Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Archives pour la catégorie « Nouvel urbanisme »

Québec dans 30 ans

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 3 janvier 2017 19 commentaires

Jean-Nicolas Blanchet
Journal de Québec

Convaincu que l’intelligence artificielle assurera la maintenance des bâtiments, que les stationnements vont disparaître et que les voitures vont se conduire seules, le président du groupe immobilier Cominar, Michel Dallaire, entend repenser ses projets en fonction de cette nouvelle réalité. (…) Concernant l’immobilier et l’avenir des banlieues, M. Dallaire estime que «des maisons pour les générations futures, il y en a masse», se référant aux propriétaires du 3e et du 4e âge dans les banlieues. En 2036, il y aura près de 250 000 résidents de plus de 65 ans à Québec. C’est deux fois plus qu’aujourd’hui.

«Il y aura une offre de propriétés qui va se libérer. (…) On va vers une baisse des prix. Tout dépendra du rythme que ça prendra, mais il va y avoir une pression, c’est clair!»
Tout passe par l’immigration, selon lui, pour assurer la santé de la région. (…)

Piétonisation temporaire ou permanente des rues Saint-Jean, Saint-Pierre, Cartier, Grande-Allée et Saint-Joseph.
Le Vieux-Québec se transformera pour redevenir un quartier plus vivant et plus jeune, notamment par l’implantation de lieux d’enseignement et de résidences étudiantes. Le campus de l’Université Laval sera désenclavé. Des logements adaptés pour accueillir davantage de familles seront implantés.
La base de plein air de Sainte-Foy sera complètement réaménagée avec une nouvelle plage, des terrains pour des sports collectifs l’été et des activités hivernales.
Le secteur de l’amphithéâtre deviendra un pôle de divertissements et sera considéré comme la «Place de la famille» avec piscines, patinoires et musée pour enfants.
L’aquarium sera agrandi et deviendra un pôle récréotouristique avec un stade couvert. La gare sera déplacée sur ce site. (..)

Lebourgneuf : Pôle de bureaux et destination spécialisé pour les nouvelles tendances commerciales.
Sainte-Foy : Tourisme d’affaire et de consommation. Les bureaux commerciaux se multiplieront et les arts publics s’y annexeront pour refléter un caractère moderne et prestigieux à l’entrée de la ville. L’accès aux piétons sera transformé. La rue Hochelaga deviendra une rue d’ambiance. Le secteur sera propulsé par l’intelligent artificielle.
D’Estimauville : Pôle industriel et technologique. Le quartier deviendra ce que Limoilou est en train de devenir pour les familles qui souhaitent être proches du centre-ville.
Saint-Roch : Pôle du savoir, de la culture et du numérique. Ce sera le quartier «branché». Le secteur sera densifié par plusieurs projets résidentiels.

La suite

Voir aussi : Art de vivre en ville, Environnement, Industriel, Nouvel urbanisme, Qualité et milieu de vie, Québec La cité, Technologie, Transport, Transport en commun, Ville intelligente.

18 mois d’études afin de permettre les sports sur la St-Charles

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 15 août 2016 Commentaires fermés sur 18 mois d’études afin de permettre les sports sur la St-Charles

Source : Valérie Gaudreau, Le Soleil, le 15 août 2016

(Québec) La Ville de Québec veut savoir si nettoyer les sédiments de la Saint-Charles à l’aide des marées du fleuve sera suffisant pour rendre possible le projet de Régis Labeaume de permettre le kayak ou le patin sur la rivière à la hauteur du centre-ville.

Le comité exécutif de la Ville de Québec a accordé en juillet des contrats à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) et à l’Université Laval pour évaluer ces 18 prochains mois «les impacts du transport des sédiments par l’optimisation de la gestion de l’ouverture de la vanne du barrage Samson de la rivière Saint-Charles».

L’octroi de ces deux subventions de recherche confirme le reportage du Soleil qui, en février, avançait cette hypothèse comme façon d’enlever la boue accumulée dans le fond du cours d’eau à la hauteur des quartiers Saint-Sauveur et Saint-Roch.

L’idée est en somme de voir si laisser entrer régulièrement l’eau du fleuve avec son fort débit sera suffisant pour enlever les sédiments accumulés dans le fond de la rivière.

la suite

Amélioration de la St-Charles : ce n’est pas fini

Voir aussi : Environnement, Nouvel urbanisme, Qualité et milieu de vie.

Problèmes avec les nouvelles ampoules DEL à Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 19 juillet 2016 7 commentaires

Source : Annie Morin, Le Soleil, le 19 juillet 2016

(Québec) La Ville de Québec a cessé l’installation massive d’ampoules DEL dans ses lampadaires. Bien qu’elles soient plus économiques, leur lumière est si blanche qu’elle pourrait nuire au sommeil des citoyens.

La Ville avait pour objectif de remplacer 32 000 des 50 000 luminaires (têtes de lampadaires et ampoules) sur son territoire d’ici l’automne 2018. Leur conversion aux diodes électroluminescentes (DEL), une technologie beaucoup moins énergivore, laissait présager des économies substantielles.

Dans le bulletin municipal de novembre 2015, les autorités mettaient également de l’avant l’argument de la sécurité, puisque «la lumière produite par les luminaires DEL est beaucoup plus blanche et procure un éclairage nettement supérieur à celui des luminaires traditionnels».

Des études de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et une récente position de l’American Medical Association (AMA) mettent toutefois en garde contre les effets négatifs sur la santé de ce type d’éclairage. Celui-ci contient trop de bleu, une couleur qui perturbe la production de mélatonine et donc le cycle du sommeil. D’autres problèmes de santé, comme la dépression et le diabète, peuvent en découler.

la suite

An LED Light Display Takes Over an Avenue in Quebec City.

LED : Québec devrait-elle emboîter le pas ?

À consulter de la même source et crédit : Des gradateurs québécois pour diminuer la lumière des lampadaires DEL.

Voir aussi : Nouvel urbanisme, Qualité et milieu de vie, Québec La cité.

L’urbanisme à Québec, créneau à fort potentiel

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 3 juillet 2016 Commentaires fermés sur L’urbanisme à Québec, créneau à fort potentiel

Michèle Laferrière
Le Soleil

(Québec) Une firme d’urbanisme vient d’ouvrir à Québec, Groupe BC2. Guillaume Neveu, son patron, travaillait avant pour le promoteur Groupe Dallaire. La ville et son secteur immobilier, il connaît. Il a donc été mandaté par ses collègues montréalais pour résoudre « le mystère Québec ». (…)

Guillaume Neveu s’est donné comme mandat de «faire converger l’ensemble des professionnels de l’aménagement urbain» à Québec. Il accompagne les villes et les promoteurs en cette ère où les enjeux se complexifient, entre les exigences des premières et la frénésie de développement des seconds. (…)

Il travaille ainsi dans le quartier Montcalm, avec des promoteurs qui veulent mettre en valeur des «terrains vacants et des immeubles d’intérêt». Il est tenu au secret sur leurs emplacements.

La suite

Voir aussi : Architecture urbaine, Arrondissement La Cité-Limoilou, Nouvel urbanisme.

Réhabilitation du Colisée de Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 25 mai 2016 9 commentaires

Source : ÉCOLE D’ARCHITECTURE DE L’UNIVERSITÉ LAVAL, Steve Fortier-Evers

Pour consulter le projet, il faut aller sur la page, ici.

Voir aussi : Infrastructures sportives, Message d'intérêt public, Nouvel urbanisme.

Du mobilier urbain intelligent

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 21 mai 2016 1 commentaire

Alexandra Perron
Le Soleil

(Québec) Une borne interactive qui projette un horaire de bus au sol. Des bancs et des tables publics déverrouillables et modulables pour un événement. Un système de repérage de places de stationnement. Les idées fusent pour faire de Québec une ville intelligente.

Le manufacturier d’éclairage architectural Lumca, établi dans la région depuis 25 ans, a lancé une invitation à des étudiants en design de produits de l’Université Laval. Leur mandat : créer du mobilier urbain intelligent, complémentaire aux lampadaires technologiques de la compagnie qui éclairent les parcs et les rues.

La suite

Voir aussi : Art de vivre en ville, Art urbain, Nouvel urbanisme, Ville intelligente.

Un bureau pour étudier un éventuel SRB

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 15 mars 2016 13 commentaires

Source : Annie Morin, Le Soleil, le 15 mars 2016

(Québec) Le gouvernement du Québec annoncera ce matin qu’il finance l’attendu bureau d’étude du Service rapide par bus (SRB) planifié par les villes de Québec et de Lévis.

Une conférence de presse est prévue à 11h30 «sur le projet de système de transport collectif entre Québec et Lévis». Trois ministres seront sur place pour l’occasion. Celui des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports, Jacques Daoust, le président du Conseil du trésor et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Sam Hamad, et la ministre responsable du Travail et ministre responsable de la région de la Chaudière-Appalaches, Dominique Vien.

Régis Labeaume et Gilles Lehouillier, les maires des deux villes concernées, seront aussi de la partie.

la suite

Service rapide par bus (SRB) à Québec: au garage ?

Voir aussi : Nouvel urbanisme, Tramway à Québec?, Transport en commun.

Les bancs publics : plus que pour les amoureux…

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 5 mars 2016 2 commentaires

Source : Vincent Fortier, Le Huff Post, le 5 mars 2016

Nous avons demandé à des designers, des artistes, des chercheurs et des citadins de nous dire comment ils voyaient le banc de parc…

«Un banc, c’est un outil social dans l’espace public. Il encourage le dialogue entre l’usager et le passant, le résidant et le visiteur. Le meilleur banc sort de l’ordinaire, fait rire, ramène en enfance et fait oublier les barrières sociales qu’on s’impose.»
– L’artiste Jeppe Hein, créateur du projet Modified Social Bench (photo), à mi-chemin entre l’art et le mobilier urbain

«Un banc public doit être confortable, beau, propre, attirant et être là où on a besoin de lui. Il doit contribuer à l’image positive de la ville et être un ambassadeur pour les touristes. Plusieurs bancs à Montréal répondent à ces critères, comme les nouveaux bancs du quartier chinois, les fauteuils du Quartier des spectacles, les bancs colorés de la rue Fairmount ou ceux de la Place Valois.»
– Carle Bernier-Genest, ex-conseiller municipal et auteur du blogue C’est toi ma Ville

«Le banc est plus qu’un objet du mobilier urbain. C’est une occasion de socialiser, de prolonger son chez-soi dans l’espace public, de rencontrer ses voisins, d’apprécier l’architecture et la verdure de la ville.»
– Véronique Fournier, directrice générale du Centre d’écologie urbaine de Montréal

«Le banc public permet de voir et d’être vu. Cette façon d’appartenir à la ville est particulièrement appréciée des populations plus marginalisées, qu’on repousse parfois de certains environnements ou établissements.»
– Clare Rishbeth, chercheuse principale du projet The Bench Project et chargée de cours au département d’aménagement de l’Université de Sheffield, au Royaume-Uni

«Un bon projet de mobilier urbain offre un moment de pause et de sécurité dans l’effervescence de la ville. L’objet doit fournir intimité et confort. Il doit s’adapter aux besoins d’une personne seule comme d’un groupe d’individus.»
– Charles-Édouard Dorion, finissant au baccalauréat en design de l’environnement de l’UQAM et concepteur, avec Camille Chabat, du placottoir lauréat du Festival Mode et Design, en 2015.

l’article

Doit-on être fiers des bancs publics de la Ville de Québec ?

Les bancs publics de Québec.

Voir aussi : Nouvel urbanisme.

Une flotte de taxis électriques pour Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 19 février 2016 9 commentaires

Source : Radio-Canada

L’homme d’affaires Alexandre Taillefer affirme qu’il lancera à Québec une flotte de taxis électriques Téo Taxi, comme il l’a fait à Montréal à l’automne.

Alexandre Taillefer confirme que le service sera implanté dans la capitale d’ici la fin 2016. Il en a discuté avec le maire de Québec, Régis Labeaume.

« J’ai eu hier des indications de la part de M. Labeaume qu’il souhaitait qu’on vienne s’implanter sur le marché chez vous. Ce sont des taxis qui opèrent aujourd’hui à Québec et qu’on va convaincre de joindre un modèle qui nous permet de faire des économies substantielles à cause de l’électrification des voitures. »

Selon lui, cela permet de récupérer des coûts d’exploitation d’environ 15 %.

la suite

Une application de taxi pour Québec

Voir aussi : Nouvel urbanisme, Transport.