Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Archives pour la catégorie « Nouvel urbanisme »

Horizon 2020 pour le passage aux DEL 3000 K

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 15 juin 2017 1 commentaire

Source : Taïeb Moalla, Le Journal de Québec, le 15 juin 2017

D’ici trois ans, la Ville de Québec remplacera tous les luminaires de son vaste réseau d’éclairage public par des ampoules DEL 3000 K. À terme, l’économie récurrente d’énergie est évaluée à 1 million $ par année.
Le remplacement d’une bonne partie des vieilles ampoules au sodium à haute pression (HPS) sera effectué par la firme Turcotte (1989) d’ici le 30 mai 2020. Cette compagnie de Québec a obtenu le contrat en présentant une soumission à 724 000 $, selon un sommaire décisionnel rendu public jeudi par la municipalité.
« Pas de risque pour la santé »
Ceci vient clore la saga de l’utilisation des diodes électroluminescentes (DEL) dans les lampadaires de la Ville.

Il y a un an, Québec avait décidé de suspendre l’installation de 32 000 ampoules DEL en attendant les recommandations des autorités de la Santé publique. La municipalité emboîtait ainsi le pas à la Ville de Montréal.

la suite

Québec optera pour des DEL à 3000K au lieu de celles à 4000K.

Voir aussi : Nouvel urbanisme, Qualité et milieu de vie.

Plus de précisions sur le projet d’illumination du pont Pierre-Laporte

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 6 juin 2017 1 commentaire

Source : Taïeb Moalla, Journal de Québec, le 6 juin 2017

L’illumination permanente du pont Pierre-Laporte coûterait 10 millions$ et serait réalisée selon des technologies éprouvées également utilisées sur des infrastructures prestigieuses comme la tour Eiffel, le pont George Washington (New York) ou le Burj Khalifa (Dubaï).

C’est du moins ce que l’architecte Guy Simard a fait savoir lundi au Journal. Deux mois après son inscription au Registre des lobbyistes pour mousser son projet auprès des décideurs publics, M. Simard a dévoilé la première esquisse et les détails du concept. Les maires de Québec et de Lévis ainsi que les ministres Laurent Lessard et François Blais ont reçu ces mêmes documents la semaine dernière.

«Le concept consiste à mettre en valeur cet extraordinaire ouvrage d’art et ses principales composantes, c’est-à-dire le tablier du pont, les deux pylônes, les deux câbles porteurs elliptiques et les suspentes (câbles verticaux qui soutiennent le tablier), le tout avec des appareils peu énergivores munis de diodes électroluminescentes», a détaillé M. Simard.

Pour arriver au montant de 10 millions$, l’architecte compare son projet à la récente illumination du pont Jacques-Cartier, à Montréal, un concept de 39,5 millions$.

la suite

Projet d’illumination du pont Pierre-Laporte.

Voir aussi : Art urbain, Nouvel urbanisme.

Aux villes de trouver l’alternative aux référendums sur le zonage

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 3 mai 2017 Aucun commentaire

Jean-Marc Salvet
Le Soleil

(Québec) La formule de rechange aux référendums municipaux viendra des villes et de l’organisme Vivre en ville.

Le gouvernement Couillard a constitué un groupe de travail autour d’eux pour l’aider à établir les «normes minimales de participation et de consultation des citoyens» qui remplaceront dans les municipalités québécoises les controversés référendums en matière de zonage et d’urbanisme.

Ce groupe de travail est formé des villes de Québec, de Montréal, de l’Union des municipalités du Québec, de la Fédération québécoise des municipalités – et de Vivre en ville, donc. Il devra remettre ses recommandations au ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, d’ici le 1er juillet.

«J’ai toujours dit que si on les éliminait, ces référendums, ce n’est pas parce qu’on veut moins de participation ou moins d’influence des citoyens sur les décisions. C’est qu’on veut avoir un meilleur modèle pour les faire participer et leur faire avoir de l’influence sur les décisions en amont», a fait valoir au Soleil Martin Coiteux.

«On a besoin de revoir nos mécanismes de consultation. Le référendum sur le zonage ne sert pas, généralement, l’intérêt général. J’ai la conviction qu’on est capable d’avoir au Québec un modèle exemplaire.»

Projet de loi étendu

Le ministre présentera par ailleurs sous peu des amendements au projet de loi 122 qui reconnaît les villes comme des gouvernements de proximité. L’un de ces amendements étendra formellement à l’ensemble des municipalités québécoises les dispositions qui prévoyaient déjà l’abolition des référendums en matière de zonage et d’urbanisme pour la capitale et la métropole.

Les obligations des villes et des municipalités en matière de consultation publique pourraient ne pas être exactement les mêmes en bout de course. Toutes ne feront pas nécessairement les choses de la même manière, mais elles s’inspireront toutes des mêmes grands principes, a expliqué le ministre Coiteux.

Le règlement sur les normes minimales de participation et de consultation des citoyens «sera basé directement sur les recommandations du groupe de travail». La formation de ce dernier sera officialisée sous peu.

Les référendums par lesquels des citoyens peuvent bloquer un projet immobilier sont «antidémocratiques», avait lancé le maire de Québec, Régis Labeaume, en commission parlementaire à la mi-février. À peu près tous les maires du Québec pensent comme lui.

Le lien

Référendums municipaux: les citoyens influenceront en amont, dit Coiteux * Lia Lévesque (Presse canadienne) Un extrait: «Ce n’est pas parce qu’on ne veut pas consulter les citoyens; ce n’est pas parce qu’on ne veut pas faire participer les citoyens. C’est exactement le contraire: on veut donner le pouvoir aux citoyens d’influencer en amont les décisions en matière d’aménagement et d’urbanisme. Et on veut laisser aux élus locaux le soin de faire les arbitrages ultimes qui correspondent à l’intérêt collectif», a-t-il justifié.

Voir aussi : Architecture urbaine, Nouvel urbanisme.

Le projet Origine : une tour en bois impressionnante

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 25 avril 2017 2 commentaires

Trois photos qui témoignent de l’amplitude du projet Origine au nouvel écoquartier de la Pointe-aux-Lièvres.

Tout juste à côté le projet de maisons de ville Habitus achève.

Voir aussi : Arrondissement La Cité - St-Roch, Écoquartier, Nouvel urbanisme.

Des unités locatives pour personnes avec troubles cognitifs dans Lebourgneuf

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 5 avril 2017 6 commentaires

Source : Jean-Michel Genois Gagnon, Le Soleil, le 5 avril 2017

(Québec) Deux entrepreneurs de la région de Québec vont créer dans Lebourgneuf «un mini-village» pour les gens atteints de troubles cognitifs, comme la maladie d’Alzheimer, a appris Le Soleil. Leur objectif : offrir à ces personnes une vie similaire à celle avant leur maladie.
Épicerie, bistro, salle polyvalente, cuisines, jardins, salons privés et terrasses, le projet de 44 millions $, voisin de l’édifice Promutuel Assurance sur le boulevard Lebourgneuf, prévoit plusieurs commodités pour permettre aux résidents de «continuer à vivre leur vie tout en conservant une certaine dignité», malgré leur perte cognitive. Et oubliez les uniformes traditionnels des préposés aux bénéficiaires et des infirmières. Chaque travailleur devra s’habiller comme dans sa vie de tous les jours.
Les promoteurs derrière l’aventure, le Groupe Résidences du Patrimoine et l’entreprise Constrobourg indiquent s’être inspirés d’un village aux Pays-Bas dédié aux gens souffrant de la maladie d’Alzheimer pour bâtir leur concept. D’ailleurs, il s’agit d’une pratique plus répandue du côté de l’Europe.

la suite

Voir aussi : Arrondissement Les Rivières, Logement locatif ou social, Nouvel urbanisme.

Six écrans tactiles du RTC dans des lieux publics

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 15 février 2017 10 commentaires

Source : Annie Morin, Le Soleil, le 15 février 2017

(Québec) Six écrans tactiles aux couleurs du Réseau de transport de la Capitale (RTC) ont fait leur apparition dans des lieux publics et des abribus de Québec afin de permettre aux intéressés de s’informer sur les services de transport en commun. 
Le RTC a présenté mercredi ses nouveaux écrans et la plateforme développée en collaboration avec Astral Affichage, avec qui une entente commerciale a été signée en 2015 pour la gestion des espaces publicitaires.
Ils présentent davantage d’informations que les écrans statiques déjà déployés dans certaines stations tempérées. Il est notamment possible de planifier un itinéraire sur mesure, de consulter l’heure de passage d’un bus peu importe l’arrêt, de consulter les avis de perturbations sur le réseau et de repérer les points de vente du RTC. Il y aura même des prévisions météo. 
Les usagers peuvent les trouver à la bibliothèque Gabrielle-Roy, à la pharmacie Uniprix sur la rue de la Couronne, à la pharmacie Brunet de Laurier Québec et au centre d’information du RTC sur la rue Saint-Joachim. Les stations tempérées des Galeries de la Capitale et de la 1re Avenue (41e Rue) en seront aussi dotées. Quatre écrans statiques seront également ajoutés sur le réseau.

la suite

Sur le site du RTC : Projet pilote – Nouveaux écrans tactiles

Voir aussi : Nouvel urbanisme, Transport en commun.

Québec optera pour des DEL à 3000K au lieu de celles à 4000K

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 20 janvier 2017 Commentaires fermés sur Québec optera pour des DEL à 3000K au lieu de celles à 4000K

Source : Annie Morin, Le Soleil, le 20 janvier 2017

(Québec) Non seulement la Ville de Québec a-t-elle choisi d’acheter désormais des lampadaires aux diodes électroluminescentes (DEL) à 3000 kelvins pour ne pas ruiner le sommeil de ses citoyens, mais elle repositionnera dans des secteurs non résidentiels ceux à 4000 K déjà installés.
La décision a été entérinée mercredi par le comité exécutif, et le maire de Québec en a fait l’annonce jeudi. «On en a 4000 [lampadaires] de 4000 kelvins installés. On est en train d’analyser pour tous les récupérer pour pouvoir les installer dans les rues qui ne sont pas habitées. Exemple : parc technologique. Exemple : grande artère comme peut-être Samuel-De Champlain. On n’est pas sûrs, on va tout analyser pour qu’il n’y ait aucune conséquence pour les résidents», a expliqué Régis Labeaume.
La semaine avant Noël, le directeur de santé publique de Montréal a conclu que l’éclairage des rues avec des ampoules DEL à 4000 K ne représentait pas un risque pour la santé. La Ville de Québec avait tout de même décidé, comme plusieurs grandes villes américaines, de s’en tenir à un maximum de 3000 K. 
Ce plafond limite la projection de lumière bleue, susceptible de perturber la production de mélatonine et donc les cycles du sommeil. Il y a 29 % de bleu dans une ampoule DEL de 4000 K et 21 % dans 3000 K, ce qui équivaut à la couleur des lampadaires au sodium haute pression en place actuellement. 

la suite

Problèmes avec les nouvelles ampoules DEL à Québec.

Voir aussi : Nouvel urbanisme, Qualité et milieu de vie, Québec La cité.

Québec dans 30 ans

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 3 janvier 2017 19 commentaires

Jean-Nicolas Blanchet
Journal de Québec

Convaincu que l’intelligence artificielle assurera la maintenance des bâtiments, que les stationnements vont disparaître et que les voitures vont se conduire seules, le président du groupe immobilier Cominar, Michel Dallaire, entend repenser ses projets en fonction de cette nouvelle réalité. (…) Concernant l’immobilier et l’avenir des banlieues, M. Dallaire estime que «des maisons pour les générations futures, il y en a masse», se référant aux propriétaires du 3e et du 4e âge dans les banlieues. En 2036, il y aura près de 250 000 résidents de plus de 65 ans à Québec. C’est deux fois plus qu’aujourd’hui.

«Il y aura une offre de propriétés qui va se libérer. (…) On va vers une baisse des prix. Tout dépendra du rythme que ça prendra, mais il va y avoir une pression, c’est clair!»
Tout passe par l’immigration, selon lui, pour assurer la santé de la région. (…)

Piétonisation temporaire ou permanente des rues Saint-Jean, Saint-Pierre, Cartier, Grande-Allée et Saint-Joseph.
Le Vieux-Québec se transformera pour redevenir un quartier plus vivant et plus jeune, notamment par l’implantation de lieux d’enseignement et de résidences étudiantes. Le campus de l’Université Laval sera désenclavé. Des logements adaptés pour accueillir davantage de familles seront implantés.
La base de plein air de Sainte-Foy sera complètement réaménagée avec une nouvelle plage, des terrains pour des sports collectifs l’été et des activités hivernales.
Le secteur de l’amphithéâtre deviendra un pôle de divertissements et sera considéré comme la «Place de la famille» avec piscines, patinoires et musée pour enfants.
L’aquarium sera agrandi et deviendra un pôle récréotouristique avec un stade couvert. La gare sera déplacée sur ce site. (..)

Lebourgneuf : Pôle de bureaux et destination spécialisé pour les nouvelles tendances commerciales.
Sainte-Foy : Tourisme d’affaire et de consommation. Les bureaux commerciaux se multiplieront et les arts publics s’y annexeront pour refléter un caractère moderne et prestigieux à l’entrée de la ville. L’accès aux piétons sera transformé. La rue Hochelaga deviendra une rue d’ambiance. Le secteur sera propulsé par l’intelligent artificielle.
D’Estimauville : Pôle industriel et technologique. Le quartier deviendra ce que Limoilou est en train de devenir pour les familles qui souhaitent être proches du centre-ville.
Saint-Roch : Pôle du savoir, de la culture et du numérique. Ce sera le quartier «branché». Le secteur sera densifié par plusieurs projets résidentiels.

La suite

Voir aussi : Art de vivre en ville, Environnement, Industriel, Nouvel urbanisme, Qualité et milieu de vie, Québec La cité, Technologie, Transport, Transport en commun, Ville intelligente.

18 mois d’études afin de permettre les sports sur la St-Charles

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 15 août 2016 Commentaires fermés sur 18 mois d’études afin de permettre les sports sur la St-Charles

Source : Valérie Gaudreau, Le Soleil, le 15 août 2016

(Québec) La Ville de Québec veut savoir si nettoyer les sédiments de la Saint-Charles à l’aide des marées du fleuve sera suffisant pour rendre possible le projet de Régis Labeaume de permettre le kayak ou le patin sur la rivière à la hauteur du centre-ville.

Le comité exécutif de la Ville de Québec a accordé en juillet des contrats à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) et à l’Université Laval pour évaluer ces 18 prochains mois «les impacts du transport des sédiments par l’optimisation de la gestion de l’ouverture de la vanne du barrage Samson de la rivière Saint-Charles».

L’octroi de ces deux subventions de recherche confirme le reportage du Soleil qui, en février, avançait cette hypothèse comme façon d’enlever la boue accumulée dans le fond du cours d’eau à la hauteur des quartiers Saint-Sauveur et Saint-Roch.

L’idée est en somme de voir si laisser entrer régulièrement l’eau du fleuve avec son fort débit sera suffisant pour enlever les sédiments accumulés dans le fond de la rivière.

la suite

Amélioration de la St-Charles : ce n’est pas fini

Voir aussi : Environnement, Nouvel urbanisme, Qualité et milieu de vie.