Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Le futur centre communautaire Saint-Roch présenté

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 9 juin 2017 7 commentaires


Source : Jean-Luc Lavallée, Le Journal de Québec (9 juin 2017)

La Ville de Québec et les deux paliers de gouvernement ont dévoilé, vendredi, les esquisses du futur centre communautaire et sportif municipal Saint-Roch qui sera érigé sur le site de l’ancien cinéma Charest.

Québec et Ottawa versent une subvention de 5 M$ chacun pour cet édifice qui sera géré par le YMCA dans les 25 prochaines années. La Ville dépliera un peu plus d’argent que prévu, 7,9 M$, en raison de l’«inflation» anticipée et des coûts d’excavation qui risquent d’être supérieurs aux premiers estimés en raison de la présence de roc et des fondations de l’ancien cinéma qu’il faudra démolir.

Les deux étages supérieurs de la bâtisse accueilleront environ 180 employés municipaux qui déménageront. «C’est la Ville qui va s’installer là parce qu’on finit un gros bail à quelque part. Ça va faire beaucoup de monde additionnel dans Saint-Roch.»

Lire l’article

En 2015 :
Les YMCA prêts à construire sur les ruines du cinéma Charest

Voir aussi : Architecture urbaine, Arrondissement La Cité - St-Roch, Infrastructures sportives.

Un marché public aménagé comme un village

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 9 juin 2017 1 commentaire

Annie Morin, Le Soleil (8 juin 2017)

La Ville de Québec a dévoilé jeudi le concept développé pour le Grand marché public en construction dans le Pavillon du commerce sur le site d’ExpoCité. Au menu: de la brique et du bois, une vaste place centrale pensée comme le centre d’un village, de grandes portes-fenêtres qui s’ouvrent sur l’extérieur, où il y aura aussi des étals.

C’est le consortium formé de Bisson et associés et de L’Atelier Pierre Thibault qui a réalisé les plans rendus publics lors d’une conférence de presse tenue à l’auberge Saint-Antoine.

Pierre Thibault, architecte vedette de Québec, a expliqué que l’intérieur du bâtiment a été conçu comme un village, avec une place centrale, une rue principale et d’autres secondaires.

La trentaine de commerces permanents seront disposés dans des «maisons» le long de la rue principale. Les quelque 80 étals des producteurs et des transformateurs agricoles seront concentrés au sud. Il y en aura à l’intérieur comme à l’extérieur, l’été surtout mais aussi l’hiver. Par beau temps, les portes-fenêtres feront disparaître la frontière entre dedans et dehors.

«On voulait avoir un peu l’impression d’être dehors. Il y a de grands puits de lumière. On est comme sur le parvis de l’église où on aura du plaisir à aller rencontrer tout le monde», a souligné le concepteur.

Lire l’article

L’architecture du marché public d’ExpoCité à Pierre Thibault

Voir aussi : Arrondissement Limoilou, Commercial.

Un parc nommé à la mémoire de l’Honorable Gilles Lamontagne

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 9 juin 2017 3 commentaires

Source : Ian Bussières, Le Soleil, le 8 juin 2017

(Québec) La Ville de Québec a décidé d’honorer la mémoire de Gilles Lamontagne, maire de 1965 à 1977, en renommant le parc de la Jeunesse, situé à l’angle des rues du Prince-Édouard et du Pont. Celui-ci prendra le nom de l’ex-maire, ex-ministre fédéral et ex-lieutenant-gouverneur décédé en juin 2016 à l’âge de 97 ans. Le conseil de quartier de Saint-Roch indique que le parc de la Jeunesse a été retenu car il symbolise les mesures prises par le maire Lamontagne afin de dépolluer la rivière Saint-Charles et de municipaliser les loisirs. La famille de M. Lamontagne est d’accord avec cette proposition.
Une consultation publique sur le changement de nom du parc de la Jeunesse aura lieu le jeudi 15 juin, à 19h, à la salle 1203 de l’École nationale d’administration publique (ENAP). Les administrateurs du conseil de quartier feront ensuite une recommandation au conseil municipal.
D’abord conseiller municipal au sein du Progrès civique de 1962 à 1965, Gilles Lamontagne a succédé à Wilfrid Hamel à la mairie cette année-là, un poste qu’il a occupé jusqu’en 1977. Il a ensuite été élu député de Langelier dans le gouvernement libéral de Pierre Elliott Trudeau, où il a également siégé comme ministre des Postes et ministre de la Défense, jusqu’en 1984, alors qu’il est devenu jusqu’en 1990 le 24e lieutenant-gouverneur du Québec.

la suite

Décès de l’Honorable Gilles Lamontagne.

Découvrez la vie fascinante de Gilles Lamontagne.

Le parc de la Jeunesse sur Google Maps.

Voir aussi : Message d'intérêt public, Parc.

Pistes cyclables recyclées à l’essai à Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 7 juin 2017 4 commentaires

Radio-Canada
Québec

Québec pourrait devenir la première ville au Canada à construire des pistes cyclables faites à partir de matières recyclables.

La municipalité a accordé une subvention de 160 000 $ pour mettre à l’essai des dalles fabriquées à l’aide de porcelaine, de verre et de plastique compressés. Si l’expérience est concluante, ce nouveau revêtement pourrait être utilisé sur l’ensemble du réseau cyclable de Québec.

Les dalles seront d’abord installées sur une portion de la piste cyclable qui traverse le campus de l’Université Laval. Un autre tronçon situé dans une zone où la circulation est plus importante devrait être annoncé au cours des prochains jours.

Selon la responsable du dossier entrepreneuriat à la Ville de Québec, Natasha Jean, des tests effectués dans des laboratoires de l’Université Laval ont démontré que les dalles étaient plus résistantes que le pavage en asphalte.

« Il y a un beau potentiel, par contre, il faut vraiment l’appliquer avec les températures, avec l’usage réel, précise-t-elle. Si le projet est concluant, ça nous permettrait peut-être d’être la première ville au pays qui utilise des matières recyclables pour ses pistes cyclables. »

Le projet-pilote auquel participe la Ville est évalué à 214 000 $. Il sera réalisé par l’entreprise Gaudreau Environnement. L’apport d’un peu plus de 160 000 $ de la municipalité permettra de construire 18 dalles.

La suite

Voir aussi : Vélo.

Le problème de Québec avec le transport en commun

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 7 juin 2017 20 commentaires

Simon-Pierre Beaudet
Vice.com

La comédie urbaine de Québec est le sous-titre d’un ouvrage de François Hulbert paru en 1989 qui s’en prenait à la misérable planification urbaine de Québec. Manifestement, le feuilleton est toujours en cours.

Il y a crise dans les transports à Québec.

Les émissions de la radio publique, matin et soir, sont ponctuées des interventions de « Marc-André dans le trafic », qui fait état des ralentissements et paralysies un peu partout sur le réseau routier. Le système de transport en commun est réputé lent et inefficace. Les lignes principales de celui-ci sont parcourues par des « métrobus » qui, en matière de confort, sont ce qui se rapproche le plus de wagons à bestiaux. Les radios privées, elles, font leur pain et leur beurre de la frustration des automobilistes pris dans le trafic et ont traduit cette aliénation particulière en véritable idéologie : elles prennent fait et cause pour l’élargissement des autoroutes et on les a vues militer contre des voies réservées aux autobus sur celles-ci.

Régler la question du transport en commun a donc été une priorité du maire Régis Labeaume. Premier maire de la grande ville fusionnée (si on excepte le bref passage d’Andrée Boucher), il avait le défi d’urbaniser cet agrégat de villes de banlieue et de faire entrer Québec dans le XXIe siècle. Le plan de mobilité durable de la ville, déposé en 2010, était audacieux et unanimement salué. Il prévoyait l’instauration d’un tramway de Beauport à Lévis en passant par l’Université et la valorisation d’un ensemble de terrains mal développés sur son passage. Le gouvernement libéral a refusé de le financer parce que c’est prétendument trop cher. On s’est ensuite rabattu sur un Système rapide par bus (SRB) sur le même tracé. Le SRB avançait sans faire trop de vagues jusqu’à tout récemment.

Un alignement de circonstances contraires allait faire capoter le projet.

La suite

Le maire Labeaume s’ouvre sur l’échec du SRB : « On s’est fait sacrer là » Radio-Canada

Voir aussi : Transport en commun.

Autres billets récents