Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Archives pour la catégorie « Maison »

Les prix se maintiennent dans l’immobilier

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 4 avril 2019 Aucun commentaire

Diane Tremblay
Journal de Québec

Les prix des propriétés vendues dans la région de Québec au cours du premier trimestre 2019 ont augmenté autour de 1 % en moyenne par rapport à la même période l’an dernier.

Les maisons de type plain-pied connaissent la plus forte progression du taux d’appréciation du prix avec 2,3 %, hissant le prix médian à 273 931 $.

Le prix des maisons à deux étages reste, quant à lui, stable avec une hausse de 0,7 % pour un prix médian de 363 964 $.

Finalement, le prix des condominiums enregistre, pour sa part, une très légère baisse de 0,3 %, fixant le prix médian à 242 872 $.

Cette baisse est signe que les vendeurs tendent à abaisser leur prix, un réflexe qui permet bien souvent de finaliser une transaction, convient Michèle Fournier, vice-présidente, Royal LePage Inter-Québec.

La suite

Voir aussi : Condo, Maison.

Phase 2 du Boisé Falardeau: un chantier de 20 M$ à Saint-Émile

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 2 avril 2019 Aucun commentaire

Jean-Michel Genois-Gagnon
Journal de Québec

Estimée à 20 millions $, la deuxième phase du développement Le Boisé Falardeau, à Saint-Émile, débutera au mois de mai, et une école est dans les plans du promoteur.

C’est ce qu’a confirmé le président du groupe Terrain Dev, Patrick Bragoli. Cette deuxième étape prévoit la sortie de terre de 40 jumelés et de 33 maisons unifamiliales pour un total de 73 unités. Elle s’inscrit dans un important développement qui devrait s’échelonner sur quatre phases.

La valeur globale du projet est estimée à environ 75 millions $. À terme, le promoteur souhaite construire 280 unités résidentielles.

Pour la phase 2, les premières unités devraient être livrées en novembre 2019. L’objectif du promoteur est de connecter la rue de La Faune à la jonction des rues Vézina et George-Muir afin de faciliter la circulation.

La Commission scolaire de la Capitale envisage aussi la construction d’une école primaire, dont l’ouverture pourrait avoir lieu vers 2021.

M. Bragoli a assuré que son organisation a travaillé sur des plans pour minimiser le nombre d’arbres coupés durant les travaux. « La réglementation nous demande de garder 10 % d’espaces verts. Nous en avons plus », note M. Bragoli, qui souhaite attirer les jeunes familles.

La suite

Voir aussi : Arrondissement Haute-St-Charles, Maison.

Nouveau développement domiciliaire: 51 résidences à Val-Bélair

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 1er avril 2019 2 commentaires

Le lundi 1er avril 2019 – Maizon Construction Libre annonce un nouveau développement domiciliaire sur la rue Chagall dans le secteur Val-Bélair comprenant 51 résidences de type unifamilial et jumelé. Conçu pour répondre aux standards de beauté, de luxe et de liberté recherchés par le consommateur sensible à la culture du « beau», le projet de la rue Chagall offre à ce dernier un juste équilibre entre le style de vie sédentaire et nomade puisque l’achat d’une de ses résidences comprend également un véhicule d’aventure Mercedes Sprinter aménagé par Norva.

Ces 51 nouvelles unités entièrement personnalisables sont disponibles à partir de 314 000 $ plus taxes avec la possibilité d’obtenir une offre de financement. En plus de la résidence, le tarif forfaitaire inclut le terrain, le véhicule d’aventure Mercedes Sprinter, ainsi que la garantie d’utilisation de luxueux matériaux de finition tels que le granit, le bois et le verre utilisés pour les comptoirs, les murs et les planchers.

Pour Émilie Garant, propriétaire de Maizon Construction Libre, le projet encourage un style de vie minimaliste, et convient à des personnes captivées par la culture du « beau » et soucieuses du sentiment de bien-être que leur procure l’atmosphère intime, chaleureuse et réconfortante de leur demeure.

La suite de ce projet

Voir aussi : Arrondissement Haute-St-Charles, Maison.

Programme Accès Famille : plus de choix et un meilleur accès à la propriété pour les familles

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 29 mars 2019 Aucun commentaire

Québec, le 29 mars 2019 – La Ville de Québec annonce que le programme Accès Famille sera modifié dès avril prochain dans le but de permettre à un plus grand nombre de familles d’avoir accès à la propriété. Les règles associées aux habitations admissibles seront modifiées, ce qui permettra une augmentation du nombre de propriétés éligibles sur le territoire. Le revenu annuel maximal des familles admissibles sera relevé à 120 000 $ et l’aide financière accordée par la Ville sera bonifiée à 5,5 %.

(…)

Dorénavant, le revenu familial annuel des familles qui souhaitent adhérer au programme devra être égal ou inférieur à 120 000 $. Ce critère est applicable aux familles avec enfant, aux familles monoparentales et aux couples sans enfant.

La suite

Voir aussi : Maison, Message d'intérêt public.

Hébergement touristique: le plan de la Ville de Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 18 mars 2019 Aucun commentaire

(…)

Parmi les principales actions, la Ville autorisera partout sur le territoire, dès le 1er juin 2019, l’hébergement touristique collaboratif dans la résidence principale de l’occupant (propriétaire ou locataire). Quant à toute offre de location à court terme dans un lieu autre que la résidence principale, elle sera considérée comme étant de l’hébergement touristique commercial. Les demandeurs, quel que soit le type d’hébergement touristique offert, devront respecter les normes en vigueur. Une série de mesures inscrites au plan d’action visent également l’hébergement touristique de type commercial.

Hébergement touristique collaboratif : nouvelle réglementation dès juin (Les informations utiles)

Dès le 1er juin 2019, les citoyens qui désirent offrir de l’hébergement en location à court terme (31 jours consécutifs ou moins) à des touristes, dans leur lieu de résidence principale, seront tenus de se conformer à la nouvelle réglementation municipale. Ainsi, ils devront demander un permis annuel au coût de 50 $ auprès de la Ville en remplissant un court formulaire, en plus de fournir une preuve de résidence principale. Ils s’engageront aussi à publier le numéro de permis avec l’offre d’hébergement, quel que soit le média utilisé pour en faire la promotion (plateforme de réservation en ligne, média social, affiche, etc.). L’hébergement pourra être offert en location pour un maximum de 90 jours par année.

Hébergement touristique commercial : une seule catégorie d’usage et évaluation du potentiel de croissance de l’offre touristique

Les citoyens qui désirent offrir de l’hébergement à des touristes en location à court terme (31 jours consécutifs ou moins), dans un lieu qui n’est pas leur résidence principale, sont soumis à l’ensemble des obligations réglementaires et fiscales (attestation de classification provinciale, permis municipal, taxe provinciale sur l’hébergement, etc.).

La Ville a décidé de redéfinir les usages autorisés (zonage) afin d’assurer un traitement équitable de tous les établissements d’hébergement touristique commercial et de simplifier l’application des définitions du gouvernement provincial.

Ainsi, l’usage C10 sera le seul inscrit au zonage sous l’appellation établissement d’hébergement touristique général : les établissements hôteliers (usage C10) et les résidences de tourisme (usage C11) se retrouveront prochainement dans la même catégorie d’usages. D’ici à ce que les modifications réglementaires soient effectuées, le moratoire sur les résidences de tourisme (règlement de contrôle intérimaire, R.V.Q. 2587) est maintenu.

De plus, une démarche est en cours afin d’évaluer le potentiel de croissance de l’industrie de l’hébergement touristique sur le territoire. Pour ce faire, la Ville réalisera une étude de marché et évaluera ensuite les possibilités de développement de l’offre d’hébergement touristique : nouveaux secteurs, contingentements et mesures pour la protection des logements.

Les personnes intéressées à en savoir plus sur les différentes actions en cours en matière d’hébergement touristique commercial peuvent consulter le site internet dans sa section qui traite de l’hébergement touristique commercial.

(…)

Séances de consultation publique

La population est invitée à participer à l’une des séances de consultation publique concernant les modifications réglementaires à effectuer à propos de l’hébergement touristique collaboratif et commercial.

Séances de consultation publique:

Le mercredi 10 avril 19 h

Club social Victoria
170, rue du Cardinal-Maurice-Roy

Le vendredi 12 avril 14 h

Hôtel de ville de Québec
2, rue des Jardins
Salle de réception

Toutes les informations

Voir aussi : Condo, Logement locatif ou social, Maison, Québec La cité, Tourisme.

Une baisse de prix des résidences à prévoir lors de la prochaine décennie

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 1er mars 2019 Aucun commentaire

Marie-Ève Fournier
La Presse

Bonne nouvelle pour les uns, mauvaise pour les autres… Après une année 2018 « exceptionnelle » pour la revente de maisons avec des prix en hausse de 5,2 % au Québec, la prochaine décennie sera plutôt marquée par des reculs. L’Université Laval et Desjardins prévoient que le prix moyen des résidences « devrait fléchir de 3 % en l’espace d’une dizaine d’années ».

Que vous soyez dans le camp de ceux qui comptent acheter une maison ou dans celui de ceux qui s’apprêtent à vendre, sachez que la démographie du Québec affectera négativement les prix. Et ce, dans toutes les régions.

Le creux ne sera pas atteint partout au même moment. Mais en moyenne, ce sera 2024-2025. Et par la suite, la remontée sera lente.

En 2032, le prix des maisons ne sera même pas encore revenu à son niveau de 2017. Il sera encore en dessous de 2 %, affirment les auteurs de l’étude dévoilée hier. Autrement dit, une maison qui valait 1 million en 2017 vaudra environ 980 000 $ dans 13 ans.

L’étude du département d’économique de l’Université Laval et de Desjardins Études économiques sur l’impact de la démographie sur le prix de l’immobilier ne fait pas de prédictions passé 2032.

(…)

La région de la Capitale-Nationale fait aussi bande à part, note Mme Bégin, dans un entretien. « Depuis quelques années, il y a une stabilité des prix. Alors c’est comme si la période plus difficile avait été vécue plus tôt qu’ailleurs. »

Résultat, cette région est celle qui renouera le plus rapidement avec une tendance haussière. Dès 2024, les prix seront revenus à ceux de 2017. Et en 2032, ils les dépasseront de 5 %.

La suite

Voir aussi : Maison.

Le marché de Québec termine 2018 avec des prix en hausse

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 11 janvier 2019 Commentaires fermés sur Le marché de Québec termine 2018 avec des prix en hausse

Diane Tremblay
Journal de Québec

Le prix de vente des maisons sur le marché immobilier de Québec a enregistré une croissance de 4 %, au dernier trimestre de 2018, comparativement à la même période en 2017, révèle une étude publiée par Royal LePage.

Le prix médian d’une maison de deux étages est celui qui a connu la plus forte hausse, avec 7,9 %, pour s’élever à 389 585 $. Pour un plain-pied, le prix médian a enregistré une légère hausse de 1 %, atteignant 271 083 $. Finalement, le prix médian des copropriétés à Québec se chiffre à 244 086 $, ce qui représente une baisse de 0,3 %.

Dans l’ensemble, le prix médian des différents types de propriétés s’est accru de 4 % au quatrième trimestre de 2018 par rapport à la même période en 2017.

«L’augmentation du prix des maisons standard à deux étages reflète un regain plus prononcé des ventes observé en novembre et en décembre», note Michèle Fournier, vice-présidente, Royal LePage Inter-Québec.

Au chapitre des ventes, les maisons plain-pied ont connu une hausse de 15,5 %, tandis que les ventes des maisons à deux étages se sont accrues de 26,5 % au cours de la période analysée. Les ventes de condominiums ont enregistré un gain de 13,1 % durant ce même laps de temps.

Le marché reste à l’avantage des acheteurs, précise Mme Fournier.

Quant au marché de la copropriété, l’inventaire d’unités neuves et d’unités issues du marché de la revente peine à se résorber.

«La demande n’est pas assez grande pour ramener l’équilibre et la hausse des prix pour le moment», ajoute-t-elle.

Prévisions pour 2019

Fait encourageant, selon l’étude, les mises en chantier de condominiums à Québec ont diminué de 88 % dans la région métropolitaine entre le troisième trimestre de 2017 et le même trimestre en 2018.

La pause dans la hausse des taux d’intérêt pourrait profiter au marché immobilier en 2019. « Certains acheteurs pourraient vouloir se préqualifier pour réserver un taux hypothécaire concurrentiel », poursuit-elle.

Par contre, Mme Fournier ne croit pas que ce répit se traduira par une accélération considérable du marché dans la région de Québec. L’année 2019 sera davantage un copier-coller de 2018, où l’on anticipe un marché relativement stable.

La suite

Le communiqué de Royal Le Page Un extrait: «Fait encourageant mais qui illustre la saturation du marché, selon la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), les mises en chantier de condos à Québec ont diminué de l’ordre de 88 % dans la région métropolitaine de Québec entre le troisième trimestre 2017 et le même trimestre en 2018. »

Voir aussi : Condo, Maison.

Terres des Soeurs de la Charité: Groupe Dallaire étudie un projet plus vert

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 16 novembre 2018 2 commentaires

Jean-Michel Genois Gagnon
Le Soleil

Le Groupe Dallaire travaille actuellement sur une nouvelle mouture plus écologique pour son développement immobilier sur les terres agricoles des Soeurs de la Charité.

«L’immobilier est une industrie qui va se transformer d’ici 15, 20 et 30 ans. C’est comme l’industrie automobile avec les voitures sans conducteur», compare au Soleil le président et chef de la direction du Groupe Dallaire, Michel Dallaire.

«Dans le bâtiment, avec l’intelligence artificielle, je pense qu’on s’en va vers une autre ère, notamment, avec des bâtiments plus verts qui ont une meilleure empreinte écologique. Pour y arriver, cela va prendre des bâtiments plus intelligents», poursuit-il.

Ce dernier participait jeudi, à Québec, au Rendez-vous annuel 2018 du créneau d’excellence Bâtiment vert et intelligent.

Pour son développement sur les terres des Soeurs de la Charité, d’une superficie de 211 hectares, toutes les options sont aujourd’hui sur la table à dessin afin de présenter un projet qui rejoindra la population et répondra aux besoins des familles de demain.

«Nous travaillons sur un projet qui intègre l’agriculture. On regarde actuellement ce qui se fait ailleurs dans le monde en terme d’innovation pour les développements résidentiels», indique le président.

«On s’en va vers des maisons qui vont marcher à l’énergie solaire. C’est dans un avenir pas si loin. Il faut commencer à penser à faire des bâtiments net zéro ou des établissements qui sont prêts pour devenir net zéro au niveau énergétique. Ce sont des choses auxquelles il faut penser pour de nouveaux quartiers. Nous analysons plusieurs possibilités», poursuit-il, regardant aussi pour intégrer des toits verts à son projet.

Pour information, un bâtiment net zéro est un édifice qui produit autant d’énergie qu’il en consomme.

La suite

Voir aussi : Arrondissement Beauport, Maison.

Le marché immobilier à Québec demeure difficile, mais s’améliore

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 25 octobre 2018 Commentaires fermés sur Le marché immobilier à Québec demeure difficile, mais s’améliore

Joanie Fontaine
Les Affaires

La semaine passée, j’écrivais sur le marché immobilier montréalais. Une région dynamique où les ventes et les prix grimpent dans la majorité des secteurs. Toutefois, ce marché ne représente pas nécessairement celui de l’ensemble du Québec. Dans la RMR de Québec, par exemple, le portrait est différent.

La surconstruction de copropriétés des dernières années continue de faire mal dans cette région malgré une forte baisse des unités achevées et invendues. Le marché de la copropriété demeure difficile et le secteur des propriétés unifamiliales commence, pour sa part, à reprendre de la vigueur en 2018.

Au cours des neuf premiers mois de l’année, les ventes d’unifamiliales ont grimpé de 5% relativement à l’année précédente et de 2% sur 5 ans selon les données colligées par JLR à partir du Registre foncier du Québec. On sent un certain regain après quelques dures années. L’agglomération de Québec se porte particulièrement bien par rapport à sa banlieue avec une croissance des ventes de 7% cette année.

Les hausses de prix, quant à eux, demeurent modestes. D’ailleurs, les faibles gains des dernières années s’observent dans le plus récent rôle d’évaluation foncière de l’Agglomération de Québec (2019–2021). Dans celui-ci, on constate que la valeur des unifamiliales a augmenté de 0,3 % alors que celle des copropriétés a diminué de 4,3 % entre le 1er juillet 2014 et le 1er juillet 2017.

Pour les 9 premiers mois de l’année, aucune hausse du prix médian des unifamiliales n’a été enregistrée pour l’ensemble de la RMR. Il faudra que les ventes continuent de grimper afin qu’une pression sur les prix se fasse sentir. Pour l’instant, le délai de revente moyen au cours des 12 derniers mois publiés par la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) n’a pas bougé par rapport à l’année dernière et demeure long à 130 jours.

Selon les secteurs de la RMR, les variations de prix par rapport à l’année dernière fluctuent entre -1% et 1%.

Le portrait est moins encourageant en ce qui concerne les copropriétés. Les ventes continuent de diminuer avec une baisse de 5% au cours des neuf premiers mois de 2018 comparativement à l’année précédente et de 25% relativement à 2013. Les reculs sont présents dans tous les secteurs de la région analysée. Le marché de la revente semble particulièrement difficile sur la Rive-Sud.

En ce qui concerne le prix médian, il a légèrement augmenté (+3%) par rapport à l’année dernière. La hausse semble, toutefois, surtout s’expliquer par un effet de composition. En fait, la proportion de ventes concernant des copropriétés dans les secteurs plus chers a crû. À ce titre, les ventes ont diminué de manière plus marquée sur la Rive-Sud (sous division la moins chère de la RMR) que dans les autres secteurs. Par conséquent, si les ventes sont davantage concentrées dans les secteurs les plus dispendieux, cela influence le prix médian à la hausse. En fin de compte, le marché de la copropriété demeure difficile dans la région de Québec, principalement sur la Rive-Sud.

La suite

Voir aussi : Condo, Maison.

Baisse de 88 % des mises en chantier de condos

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 10 octobre 2018 Commentaires fermés sur Baisse de 88 % des mises en chantier de condos

Gilbert Leduc
Le Soleil

Quatre-vingt-huit pour cent, c’est gros. C’est la baisse du nombre de mises en chantier de condos depuis le début de l’année 2018 dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec qui couvre essentiellement le territoire des villes de Québec et de Lévis.

Selon les données publiées, mardi, par la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), le nombre de mises en chantier de copropriétés a dégringolé de 88 % en l’espace d’une année.

De 1145 pour les mois de janvier à septembre 2017, le nombre de mises en chantier de condos est passé à 141 pour la même période cette année.

Cet effondrement spectaculaire ne devrait pas être une surprise pour personne, surtout pas pour Nicolas Bernatchez, analyste principal à la SCHL.

«Ça fait déjà quelques années que le marché de la copropriété est en baisse dans la RMR de Québec», explique-t-il au Soleil. «Le marché regorge de condos à vendre et l’avantage est nettement dans le camp des acheteurs. Il y a actuellement en moyenne 19 condos inscrits pour la vente par acheteur. Le point d’équilibre se situe à 8 ou 10 condos par acheteur.»

Ce qui vient gonfler le pourcentage, souligne M. Bernatchez, «c’est que 2017 avait été une année un peu hors de l’ordinaire. Il s’était construit 1195 unités de condos comparativement à 439 en 2016.»

De toute évidence, les chiffres de 2016 — nettement moins élevés que ceux de 2017 — ne seront pas atteints en 2019. «Ça confirme la tendance notée depuis déjà quelques années», constate Nicolas Bernatchez.

Évidemment, la «performance» de l’univers des condos se répercute sur les données globales pour l’ensemble du marché de l’habitation dans la RMR de Québec.

«Les fondations d’un peu plus de 3700 unités résidentielles ont été coulées entre janvier et septembre cette année, soit près de 23 % de moins que pour la même période en 2017. On en comptait alors 4828. Cette diminution provient principalement du segment des copropriétés, bien qu’un ralentissement est aussi observé du côté des habitations en propriété absolue, c’est-à-dire des maisons individuelles et des maisons jumelées ou en rangée», constate l’analyste principal de la SCHL.

«Par contre, le niveau d’activités n’a toutefois pas fléchi du côté des logements locatifs avec un nombre d’unités mises en chantier aussi élevé qu’à pareille date l’an dernier», prend-il soin d’ajouter.

« Ça fait déjà quelques années que le marché de la copropriété est en baisse dans la RMR de Québec. […] Le marché regorge de condos à vendre et l’avantage est nettement dans le camp des acheteurs. Il y a actuellement en moyenne neuf condos inscrits pour la vente par acheteur »
— Nicolas Bernatchez, analyste principal à la SCHL

Dans ce segment de marché, les données sont pratiquement identiques pour les neuf premiers mois de 2017 (2520) et de 2018 (2530). «Des unités destinées à devenir des condos sont devenues des appartements», signale M. Bernatchez.

Les données de la SCHL montrent que les mises en chantier de maisons individuelles ont diminué d’une année à une autre, passant de 636 à 549. Idem pour les maisons jumelées ou en rangée. Leur nombre a baissé de 527 à 506.

Selon l’analyste de la SCHL, il s’agit d’un effet de la densification du territoire et du prix élevé des terrains dans certains secteurs qui viennent freiner la construction de nouvelles résidences.

«Il faut aussi ajouter l’abondance d’unités de logement dans le marché de la RMR qui incite des acheteurs à aller du côté de l’existant.»

La suite

Voir aussi : Condo, Maison.