Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Archives pour la catégorie « Arrondissement Ste-Foy / Sillery / Cap-Rouge »

Nouveau projet: Le Maguire Avenue

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 3 décembre 2018 7 commentaires

Diane Tremblay
Journal de Québec

Le consortium formé par Immostar et Ogesco a dévoilé lundi matin les détails du projet de 25 M$ visant à construire 33 condos de luxe sur l’avenue Maguire, à Québec.

Le Maguire Avenue prendra forme au début de l’année 2019. Le projet, dont la construction durera 18 mois, comprend trois étages de condominiums, tandis que le rez-de-chaussée sera occupé par des commerces spécialisés qui seront complémentaires à ceux déjà établis sur l’artère.

Le promoteur dit être en pourparlers avec des bannières qui pourraient être intéressées à s’y établir. Le rez-de-chaussée d’une superficie de 16 500 pieds carrés pourrait accueillir trois ou quatre commerces.

Rajeunir l’avenue

«On regarde toutes les opportunités. On veut avoir quelque chose qui est complémentaire à l’avenue. On veut amener des bannières qui vont nous permettre d’attirer une clientèle diversifiée. C’est important de ramener une clientèle plus jeune sur l’avenue. On veut cibler les familles. Ça ne sera pas un café café. Si on va chercher une bannière de café, ça va être quelque chose d’exceptionnel et de différent. Ce n’est pas dans nos priorités d’aller chercher un café. On cherche des commerces qui sont en mesure d’offrir une expérience aux clients», a expliqué François Pelchat, vice-président location chez Immostar.

Stationnement

Le projet prévoit plus de 200 espaces de stationnement souterrain dont 150 qui seront disponibles pour le public. Le stationnement actuel où sera construit le projet offrait 94 stationnements.
«Notre proposition apporte une solution au problème de stationnement sur Maguire. C’est une grande amélioration. Un bel ajout. Ce sera des stationnements souterrains, donc couverts et à l’abri des intempéries», a poursuivi M. Pelchat.

Aucune circulation de camions sur le tronçon de l’avenue Maguire ne sera permise. La Ville de Québec va procéder à des modifications temporaires de la réglementation du stationnement dans les rues avoisinantes.
Le promoteur affirme avoir attendu après la période des Fêtes pour démarrer les travaux pour diminuer les impacts négatifs du chantier.

La suite

Le projet

* Le Maguire Avenue ! Et vive la langue française …

Voir aussi : Arrondissement Ste-Foy / Sillery / Cap-Rouge, Condo.

Transactions de 9 millions $ dans le secteur Sainte-Foy

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 27 novembre 2018 22 commentaires

Diane Tremblay
Journal de Québec

Investissements ICF Laurier de Gatineau vient de mettre la main sur treize propriétés de l’îlot Lapointe à Québec pour un montant évalué à un peu plus de 9 M$. Les résidences de type bungalow, qui datent des années 1950, sont appelées à être démolies pour faire place à un projet immobilier.

Le Groupe Maurice, avec la résidence pour aînés Ékla, occupe déjà une partie de cet îlot, situé en face des centres commerciaux, à proximité du CHUL de Québec, sur le boulevard Laurier.

Le président de la société Investissements ICF Laurier, Yohan Murray, n’était pas disponible lundi pour donner plus de détails sur le projet. La valeur des bâtiments inscrite au rôle d’évaluation, dans la plupart des dossiers, s’élève à 1 $, alors que les terrains représentent plusieurs centaines de milliers de dollars.

La transaction la plus importante atteint 1,2 M$ pour une résidence située sur la rue Lapointe. D’autres propriétés vendues sont situées sur l’avenue Jean-De Quen et le boulevard Laurier.

Valeur des terrains. Selon Martin De Rico, président de DeRico­­­ Experts-conseils, cette situation n’est pas rare lorsque l’usage le meilleur et le plus profitable est le terrain.

« La totalité de la valeur au niveau municipal dans ces actifs-là, c’est le terrain. Quand j’explique cela à un client de 77 ans, qui a fait rénover sa cuisine, par exemple, souvent il en fait une affaire personnelle. Il faut que les gens comprennent que c’est pour démolir et reconstruire », a-t-il expliqué.

La suite

Voir aussi : Arrondissement Ste-Foy / Sillery / Cap-Rouge.

Le Phare: Consultation à Sainte-Foy qui va du meilleur au pire

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 24 novembre 2018 14 commentaires

Louise Boisvert
Radio-Canada

ANALYSE – Les citoyens du plateau centre de Sainte-Foy sont repartis résignés mercredi à la suite de la seule consultation publique pour le projet Le Phare, un des plus gros investissements privés des prochaines années à Québec. La Ville ira de l’avant malgré leur opposition. Devant l’inévitable, les citoyens ont profité de cette dernière tribune pour dénoncer la façon de faire de la Ville.

L’administration Labeaume semble avoir fait les choses à l’envers pour le projet du Phare.

Le projet du Groupe Dallaire, qui comprend la construction d’une tour de 65 étages à l’entrée de la Ville dans le secteur de Sainte-Foy, a d’abord été dévoilé dans les médias en 2015. Après quelques modifications, il a reçu un avis favorable de la Commission d’urbanisme de la Ville de Québec avant même qu’il ne soit présenté aux citoyens. Deux rencontres organisées par le Groupe Dallaire ont eu lieu au printemps. La Ville de Québec a tenu les siennes le mois dernier.

La Ville a même préparé deux avis de règlement pour permettre le changement de zonage du terrain, dernier obstacle à sa réalisation. Elle a eu recours à l’article 74,4 de sa Charte, un outil qui permet de soustraire le projet à un référendum.

Puis, elle a tenu une consultation publique à laquelle un peu plus de 150 citoyens ont participé mercredi soir. Moins d’une dizaine de mémoires ont été déposés. Pour un projet de cette envergure, c’est peu.

« La Ville a choisi l’article 74,4 pour être bien sûr de ne pas faire de compromis avec ses citoyens », a accusé une citoyenne. « Les gens ne se déplacent pas parce qu’avec les années, ils savent que les choses ne changent pas parce que tout a été prévu d’avance », a témoigné une autre.

Le projet ira de l’avant sans l’appui du Conseil de quartier.

Tout un contraste quand on sait que la Ville avait multiplié les rencontres, les échanges et les consultations en amont pour faire adopter le plan particulier d’urbanisme dans le secteur en 2012. Un consensus obtenu à la suite de plusieurs compromis, dont celui de ne pas permettre la construction de bâtiments de plus de 29 étages.

Ces citoyens auront vécu le meilleur et le pire du processus de consultation en l’espace de quelques années.

Prudence, transparence et inclusion

« Un projet d’exception exige une consultation d’exception », a lancé Carol Landry, citoyen du quartier qui dénonce le peu de temps accordé aux citoyens pour se faire entendre.

Un avis que partage la professeure de l’Université Laval, Irène Abi-Zeid, spécialisée dans la décision multicritères.

À la lumière des commentaires entendus mercredi soir, elle invite la Ville à réexpliquer pourquoi ce projet est un bon projet. « Si vous êtes certain dans votre âme et votre coeur que vous avez fait preuve de transparence, il ne s’agit pas de rallier tout le monde, mais de convaincre les gens qu’on les a écoutés et qu’on leur a fourni toute l’information », a-t-elle expliqué.

Elle rappelle que cette démarche doit être un exemple.

Politique de consultation publique

Il peut paraître surprenant de voir une telle démarche alors que la Ville de Québec planche sur une nouvelle politique de consultation publique. L’objectif est ultimement d’abolir le processus d’approbation référendaire que le maire Régis Labeaume a qualifié « d’antidémocratique » en commission parlementaire au printemps 2017 sur le projet de loi 122.

Depuis son adoption, les villes peuvent demander au ministère des Affaires municipales d’éliminer ce recours. En contrepartie, elles doivent soumettre une politique de consultation publique qui prévoit entre autres des rencontres en amont des projets et plus de transparence tout au long du processus afin d’obtenir une certaine acceptabilité sociale.

Tout cela a fait défaut dans le dossier du Phare.

En 2017, dans une étude commandée par la Ville de Québec pour évaluer ses pratiques en matière de consultation publique, l’Institut du Nouveau Monde concluait déjà que le projet du Phare avait entraîné une « perte de confiance » des citoyens envers le processus de consultation.

L’administration Labeaume n’a jamais corrigé le tir.

« Quand le projet de loi 122 a été adopté, on savait bien que le test pour savoir ce que la Ville avait en tête pour la consultation publique ce serait le dossier du Phare », a souligné Mireille Bonin à la séance publique mercredi soir.

Pour les citoyens du plateau centre de Sainte-Foy et les autres qui se sont prononcés contre l’abolition du processus d’approbation référendaire, tout ceci n’augure rien de bon.

La suite

Voir aussi : Arrondissement Ste-Foy / Sillery / Cap-Rouge, Projet - Le Phare de Québec.

Projet Le Phare : l’Ordre des architectes critique la Ville de Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 23 novembre 2018 Aucun commentaire

Louis Gagné
Radio-Canada

L’Ordre des architectes du Québec (OAQ) déplore à son tour la décision de l’administration Labeaume de déroger au Programme particulier d’urbanisme (PPU) afin d’autoriser la réalisation du projet Le Phare.

Dans une lettre adressée aux responsables de la consultation publique portant sur le projet, la présidente de l’Ordre, Nathalie Dion, rappelle que le PPU du plateau centre de Sainte-Foy a été adopté en 2012 à la suite « d’un processus de consultation sérieux et exemplaire ».

Le nouveau programme limitait la haute des édifices à 29 étages dans le secteur. Le projet de règlement de la Ville de Québec, qui s’appuie sur l’article 74.4 de sa charte, vise à permettre au Groupe Dallaire de construire une tour de 65 étages sur le boulevard Laurier.

« À quoi bon […] se doter d’un plan d’avenir fixant des objectifs physiques, sociaux, environnementaux et économiques pour un secteur de la ville si l’on y déroge – peu importe la méthode – à la première occasion ? », demande Nathalie Dion.

La présidente de l’OAQ fait remarquer que le projet du Phare s’éloigne « drastiquement » du PPU avec sa tour de 65 étages, « soit plus du double de la hauteur maximale actuellement prévue ».

La suite

Voir aussi : Arrondissement Ste-Foy / Sillery / Cap-Rouge, Projet - Le Phare de Québec.

Dallaire va de l’avant avec son mégaprojet du Phare

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 23 novembre 2018 18 commentaires

Taïeb Moalla
Journal de Québec

Malgré la forte opposition citoyenne exprimée ces dernières semaines lors des trois soirées d’information et de consultation sur le projet du Phare, Michel Dallaire a indiqué que son mégaprojet ira de l’avant.

«Je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait beaucoup de monde qui vienne nous défendre ce soir [mercredi]. Ce n’est pas un forum pour ça. C’est un forum qui est là pour écouter les gens qui ne sont pas d’accord», a fait remarquer le promoteur du projet.

Ce dernier a assuré du même souffle que les sondages montrent un fort appui de la population de Québec à ces quatre tours, dont une de 65 étages, à Sainte-Foy.

«Grosse nuance»

M. Dallaire, qui a tenu à assister à toutes les séances publiques de la Ville, a répété que l’idée de faire construire une tour aussi haute à l’entrée de Québec venait de son Groupe, non pas du maire.

«M. Labeaume ne m’a pas appelé pour me demander de faire un édifice de 65 étages. M. Labeaume a demandé publiquement que le Groupe Dallaire, pour ce site-là, fasse un projet significatif pour la région de Québec. Il y a une grosse nuance», a-t-il insisté.

Craintes minimisées

L’homme d’affaires a par ailleurs minimisé les craintes qui concernent les désagréments liés à 10 années de travaux. «La portion qui dérange, c’est quand on creuse. Mais on n’est pas 10 ans en excavation. Après l’excavation, on travaille à l’intérieur de notre site», a-t-il assuré.

Selon lui, les travaux au Phare et ceux prévus, dans le même secteur, pour le réseau de transport structurant (notamment pour le pôle d’échanges) ne se nuiront pas mutuellement.

«On se coordonne avec la Ville pour faire les travaux en même temps et pour ne pas ouvrir une rue deux fois», a-t-il illustré.

Michel Dallaire espère que les travaux du Phare pourront débuter au printemps 2019. Le promoteur devra obtenir les permis municipaux nécessaires à chacune des phases de construction du mégaprojet.

La suite

Voir aussi : Arrondissement Ste-Foy / Sillery / Cap-Rouge, Projet - Le Phare de Québec.

Le Phare: une voisine s’exprime

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 22 novembre 2018 16 commentaires

* Je voulais vous envoyer une photographie pour illustrer la beauté des arbres de la cour intérieure dont je parlais dans mon texte du 20 novembre dernier et que vous avez publié le 22 novembre. Je vous rappelle, qu’en 1948, le terrain dont il est question était entièrement boisé et que, dans les années 60, le constructeur Roland Couillard a su protéger le maximum d’arbres qui étaient sur place.

Ginette Paquin
Point de vue
Le Soleil

Mon havre envahi par des tours

Je voudrais, chers concitoyens et concitoyennes, vous amener à réfléchir et à vous imaginer habitant à quelques pieds des quatre tours du projet Dallaire, à l’angle de Laurier-Lavigerie.

Vous habitez à cet endroit depuis de nombreuses années. Et, vous aviez l’Auberge des gouverneurs comme voisin (3-4 étages), des arbres matures, quelques stationnements de surface sur le terrain, une piscine orientée sud ouest où on pouvait vous servir un verre. À l’intérieur, vous pouviez profiter d’un restaurant et d’un comptoir où acheter journaux, jus, liqueurs et friandises. Bref, un voisin tranquille et pratique.

Un jour, vous êtes amené à demeurer derrière cette Auberge des Gouverneurs dans un immeuble construit dans les années 1960 sur un site qui était, à cette époque, entièrement boisé. Le constructeur, Roland Couillard, en avance sur son temps, a pris soin de protéger un maximum de ces arbres matures. Il a construit quatre bâtisses de trois étages formant un rectangle à l’intérieur duquel, il a imaginé une cour intérieure en conservant de magnifiques feuillus déjà sur ce terrain. Il a agrémenté cette cour intérieure d’une piscine, d’un badminton, de balançoires et d’un tennis, le reste du terrain étant gazonné et des bancs et des tables en bois s’ajoutant en été.

Vous avez de grandes fenêtres côté rue et côté cour et vous pouvez voir ces arbres qui peuvent atteindre aujourd’hui une hauteur de six à sept étages. Vous voyez le lever du soleil même en hiver et le coucher du soleil, les feuilles et les couleurs du ciel se modifier à chaque saison.

Vous et certains de vos voisins ont commencé depuis quelques années à jardiner sur le terrain en face de leur logement : plantation d’annuelles, de vivaces, de fines herbes…

Puis en 2012…

Vous apprenez par les journaux que la ville prépare un PPU (plan d’urbanisme) pour votre secteur et consultera les résidents. Et, entre autres, vous apprenez que le terrain à quelques pieds de votre havre pourrait dorénavant accueillir des tours de 27-29 étages, que les derniers arbres de ce terrain sont en danger d’être coupés et que la circulation près de votre havre risque d’augmenter significativement. Votre milieu de vie est en danger et risque de changer et pas pour le meilleur.

Vous vous dites : il faut que je prépare un mémoire pour leur dire : nous sommes là!..

La suite

Voir aussi : Arrondissement Ste-Foy / Sillery / Cap-Rouge, Densification, Projet - Le Phare de Québec.

Cominar veut une rue piétonne à l’Îlot Mendel

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 21 novembre 2018 2 commentaires

Jean-Michel Genois Gagnon
Le Soleil

Le Fonds de placement immobilier Cominar a présenté à la population, mardi soir, une nouvelle mouture de son projet commercial dans le secteur Duplessis. Le promoteur envisage l’aménagement sur le site d’un marché de Noël en 2019 et il souhaite intégrer une rue piétonne entre la rue Mendel et le cœur de son développement, soit la place centrale.

Cette présentation s’inscrivait dans une rencontre d’information organisée par le conseil de quartier de Cap-Rouge portant sur des modifications réglementaires proposées pour mieux encadrer le développement de ce secteur commercial, qui héberge déjà l’enseigne suédoise IKEA. Une consultation publique devrait avoir lieu le 17 décembre prochain.

Au cours des derniers mois, Québec a, entre autres, demandé à Cominar de bonifier de 10 % à 12 % l’aire verte du projet l’Îlot Mendel.

Cette modification représente une augmentation de la superficie pour accueillir des arbres ou du gazon de plus de 3950 mètres carrés, avance la Ville, pour un total de 23 690 mètres carrés (255 000 pieds carrés). Pour information, la réglementation actuelle obligeait le promoteur à planter 254 arbres sur le site d’environ 3 millions $ de pieds carrés.

Québec a également revu certaines de ses exigences concernant l’utilisation des matériaux durables et écologiquement responsables, la limitation de la pollution lumineuse ainsi que l’aménagement d’infrastructures de transport conviviales.

Lors de sa présentation, le promoteur immobilier a assuré que le Fonds avait déjà dans ses cartons des cibles similaires que celles de la municipalité. La direction a indiqué que son développement offrira, entre autres, 370 mètres linéaires de piste cyclable reliant le projet au boulevard Chaudière. Environ 200 supports à vélo et des abris couverts seront également aménagés.

Dans la phase 1 du chantier, 20 bornes de recharge pour véhicules électriques seront installées et, à terme, une trentaine. Le vice-président exécutif, projets de développement chez Cominar, Jean Laramée, mentionne qu’afin de limiter la pollution lumineuse, «l’éclairage de type DEL à intensité variable» aura priorité.

La suite

Îlot Mendel

Voir aussi : Arrondissement Ste-Foy / Sillery / Cap-Rouge, Commercial.

Atelier participatif sur l’aménagement du sentier de la falaise de Sillery

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 21 novembre 2018 Aucun commentaire

Québec, le 20 novembre 2018 – La Ville de Québec invite la population à participer à l’atelier sur l’aménagement du futur sentier de la falaise de Sillery qui se tiendra le dimanche 25 novembre prochain, entre 13 h et 16 h, au Domaine Cataraqui situé au 2141, chemin Saint-Louis.

Dans une atmosphère conviviale, les citoyens pourront s’exprimer sur l’aménagement et la mise en valeur du sentier. Cet atelier vise à recueillir leurs idées concernant l’accès au sentier, le potentiel paysager, la mise en valeur culturelle et patrimoniale du secteur, la préservation du milieu naturel ainsi que la sécurité des lieux afin de créer un sentier à leur image.

Plusieurs activités libres sont offertes en continu :

· Visite du centre d’interprétation des grands domaines de Sillery;

· Marche d’observation sur le site pour s’imprégner du lieu;

· Café-discussion : diaporama d’information et échanges;

· Atelier participatif sur la planche à dessin.

Le projet de sentier de la falaise de Sillery, financé par le gouvernement du Québec, s’inscrit dans la mise en œuvre du Programme particulier d’urbanisme pour le site patrimonial de Sillery et ses environs adopté en 2015. Ce programme vise à soutenir la protection et la mise en valeur des caractéristiques fondamentales du site patrimonial tout en conciliant les attentes et les besoins des différents acteurs du milieu.

Pour plus de détails sur cet atelier participatif, les citoyens sont invités à consulter le site internet de la Ville de Québec

Voir aussi : Arrondissement Ste-Foy / Sillery / Cap-Rouge, Message d'intérêt public.

La vision de Cominar pour le développement du secteur IKEA

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 14 novembre 2018 Aucun commentaire

Première heure
Radio-Canada (Québec)

C’est l’entreprise Cominar qui est propriétaire du terrain abritant le nouveau magasin IKEA. Quelle est leur vision pour le développement de ce secteur? Avec nous, Jean Laramée, vice-président exécutif, projets de développement chez Cominar.

L’entrevue avec Monsieur Laramée

L’ordre du jour de la réunion

Voir aussi : Arrondissement Ste-Foy / Sillery / Cap-Rouge, Message d'intérêt public.