Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Archives pour la catégorie « Patrimoine et lieux historiques »

Explorez la section web Patrimoine urbain de la Ville de Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 17 novembre 2018 Aucun commentaire

Québec recèle un patrimoine architectural riche et diversifié. La Ville de Québec propose un outil qui permet à tous d’avoir accès en ligne, aux informations disponibles, sur plus de 14 000 bâtiments à valeur patrimoniale.

Dans la section Patrimoine urbain, un moteur de recherche permet d’effectuer un repérage parmi les bâtiments étudiés, selon différents critères: nom de bâtiment, adresse, nom de rue ou nom d’architecte.

Les fiches ce bâtiments contiennent une description de l’immeuble, des informations sur sa construction et ses transformations, sur son histoire et sur les personnes qui y sont liées ainsi que des photographies anciennes et récentes.

La section web Patrimoine urbain

Voir aussi : Histoire, Patrimoine et lieux historiques, Publications & ressources Internet, Québec La cité.

La rue Sous-le-Cap où se faufile la Nouvelle-France

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 16 novembre 2018 Aucun commentaire

Jean-Marie Lebel (historien)
Revue Prestige

C’est souvent par hasard, en se baladant dans les rues du Vieux-Québec, que les citoyens ou les touristes font la dé couverte de la rue Sous-le-Cap. Et cette rue ne manque pas de les surprendre ou de les étonner. La Nouvelle-France semble ne pas avoir pu s’échapper de cette étroite rue que surplombent des passerelles. Il n’y a pas d’autres rues comme celle-là à Québec.

AU PIED DU CAP DU SAULT-AU-MATELOT

De sombres passages permettent d’atteindre la rue Sous-le-Cap. Entre deux vieilles maisons de la rue Saint-Paul, on peut emprunter le passage de la Demi-Lune. Entre deux édifices de la rue du Sault-au-Matelot, l’escalier du passage du Chien mène à la rue Sous-le-Cap.

Tout en faisant une courbe, la rue Sous-le-Cap longe le pied de l’impressionnante falaise que les gens de la Nouvelle-France avaient pris coutume d’appeler le « cap du Sault-au-Matelot ». Les remparts de la rue des Remparts, édifiés au début du XlXe siècle par les autorités militaires britanniques, dominent la falaise. Il y avait au XVlle siècle une petite chute d’eau dans la falaise, ce que l’on appelait un « sault ». La légende veut qu’un jour, un matelot, ou un chien appelé Matelot, tomba au bas de la falaise, ce qui serait à l’origine du nom du Sault-au-Matelot. L’érudit toponymiste Jean Poirier se demandait en 2000 si le fameux matelot n’était pas Guillaume Couillard (1591-1663) qui vécut au haut de la falaise. Dans l’un de ses écrits, Champlain évoqua le fait que Couillard avait déjà été matelot.

La suite

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Histoire, Patrimoine et lieux historiques.

Le 6e Salon des Sociétés d’histoire de la Ville de Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 14 novembre 2018 Aucun commentaire

Ce samedi 17 novembre se tiendra à compter de 9 h 30, le 6e Salon des sociétés d’histoire de la ville de Québec au pavillon Desjardins de l’Université Laval, sur le thème Le patrimoine bâti : d’hier à aujourd’hui. La présidence d’honneur est assurée par Sœur Lise Tanguay, supérieure générale des Augustines du Québec. Au programme : salon des exposants (12 sociétés d’histoire, Nation huronne-wendat, Ville de Québec, exposition d’artéfacts trouvés lors des fouilles à Limoilou par les étudiants de l’Université Laval), deux conférences et une table ronde.

Programmation 2018

Voir aussi : Histoire, Patrimoine et lieux historiques, Publications & ressources Internet.

Le Calendrier 2019 de la Société historique de Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 8 novembre 2018 Aucun commentaire

La Société historique de Québec est heureuse de présenter, l’édition 2019, de son Calendrier de vues anciennes de Québec.

Québec-14 novembre 2018- La Société historique de Québec est très fière de présenter la XXXVIIIe édition du Calendrier de vues anciennes de Québec qui permet cette année encore de présenter le visage de la Capitale à vol d’oiseau à travers les événements religieux, sociaux et sportifs.

Les images représentées, accompagnées de textes documentés, les événements historiques évoqués et le cadre dans lequel ils évoluent, suscitent un intérêt marqué et toutes ses éditions antérieures, sont de véritables cahiers d’histoire. L’ensemble de ces éditions constituent donc une collection de grande valeur historique, ethnologique et sert d’outil pédagogique. Le Calendrier de vues anciennes de Québec souligne dans cette édition 2019 – par multiple de 25 – les anniversaires heureux ou malheureux des faits et gestes qui ont jalonné l’histoire de Québec, ville du patrimoine mondial.

Différents auteurs soulignent par des textes, à chacun des mois, un événement ou un personnage. On remonte ainsi le cours de l’histoire, jusqu’à la fondation de la ville de Québec. Les faits suivants sont soulignés : le 225e anniversaire de l’entrée en fonction de l’Acte de judicature, le 200e anniversaire du décès du professeur et ministre de l’Église presbytérienne d’Écosse Alexander Spark, les 150es anniversaires de la création de la Gazette officielle et du décès de James Forsyth, les 125es anniversaires des décès du premier ministre Honoré Mercier et du député John Hear ainsi que le 100e anniversaire du décès du premier ministre sir Wilfrid Laurier. La publication rappelle également les 75es anniversaires de la remise de la Croix Victoria au major Paul Triquet ainsi que des décès du maire de Québec sir Georges Garneau et de l’architecte bénédictin Dom Bellot. Nous évoquons aussi les 50es anniversaires du décès de l’ethnologue Marius Barbeau, de la création de l’École nationale d’administration publique, de la fin des écoles normales, du rappel par le journal L’Action des suites du rapport Martin, commission d’enquête sur le logement dans la cité de Québec, et du projet de loi (« bill 63 ») pour promouvoir l’enseignement de la langue française. Par ailleurs, le 50e anniversaire de la venue à Québec de la princesse Grace de Monaco est souligné par une illustration documentée.

Partez à la découverte du Québec d’antan, dont les illustrations proviennent de supports aussi variés que l’aquarelle, la photographie, et la carte postale.

Le Calendrier 2019 de vues anciennes de Québec est disponible au coût de 12.95 $ dans la plupart des librairies de la Ville de Québec : Vieux-Québec, Charlesbourg, Sainte-Foy et Sillery, à la Tabagie J.E.Giguère, à la Boutique du Musée des beaux-arts du Québec, Musée de la civilisation, Musée du monastère des Augustines, plusieurs établissements commerciaux de Québec et au bureau de la Société historique de Québec, 6, rue de la Vieille-Université. G1R 5X8. Téléphone 418-694-1020 poste 256. courriel: info@societehistoriquedequebec.qc.ca

Voir aussi : Histoire, Patrimoine et lieux historiques, Publications & ressources Internet.

Découverte archéologique majeure: les deuxièmes fortifications de Québec en excellent état

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 6 novembre 2018 Aucun commentaire

Jean Laroche
Journal de Québec

Les deuxièmes fortifications de Québec, datant de 1693, ont été retrouvées dans un état de conservation remarquable, ce qui constitue une découverte archéologique majeure qui sera annoncée en grande pompe, mardi matin.

C’est la construction de condos derrière la chapelle de la rue Sainte-Ursule qui a mené à cette trouvaille qui a replongé les archéologues aux premières années de la ville.

Cette fortification, appelée l’enceinte de Boisberthelot de Beaucours, était en fait le 2e ouvrage défensif construit dans la Vieille Capitale.

Le premier avait été aménagé trois ans plus tôt, en 1690, pour défendre la cité contre les Anglais.

La suite

Un billet avec photos sur le projet de construction de condos à cet endroit

Le communiqué officiel du gouvernement du Québec

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Histoire, Patrimoine et lieux historiques.

MAtv: série documentaire sur le 125e anniversaire du Château Frontenac

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 5 novembre 2018 Aucun commentaire

Québec, le 5 novembre 2018

Afin de laisser un souvenir concret du 125e anniversaire du Fairmont Le Château Frontenac, l’ex-directeur général, Robert Mercure, a proposé à MAtv Québec d’ouvrir les portes du célèbre hôtel et d’y réaliser une série documentaire historique comme il ne s’en était jamais fait. « C’est réellement 410 ans d’histoire qui se sont déroulés à l’endroit où se trouve le Château Frontenac, souligne M. Mercure, et cette histoire, méconnue et éparpillée, qui a façonné le Québec et le Canada, se devait d’être assemblée et racontée. Le 125e était une occasion unique de le faire. »

MAtv Québec a donc réuni une formidable équipe pour réaliser la plus importante série télé produite dans son histoire. C’est le journaliste Pascal Evans qui a mené la recherche et la rédaction et c’est une véritable enquête dans 5 pays, auprès de 3 gouvernements et dans de nombreuses archives privées et publiques, qui l’a occupé pendant presque une année. « Je voulais écrire une histoire inédite, précise-t-il, aller au-delà des préjugés entourant le Château Frontenac. C’est un vrai château dont l’empreinte sur notre histoire, y compris politique, est plus importante qu’on ne l’a dit jusqu’ici. » Pascal Evans a donc compilé tous les éléments de cette recherche, rencontré quelque 22 contributeurs, spécialistes d’histoire et d’architecture, et mis en forme la série qu’il nous raconte et que nous présente MAtv.

C’est le gestionnaire à la production et programmation de MAtv, Carl Rousseau, qui a coordonné le travail de l’équipe de production dont le réalisateur de MAtv, Mario Demers, avec la précieuse collaboration des gens du Château. La musique, originale, a été composée par Olivier Auriol, de Québec, très connu pour ses compositions en publicité, cinéma et télévision. La série de six épisodes de 30 minutes est d’une facture élaborée, moderne et d’une grande intensité.

« Merci à Robert Mercure d’avoir donné l’occasion à MAtv de produire Iconique Château Frontenac, cette superbe série documentaire historique qui permet aux gens d’ici de se réapproprier le Château, » conclut la gestionnaire principale de MAtv Québec et région Est, Micheline Vien, tout en soulignant que la série sera présentée à compter du dimanche 11 novembre à 21 h 30, en première diffusion provinciale à la télévision et rediffusée à quelques reprises dans les jours suivants. Les 5 autres épisodes seront présentés selon les mêmes horaires durant les semaines suivantes. Chaque épisode sera disponible sur le site matv.ca après sa première diffusion.

(…)

ÉPISODE 1 : Naissance d’une icône
On visite les différents styles architecturaux dont Bruce Price s’est inspiré pour la construction du Château. Il en résulte une synthèse originale, personnelle et contemporaine qui va donner son style au Château.

ÉPISODE 2 : De l’inauguration à l’émancipation
Le Château s’agrandit et on y construit successivement plusieurs nouvelles ailes. Le miracle de ces constructions a été l’intégration absolue de l’architecture d’origine de l’architecte Bruce Price.

ÉPISODE 3 : L’icône disparaît de l’horizon de Québec
Dans les années 1960-1970, le paysage urbain de la ville de Québec est en profonde mutation. Le Château Frontenac n’est plus le cœur de l’attention des gens de Québec. La ville évolue et la concurrence apparaît.

ÉPISODE 4 : Papilles et palais au Château Frontenac
Le Château Frontenac est un haut lieu de la gastronomie. Les chefs qui se succèdent forment un creuset cosmopolite qui va contribuer à faire de la signature du Château une expérience et une ouverture sur le monde.

ÉPISODE 5 : La Maison-Blanche canadienne
En 1943, le Château Frontenac est réquisitionné. Les forces alliées sont invitées au Château. Les tractations politiques côtoient les moments de convivialité qui viennent assouplir les pourparlers.

ÉPISODE 6 : Un géant dans la nuit
Le 31 décembre 1999, le Château Frontenac se met au diapason de tous les grands monuments du monde qui, la nuit venue, s’illuminent. Mais comment le Château Frontenac va-t-il continuer à se développer et s’agrandir ?

DIFFUSION : un nouvel épisode tous les dimanches soir à 21 h 30 en première diffusion provinciale à la télévision, suivie de plusieurs autres durant la semaine – accessible gratuitement sur le site MAtv Québec pendant une semaine suivant la première diffusion.

MAtv

Des images

* Pour les gens qui ne sont pas abonné.e.s à Videotron, la série sera disponible sur le site internet de MAtv à raison d’une émission par semaine durant les 6 semaines de diffusion.

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Histoire, Patrimoine et lieux historiques.

La dérive des hauteurs

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 31 octobre 2018 8 commentaires

*Illustration: GM Développement

François Bourque
Le Soleil

CHRONIQUE / Le projet immobilier à l’ancienne école Saint-Louis-de-Gonzague, dans le Vieux-Québec, n’a pas la démesure de celui du Phare, mais soulève lui aussi un enjeu de hauteur, d’architecture et d’impact sur le paysage.

Contrairement au Phare qui va atterrir dans le désert de la tête des ponts, on est ici dans un environnement sensible, au cœur de l’arrondissement historique reconnu par l’UNESCO.

Le promoteur GM Développement prévoit aménager 200 logements dans les bâtiments patrimoniaux de l’ancienne école Saint-Louis-de-Gonzague (1898) et de l’ancien foyer pour personnes âgées Nazareth (1860) et dans deux nouvelles ailes à construire.

Tous ces logements sont bienvenus et font l’unanimité dans ce quartier qui peine à maintenir l’équilibre entre les fonctions touristiques, de divertissement et d’habitation. En prime, une vingtaine de logements «sociaux» seront offerts à prix abordable.

Beau projet donc. Mais est-il nécessaire de grimper si haut et d’altérer la ligne d’horizon du Vieux-Québec?

L’ancienne école de briques rouges, qui faisait cinq étages, en comptera 11 avec ses nouveaux étages de verre et de métal.

Il sera pour cela nécessaire de modifier le Programme particulier d’urbanisme (PPU).

De nombreux citoyens s’y opposent. Parmi eux, l’ex-directeur général de la Ville, l’urbaniste et architecte Serge Viau, qui y voit une «disproportion nettement disgracieuse» avec les immeubles historiques voisins.

C’est d’autant plus étonnant, dit-il que ce projet arrive au moment où on envisage retrancher six étages à la tour de l’hôpital de L’Hôtel-Dieu pour «harmoniser et rétablir le paysage historique».

La suite

Un billet précédent

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Patrimoine et lieux historiques.

La Citadelle de Québec: forteresse vivante

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 25 octobre 2018 Aucun commentaire

Radio-Canada
Québec

Trésor militaire bien caché de Québec, la Citadelle ouvre ses portes au photographe Éric Côté dans ce documentaire.

Derrière son objectif, il explore l’histoire du lieu, dont la construction remonte au XIXe siècle. En compagnie d’historiens qui racontent les événements marquants, le photographe nous fait découvrir l’apport de la Citadelle dans l’évolution de la ville et du Québec actuel.

Mais ce qui attire surtout son regard, ce ne sont pas les fantômes du passé, mais bien ceux qui déambulent aujourd’hui entre ses murs. Les touristes, les militaires, les ouvriers se racontent et rappellent que dans ce lieu caché, la vie s’active.

Visionnez ici le documentaire La Citadelle de Québec : une forteresse vivante.

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Histoire, Patrimoine et lieux historiques, Plaines d’Abraham.

L’église Saint-Charles de Limoilou appelle à l’aide

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 25 octobre 2018 1 commentaire

Point de vue (Le Soleil)
Gilles Gallichan

Fermée et désacralisée depuis 2012, l’église Saint-Charles de Limoilou attend toujours sa requalification pour un usage public dans le respect de la valeur architecturale et artistique du monument.

Depuis trois ans, l’organisme Espaces d’initiatives travaille activement à réunir les partenaires qui pourront redonner vie à cet édifice emblématique du quartier Limoilou. Il fait appel à des firmes de professionnels, des architectes et des ingénieurs pour réaliser le carnet de santé et sonder les murs et les fondations. Le but, à moyen terme, est d’ouvrir cette église à tous ceux et celles souhaitant travailler à trouver des solutions aux enjeux sociaux actuels afin d’en faire, à nouveau, un lieu de rencontres et d’activités accessible à tous.

Toutefois, à court terme, l’église Saint-Charles réclame des interventions ponctuelles et urgentes qu’imposent les rigueurs de nos saisons. Depuis des lustres, l’église n’a pas été l’objet de réparations et d’entretiens pourtant nécessaires. Les pigeons ont envahi les combles et dégradent la voûte qui menace de crever sous le poids des fientes accumulées au fil des années. Des carreaux cassés exposent aux intempéries les très beaux vitraux de Bernard Leonard et de Guido Nincheri. Les tableaux du chemin de croix du peintre alsacien Martin Feuerstein souffrent du froid et de l’humidité qui règnent dans l’église, forcément très peu chauffée en hiver. Il en va de même des boiseries sculptées et autres œuvres d’art du décor de l’édifice. Quant aux clochers, on voit la rouille les ronger peu à peu. Il faut rapidement stabiliser ces dégradations en cours.

La suite

Rapport de travail sur la préservation du patrimoine culturel à caractère religieux de la Ville de Québec Juin 2018

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Histoire, Patrimoine et lieux historiques.

Sauvons la villa Livernois

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 27 septembre 2018 1 commentaire

Crédit pour les photos: Ville de Québec

Bonjour. Je me présente, Valérie Martel. Je suis dans un comité encore à l’état embryonnaire qui a le but de sauver la villa Livernois du boulevard Masson. Nous avons une page Facebook nommée  » sauvons la villa Livernois  » La maison est protégée par le patrimoine de la ville de Québec mais rien n’est surveillé et tamdem, qui possède cette maison, ne fait rien pour entretenir la maison. La gestion tandem s’est fait refuser le droit de démolir la maison mais dans ses agissement, nous font croire qu’ils ne veulent pas la sauver. Des jeunes y entrent pour faire le party, ou du ouija. Le danger d’incendie y est extrême. Il y a des immeubles adjacent qui seront possiblement touchés en cas d’incendie. C’est surtout pour la sécurité des jeunes que je m’inquiète. Le plancher s’est affaisé. C’est dangereux.

Notre quartier ne compte pas beaucoup de maisons de cet âge. Ce serait dommage car elle a une architecture particulière et une belle histoire derrière elle. C’est un joyau de notre beau quartier.

Merci de bien vouloir vous joindre à nous et en parler.
Page Facebook

La fiche du bâtiment patrimonial Villa Livernois

La Villa Livernois: projet de construction à l’étude Alain Couillard (L’Actuel)

Voir aussi : Arrondissement Les Rivières, Histoire, Patrimoine et lieux historiques.