soumis à la Ville des projets de transformation et de changement de vocation, qui n’ont jamais abouti. En 2014, Le Soleil faisait état des premiers démêlés judiciaires. Le proprio devait alors se défendre devant la Cour municipale après avoir reçu des constats d’infraction pour négligence d’entretien.

La Ville de Québec considère que la Maison Pollack revêt une valeur patrimoniale supérieure. Selon sa fiche descriptive, sa construction remonte à 1910. Elle témoigne de l’époque où la bourgeoisie de Québec s’installait sur la Grande Allée, alors le secteur le plus recherché. Elle doit son nom à un de ses anciens occupants, Maurice Pollack, homme d’affaires et philanthrope qui a laissé sa marque à Québec et Montréal.

L’article

Les billets publiés sur Québec Urbain pour la Maison Pollack

La Ville de Québec, propriétaire de la Maison Pollack Louise Boisvert (Radio-Canada). Un extrait: « Régis Labeaume ira visiter les lieux dans les prochains jours. « Comme on n’était pas propriétaire, on n’avait pas les clés ». La Ville n’a pas perdu de temps pour trouver une nouvelle vocation à ce bâtiment patrimonial. « On a un projet très très précis pour cette maison-là dont on va vous faire part dans les prochaines semaines ». Régis Labeaume, maire de Québec

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Histoire, Maison, Patrimoine et lieux historiques.

La folie dans l’immobilier résidentiel perdure à Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 7 avril 2021 Commentaires fermés sur La folie dans l’immobilier résidentiel perdure à Québec

Jean-François Tardif
Le Soleil

La tendance observée lors des derniers mois se poursuit. Le marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement de Québec (RMR) est toujours en pleine ébullition. Non seulement un nouveau record de transactions pour un mois de mars a été établi (1339 ventes) mais de plus, le prix médian des maisons unifamiliales a connu une progression de 19 %, du jamais vu à Québec, où il se situe maintenant à 317 567 $.

«Pour un deuxième mois consécutif, la copropriété compte pour un tiers des transactions à Québec, soit un dixième record de ventes résidentielles d’affilée», remarque Charles Brant, directeur du Service de l’analyse du marché. «La hausse des prix, due à la rareté des unifamiliales sur le marché, contribue à convaincre les vendeurs potentiels de mettre leur propriété sur le marché, ce qui explique le record des nouvelles inscriptions d’unifamiliales et l’augmentation des ventes de copropriétés.»

Les dernières statistiques publiées par l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) mercredi sont étourdissantes. Elles ont confirmé que plus que jamais, le marché immobilier résidentiel de la RMR de Québec était à l’avantage des vendeurs. Mars 2021 aura aussi été synonyme de records à Québec.

Dans le détail, les chiffres dévoilés par l’APCIQ indiquent que les ventes totales dans le marché immobilier résidentiel dans la RMR de Québec ont augmenté de 18 % en mars 2021. Pendant cette période, 461 copropriétés ont été vendues (+ 77 %) et 94 plex (+ 42 %), deux nouvelles marques. Les unifamiliales ont cependant constitué une exception. Sept-cent quatre-vingt-trois ont changé de propriétaires, soit une baisse de 2 % au niveau des ventes, une deuxième diminution consécutive.

L’article

Voir aussi : Condo, Maison.